Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique

Illustration 1 – Affiche de la série télévisée, Inspecteur Barnaby

Le 27 juillet 2012, à 21h, s’ouvrait à Londres les 30e Jeux Olympiques d’été. La cérémonie d’ouverture, orchestrée par le glorieux réalisateur britannique Danny Boyle, fraichement oscarisé en 2009 pour Slumdog Millionaire, était intitulée « Isles of Wonder » (Îles aux mystères). Le spectacle débutait par un court-métrage chargé de descendre le cour de la Tamise depuis sa source. La caméra survolait ainsi la campagne profonde anglaise depuis la stèle de la Thames Head à proximité de Kemble dans la Gloucestershire jusqu’au stade olympique, situé dans la banlieue nord de Londres, à Stratford, dans le quartier en rénovation de Newham. Les trajectoires du passé et du présent venaient ainsi et ici se nouer.

Illustration 2 – Cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012.

Après le plongeon final de la caméra volante sur le stade olympique, une chorale d’enfants entonne le Jerusalem Hymn. Ce poème de William Blake écrit en 1804 fut mis en musique par Hubert Parry en 1916 dans le but de galvaniser les troupes britanniques lancées dans le premier conflit mondial. La première strophe du poème rend hommage aux « vertes montagnes » et aux « paisibles pâturages » anglais, faisant de l’Angleterre une « Jerusalem terrestre » possible, une nouvelle Arcadie, faisant contre-poids avec l’industrieuse Londres si l’on se réfère à l’allusion aux « filatures sataniques » mentionnées dans le dernier vers de notre citation :

And did those feet in ancient time

Walk upon England’s mountain green ?

And was the holy Lamb of God

On England’s pleasant pastures seen ?

And did the countenance divine

Shine forth upon our clouded hills ?

And was Jerusalem builded here

Among those dark satanic mills ?[1]

Au centre de l’enceinte sportive, sur l’aire de jeu, le décor est à l’image des premiers vers de Blake : une colline verdoyante au pied de laquelle s’étendent de paisibles prairies. Quelques chaumières à colombages évoquent les cottages[2] qui sont comme un emblème de l’Ancien et du Nouveau temps. Cette scénographie vient là souligner « l’histoire d’amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne depuis au moins le XVIIIe siècle[3]. Il s’agira pour moi, dans cet article, d’analyser la nature de cet attachement et d’en étudier l’idéologie spatiale qui semble constituer un trait culturel britannique.

Cet attachement à une certaine image de la campagne anglaise nous semble être le thème de fond d’une série policière diffusée sur le réseau ITV depuis le 23 mars 1997 et, en France, sur France 3 depuis 2001, « Midsomer Murdrers » ou, en français, « Inspecteur Barnaby ». C’est le pilote de la série, Meurtres à Badger’s Drift, que j’aimerais analyser dans cet article et questionner successivement le contexte de création de la série, adaptation de romans policiers à succès, les enjeux socio-spatiaux perceptibles dans ce premier épisode et l’idéologie spatiale présente dans la série tout entière.

  1. Midsomer Murders, le bon air du temps

« Midsomer Murders » est une série télévisée dont les cinq premiers épisodes de 89 à 102 minutes ont été adaptés des cinq premiers volumes de la série policière « Chef Inspector Barnaby » de la romancière Caroline Graham. Ces cinq premiers épisodes dessinent les contours et décrivent les paysages du comté fictif de Midsomer dont le chef-lieu est la non-moins fictive Causton. Le héros récurrent de la série est le DCI[4] Thomas Barnaby qui habite dans un pavillon de la banlieue de Causton.

Titre Publication Filmé Diffusion Localisation
The Killings at Badger’s Drift 1987 Septembre-octobre 1996 23 mars 1997 Badger’s Drift
Death of a Hollow Man 1989 Août-septembre 1997 29 mars 1998 Ferne Basset
Death in Disguise 1992 Novembre-décembre 1997 6 mai 1998 Compton Dando
Written in Blood 1994 Juillet-août 1997 22 mars 1998 Midsomer Worthy
Faithful unto Death 1996 Octobre 1997 22 avril 1998 Morton Fendle

Caroline Graham est née en 1931. Détentrice d’une maîtrise en écriture théâtrale de l’Université de Birmingham, elle a écrit plusieurs scénarios pour la radio, le théâtre et la télévision. Elle a également écrit deux romans pour la jeunesse en 1985 : BMX Star Rider et BMX’ers Battle it Out, parus tous les deux chez Hutchinson. Le dernier roman de la série « DCI Barnaby » est publié en 2004 et s’intitule A Ghost In the Machine. The Killings at Badger’s Drift, édité par Century en 1987, fut classé parmi les cent meilleurs romans policiers par la Crime Writer’s Association. Il fut traduit et publié en français chez Albin Michel en 1990.

Illustration 3 : Couverture de Meurtres à Badger’s Drift.

En 1996, Betty Willingale, productrice pour la BBC depuis les années 1960 et consultante pour ITV, décide d’adapter pour la télévision la série policière. Les cinq premiers épisodes sont réalisés par Jeremy Silberston et l’adaptation est confiée à Anthony Horowitz[5], un romancier pour la jeunesse qui obtint le prix européen du roman pour enfants en 1993 pour L’Île du Crâne.

La série est diffusée en France le 14 janvier 2001 sur France 3. Elle a été vendue et diffusée et continue de l’être dans plus de cent pays autour du monde y compris les Etats-Unis et la Chine.

Illustration 4 : Meurtres à Badger’s Drift (version française, 14 janvier 2001)

Illustration 4bis : The Killings at Badger’s Drift (version anglaise, 23 mars 1997)

Dans le roman de Caroline Graham, l’inspecteur chef Tom Barnaby et son adjoint le sergent Gavin Troy se rendent à leur travail quand ils sont accostés par Miss Bellringer qui leur affirme que l’une de ses amies, Emily Simpson, ne serait pas morte des suites d’une crise cardiaque, contrairement aux conclusions du médecin, mais aurait été assassinée. L’autopsie qui est réalisée sur ordre de Barnaby montre en effet que Miss Simpson a été empoisonnée.

Dans l’adaptation télévisée, Barnaby et Troy sont dépêchés sur une scène de crime et Miss Bellringer n’a plus le rôle de celle qui, comme son nom l’indique (belleringer : sonneur de cloche), attire l’attention de Barnaby. Elle est simplement celle qui a appelé la police. Emilie Simpson n’est pas empoisonnée mais reçoit un violent coup mortel à la nuque. Ces petits décalages dûs à l’adaptation pour le « petit écran » ne modifie que très peu la trame de l’enquête mais ont leur importance, nous le verrons, dans la narration spatiale et dans la découverte successive des différents lieux de l’affaire.

  1. Midsomer Murders, le génie cosy

Dans ce premier épisode, Meurtres à Badger’s Drift, j’aimerais porter mon attention sur les différents personnages et leurs rapports avec leur espace domestique respectif. Trois types d’espaces sont ainsi donnés à observer : celui du périurbain à la proximité d’une petite ville de province (Causton ou Brighton), celui de la « ceinture verte londonienne » et enfin le grand domaine foncier d’origine aristocratique.

2.1 – les cottages périurbains

Deux demeures appartiennent à cette première catégorie qui ont toutes les deux à peu près les mêmes caractéristiques architecturales : la maison des Barnaby à Causton et celle de Mary Sharp à Brighton.

– Le domicile des Barnaby

Illustration 5 : La maison des Barnaby à Causton (Wallingford, Buckinghamshire)

La famille Barnaby habite, semble-t-il, dans la périphérie de Causton. Elle occupe un petit pavillon, version moderne du cottage britannique : murs en brique, garage annexe, jardin sur l’avant et sur l’arrière de la maison. Un étage avec les chambres. L’entrée bénéficie d’une grande baie vitrée en briques de verre. Un vaste bow-window donne sur le frontyard et illumine la salle à manger du rez-de-chaussée. Cette maison est tout à fait caractériqtique des cottages « très simples et sans relief » réglementés par la National Building Regulation de 1965 et appartenant à la grande vague de construction des années 1980 qui renoua avec la grande campagne de logements des années 1960.

La maison est habitée par le couple formé de Thomas Barnaby et de son épouse Joyce, femme au foyer, ainsi que de leur fille unique, Cully, étudiante à Cambridge en art dramatique. Dans ce premier épisode, comme dans tous les autres d’ailleurs, les scènes qui ont lieu dans le domicile des Barnaby reviennent avec une grande régularité. C’est la cuisine qui est le plus souvent montrée aux spectateurs, pièce dans laquelle Joyce s’exerce à cuisiner des petits plats toujours plus originaux, et il faut bien le dire, « désastreux », à son enquêteur de mari.

La maison des Barnaby à Causton est le « nid » familial : tous les membres du nid s’y retrouvent pour partager un repas. Joyce est la pièce maîtresse de la maison : c’est autour d’elle que se réunissent les deux autres membres. Elle apporte, comme son nom l’évoque, la joie et l’harmonie face aux tracas rencontrés par Tom ou sa fille Cully. Dans ce premier épisode, Cully est revenue au foyer pour apprendre le texte d’une pièce qu’elle doit interpréter à l’ADC Theater de Cambridge : ‘Tis Pity She’s a Wore.

Il s’agit d’une tragédie du dramaturge britannique John Ford, interprétée par les Queen’s Henrietta Men entre 1629 et 1633 et éditée en 1633. Cette pièce, qui apparaît en filigrane de l’intrigue de l’épisode, est en fait bâtie sur le thème central de l’enquête dans laquelle a été entrainé Barnaby. Giovanni, un jeune étudiant de Bologne, est envahi d’une passion incestueuse pour sa sœur Annabella. De la même façon, Mickaël et Katherine Lassey entretiennent depuis leur adolescence une relation amoureuse découverte d’abord par Mary Sharp puis par Emily Simpson.

Le choix de cette maison périurbaine place les Barnaby dans leur époque. Les larges fenêtres qui donnent à la fois sur le frontyard et le courtyard éclairent la maison de toutes parts. C’est dans cette maison que Barnaby a ses « illuminations » qui lui permettent de résoudre les affaires dont il a la charge. Le retour à la maison familiale ponctue chaque journée d’enquête si bien qu’une temporalité s’instaure à travers la narration, celle d’une enquête de sept jours.

– la maison de Mery Sharp à Brighton

Illustration 6 : Maison de Mary Sharp à Brighton

Le cas de la maison de Mary Sharp, l’ancienne nourrice des enfants Lacey, est assez particulier. La vieille Mary a quitté Badger’s Drift parce qu’elle a vu ce qu’il ne fallait pas voir. Elle a été témoin de l’inceste entre Katherine et son frère. Elle décide de ne rien dire et de quitter Badger’s Drift. Elle s’installe dans une petite maison individuelle, qui n’a rien du cottage, dominant les côtes de Brighton. Cette maison modeste typique des années 1960 n’a pas de réel frontyard savamment décoré qui pourrait attirer le regard. Les fenêtres de sa maison possèdent des rideaux qui laissent passer la lumière mais qui émèchent à la fois de voir vers l’extérieur et de voir l’intérieur.

2.2 – Les cottages de la ceinture verte londonienne

Badger’s Drift est un petit village du comté de Midsomer. Une pancarte indique dans les premières minutes de l’épisode qu’il s’agit du « Midsomer’s Best Kept Village », label obtenu six fois entre 1990 et 1996. Badger’s Drift est donc un des plus beaux villages du comté de Midsomer, le mieux sauvegardé, le mieux entretenu. Le ton est alors donné : Badger’s Drift correspond à un certain nombre de critères qui en font le village idéal. Dans cet épisode pilote chacun des protagonistes habite un cottage à l’image de ce qu’il est au demeurant.

– la maison d’Emily Simpson : Behive Cottage (Bledlow, Buckinghamshire)

Illustration 7 : Behive Cottage, la maison d’Emily Simpson

Emily Simpson, la première victime, est une institutrice à la retraite. Passionnée d’orchidées sauvages et d’abeilles, elle occupe son temps à entretenir ses ruches (behive en anglais) et à repérer et photographier les fleurs rares dans les bois de Badger’s Drift, menant une certaine concurrence avec sa voisine.

Son cottage est composé d’un frontyard très fleuri et délimité par une petite clôture de briques. L’arrière de la maison est le territoire alloué aux ruches. Les premières scènes de l’épisode laissent deviner que sa maison se situe dans le péricentre de Badger’s Drift dans la mesure où on la voit traverser tout le village pour se rendre au bois.

C’est avec l’arrivée de la police et de Barnaby que le téléspectateur découvre l’intérieur du cottage. La pièce principale est basse de plafond, avec des poutres en bois. Le manteau imposant de la cheminée porte les souvenirs d’Emily Simpson. Les fenêtres de cette salle de séjour donnent à la fois sur l’entrée principale de la maison mais également sur l’arrière. C’est véritablement et visiblement la « pièce à vivre » d’Emily. Elle y passe une bonne partie de ses journées à l’abri des regards.

– la maison de Michael et Katherine Lacey : Holly Cottage (The Lee, Buckinghamshire)

Illustration 8 : Holly Cottage

Mickael et Katherine Lacey sont frère et sœur. Ils habitent « Holly Cottage » qui est la maison que leur a léguée leurs parents décédés dans un accident de voiture. Pour vivre leur amour en toute sécurité financière, ils ourdissent un plan diabolique qui a d’abord consisté à éliminer la femme d’Henry Trace, leur tuteur, Bella, afin que Katherine puisse prendre sa place en se mariant avec son tuteur. Le meurtre de ce dernier était également programmé par empoisonnement lent.

Le couple diabolique vit dans un cottage dont on ne connaît que le frontyard très occupé par des arbustes qui permettent de dissimuler l’entrée. Un miroir parabolique permet aux occupants de la maison de voir sans être vus. Lorsque Barnaby et son adjoint Troy s’immiscent dans l’intérieur de la maison par effraction, celle-ci ne semble pas véritablement « habitée » dans son intégralité. A l’étage, la seule chambre qui abrite l’amour secret des deux amants donne des signes de vie. Les autres pièces sont vides. Au rez-de-chaussée, seule l’atelier de Mickael semble véritablement occupé par l’artiste. La pièce est lumineuse et cosy[6].

– la maison d’Iris et Dennis Rainbird (Little Messenden, Buckinghamshire)

Illustration 9 : La maison d’Iris et Dennis Rainbird

Iris et Dennis Rainbird habitent un cottage au cœur de Badger’s Drift. Le frontyard de leur maison dispose de très peu de décoration et est réduit à une petite allée menant à la porte d’entrée. La maison dans laquelle Iris, une mégère imposante, confectionne des desserts et des toasts délicieux et roboratifs, est flanquée d’une tour qui permet d’avoir une vue imprenable sur tout ce qui se passe dans et autour du village.

Dennis est employé des Pompes Funèbres et mène grand train. Il possède une voiture de luxe noire et arbore un style vestimentaire très romantique. Sa mère, Iris, mère castratrice, envahissante, est équipée de lunettes à larges verres qui lui donnent l’aspect d’un hibou. Les Rainbird épient tout le voisinage aux moyens de jumelles installées en haut de la tour de la maison et notent tous les aller-et-venus afin de pouvoir faire chanter quelques uns de leurs concitoyens.

– la maison des Lessiter (Amersham, Buckinghamshire)

Illustration 10 : Maison des Lessiter

Barbara et Trevor Lessiter semble habiter à l’extérieur de Badger’s Drift dans une très grande demeure. Trevor Lessiter est le médecin du village. Notable du village, il affiche ostensiblement son niveau social par une demeure vaste et dont le salon lumineux rappelle celui des familles aristocratiques voire celle de Tye House.

2.3. Le grand domaine aristocratique

– la maison de Bella et Henry Trace, Tye House (Christmas Common, Buckinghamshire)

Illustration 11: Tye House

La maison de Henry Trace est une demeure située au sommet d’une petite colline dominant un vaste domaine composé de prairies, de champs et de bois. Les Trace sont de fins chasseurs. La demeure aristocratique n’a rien des cottages des autres familles du village. Les pièces sont hautes de plafond. Le séjour est très lumineux et donnent sur les pelouses qui entourent la demeure.

Tout est réuni pour affirmer le rang de la famille Trace. Tye House est une villa dans la plus pure tradition géorgienne telles qu’on pouvait les construire entre 1720 et 1840 : bâtiment cubique, corniche, porte centrée, fenêtres rigoureusement symétriques. L’accès y est rendu possible par une grille ouvragée donnant sur un chemin carrossable qui mène à l’entrée de la maison.

Henry Trace n’est pas un aristocrate mais très vraisemblablement un homme d’affaires très riche mais qui se comporte comme en seigneur : il donne des chasses dans ses bois, possède à son service un régisseur de domaine (David Whitely), protège les enfants Lacey après le décès de leurs parents, abrite sous son toit la sœur de sa femme disparue, Phyllis Cadell.

Ainsi la morphologie des maisons habitées par les différents personnages en dit long sur leur psychologie et leur histoire. Elles les inscrivent dans des rapports sociaux qui se veulent très hiérarchisés. De plus, un jeu subtile et continu durant l’épisode se tient autour du voir sans être vu et des apparences et faux-semblants que l’Inspecteur Chef Tom Barnaby, qui comme Saint Thomas, tentera d’éclaircir.

Illustration 12 : carte topologique de Badger’s Drift

De plus, les parcours que Barnaby et son adjoint effectuent entre ces différentes demeures permettent de dessiner deux cartes qui en disent long sur les rapports de Barnaby avec l’espace. La première (illustration 12), topologique, situe les différents lieux en fonction de leur importance de fréquentation. Tout de suite, la demeure des Barnaby à Causton apparaît comme une plaque-tournante de l’histoire. Je l’ai déjà dit, sa présentation intervient régulièrement dans l’histoire comme pour ponctuer chaque journée d’enquête qui se trouve bouclée en sept jours (chiffre parfait, semble-t-il, puisqu’il correspond au nombre de jours qu’il fallut à Dieu, selon la Genèse, pour achever le monde).

La seconde carte (illustration 13), topographique, replace les lieux en fonction de leur situation géographique probable. Elle est révélatrice de la manière dont Barnaby et son adjoint mène l’enquête. Les trois premiers jours sont orientés sur trois régions de Badger’s Drift : l’ouest du village autour des maisons Simpson et Bellringer (région A), le centre et l’est du village autour du bois, de l’église et de la maison des Rainbird (région B) et le sud-est du village autour de Tye House et de Holly Cottage (région C). Le quatrième jour correspond à l’enterrement de Miss Simpson et au second double meurtre des Rainbird. Barnaby est alors obligé de circonscrire les régions A et B. A partir du cinquième jour, ses voyages se concentrent sur la zone C et correspondent essentiellement à des aller-retour entre le commissariat de Causton et cette région : l’étau se resserre. Enfin, le septième jour est celui qui conduit Barnaby et Troy à Brighton : toute la machination est révélée au moment du retour vers Badger’s Drift. L’éloignement de la zone de crimes a de toute évidence éclairé le détective ou plus sûrement confirmé les doutes qu’il pouvait encore avoir.

La manière d’habiter Badger’s Drift correspond à un jeu pervers de regards à travers différents cadres. Cottages et mansions constituent tout d’abord des lieux d’exhibition que l’on qualifierait familièrement de « m’as-tu vu ». Chaque cottage, ensuite, est un espace domestique qui protège du regard tout en ayant une vue sur l’extérieur. Enfin, la narration cinématographique joue avec différents types de cadres qui permettent aux téléspectateurs d’entrer ou de sortir et de traverser différents écrans.

« Donner à voir »

L’ensemble de ces cottages donne à voir. Leurs occupants prennent grands soins à décorer leurs entrées, les façades et leur frontyard. Ils « paradent » et s’emploient à donner d’eux une certaine image qui n’est pas toujours conforme avec la vérité.

La première image qui semble très importante est celle de la hiérarchisation sociale. Une institutrice retraitée (Emily Simpson) et un médecin de campagne (la famille Lessiter) constituent les membres d’une classe moyenne à laquelle viennent s’ajouter les deux héritiers Lacey.

Le frontyard de « Behive Cottage » est très simple. L’extérieur de la maison correspond à la grande simplicité de l’intérieur de la maison. Pour le coup, le cottage d’Emily Simson est le parfait reflet de son occupant. Cette dernière est autant une femme d’intérieur que d’extérieur : une citoyenne sans histoire si l’on peut dire, charmante et bien intégrée dans la société de Badger’s Drift. C’est d’ailleurs sur cette image d’elle que l’épisode commence à travers son visage souriant et son trajet vers le bois. On la voit saluer Lessiter, les gens du bureau de poste.

Chez les Lessiter, le discours est tout autre. L’harmonie apparente des jardins et de l’intérieur luxueux et gai est en parfaite opposition avec la disharmonie qui règne au sein du foyer recomposé. Trevor et sa seconde épouse, Barbara, ne semblent plus rien partager. Cette dernière vit une idylle extraconjugale avec le garde-chasse de Tye House, David Whiteley et ne s’entend pas avec sa belle-fille Judith qui retrouve secrètement Mickael Lacey.

Pour les Lacey et Holly House, tout est dans l’apparat et l’apparence. Les extérieurs du cottage sont extrêmement fournis et la maison semble très grande profitant d’un grand nombre de fenêtres. Le frontyard donne à voir une maison pleine de vie et très ouverte sur l’extérieur. Il n’en est évidemment rien puisque seule une véritable pièce est habitée par Mickael, son atelier de peinture. Une chambre, au premier étage, apparaît occupée mais occasionnellement. La maison est en fait une coquille vide.

Tout dans Tye House concoure à l’apparat : la grille ouvragée de l’entrée, les lions armés sur chaque piliers qui l’encadre, la demeure elle-même et son architecture glorieuse. Henry Trace est riche et il veille sur une famille élargie que sa fortune fait vivre : un contremaître (David Whiteley), deux pupilles (les Lacey), la sœur de sa première épouse (Phylis Cadell). Là encore, ce qui est donné à voir est révélateur de ce qu’il y a à voir.

Enfin, la maison des Rainbird, qui ne porte pas de nom, affiche un extérieur extrêmement sobre. C’est l’intérieur qui fait apparat. C’est là qu’Iris Rainbird reçoit tous ceux qu’elle entend faire chanter. Chapeaux extravagants, robes très larges à fleurs, papiers à fleurs et une maison envahie par les nombreux bibelots : l’intérieur des Rainbird se veut par trop accueillant. Tout chez Iris Rainbird d’ailleurs est dans l’excès : la stature, les pâtisseries offertes aux visiteurs, les effusions à ‘égard de son fils adoré Dennis. De la même manière, Dennis est dans l’affichage de signes extérieurs de richesse.

Ainsi donc, selon les personnages, par leurs apparences extérieures et leurs intérieurs, camouflent ou affichent leur intimité. Il appartient alors à Barnaby et Troy d’y voir clair. Et lorsque Troy, qui arrive sur les lieux du premier crime, commence à vouloir fouiller la pièce, il se fait reprendre par son chef qui lui dit : « Sers-toi de tes yeux, Troy ! ». Le téléspectateur aussi est averti : tout se jouera sur apparences et détails à observer, sur qui a vu quoi et qui. Un peu plus loin dans l’épisode, sur les lieux du double crime d’Iris et de Dennis Rainbird, au moment où nous allons découvrir ce qu’il y a au-delà du papier à larges fleurs du séjour, Gavin Troy s’exclame :

– « Chef ! Venez jeter un coup d’œil. Vous n’allez pas le croire ! »

– « Au contraire voyons, je vais sûrement le croire ! », lui répond Tom Barnaby, le bien nommé.

Tout repose ainsi sur un jeu de cadres qui donne à voir ce que l’autre veut bien donner à voir. Que ce soit le cadre des fenêtres voilées ou dévoilées laissant pénétrer le regard à l’intérieur des maisons ou permettant de voir sans être vu jusqu’au cadre de la peinture que Mickaël Lacey et qui est recouverte d’un drap pendant tout l’épisode parce qu’il détient une preuve du secret[7].

  1. Midsomer Murders, « l’en-vert » du décor

La série Midsomer Murders a été tournée dans le Buckinghamshire et l’Oxfordshire, à quelques kilomètres de Londres. Caroline Graham situait davantage le comté de Midsomer dans le Warwickshire, mais les producteurs ont jugé la localisation trop éloignée pour des tournages de trois mois qui employait des acteurs souvent déjà pris par le théâtre londonien. Toujours est-il, le succès de la série a permis de développer un véritable tourisme autour des lieux de tournage et quelques sites web sont apparus pour permettre aux fans de prévoir des itinéraires de découverte. Même le Buckinghamshire a créé sur son propre site des itinéraires touristiques.

Sites Web de fans www.midsomermurder.com

www.visitmidsomer.com

Sites Web locaux www.experienceoxfordshire.org

www.visithenley.com

www.owfordshirevillages.co.uk

www.visitchesterns.co.uk

www.rumseys.co.uk

Sites Web nationaux www.visitbritain.com

www.visitengland.com

http://britmovietours.com

La série, comme nous le disions en introduction, surfe sur la vague verte et rurale de la « Vieille Angleterre ». C’est cette image idéalisée que nous aimerions analyser maintenant, celle d’une Angleterre rurbaine et gentrifiée.

3.1. Le comté de Midsomer, un concentré des campagnes anglaises

Dans les quelques sites que j’ai pu consulter, les webmasters se sont livrés à la trépidante expérience de cartographier le comté fictif de Midsomer dont Causton, la capitale, occupe une situation centrale d’après Caroline Graham. Donner un paysage visuel à ce comté est une des premières missions des producteurs de la série TV. Elle fut l’occasion de nombreux repérages si bien que certaines localisations furent réutilisées pour divers épisodes.

Causton, apprend-on sur le site visitmidsomer.com, est une combinaison de Wallingford, de Thame et d’Heuley-on-Thames, des villes moyennes du Sud de l’Oxfordshire. Badger’s Drift serait la conjugaison de différents lieux du Buckinghamshire : Amersham, Bledlow (église, Behive Cottage), Brighton (Mary Sharp), Christmas Common (Tye House), The Lee (villade de Badger’s Drift) et Little Missenden (Rainbird’s House, le bureau de poste),

A partir de l’ensemble des localisations qui ont été utilisées dans les 116 épisodes de la série depuis les tout premiers tournages, on peut aisément réaliser une autre carte des paysages de Midsomer. En fait, il s’agit d’une combinaison de villages de la couronne ouest de Londres, la « ceinture verte » créée dans les années 1930. Cette dernière correspond à une politique urbanistique visant à contrôler la croissance urbaine. L’idée est de préserver un anneau de « campagnes » où l’urbanisation et la densification resteraient contraintes voire impossibles, en maintenant une aire où l’agriculture, la forêt et les loisirs de plein air seraient privilégiés. La Ceinture Verte métropolitaine de Londres fut la première a été proposée par le Greater London Regional Planning Committee en 1935. Le Town and Country Planning Act de 1947 a ensuite autorisé différentes collectivités urbaines à inclure une proposition de « ceinture verte » dans leur plan de développement. En 1955, le Ministre du Logement, Duncan Sandys, encouragea les autorités locales périurbaines à protéger leurs territoires en définissant clairement autour des zones urbaines des périmètres de « ceintures vertes ».

C’est donc à un espace recomposé que nous assistons, résultant de la conjugaison de différents lieux de la ceinture verte occidentale londonienne. La bande-son joue avec le côté champêtre qui est donné à cette série. Si nous prenons l’épisode pilote et les 1 minute 42 du début de l’épisode, nous pouvons retrouver les différents éléments qui servent à construire la série et qui ont très certainement conduit à son succès.

Les premières scènes montrent la première victime de Badger’s Drift sur son vélo. Elle arrive dans le centre du village, croise le docteur Lessiter dans son 4X4, passe devant l’épicerie puis ce qui semble être le cœur du village. Elle croise enfin sa voisine qui est également sur un vélo puis arrive dans le bois de Badger’s Drift puis devant la maison des Rainbird où elle va faire cette découverte inopinée. La minute 42 de cette première séquence introductive plante le décor du petit village anglais où tout le monde semble se connaître et où il fait bon vivre. Cette séquence st accompagnée par un morceau de musique écrit par Jim Parker pour la série, The Village Band. Le morceau est une petite marche interprétée par une par une petite fanfare composée de cuivres et de quelques bois (clarinette, hautbois). L’air est guilleret et… champêtre. Le titre du morceau et sa tonalité ajoute aux représentations que l’on peut avoir de la ruralité britannique liée depuis la fin du XIXe siècle aux petites fanfares.

La bande-son qui a été choisie laisse entendre le chant continu de petits oiseaux, le bruit des vélos, le vent qui souffle dans les arbres et la sonnette des vélos. Dans tout ce paysage sonore, le 4X4 du docteur Lessiter est presqu’inaudible. La campagne périurbaine londonienne est alors présentée comme idyllique.

Illustration 16 : Jim Parker, The Village band [1 :57 mn]

Le générique de cet épisode pilote est constitué de quatre images fixes, des aquarelles de quatre lieux de l’épisode. Le recours à cette technique picturale et les tonalités choisies par le dessinateur, dont le nom n’est d’ailleurs pas donné, ne sont pas sans rappeler les aquarelles champêtres de Beatrix Potter à la fin du XIXe siècle. Les sujets représentés concourent également à figer cette représentation stéréotypée des campagnes anglaises :

Vue générale de Badger’s Drift

Des maisons en briques avec toits de chaumes encadrées par un panneau indicateur en bois à droite et une croix celtique à gauche. Cette image réunit un certain nombre de figures culturelles des campagnes anglaises.

Vue d’une fenêtre d’un cottage

Une fenêtre à petits carreaux vitrail entrouverte, entourée de feuillage et de fleurs. Un chat noir, par tradition de mauvais augure, qui se trouvait au milieu de l’image précédente s’apprête à entrer dans la maison à la fenêtre ouverte.

 
Vue du Post Store

Le Post Store semble bien être le petit commerce de proximité le plus typique de la « ceinture verte » contemporaine britannique. Dernier service de proximité qui assure services de l’Etat (Royal Mail) et services quotidiens (Presse, épicerie). C’est également un lieu où se croisent les informations et les indiscrétions du village. Le chat noir s’arrête devant.

Vue d’un Pub

Enfin, le pub (public house) est un autre lieu de croisement des informations et d’échanges.

Le chat noir y est entré et semble y avoir élu domicile.

 

3.2. Greentification

Si l’on se penche une nouvelle fois sur la sociologie des habitants de Badger’s Drift, il s’agit essentiellement de la classe moyenne voire très aisée qui est représentée. Certains d’entre eux travaillent en ville (Causton ou même Londres) ou bien habitaient en ville. A aucun moment dans la série ne sont montrés des occupants modestes. En fait, la série donne de la campagne une image d’espace gentrifié et rurbanisé.

Les jolis cottages de l’épisode sont tous occupés par des familles de la classe moyenne voire assez aisée : une institutrice à la retraite, deux héritiers, un entrepreneur de pompes funèbres, un médecin. Ils semblent en grande partie originaires du village. L’exception reste Henry Trace qui, par sa fortune réalisée à londrès, s’est acheté le domaine de Tye House.

En 1964, la sociologue Ruth Glass, co-auteure d’un rapport sur les mutations socio-spatiales de la métropole londonienne avait observé les « transformations inédites et jusqu’alors très localisées des tissus social et physique de certains quartiers de Londres[8] ». Elle a alors recours à un néologisme, gentrification, qu’elle définit de la manière suivante :

One by one, many of the working class quarters of London have been invaded by the middle classes — upper and lower. Shabby, modest mews and cottages — two rooms up and two down — have been taken over, when their leases have expired, and have become elegant, expensive residences. Larger Victorian houses, downgraded in an earlier or recent periods — which were used as lodging houses or were otherwise in multiple occupation — have been upgraded once again. Nowadays, many of these houses are being sub-divided into costly flats or « houselets » (in terms of the new real estate snob jargon). The current social status and value of such dwellings are frequently in inverse relation to their size, and in any case enormously inflated by comparison with previous levels in their neighbourhoods. Once this process of « gentrification » starts in a district, it goes on rapidly until all or most of the original working class occupiers are displaced, and the whole social character of the district is changed[9].

Dans les années 1980, des géographes britanniques ont observé l’implantation continue dans la « ceinture verte » londonienne de résidents qui disposaient de revenus supérieurs à ceux des populations locales. Certains d’entre ces ruralistes[10] « ont formulé l’idée selon laquelle le terme de gentrification rurale pourrait s’appliquer de manière pertinente à leurs observations[11] ». En 2001, Tony Champion[12], une géographe de l’université de Newcastle, analyse l’historicité du phénomène. Selon lui, ce mouvement d’exurbanisation serait parti des grandes villes comme Londres vers les villes petites et moyennes, puis de celles-ci vers les gros bourgs, les markets towns. Selon lui toujours, plusieurs facteurs conjugués peuvent venir expliquer ce phénomène de gentrification : le développement des réseaux de transport et de plus généralement de communication, la déconcentration de l’emploi, l’amélioration des équipements des services en zone rurale, le soutien des politiques publiques au développement local, la « crise » des sociétés urbaines. La même année, face à l’engouement de ces classes moyennes pour la qualité de l’environnement, les géographes Darren P. Smith et Debbie A. Phillips, respectivement des universités de Loughborough et de Leeds, décident de parler de « greentification ».

A Badger’s Drift, les protagonistes ont tous en commun cet engouement pour la « nature » et la protection de leur environnement. Ils appartiennent tous à ce que Ruth Glass nomme les « middle classes upper and lower ». Miss Simpson et Miss Bellringer ne cueillent pas les orchidées, elles les prennent en photo. Elles parlent aux abeilles. Les Lessiter et les Trace ne perdent pas une occasion de parcourir leurs terres. Le village de Badger’s Drift a été primé à six reprises pour être le village le mieux entretenu du comté de Midsomer. C’est bien de la greentification que témoigne la série et de rien d’autre.

Ainsi donc, plus qu’une série policière héritière des romans d’Agatha Christie, Midsomer Murders est une image de l’Angleterre d’aujourd’hui qui lutte contre la croissance urbaine et qui témoigne de ce que Tony Champion appelle « l’histoire d’ amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne. Ce sont très certainement ces deux éléments qui ont su fidéliser un grand nombre de lecteurs puis de téléspectateurs britanniques assurant à la série télévisée un très grand succès.

            En France, la série remporte un succès identique. Elle correspond ici aussi à un amour des Français pour la campagne et la province. Là où les grandes séries américaines se déroulent dans les grandes métropoles (New York, Washington, Philadelphie, Los Angeles, Miami ou Chicago), Barnaby vient rejoindre d’autres séries françaises à suspens qui se déroulent à la campagne. Je ne citerai pour preuve que « Louis la Brocante[13] », « Doc Martin[14] », « Père et maire[15] », « Famille d’accueil[16] ». Autant de séries qui pourraient être un vaste terrain d’études sur les représentations de la ruralité.

 

[1] Ces pieds ont-ils jadis / Marché sur les vertes montagnes d’Angleterre ? / A-t-on vu le saint agneau de Dieu
dans les doux pâturages d’Angleterre ? / Et le divin visage / A-t-il brillé sur nos brumeuses collines? / A-t-on édifié ici Jérusalem / Au milieu de ces maudites filatures

[2] Que faut-il entendre ici par cottage ? Le mot apparaît en Angleterre au XIIIe siècle, d’après le dictionnaire étymologie Douglas Harper. Il est formé de deux mots venus de l’ancien français : cote (cabane) et le suffixe –age (exprimant l’entière propriété attachée à cette cabane). Le cottage pourrait alors être rapproché du manse féodal qui consiste en une maison et de la terre sur laquelle elle est sise et permettant à la famille qui le possède de survivre. A partir de 1765, le cottage désigne une petite résidence à la campagne quelque soit son mode de propriété et l’origine social de ses occupants.

[3] Frédéric Richard, « La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ? », L’Espace Politique, 9, 2009-3. Disponible sur : https://espacepolitique.revues.org/1478

[4] Detective Chief Inspector

[5] Anthony Horowitz et Caroline Graham font une apparition dans la cérémonie du mariage rêvé par Barnaby dans le premier épisode, symbolisant en quelque sorte la parfaite entente entre les deux auteurs.

[6] Etymologiquement, l’adjectif cosy est la contraction du mot composé tea cosy qui désigne le couvre théière en tissu qui permet de tenir le thé au chaud pendant toute une journée. Par extension, depuis le début du XXe siècle, cosy signifie « confortable, chaud, où l’on peut causer agréablement, dans l’intimité ».

[7] La toile représente un portrait de sa sœur nue allongée sur un drap rouge, preuve de leur amour interdit.

[8] Frédéric Richard, op. cit.

[9] Ruth Glass, London, Aspects of Change. London, Macgibon & Kee, 1964, p. xviii.

[10] J. Little, « Rural gentrification and the influence of local-level planning » In Paul Cloke (éd.), Rural planning : policy into action ? London, Harper and Lowe, 1987, p. 95-115.

[11] Frédéric Richard, op. cit

[12] Tony Champion, « The continuing urban-rural population movement in Britain : trends, patterns, significance », Espace, populations, sociétés, 2001-1-2, p.37-51.

[13] La série « Louis la Brocante » est une série française de Jacques Rouzet et Pierre Sisser, diffusée entre 2011 et 2015, et qui se déroule dans les Monts d’Or au nord de Lyon.

[14] La série « Doc Martin» est une série française d’Eric Kristy, adaptée de la version britannique du même nom, diffusée entre 1998 et 2014, et qui se déroule dans le Finistère à Douëlan.

[15] La série « Père et Maire» est une série française de Christian Rauth et Daniel Rialet, diffusée entre 2002 et 2009, et qui se déroule dans un premier temps autour de Vendôme (Loir-et-Cher) puis d’Angoulême (Charente).

[16] La série « Famille d’Accueil» est une série française de Stéphane Kaminka, diffusée entre 2001 et 2016, et qui se déroule en Gironde entre Carbon-Blanc et Floirac.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / UMR 5600 Environnement, Ville et Société / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *