La petite école de Bernadette Després

En 1973, Bernadette Després, illustratrice pour Pomme d’Api, Jeunes Années et La Farandole, entreprend de réaliser un album qui se déroule à l’école maternelle. A travers les sept planches d’un premier album qui sera édité chez Bayard en 1976, c’est la journée de 29 enfants, de leur enseignante et de leur ATSEM qui est racontée. En 1985 et 1986, Bernadette Després réalise une suite à ce premier album : La Fête de mon école et Pinou le lapin de mon école. Les images pleines de vie et de couleurs témoignent d’une école maternelle qui est en train de changer. La loi de 1977 entérinera des pratiques qui avaient déjà évolué dans certaines écoles après 1968 : plus de liberté donnée à l’enfant, une plus grande laissé au jeu…

L’exposition organisée par l’ESPE Centre Val de Loire sur le site de Tours-Fondettes est constituée de neuf planches originales, de croquis et de dessins préparatoires qui permettent d’apprécier le travail d’illustratrice et de comprendre les diverses étapes de fabrication d’un album pour enfants.

Le catalogue de l’exposition (basse définition) est téléchargeable depuis ce lien : Catalogue-bd

Exposition ouverte du 20 novembre 2017 au 23 février 2018

Du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Entrée libre

ESPE Centre Val de Loire

Château Bel Air

La Guignière

37230 FONDETTES

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / INSPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts

Home and Lived-In Spaces in Picturebooks

Affiche de la 6ème Conférence Internationale autour de l’album pour enfants de Padoue (septembre 2017)

Du 28 au 29 septembre, j’ai eu le grand plaisir d’être invité à la 6ème conférence internationale du Réseau européen de recherches sur l’album pour enfants. Cette conférence se tenait à l’université de Padoue et était organisée par le Département de Philosophie, de Sociologie, d’Education et de Psychologie Appliquée (FISPPA) sous la direction de Marnie Compagnaro, lecturer in History and Theory of Children’s Literature. Le sujet de cette conférence était le foyer et l’espace vécu dans les albums pour enfants publiés depuis 1950.

Cela fait bientôt trente ans que les géographes ont mis en évidence l’importance des représentations, des images construites par les sociétés pour rendre compréhensible le monde qui les entoure. Ils ont développé une géographie culturelle qui semble s’être réellement imposée comme un autre paradigme au début des années 1990 en plaçant les perceptions de l’homme et ses représentations au centre de la discipline. L’espace vécu (Lived-In Space), concept forgé par le géographe français Armand Frémont dans les années 1970, fait partie des concepts de la Nouvelle Géographie, sociale et phénoménologique, sur lesquels s’appuie la géographie contemporaine. Dans La Région, espace vécu, paru en 1976, Frémont s’inspire des théories du philosophe et urbaniste Henri Lefebvre pour établir le concept « d’espace géographique » comme tout nouveau concept géographique.

Dans La Production de l’espace, en 1974, Henri Lefbvre distingue trois types d’espace. Le premier est l’espace physique et correspond à l’espace perçu. Selon Lefebvre : « La pratique spatiale d’une société génère l’espace social ; … elle le produit doucement et sûrement comme il le domine et l’approprie ». Le second est un espace mental qui correspond à un espace conçu : « l’espace des scientifiques, des planificateurs, des urbanistes, des technocrates et des ingénieurs sociaux, comme celui d’un certain nombre d’artistes ». Enfin, le troisième espace est l’espace social, «  directement vécu à travers ses images et ses symboles associés ». Ainsi pour Frémont, l’espace vécu est la conjugaison de l’espace des pratiques quotidiennes (espace de vie) et de l’espace des relations interpersonnelles (espace social). Il est le domaine des perceptions et des représentations individuelles et collectives.

Les albums pour enfants, en tant que productions culturelles, peuvent être considérées comme des représentations socio-spatiales des espaces de vie et des relations interpersonnelles des personnages créés par les auteurs illustrateurs. Etudier ces représentations, c’est interroger sur les idéologies socio-spatiales transmises aux jeunes lecteurs.

Les deux journées et demie de conférence étaient divisées en dix sessions centrées sur les représentations des foyers (home). Dans cet article, j’aimerais donc rendre compte du travail émanant des différentes sessions pour conclure par quelques observations que m’ont inspirés cette conférence et les nombreux échanges que j’ai pu avoir avec les représentants venus d’une petite dizaine de pays (Royaume-Uni, Italie, Norvège, Suisse, Portugal, Allemagne, Grèce, Croatie, Pologne, France).

  1. Evolutions des représentations du foyer et des espaces vécus (sessions 1, 2 et 5)

C’est Elina Driker, Associate Professor en Littérature comparée à l’Université de Stockholm, qui débute la conférence avec une présentation intitulée « The citizens of the future : Ideas of children’s play and creativity in mid-century picturebooks ». Son corpus est constitué des trois albums consacrés au personnage national, Fifi Brindacier (Pipi Longstocking, ou en suédois Pipi Langstrump) d’Astrid Lingdren, mis en images par Ingrid Nyman entre 1945 et 1948. Dans l’album Do you know Pipi Longstocking ? (1947), Fifi joue essentiellement dans la cuisine de sa maison la « Villa Villekula » que l’illustratrice représente sous trois angles de vue (de face, en angle oblique et en vue zénithale).

La présentation de Lorenzo Cantatore, Associate Professor en Littérature pour enfants à l’Université de Rome, avait pour objet d’analyser la Reconstruction dans les albums italiens des années 1940, en particulier deux albums de Bruno Munari (Le Macchine di Munari, L’Abacedario) et un d’Elsa Morante. Ces trois albums semblent très influencés par le mouvement réaliste né dans les années 1910. Les paysages domestiques y sont déconstruits et reconstruits par l’amoncellement d’objets qui les symbolisent.

La seconde session de la matinée s’ouvrait avec la communication de Smiljana Narancic Kovac, Assistant Professor à l’Université de Zagreb. Son propos était d’analyser 70 albums croates parus entre 1950 et 2010 et d’y porter un regard à la fois quantitatif et qualitatif. Ses premières conclusions portant sur un nombre assez restreint d’albums pour la période considérée montrent une évolution très nette entre les lieux représentés. Dans les années 1950, 80% des espaces proches vécus représentés sont situés à l’extérieur de la maison (dans la rue, dans le jardin) alors qu’à partir des années 1990, la tendance semble s’inverser. Quelques interprétations sont avancées, notamment, l’idée que les régimes totalitaires ont toujours mis l’accent sur l’importance des espaces publics dans lesquels on peut avoir une emprise sur les âmes et les corps.

Dorena Caroli, Associate Professor à l’Université de Macerata, s’est intéressée à l’image du foyer dans les manuels de lecture soviétiques (Primers) des années 1950. Cette période correspond en URSS à la raréfaction de la production en albums pour enfants. Ces ouvrages d’apprentissage peuvent être considérés comme des albums pour enfants à en juger par la place accordée à l’image et au rapport qu’elle tisse avec les textes (Nikolajeva, 2001). Dans ces ouvrages d’apprentissage, on observe la disparition progressive de l’image de Staline, laissant entrevoir la déstalinisation qui se met en place partout dans le bloc soviétique après 1957. Dans l’idéologie soviétique, la maison est un terrain de conquête qui se veut être le modèle du monde environnant, un microcosme.

Bettina Kümmerling-Meibauer, professeure d’allemand à l’Université de Tübingen, et Jörg Meibauer, détenteur de la chaire de linguistique à l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, ont étudié l’image de l’espace urbain dans les albums pour enfants de l’ex-RDA. Ces albums publiés entre 1950 et 1989 sont fortement influencés par les constructions d’espaces urbains à l’instar de Stalinallee (rebaptisée Karl-Marx-Allee depuis 1961), avenue de Berlin-Est.

  1. Le foyer et les géographies intérieures (sessions 3, 4, 6 et 7)

Åsel Marie Ommundsen, Professeure à la Faculté d’Education d’Oslo, propose une très intéressante analyse d’un album paru en 2016 en Norvège et non encore traduit ni en français ni en anglais, Tre biler og en d¢d Katte (Three cars and a Dead cat) de Gry Moursund. L’histoire est une enquête policière : sur une île de Norvège, un chat a été écrasé par une auto. Dans l’île, il n’existe que trois voitures. Quatre enfants vont mener leur enquête. L’action est censée se dérouler dans les années 1970 et l’auteure, née en 1969, s’est employée à recréer les décors intérieurs de ces années-là : téléphone à touches, tourne-disque, papier peints à fleurs.

Gry Moursund, The Biler og en Dod Katt (2016)

L’après-midi reprenait avec une communication de Nina Goga, professeure à la Western Norway University of Applied Sciences de Bergen. Il s’agit d’étudier la présence de la Nature dans les espaces proches à travers cinq albums pour enfants primés entre 2006 et 2016. Nina Goga comparait les cinq couvertures et les cinq premières double-pages. Deux observations majeures se dégageaient : la relation romantique avec la nature (approche rousseauiste) et le besoin constant de maîtriser cette nature. Reprenant une citation de Tordis Orjasoeter, elle montrait combien cette relation avec la nature était importante dans toute la littérature norvégienne : « La capacité de vivre en harmonie avec les fjords profonds, les montagnes abruptes et les vastes forêts a été définie comme une caractéristique norvégienne la plus signifiante » (Orjasoeter, 2013, p.48).

Ture Schwebs, professeur à la Western Norway University of Applied Sciences de Bergen, a présenté une application iPad, The Artifacts du romancier Lynley Stace. Cet « album numérique » raconte l’histoire d’Asaf (12 ans), un jeune garçon qui adore collectionner différentes choses. Quand sa famille déménage pour une autre maison, il perd toutes ses collections. Alors, il s’enfuit dans la rêverie et commence à collectionner les souvenirs. Une grande partie de l’histoire se déroule ainsi dans la tête d’Asaf.

Marnie Compagnaro dans une étude comparative de trois albums, In the Night Kitchen (1970) de Maurice Sendak, The Snowman (1978) de Raymond Briggs et Hannah’s Night (2012) de Komako Sakai, a tenté de montrer que la nuit dans les albums pour enfants pouvait être considérés comme un réel moment de liberté pour les jeunes héros durant lequel ils avaient la maison pour eux. D’autre part, elle a observé que la maison bachelardienne conçue dans sa verticalité et sa double polarité (la cave, lieu de l’irrationnel et le grenier, lieu du rationnel) laissé peu à peu place à une maison horizontale sans réelle polarité. Cette dernière présentation achevait la première journée de la conférence.

  1. De l’autre côté du miroir : quelques remarques

La plupart des présentations auxquelles j’ai pu assister, à savoir treize sur vingt-six, s’appuyaient très peu sur une analyse fine de l’image. Les études portaient avant tout sur la narration textuelle. La méthode descriptive est très largement mise en œuvre par les collègues universitaires et l’analyse critique et interprétative n’y est que très peu développée. Quand j’ai eu l’occasion de faire part de ces premières observations à quelques collègues, j’ai toujours eu la même explication : l’influence cartésienne qui marque de manière notoire la recherche française.

D’autre part, à chaque retour de ces conférences internationales où la langue anglaise sert de trait d’union à toutes les présentations, j’ai toujours l’impression que la France fait bande à part. La recherche française en littérature de jeunesse possède ses propres références bibliographiques qui ne sont pas partagées de « l’autre côté du miroir » par défaut de ne pas avoir été traduites en anglais.

Enfin, le monde anglo-saxon de la recherche sur les albums de jeunesse semble se partager en deux obédiences. Une première école, géographiquement plus américaine, s’est cristallisée autour de Perry Nodelman, professeur émérite à l’Université de Winnipeg, pionnier des recherches en littérature de jeunesse depuis 1975. Trois ouvrages, traduits en plusieurs langues, font autorité dans la grande partie du monde anglo-saxon : Words about Picture Books : The Narrative Art of Children’s Picture Books (1988), The Pleasures of Children’s Literature (1992) et The Hidden Adult : Defining Children’s Literature (2008). Nodelman insiste sur la prédominance de l’image sur le texte dans ce qu’il nomme, en deux mots, « Picture Books ». Cette prédominance demande souvent à l’enfant de devoir « décoder » l’image sans en posséder toujours les clés (Hidden Adult).

Une seconde école, géographiquement plus britannique et scandinave, s’est formée autour de Maria Nikolajeva et de Morag Styles. Après avoir enseigné à l’Université de Stockholm pendant plus de 10 ans, elle rejoint en 2008 Morag Styles à la Faculty Education de l’Homerton College de Cambridge. Leur approche de l’album enfant est une approche qui étudie davantage le rapport texte/image au sein ce de qu’elles nomment, en un mot, « Picturebboks ». Deux ouvrages font autorité de ce côté-ci du « Miroir », How Picturebooks work en 2001 (Nikolajeva et Scott) et Children’s Picturebooks. The Art of storytelling en 2008 (Styles et Salisbury).

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / INSPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts

Images de l’urbain dans les albums pour enfants

En 1977, Maud Sirois, animatrice des Jeunesses Littéraires de France, publie dans La revue des Livres pour enfants un article portant sur les images de la ville dans les albums. L’article commence ainsi :

En 1970, Marie-José Chombart de Lauwe assurait, à la suite d’une enquête sociologique, que dans la presse pour la jeunesse la ville représentait le quart seulement des cadres choisis par les auteurs comme lieux d’évolution de leurs personnages. Elle ajoutait : « La nature sauvage ou cultivée est vraiment présentée comme le cadre normal de l’enfance dans le domaine scolaire et dans celui des loisirs, ainsi que dans les romans pour adultes et les autobiographies. » Qu’en est-il en 1977 ? […] Le tour de la production française de ces dernières années permet de voir que la ville est loin d’être le cadre par excellence des aventures enfantines. Cependant, apparue timidement au cours des années soixante dans l’album, elle y connaît une progression soutenue depuis 1971.

Face à ces observations, nous serions tentés de croire que l’intérêt pour l’urbain, en éveil dans les années soixante-dix, n’a cessé de croître depuis quarante ans et que les images de la ville occupent aujourd’hui une place importante dans les albums. En effet, j’ai pu constater qu’à partir des années deux-mille, dans près de la moitié des albums ayant pour thème ou pour cadre un espace particulier c’était le cadre de la ville qui était choisi. Doit-on imputer cet intérêt grandissant au seul fait que la population urbaine ait dépassé les 2/3 de la population totale au début des années soixante-dix sans cesser de croître depuis, jusqu’à devenir très largement majoritaire aujourd’hui, avec 80% de la population française ? Cela peut bien sûr constituer une explication fondamentale mais ce serait oublier les évolutions de l’image de la ville dans les mentalités. Cet article a donc pour but de s’interroger sur les évolutions de l’image de l’urbain dans les albums pour enfants à travers quelques exemples pris dans un corpus plus vaste. La périodisation à laquelle aboutira cette interrogation sera contextualisée en se référant à l’évolution de l’urbanistique et des études socio-culturelles sur la ville. Même si aucun lien de cause à effet ne peut être réellement démontré entre les deux champs d’études, il nous a semblé qu’il pouvait exister certains rapprochements.

Pour lire la suite, sur le site de la revue Strenae, cliquer ici.

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / INSPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts

Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique

Illustration 1 – Affiche de la série télévisée, Inspecteur Barnaby

Pour lire cet article en anglais

Le 27 juillet 2012, à 21h, s’ouvrait à Londres les 30e Jeux Olympiques d’été. La cérémonie d’ouverture, orchestrée par le glorieux réalisateur britannique Danny Boyle, fraichement oscarisé en 2009 pour Slumdog Millionaire, était intitulée « Isles of Wonder » (Îles aux mystères). Le spectacle débutait par un court-métrage chargé de descendre le cour de la Tamise depuis sa source. La caméra survolait ainsi la campagne profonde anglaise depuis la stèle de la Thames Head à proximité de Kemble dans la Gloucestershire jusqu’au stade olympique, situé dans la banlieue nord de Londres, à Stratford, dans le quartier en rénovation de Newham. Les trajectoires du passé et du présent venaient ainsi et ici se nouer.

Illustration 2 – Cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012.

Après le plongeon final de la caméra volante sur le stade olympique, une chorale d’enfants entonne le Jerusalem Hymn. Ce poème de William Blake écrit en 1804 fut mis en musique par Hubert Parry en 1916 dans le but de galvaniser les troupes britanniques lancées dans le premier conflit mondial. La première strophe du poème rend hommage aux « vertes montagnes » et aux « paisibles pâturages » anglais, faisant de l’Angleterre une « Jerusalem terrestre » possible, une nouvelle Arcadie, faisant contre-poids avec l’industrieuse Londres si l’on se réfère à l’allusion aux « filatures sataniques » mentionnées dans le dernier vers de notre citation :

And did those feet in ancient time

Walk upon England’s mountain green ?

And was the holy Lamb of God

On England’s pleasant pastures seen ?

And did the countenance divine

Shine forth upon our clouded hills ?

And was Jerusalem builded here

Among those dark satanic mills ?[1]

Au centre de l’enceinte sportive, sur l’aire de jeu, le décor est à l’image des premiers vers de Blake : une colline verdoyante au pied de laquelle s’étendent de paisibles prairies. Quelques chaumières à colombages évoquent les cottages[2] qui sont comme un emblème de l’Ancien et du Nouveau temps. Cette scénographie vient là souligner « l’histoire d’amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne depuis au moins le XVIIIe siècle[3]. Il s’agira pour moi, dans cet article, d’analyser la nature de cet attachement et d’en étudier l’idéologie spatiale qui semble constituer un trait culturel britannique.

Cet attachement à une certaine image de la campagne anglaise nous semble être le thème de fond d’une série policière diffusée sur le réseau ITV depuis le 23 mars 1997 et, en France, sur France 3 depuis 2001, « Midsomer Murdrers » ou, en français, « Inspecteur Barnaby ». C’est le pilote de la série, Meurtres à Badger’s Drift, que j’aimerais analyser dans cet article et questionner successivement le contexte de création de la série, adaptation de romans policiers à succès, les enjeux socio-spatiaux perceptibles dans ce premier épisode et l’idéologie spatiale présente dans la série tout entière.

  1. Midsomer Murders, le bon air du temps

« Midsomer Murders » est une série télévisée dont les cinq premiers épisodes de 89 à 102 minutes ont été adaptés des cinq premiers volumes de la série policière « Chef Inspector Barnaby » de la romancière Caroline Graham. Ces cinq premiers épisodes dessinent les contours et décrivent les paysages du comté fictif de Midsomer dont le chef-lieu est la non-moins fictive Causton. Le héros récurrent de la série est le DCI[4] Thomas Barnaby qui habite dans un pavillon de la banlieue de Causton.

Titre Publication Filmé Diffusion Localisation
The Killings at Badger’s Drift 1987 Septembre-octobre 1996 23 mars 1997 Badger’s Drift
Death of a Hollow Man 1989 Août-septembre 1997 29 mars 1998 Ferne Basset
Death in Disguise 1992 Novembre-décembre 1997 6 mai 1998 Compton Dando
Written in Blood 1994 Juillet-août 1997 22 mars 1998 Midsomer Worthy
Faithful unto Death 1996 Octobre 1997 22 avril 1998 Morton Fendle

Caroline Graham est née en 1931. Détentrice d’une maîtrise en écriture théâtrale de l’Université de Birmingham, elle a écrit plusieurs scénarios pour la radio, le théâtre et la télévision. Elle a également écrit deux romans pour la jeunesse en 1985 : BMX Star Rider et BMX’ers Battle it Out, parus tous les deux chez Hutchinson. Le dernier roman de la série « DCI Barnaby » est publié en 2004 et s’intitule A Ghost In the Machine. The Killings at Badger’s Drift, édité par Century en 1987, fut classé parmi les cent meilleurs romans policiers par la Crime Writer’s Association. Il fut traduit et publié en français chez Albin Michel en 1990.

Illustration 3 : Couverture de Meurtres à Badger’s Drift.

En 1996, Betty Willingale, productrice pour la BBC depuis les années 1960 et consultante pour ITV, décide d’adapter pour la télévision la série policière. Les cinq premiers épisodes sont réalisés par Jeremy Silberston et l’adaptation est confiée à Anthony Horowitz[5], un romancier pour la jeunesse qui obtint le prix européen du roman pour enfants en 1993 pour L’Île du Crâne.

La série est diffusée en France le 14 janvier 2001 sur France 3. Elle a été vendue et diffusée et continue de l’être dans plus de cent pays autour du monde y compris les Etats-Unis et la Chine.

Illustration 4 : Meurtres à Badger’s Drift (version française, 14 janvier 2001)

Dans le roman de Caroline Graham, l’inspecteur chef Tom Barnaby et son adjoint le sergent Gavin Troy se rendent à leur travail quand ils sont accostés par Miss Bellringer qui leur affirme que l’une de ses amies, Emily Simpson, ne serait pas morte des suites d’une crise cardiaque, contrairement aux conclusions du médecin, mais aurait été assassinée. L’autopsie qui est réalisée sur ordre de Barnaby montre en effet que Miss Simpson a été empoisonnée.

Dans l’adaptation télévisée, Barnaby et Troy sont dépêchés sur une scène de crime et Miss Bellringer n’a plus le rôle de celle qui, comme son nom l’indique (belleringer : sonneur de cloche), attire l’attention de Barnaby. Elle est simplement celle qui a appelé la police. Emilie Simpson n’est pas empoisonnée mais reçoit un violent coup mortel à la nuque. Ces petits décalages dûs à l’adaptation pour le « petit écran » ne modifie que très peu la trame de l’enquête mais ont leur importance, nous le verrons, dans la narration spatiale et dans la découverte successive des différents lieux de l’affaire.

Continuer la lecture de « Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique »

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / INSPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts

Bernadette Després. Annie, Nicole, Valérie… Tom-Tom et Nana

Exposition du 25 avril au 26 août 2017

Si l’on ne présente plus Tom-Tom et Nana tant leurs aventures ont été un succès, il n’en est pas toujours de même pour Annie, Valérie, Nicole et Zaza. Aujourd’hui, ce sont surtout elles que le Centre André François a choisi de mettre en lumière dans cette rétrospective consacrée à l’œuvre de Bernadette Després, Tous à vos agendas !

Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / INSPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

More Posts