The Cartographic Eye in Children’s Picturebooks:Between Maps and Narratives

9
This article examines the place occupied by maps in children’s picture-books. After a brief overview of the different roles that are assigned to maps in children’s books, the article considers ve French picturebooks—Warja Lavater’s Le petit chaperon rouge (1965), Olivier Douzou and Isabelle Simon’s L’autobus numéro 33 (1996), Veronique Vernette’s Cocorico poulet Piga ( 1999), Rebecca Dautremer and Arthur Leboeuf’s Le loup de la 135ème (2008) and Kochka and Fabienne Cinquin’s Dans ma ville, il y a (2011)—in order to focus on how the narrative, whether enclosed, superimposed or linked to the text in some other way, is evoked by the geographic shape of the maps. It is argued that the particular use and function of a map depends on its shape or placement in a book, distinguishing between the incorpor ation of maps only as a signicant pictur e (its use) from the subject within the whole narrative (its function). Thu s the article articulates what uses a map can have within a narrative. It also explores the mechanics of the iconotext, showing that a cartographic picture fulls a precise, rather than a general, function of spatialisation. Hence three main functions of spatialisation in maps and mapping are distinguished, whereby an author could use maps to help a character discover, conquer, or organise a space.
Pour lire la suite, cliquer ici.

Pierre Probst, Globe-trotter des images

caroline

Le Centre Régional de Ressources sur l’Album et l’Illustration (CRRAI), installé à Margny-lès-Compiègne, a eu la brillante idée d’organiser une exposition sur le travail de l’illustrateur Pierre Probst, créateur du personnage de Caroline et de Fanfan.

Catherine Palomar, la directrice du CRRAI, m’a très gentiment proposé d’être le commissaire de cette exposition et d’en rédiger le catalogue. C’est avec un très grand empressement et un très grand plaisir que j’ai accepté. Je vous invite donc à venir nombreux découvrir les œuvres originales de Pierre Probst sélectionnées, regroupées et commentées sous un angle d’approche qui se veut géographique.

L’exposition, qui se tiendra du 24 septembre 2016 au 25 février 2017, sera ponctuée de quelques manifestations :

Le samedi 8 octobre 2016 à 14h30 : Inauguration

Le mercredi 16 novembre 2016 à 14h30 : Conférence « Pierre Probst, observateur d’une France en mutation »

Le lundi 12 décembre 2016 à 14h : Table-ronde « Éditer, rééditer Caroline aujourd’hui : pourquoi ? comment ? »

Le samedi 14 janvier 2017 à 10h : Conférence « Pierre Probst, metteur en espace »

Le catalogue de l’exposition (64 pages) est en vente sur le site du CRRAI pour la somme de 15 euros.

Caroline et la montagne

Caroline est un personnage populaire de la littérature de jeunesse créé par Pierre Probst en 1953. Dans les 44 albums de la série qui lui est consacrée, l’héroïne promène ses lecteurs à travers différents espaces, qu’ils soient domestiques ou lointains, qu’ils soient urbains ou ruraux, de mer ou de montagne. Les albums de Pierre Probst représentent des personnages évoluant dans des paysages aménagés, pratiquant des territoires habités. Caroline aux sports d’hiver (1959), le septième album de la série, paraît au moment où le tourisme hivernal de montagne commence à se populariser. Caroline fait du cheval (1989), vingt-deuxième de la série, évoque un tourisme estival de montagne qui se popularise et se développe à son tour. Ces deux albums inscrits dans une temporalité et une spatialité particulières ont pourtant été réédités et traduits de nombreuses fois jusqu’à nos jours. Cet article se propose de montrer en quoi ces deux albums pour enfants constituent des produits culturels géographiques et d’étudier les procédés iconotextuels qui permettent à la fois de construire de l’espace montagnard et d’en donner des exemples de pratique, ce que nous nommons des spatialités.

Vous pourrez lire la suite de cet article sur le site de la Revue de Géographie Alpine.

Comment l’architecture s’invite dans les livres de jeunesse ?

180x0_titre_conversations_fevrier_green_black_v2_f24a7

Le jeudi 16 octobre 2014, dans le cadre des « Conversations autour… », la Cité de l’Architecture de Paris réunissait chercheurs et artistes pour parler des albums pour enfants et d’architecture. Le débat était animé par Christine Desmoulins, auteure et critique d’architecture.

L’argumentaire était le suivant :

« Depuis quelques années, la littérature de jeunesse a pris rendez-vous avec l’architecture. Tous les genres sont concernés, la fiction comme le documentaire. Avec audace et créativité, des illustrateurs et des auteurs s’emploient à rendre intelligible et accessible aux enfants, cet art millénaire. Comment ? Quelles techniques de représentation favorisent-ils ? Quels partis prennent-ils ? »

Les invités de cette table-ronde étaient : Didier Cornille (auteur-illustrateur), Christine Dodos-Ungerer (auteure) et moi-même.

http://www.citechaillot.fr/fr/cite/documentation/bibliotheque/conversations_autour/25681-comment_larchitecture_sinvite_dans_les_livres_de_jeunesse.html

La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps

123441-paul-quebec

Un article sur le site Comicalités !

   En établissant des liens aussi étroits entre une narration littéraire et une narration dessinée, la bande dessinée semble représenter un médium privilégié pour mettre le temps de nos vies en espace. Entre 1999 et 2011, Michel Rabagliati, auteur québécois, consacre sept albums à la vie de Paul, son double diégétique. Ces volumes qui alternent short stories et graphic novels relatent des tranches de la vie de Paul, depuis ses 10 ans jusqu’à sa vie adulte. Le recours régulier à l’analepse ou à la prolepse, expression de l’intériorité du narrateur, est systématiquement accompagné d’une reconstitution des lieux traversés, fréquentés par lui, expression de son extériorité. Temporalité et spatialité semblent donc concourir à la construction du personnage, à son existence même. En outre, les relations qu’entretient Paul avec son passé et les espaces de son passé sont autant de marqueurs qui font écho dans la propre vie des lecteurs en mobilisant intertextualité et intericonicité.

   By establishing such close links between the literary narrative and the illustrated narrative, the bande dessinée seems to be a very particular médium that places the time of our lives within space. Between 1999 and 2011, Michel Rabagliati, a Quebec cartoonist, devotes six comic books to the life of Paul, his diegetic twin. These comic books, combining short stories and graphic novels, relate slices of Paul’s life, from age 10 to his adult life. In the normal course of anticipating an event to reliving an event, the expression of the narrator’s inner life, is systematically accompanied by a reconstitution of the places he has been and the life he’s led, an expression of his outer life. Therefore, Temporality and Spatiality seem to combine to form character and even his existence. Additionally, the relationships that Paul has with his past and the spaces of his past are equally markers that echo the readers’ own life, calling on inter-textuality and inter-iconicity.