Terre des hommes, enfants de la Terre. Quand le Père Castor se mêle de géographie. (3/5)

2.2. Un récit textuel

            Les albums de la collection « Les Enfants de la Terre » comportent tous une quantité importante de texte. Et si j’ai pu souligner le rôle fondamental des images dans la construction du récit et le cahier des charges de la collection, il en va de même pour le texte. Dès le début, Paul Faucher n’a rien laissé au hasard et l’écriture des textes est confiée à des « spécialistes » de chaque milieu et espace abordé. Paul Faucher précise le schéma directeur de la collection qui ne s’appelle pas encore, en 1950, « Les Enfants de la Terre » mais « Les Enfants du monde » :

Le récit, comme l’illustration, devrait s’appuyer sur des faits et des documents d’une authenticité inattaquable, de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent bâtir solidement, sur les impressions que chacun de ses petits livres leur aura laissées, une idée juste des pays et des gens.[1] 

            L’étude du récit textuel me permettra d’aborder d’une part le projet d’écriture d’un certain nombre des albums et de les recontextualiser et d’autre part d’analyser la fonction des différents types de texte à l’intérieur de l’album.

                        2.2.1. Les projets d’écriture

            Pour bon nombre des albums de la collection, le contexte historique qui les voit naître semble important. Les deux premiers du corpus, Apoutsiak (1948) et Mangazou (1952), paraissent juste après la guerre et sont influencés directement par les compte-rendu d’expéditions publiés après-guerre ou juste avant. Apoutsiak est une sorte d’adaptation pour les enfants du récit Boréal (1938), écrit par Paul-Emile Victor. Il y relate ses expéditions qui eurent lieu entre 1934 et 1937 au Groenland. L’album constitue également une sorte de faire-valoir pour permettre à l’explorateur de financer ses nouvelles expéditions qui doivent commencer en 1947[2]. Comme j’ai déjà pu l’évoquer précédemment, Mangazou fait suite aux expéditions de Noël Ballif (ethnologue) et Raoul Hartweg en 1946 dans la région de la Sangha au Congo-Brazzaville en 1947.

            Pour Féfé (1961), le contexte est différent. Depuis le milieu des années 1950, la France métropolitaine a lancé aux Antilles des campagnes de recrutement auprès des services des PTT, des douanes et de la Police. Cette démarche répond à deux objectifs : d’une part réduire la forte pression démographique qui pèse dans les îles et qui conduit à un chômage important tout en évitant les tensions socio-politiques fortes qui ont déjà conduit en 1959 à de violentes manifestations à Fort-de-France ; d’autre part, fournir à la métropole une main d’œuvre peu qualifiée dans les services publics et parapublics dont elle a tant besoin. Pour limiter la forte natalité aux Antilles, en 1960, de nombreux hôpitaux métropolitains viennent recruter des femmes pour devenir infirmière. En 1963, le BUMIDOM, le Bureau des migrations pour les DOM, s’occupe des recrutements et des rapprochements familiaux. Entre 1954 et 1962, la population antillaise résidente en métropole double puis augmente de 50% entre 1962 et 1968 (Condon, 2000). C’est dans ce contexte d’immigration antillaise importante et avec le souci de s’adresser à la fois aux Martiniquais et aux Guadeloupéens, sans froisser aucun de ces insulaires, que Féfé voit le jour en 1962.

            Deux autres ouvrages, commandes de François Faucher à ses auteurs et illustrateurs, semblent également correspondre à des faits d’actualité. Sarah, la petite tzigane (1972) paraît ainsi faire écho à la loi du 3 janvier 1969 sur « l’exercice des activités économiques ambulantes et le régime applicable aux personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe ». Cette loi remplace le carnet anthropométrique par un livret de circulation et instaure la notion de « commune de rattachement ». Sarah n’est plus une petite tsigane mais une « petite fille du voyage », expression inaugurée par la loi même. Les deux appellations sont d’ailleurs présentes dans le livre : la première apparaissant en page de titre alors que la seconde a été choisie comme titre sur la couverture. Même si la loi de 1969 est beaucoup plus libérale que celle de 1912, raciste et discriminatoire, elle fait « des gens du voyage une catégorie de citoyens français à part puisque ces individus sont les seuls citoyens français dont la liberté d’aller et venir est conditionnée par la possession de titres de circulation » (Aubin, 2001).

Couverture et page-titre de Sarah, la petite tzigane (1972)

            Dans les années 1970, le déclin démographique et économique de la Corse est à l’origine de la naissance de plusieurs mouvements autonomistes dont le Front régionaliste Corse et l’Action régionaliste corse, exposant leurs idées dans un essai intitulé Main basse sur une île (1971). Ces derniers souhaitent la promotion de la langue corse et de sa culture. Santu est un album commandé à Pascal Marchetti qui a beaucoup œuvré pour la défense de la langue corse. Même si le FLNC est fondé l’année de la sortie de l’album, Santu est davantage un ouvrage régionaliste qu’indépendantiste.

            Taliko, paru en 1978, sort dix ans après l’édition de l’ouvrage de l’ethnologue Jean-Marcel Hurault, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale[3]et huit ans après que le village de Twenké, où est censé vivre Taliko, passe en zone à accès réglementé par arrêté préfectoral afin de régler le problème des orpailleurs illégaux. En revanche, dans un récent échange électronique[4], François et Monique Davot m’ont précisé que cet album n’était pas une commande de François Faucher mais une idée qui est venue au couple après avoir passé des vacances en Guyane chez les indiens Wayanas. Ce séjour privilégié avait été facilité par l’accueil d’un ami de François Davot, Jean-Paul Klingelhofer qui avait ouvert la première école en territoire wayana en 1974.

                        2.2.2. Le rôle de la typographie

           Les albums de la collection sont toujours à la croisée entre fiction et documentaire scientifique, et ce, dès l’origine. Ce choix éditorial, hautement pédagogique, est une particularité de la collection. Ainsi trouve-t-on dans les premiers albums et ce jusqu’aux albums-BD, au moins deux types de texte.

            Le premier type [Bodoni, 12] est celui qui correspond à la narration fictionnelle. Il met en scène le personnage principal. Dans les quatre premiers volumes (de 1948 à 1961), sa part est minimaliste, sa typographie est grasse et la taille de la police est assez grande. On la devine aisément conçue pour l’enfant-lecteur lui permettant une lecture aisée. Elle est en parfaite interdépendance avec le texte. Au fur et à mesure des années, ce texte ne cesse d’occuper une place de plus en plus importante jusqu’à devenir le seul texte d’accompagnement de l’image à l’instar des quatre derniers albums (1978-1983). De même, la police choisie devient plus petite, comme si l’âge ciblé par l’éditeur avait changé au cours des années. La tranche, rappelons-le, est très large : 7-13 ans. Elle s’adresse donc, au début à des premiers lecteurs aussi bien qu’à des lecteurs avertis. À partir de 1962, elle semble s’adresser majoritairement à des lecteurs confirmés.

            Le récit est majoritairement un récit à la troisième personne à l’exception des trois albums-BD de la fin de la collection. Dans ces trois albums, ce sont les jeunes héros de l’âge des lecteurs potentiels qui parlent : Nikolaus, Claire  et Johanne ont entre 10 et 11 ans. La forme bande-dessinée n’est convoquée ici que par ce que Thierry Groensteen nomme la spatio-topie et la distribution du récit en cases et bandes sur une succession de double-pages. En cela, la collection s’en trouve transformée et sans doute plus en adéquation avec le médium qui séduit à cette époque (le début des années 1980) les préadolescents. En revanche, le texte sous image reste emprunté aux débuts de la bande-dessinée, telle qu’elle pouvait l’être au début du XXe siècle, sans phylactères ou cartouches. Notons qu’un premier album avait tenté la piste du récit à la première personne, il s’agit d’Antonio, le petit Italien en 1961.

Mangazou (1952) et Santu (1976)

Mangazou (1952) et Santu (1976)

            Le deuxième type de texte correspond aux encarts informatifs. La police y est beaucoup plus petite et appelle à une lecture plus avisée. C’est par ce type de texte que la collection s’approche du documentaire. Dans certains albums, ces encarts « encadrés » qui sont comme des inserts informatifs au récit fictionnel. Progressivement, au long des années, ces encarts disparaissent et finissent par être totalement intégrés au récit fictionnel comme dans les albums-BD, par exemple. Si la différence entre les textes de type 1 et ceux de type 2 est très nette dans les premiers albums (c’est-à-dire jusqu’en 1961), cette différence semble s’amenuiser après. Jusqu’en 1961, la lecture des albums pourrait être envisagée comme une lecture commune de l’enfant et de l’adulte. Pour chacun correspond un type de texte qui lui est dévolu. L’enfant entre dans l’histoire en suivant le personnage ; l’adulte complète la lecture de l’enfant en se servant des cartouches informatifs. À partir de 1961, cette lecture accompagnée avec l’adulte n’existe pratiquement plus. C’est l’enfant, lecteur confirmé, qui est seul sollicité. Jusqu’en 1978, le discours informatif est une annexe à l’histoire fictionnelle déjà très riche par son contenu. À partir de 1978, il n’existe plus de texte optionnel.

Bibliographie :

S. CONDON, « Migrations antillaises en métropole. Politique migratoire, emploi et place spécifique des femmes », Les Cahiers du CERF, 2000, 8-9, p.169-200.

Disponible sur : https://cedref.revues.org/196#tocto1n1

E. AUBIN, « L’Évolution du droit français applicable aux Tsiganes. Les quatre logiques du législateur républicain », Études tsiganes, volume VII, 2001, p.26-56.

Notes : 

[1] Extrait du schéma de la collection « Les Enfants du monde », Archives du Centre de documentation du Père Castor, dossier 195, cité par M. Piquard, 2010, p.35. Michèle Piquard précise que le même dossier contient une note datée du 1er mars 1951 qui présente, sous le titre « Enfants de la Terre », les arguments de la collection, ses collaborateurs possibles et ses sources d’informations.

[2] Les Expéditions Polaires Françaises (EPF) – Missions Paule-Émile Victor sont créées le 28 juillet 1947.

[3] M. HURAULT, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale, Paris : ORSTOM, 1978.

[4] Email du 3 mars 2016.


Christophe Meunier

Docteur en géographie
/ ENS-LSH de Lyon
/ EA 6301 – Laoratoire InTRu
/ ESPé Centre Val de Loire – Université d’Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *