Caroline et la montagne

Caroline est un personnage populaire de la littérature de jeunesse créé par Pierre Probst en 1953. Dans les 44 albums de la série qui lui est consacrée, l’héroïne promène ses lecteurs à travers différents espaces, qu’ils soient domestiques ou lointains, qu’ils soient urbains ou ruraux, de mer ou de montagne. Les albums de Pierre Probst représentent des personnages évoluant dans des paysages aménagés, pratiquant des territoires habités. Caroline aux sports d’hiver (1959), le septième album de la série, paraît au moment où le tourisme hivernal de montagne commence à se populariser. Caroline fait du cheval (1989), vingt-deuxième de la série, évoque un tourisme estival de montagne qui se popularise et se développe à son tour. Ces deux albums inscrits dans une temporalité et une spatialité particulières ont pourtant été réédités et traduits de nombreuses fois jusqu’à nos jours. Cet article se propose de montrer en quoi ces deux albums pour enfants constituent des produits culturels géographiques et d’étudier les procédés iconotextuels qui permettent à la fois de construire de l’espace montagnard et d’en donner des exemples de pratique, ce que nous nommons des spatialités.

Vous pourrez lire la suite de cet article sur le site de la Revue de Géographie Alpine.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *