Peter Sis, imagier des espaces et du temps

Fig. 1 : Masque pour une critique de l’éducation américaine, Education Then, Time Magazine (1987)

-[…] notre illustrateur serait peut-être tenté de réconcilier les mondes opposés, […] il aime les choses encloses, parfaites…

– Il dessine pour les enfants, n’est-ce pas… Autant délimiter ce qui doit l’être ; penser, n’est-ce pas aussi cela ?

– Vous avez raison. Mais beaucoup d’adultes sont aujourd’hui des enfants.

– Peter Sis est, si j’ose dire, un drôle d’oiseau. Il voit le monde de haut…

Le philosophe sourit à cette remarque naïve et daigna poursuivre :

– Oui, mais avec de très bons yeux. […]

Michel Host, Peter Sis ou l’imagier du temps, Grasset, 1996, p.14.

 

            Imagier du temps, Peter Sis est un auteur qui aime à croiser les temporalités. Présent et passé s’entremêlent pour donner corps à des personnages qui le touchent des près. Imagier des espaces, il accorde dans son œuvre une place privilégiée et toute particulière à la carte. Artialisée, hybride, objet graphique, elle est omniprésente. Elle montre, elle domine, elle approprie, elle exprime, la carte est souvent traitée par Sis comme l’image figée en dehors du temps où les rapports sociaux, l’histoire des personnages et leurs spatialités semblent s’ancrer dans le dessin. Imagier des cultures, il aime représenter les multiples influences, facilitées par la toujours plus grande liberté de circulation des idées, des langues, des croyances, qui tissent nos vies.

Fig. 2 : Peter SIS

             Le travail de Peter Sis dans la littérature pour enfants débute en 1981 et donne à voir une production de cinquante-quatre ouvrages dans lesquelles il est soit seulement illustrateur (trente ouvrages) soit auteur/illustrateur (vingt-quatre ouvrages). Parmi cette production relativement importante de près de deux ouvrages par an, on compte à la fois des albums, pour une majeure partie (35), et des romans ou recueils de nouvelles illustrées (19). Sur les trente-cinq albums illustrés par Peter Sis, treize (dans lesquels il est d’ailleurs à la fois auteur/illustrateur) contiennent des représentations d’espaces telles que nous avons pu les définir antérieurement, ce qui constitue plus de la moitié de sa production en solo. Comme nous le verrons ultérieurement, la spatialité et les relations que ses personnages entretiennent avec leur biotope sont une préoccupation majeure chez Peter Sis.

            La carte ou le plan sont les modes de représentations spatiales les plus fréquents chez notre auteur (34% des représentations). On trouve également le mode topogrammique[1] dans une très large proportion puisqu’il compose l’autre petit tiers des représentations (27%) : Peter Sis semble même s’en être fait une spécialité et nous ne manquerons pas d’en étudier les ressorts un peu plus loin. Le tiers restant est dominé par les vues obliques (20%). Les paysages ou les vues en coupe sont en revanche beaucoup plus rares (3%).

            Les modes de description des territoires parcourus par les personnages de Peter Sis sont majoritairement des expressions d’espaces connus et « appropriés » par les protagonistes des récits (62% des 13 albums) ou inconnus (31%). Les récits de parcours (69%), que l’on retrouve dans l’évocation du voyage de Charles Darwin, de celui de Christophe Colomb, du voyage au Tibet du père de Peter Sis, dans le Grand Nord de Jan Welzl, d’un petit garçon vers l’île de Komodo, de Mary le long de la plage ou encore de Madlenka autour de son bloc newyorkais, sont récurrents dans la grande majorité des ouvrages de Peter Sis.

            Qu’en est-il, pour terminer ce très rapide tour d’horizon de l’œuvre de notre auteur, du lectorat ?  Si l’on se fie au référencement effectué par les maisons d’édition française (Grasset) et américaines (Greenwillow Books et Farrar, Straus & Giroux) et que l’on considère uniquement les treize albums qui composent notre corpus, on constate qu’ils s’adressent à un public souvent transgénérationnel. En effet, si sept ouvrages semblent clairement adressés à un très jeune public de 4 à 8 ans, les six autres visent un destinataire beaucoup plus large, selon les éditeurs américains, puisqu’il commence à 6 ans pour se terminer à l’âge adulte. Ces mêmes éditeurs américains[2] invitent d’ailleurs le lectorat adulte, et plus particulièrement enseignant, à préconiser un niveau de scolarisation pour aborder les albums. Là encore, cinq albums sont indiqués comme pouvant intéresser des élèves lecteurs débutants (1rst grade) à des élèves beaucoup plus âgés.

 1. Clé d’une histoire

            Dans son ouvrage paru en 2007, Le Mur : mon enfance derrière le Rideau de Fer[3], Peter Sis évoque de manière très personnelle toutes les influences qui ont jalonné son enfance, son adolescence et les premières années de sa vie d’adulte. Il est né en 1949, à Brno, en Tchécoslovaquie, de Vladimir Sis réalisateur de cinéma, né en 1925, et d’une mère artiste, Aleana Petrvalska, née également en 1925.

 

Fig.3 : Peter Sis, Le Mur, p.11.

 

Aussi loin que remontaient ses souvenirs, il avait toujours aimé dessiner. Il avait commencé par dessiner des formes. Ensuite, il se mit à dessiner des gens. À la maison, il dessinait tout ce qu’il voulait. À l’école, il se mit à dessiner ce qu’on lui disait de dessiner. Il dessina des tanks. Il dessina des guerres. Il ne remettait pas en question ce qu’on lui disait. Ensuite, il découvrit qu’il y avait des choses qu’on ne lui disait pas. Il commença lentement à remettre les choses en question. Il peignit ce qu’il voulait – en cachette. Il entra dans un groupe de rock et se mit à peindre de la musique. Tout paraissait possible… Ce fut le Printemps de Prague de 1968[4]

            De 1968 à 1974, il étudie les arts appliqués à l’Académie de Prague. Il y fait sa première exposition. En 1976, il illustre un premier livre, il s’agit d’un recueil de contes de Grimm. De 1980 à 1981, il travaille comme réalisateur au Kratky Fil Studios à l’élaboration de différents films dont le film d’animation Les Joueurs qui reçoit le Grand Prix de Toronto en 1981. En 1982, Peter Sis part pour Los Angeles afin de participer au Festival du Film d’animation. Il décide de rester aux USA. Il s’installe à New York en 1984 où il illustre son premier livre pour enfant, Bean Boy de George Shannon. Il dessine pour le New York Times, le Washington Post, Time, Newsweek. En 1991, il publie son premier ouvrage de littérature pour enfant, Christophe Colomb. En 1994, Les Trois clés d’or de Prague[5] relate son retour à Prague, sur les traces de son enfance, après l’effondrement du Mur. Une exposition lui est dédiée à travers toute la France. En 2003 (du 5 avril au 14 septembre), l’Art Institute de Chicago organise une exposition sur le thème Exploring the world : Picture Books by Peter Sis.

            Dans une interview donnée au journal américain Reading Rocket en 2001[6], Peter Sis précise que le personnage de Madlenka a été créé en parfaite opposition avec ce qu’il a connu dans son enfance. À Prague, sous la dictature de Novotny, les gens avaient peur de se parler et de sortir. Ainsi dans Le Mur, mon enfance derrière le rideau de fer, la maison, représentée en coupe, est un espace cloisonné, quasi hermétique, placé sous la surveillance des voisins et de l’État. L’auteur explique, d’ailleurs, que le dessin fut d’abord un moyen de s’en évader.

            Dans Les Trois clés d’or de Prague, la maison d’enfance de l’auteur-narrateur est également close, inaccessible, fermée par trois cadenas en forme de cœur (c’est d’ailleurs le code utilisé par Sis pour représenter sa maison d’enfance sur la carte du début). « Notre maison… La voici chargée de tant de souvenirs » s’exclame le narrateur en voyant la demeure grouillant d’ombres furtives attendant qu’on les libère. Dans Madlenka, la maison est encore une fois représentée en coupe : le dessin est sombre et Madlenka semble prisonnière d’une tour comme le montre la présence réitérée de barreaux. Lorsqu’elle en sort c’est un univers entier qui s’offre à elle et qu’il lui appartient de prendre. Ainsi, d’après Gaston Bachelard, « au seuil de notre espace, avant l’ère de notre temps, règne un tremblement de prises d’être et de pertes d’être »[7]. S’il est nécessaire de fuir la maison pour découvrir le monde, elle reste le lieu où l’on se construit, voire où l’on se reconstruit. Dans L’Arbre de vie, Peter Sis représente sur une double-page l’intérieur de la demeure de Charles Darwin à Down (à 25 km de Londres) : dans une pénombre lugubre s’éclairent les personnages avec lesquels il entretient une correspondance régulière ainsi que l’ouvrage de sa vie qu’il prépare en secret et qui révolutionnera le monde extérieur. Quelques pages plus avant, Peter Sis avait représenté un plan du jardin de Down : lieu clos, sillonné par un « chemin de sable » que Darwin s’était fait aménager pour faire « sa promenade quotidienne – pour réfléchir, réfléchir et encore réfléchir ». La maison, qui est à la fois le point de départ et de retour du chemin, s’avère être le lieu d’une construction, celle de la pensée du naturaliste.

Fig. 4 : Peter Sis, L’Arbre de Vie, pp.20-21

 

2. Clé d’un héritage

            Les albums de Peter Sis sont tous emprunts d’un grand symbolisme : on y trouve de nombreuses références aux instruments de voyage, à la roue qui tourne, au labyrinthe et au bouddhisme. Ce qui rassemble ces symboles est sans nul doute le goût prononcé pour l’évasion. En 1994, le père de Peter SIS, Vladimir, meurt et lui laisse en héritage le carnet des voyages de ce dernier au Tibet. Cette découverte sera transcrite en album en 1998 dans Tibet : through the Red Box, traduit en français sous le titre Le Tibet : Les secrets d’une boîte rouge.

 Quand j’étais petit, mon père, qui était cinéaste, passait beaucoup de temps avec moi. On jouait pendant des heures dans le jardin magique de notre maison, protégé par un mur très haut. […] Puis un jour, il est parti en expédition, très loin. Il a dit qu’il serait de retour pour Noël, et puis il nous a quittés. Quittés. […]Un jour, j’ai sauté du haut du mur du jardin, et brusquement je n’ai plus bougé du tout. J’étais dans une chambre blanche, couché dans un lit blanc, et je ne pouvais plus bouger ni les bras ni les jambes. Je ne me rappelle rien, sauf qu’un autre Noël approchait. Plus tard, je me souviens d’avoir ouvert les yeux : quelqu’un était assis à côté de mon lit et me parlait de sa voix grave. […] L’homme, c’était mon père. Il était parti longtemps, et maintenant il était rentré à la maison – pour Noël. […] Il a raconté, encore et encore, ses histoires magiques sur le Tibet[8], car c’est là qu’il était allé. et j’ai cru tout ce qu’il me disait. J’essayais de dessiner les choses dont il parlait, des choses que je pouvais à peine imaginer. […] Puis en grandissant, j’en ai eu assez de ses histoires et j’ai fini par ne plus les écouter. Je n’y ai plus pensé avant d’être devenu adulte. Alors peu à peu, j’ai compris la signification et l’ampleur de l’expédition à laquelle mon père avait participé quand j’étais petit. J’ai pu apprécier le jardin de mon enfance.[9] 

            Ainsi trouve-t-on régulièrement dans l’œuvre de Peter Sis de nombreuses références et à son père et à la culture bouddhiste tibétaine. La roue, par exemple, que l’on rencontre pour la première fois en 1993 dans Follow the Dream, Komodo ! et A small tall tale from the far far North, est un symbole qui exprime la vie mais également la loi bouddhiste. Le Dharmachakra comporte 4 ou 8 branches selon qu’elle symbolise les quatre moments de la vie du Bouddha (sa naissance, son illumination, son premier sermon, son nirvana) ou les huit marches vers le bonheur (la compréhension juste, la pensée juste, la parole juste, l’action juste, le mode de vie juste, l’effort juste, l’attention juste et la concentration juste). Nous voyons partout des peintures de la Roue de la Vie, rappel symbolique des lois de l’existence. Au centre se trouvent un coq qui figure la passion, un serpent pour la haine et un sanglier qui représente l’illusion[10].

            À partir de cette date, d’ailleurs, le travail de Peter Sis prend une orientation particulière pour tous les ouvrages qu’il qualifie lui-même de « complexes ». Ces ouvrages se caractérisent par l’emploi de fonds de type parchemin évoquant le palimpseste. Ailleurs, les planches sont bordées d’or à la façon des enluminures. Se mêlent alors aux souvenirs épars d’une vie que Peter Sis conçoit comme une accumulation de calques qui se superposent au rythme du temps, l’évocation d’un Tibet que lui a raconté son père à travers ses carnets de voyage. La figure du poisson à visage humain apparaît l’année suivante, en 1994, dans The Three Golden Keys. Il s’agit d’un symbole tibétain, le gser-na. Il représente la liberté spirituelle, « parce que l’eau permet au poisson de nager librement ».  L’attachement à son histoire personnelle, familiale est récurrente dans l’œuvre de Peter Sis, comme structurante de sa personne. La distance a souvent été l’occasion de rapprochements divers et la traduction topographique est toujours aussi significative. Pour Peter Sis, la vie semble être un dédale où il faut se perdre pour mieux se retrouver, à l’image du voyage de son père au Tibet. Aussi retrouve-t-on à partir de 1993 une utilisation récurrente du labyrinthe circulaire.

Fig. 5 : Poisson à visage humain

 

I think the buddhist symbolism is with me because of my father’s travel and life obsession with Tibet. It was always with me and gave me chance to escape my reality[11].

            Le cercle dans lequel s’inscrit le labyrinthe symbolise l’unité, la perfection de la vie. Mais c’est également l’archétype de la connaissance. Il invite à un parcours semé d’embûches que l’initié doit franchir pour atteindre le centre c’est-à-dire la fin du voyage. Symbole du cheminement de l’homme, le labyrinthe correspond à la représentation symbolique du parcours dans l’inconnu qui transforme le héros. Il peut donc être rapproché de la carte ou du plan.

 

            Lorsque Peter Sis évoque l’intimité de ses personnages il fait toujours référence à des éléments épars que chacun d’entre eux aurait captés dans son rapport avec l’univers et arrangés à sa convenance. « Le monde est grand, mais en nous, il est profond comme la mer », écrivait Rainer-Maria Rilke. C’est d’autant plus vrai, qu’encore une fois pour représenter cette « immensité intime » dont parle Bachelard, Sis va utiliser la carte. Dans Le Mur, pour évoquer le petit Peter de huit ans et « le temps du lavage de cerveau », Sis compose une image teintée de rouge. Dans un nuage à la gloire de la conquête de l’espace par les soviétiques (Spoutnik, Laïka, Gagarine…), on retrouve Staline, aux commandes d’un tank gigantesque dont la tourelle principale est constituée par Lénine, Khrouchtchev, Brejnev en poupées gigogne carnavalesques. Ce tank écrase une foule anonyme de déportés.

Fig. 6 : Peter Sis, Le Mur, pp. 12-13

 

            Nous observons le même procédé, apparenté selon nous au topogramme ou cartes heuristiques conceptualisées dans les années 70 par Tony Buzan, dans un espace ouvert et sans frontière, pour évoquer son adolescence beatnik. Dans un univers psychédélique, porté semble-t-il par la musique et les disques vinyle, deux Beatles règnent en maîtres et appellent au voyage. Lecture philosophique de l’espace pourrait dire Peter Sloterdijk. Pour ce philosophe, l’espace fonde la coexistence, chaque être humain est dans une microsphère, contenue dans d’autres bulles formant ce qu’il nomme « une écume », « ce tissu formé d’espaces creux et de parois très subtiles[12] ».

            Dans Les Trois clés d’or, cette coprésence ou coexistence a laissé place à une fusion des éléments. Ainsi, les portes de la maison familiale finissent par s’ouvrir. Le chat qui a conduit l’auteur sur les pas de son enfance se dérobe et se fond entièrement dans l’espace intérieur de la maison, jusque dans les motifs du tapis. Le temps présent de la grande pendule s’est arrêté et a laissé la place à celui de l’enfance (la petite pendule de la commode) qui a repris son cours. « J’entends ma mère : « Peter, va te laver les mains, il est l’heure de dîner.. » Des voix montent de la rue. Tout revit autour de moi ». Les murs sont tapissés de cœurs figurant également dans les quatre coins de l’image. Ils occupent maintenant l’emplacement dédié dans les images précédentes à une roue, symbole récurrent dans l’œuvre de Peter Sis (Le Mur, L’arbre de vie). Cette roue, polysémique, réunissant le temps et l’espace, symbolise à la fois l’énergie centrifuge qui va du particulier à l’univers mais également l’énergie centripète, de l’univers à soi.

            Le mandala est une autre forme cartographique intéressante que Peter Sis ajoute à sa palette d’artiste dans Le Tibet : les secrets d’une boîte rouge. Inspiré par le bouddhisme tantrique, l’illustrateur voit là une manière originale de représenter son jeune héros plongé dans la relecture des carnets de voyage de son père au Tibet. En sanskrit, mandala veut dire cercle et par extension sphère. Au centre, nous trouvons toujours le personnage principal inscrit et entouré dans un environnement plus ou moins complexe de cercles dans lesquels le lecteur peut reconnaître des éléments épars glanés au hasard des investigations dans le bureau du père et des souvenirs d’enfance. La sphère intime du protagoniste se mêle à d’autres sphères, s’en imprègne et s’en nourrit pour se construire.

 

Fig. 7 : Peter Sis, Tibet, p.46.

 

3. Clé du futur

            Représentation graphique hautement « sémiotisée[13] », établissant une interdépendance avec le texte qui la borde ou qu’elle contient, la carte est iconotextuelle. Artialisée, instrument ou indicateur de spatialité, la carte chez Peter Sis ne peut que susciter l’intérêt le plus vif du géographe. D’autant plus, qu’elles prennent chez l’auteur des formes hybrides proposant à la fois une organisation générale d’espaces très souvent vastes, ce que j’appellerais géo-graphismes ; mais aussi l’expression en un lieu d’une « condensation sociale et territoriale[14] » particulière, ce que j’appellerais topo-graphismes. Ce sont ces deux graphismes que je voudrais maintenant développer : d’une part, les différentes formes de représentations du monde dans l’œuvre de Peter Sis ; d’autre part, les différentes formes de représentations des lieux.

I always loved maps… real maps, made up maps, after all who knows what is real… I think it helps to explain where I am going from…[15]

            Le plan et la carte permettent à Peter Sis de rendre compte du monde, elles constituent ce que nous avons appelé plus haut ses géo-graphismes. En réunissant toutes les représentations cartographiques ou les plans que contient l’œuvre de Peter Sis, nous avons pu déterminer trois emplois : situer l’action du récit, organiser ses divers espaces ou encore mesurer le parcours du personnage.

            Dans L’Arbre de vie, Peter Sis présente sur une double page le trajet emprunté par le Beagle, dans son expédition autour du monde. Pendant cinq années, de 1831 à 1836, Charles Darwin fut le naturaliste qui accompagna l’expédition du capitaine Fitz-Roy dans sa mission cartographique au sud du continent américain. Cette découverte du monde lointain est un moment crucial dans la vie de Darwin et Peter Sis nous le dépeint comme tel. Le planisphère est encadré par les dessins attribués au naturaliste et représentant les différentes espèces rencontrées. Les quatre angles nous plongent dans des instants de vie à bord (la vie avec l’équipage, les aléas de la course en haute mer, les instants de recherche en cabine, le repos au milieu des « cochonneries[16] » ramassées). Pour compléter le tableau, la carte est bordée par une broderie de textes qui donnent sens à l’ensemble de la double page et au voyage de Darwin. À la phrase reproduite complètement à gauche : « Les livres dont je dispose ne me renseignent guère, et ce que j’y trouve, je ne peux pas l’appliquer à ce que je vois… Je suis obligé de tirer mes propres conclusions, qui sont totalement ridicules. » semble répondre, en conclusion du voyage : «  La carte du monde n’est plus blanche ; elle se remplit des figures les plus variées et les plus animées. »

            Voyager et représenter l’espace lointain, pour Peter Sis, est une manière de se connaître mieux, d’exister tout simplement au sens étymologique. De sistere, signifiant se placer, ex-sistere c’est donc se placer hors de, sortir de, agir pour trouver sa place. Le géographe Michel Lussault[17] voit ainsi en l’existence une action permanente de l’homme sur l’espace.

            Nous retrouvons cette même idée de maîtrise d’un espace extérieur menant à la construction du héros dans Les Trois clés d’or de Prague. La carte du début de l’album montre au lecteur le chemin que va parcourir le héros à travers les rues de Prague (tracé ocre) ainsi que les différents lieux revisités (astérisques blanches et code-légende en rouge ou bleu). Six pages plus loin, nous sommes déjà entrés dans l’histoire, la carte de Prague a changé : les rues forment un inextricable labyrinthe. Le narrateur qui s’était plongé dans ses souvenirs d’enfance avec plaisir comme le suggère le rose des premières pages et la première moitié de la carte, est envahi par l’angoisse de ne plus rien reconnaître, de ne plus se rappeler ce que suggère le vert sombre des pages suivantes. Les rues ont pris la forme du chat, animal familier de l’auteur lorsqu’il était enfant à Prague[18], et qui lui servira de guide. Ceci peut nous permettre également de comprendre les différences de représentation entre la première et la quatrième de couverture. Dans la première, le narrateur est perdu au milieu d’une place déserte, dans une ville incompréhensible. Dans la seconde, il a disparu au beau milieu d’une ville redevenue intelligible où l’on peut reconnaître certains monuments célèbres de Prague comme la tour Petrin ou les tours du château qui dominent la ville.

 

            Géographicité, réseau-territoire des lieux vécus ou intimes, référentiels mentaux reliant l’individu à l’espace géographique, les préoccupations graphiques de Peter Sis sont des préoccupations qui intéressent la géographie sociale et humaine dans la mesure où elles définissent une spatialité qui transforme ou réinterprète l’espace, si l’on nous permet ici de paraphraser Guy Di Méo[19]. C’est donc maintenant cette spatialité que nous aimerions analyser et montrer dans quelle mesure elle peut être « performative », c’est-à-dire, pour John L. Austin, un « agir social suivi d’effets »[20].

            Voyager et représenter l’espace lointain est,  pour Peter Sis, une manière de se connaître mieux, d’exister tout simplement au sens étymologique. De sistere, signifiant se placer, ex-sistere c’est donc se placer hors de, sortir de, se montrer, agir pour trouver sa place. Michel Lussault[21] voit ainsi en l’existence une action permanente de l’homme sur l’espace. Les vues obliques, les plans, les cartes et les topogrammes participent de ce que nous pourrions appeler, en quelques sortes, la déterritorialisation des personnages.

            Ainsi, d’après Gaston Bachelard, « au seuil de notre espace, avant l’ère de notre temps, règne un tremblement de prises d’être et de pertes d’être »[22]. Pour Peter Sis, s’il est nécessaire de fuir la maison pour découvrir le monde, elle reste le lieu où l’on se construit, voire où l’on se reconstruit. L’auteur aime se faire alterner espace intérieur/espace extérieur. C’est dans la liberté de mouvement, l’ouverture vers les autres cultures, avec ses propres expériences sociales que l’être humain s’enrichit, se nourrit, semble vouloir dire Peter Sis, marqué par l’enfermement et le totalitarisme connus durant sa jeunesse. En revanche, c’est dans l’enfermement et une sorte de « recueillement » que ces expériences socio-culturelles se cristallisent, voire se conceptualisent, au point de participer à la construction de l’individu. C’est finalement à ce moment-là, que le souvenir des différentes expériences vécues su re-présentent sous ses yeux.

I was trying to get into the books which I have written/illustrated myself based on my life’s experience-living in the closed and totalitarist society dreaming about the open world.[23]

 

            Savoir d’où l’on vient, qui l’on est pour savoir où l’on va : voilà ce qui pourrait, en une formule facile, exprimer la nécessité de la carte du monde extérieur pour Peter Sis. La carte apparaît donc comme le moyen de se trouver ou de se retrouver soi et ce travail artistique prend racine dans leur biographie. Peter Sis, à l’enfance dominée par un sentiment d’enfermement, se projette vers l’extérieur, fuit la maison pour mieux y revenir. Ses albums invitent donc à se construire dans ce double mouvement. Madlenka ne peut s’épanouir qu’à travers ou dans la rencontre avec les autres. Les trois clés d’or de Prague invitent à se retrouver ses racines, tandis que Darwin apprendra à travers les civilisations lointaines à se connaître soi-même.

 

Bibliographie :

Auteur / illustrateur :

Rainbow Rhino, Alfred A. Knopf, Inc., 1987

Waving, a counting book, Greenwillow Books, 1988

Going Up ! Greenwillow Books, 1989

Beach Ball, Greenwillow, 1990

An Ocean World, Greenwillow, 1992

Follow the Dream : The Story of Christopher Colombus, Alfred A. Knopf, 1993

Komodo ! , Greenwillow, 1993

A Small Tall Tale From The Far Far North, Alfred A. Knopf, 1993

Komodo ! : l’île aux dragons, Grasset jeunesse, 1994

Les Three Golden Keys, Doubleday, 1994

Les Trois clefs d’or de Prague, Grasset Jeunesse, 1995

Un rhinocéros Arc-en-ciel, Grasset jeunesse, 1995

Petit conte du Grand Nord, Grasset jeunesse, 1995

Christophe Colomb, Grasset jeunesse, 1996

Starry Messenger : Galileo Galilei, Farrar, Strauss & Giroux, 1996

Le messager des étoiles : Galileo Galilei, Grasset jeunesse, 1996

TIBET, through the Red Box, Farrar, Straus & Giroux, 1998

Le Tibet : les secrets d’une boîte rouge, Grasset jeunesse, 1998

Fire Truck, Greenwillow, 1998

Trucks, Trucks, Trucks, Greenwillow, 1999

Ship Ahoy, Greenwillow Books, 1999

Madlenka, Farar, Strauss & Giroux, 2000

Madlenka, Grasset jeunesse, 2000

Dinosaur ! Greenwillow, 2000

Ballerina ! Greenwillow, 2001

Malenka’s Dog, Farar, Straus & Giroux, 2002

Le Chien de Madlenka, Grasset jeunesse, 2002

The Tree Life : Charles Darwin, Farrar, Straus & Giroux, 2003

L’Arbre de la vie : Charles Darwin, Grasset jeunesse, 2004

The Train of States, Greenwillow, 2004

Play, Mozart, Play ! Greenwillow Books, 2006

The Wall : Growing up behind the Iron Curtain, Farrar, Straus & Giroux, 2007

Le Mur : Mon enfance derrière le Rideau de fer, Grasset jeunesse, 2007

Madlenka star du foot, Grasset Jeunesse, 2011

Madlenka, Grasset jeunesse, 2000

The Conference of Birds, Farrar, Straus & Giroux, 2012

 

Illustrateur :

Contes baltes, Gründ, 1981

RICE, Eve, City Night, Greenwillow Books, 1987

BOLLIGER, Max, Un Nain nommé Gustave, Epigones, 1988

BOLLIGER, Max, Eine Zwergengeschichte, 1988

FLEISCHMAN, Sid, Le Souffre-douleur, L’École des Loisirs, 1988 (trad : The Whipping Boy)

FELLER BAUER, Caroline, Halloween : Stories and Poems, Harpercollins Childrens Books, 1992

TARAVANT, Jacques, Le marchand d’ailes, Grasset jeunesse, 1997

PRELUTSKY, Jack, La nuit des dragons, Grasset jeunesse, 1997

SARAMANGO, Jose, The Tale of the Unknown Island, Mariner Books, 2000

PRELUTSKY, Jack, Gargouilles et vampires, Grasset jeunesse, 2001

ACKERMAN, Diane, Animal Sense, Knopf Books for young readers, 2003

NOEL, Christopher, Rumplestiltskin, Spotlight, 2005

BOLLIGER, The Happy Troll, Henry Holt and Co., 2005

PRELUTSKY, Jack, Les animélos, Grasset jeunesse, 2006

FREISCHMAN, Sid, The Dreamer Stealer,  Greenwillow Books, 2009

MUNOZ RYAN, Pam, The Dreamer, Scholastic Press, 2010



[1] J’entends par topogramme toute forme graphique faisant référence à un espace donné par l’agencement de couleurs, de mots clés, de symboles et d’images. Cette définition s’inspire du concept de mind map créé dans les années 1970 par Tony Buzan, un psychologue anglais qui a travaillé sur le fonctionnement de la mémoire, de l’apprentissage et du cerveau. Le terme de topogramme est emprunté à l’historienne britannique Frances Amelia Yates qui découvrit en 1966 un texte anonyme en latin du Ier siècle avant notre ère (Rhetorica Ad Herennium) mettant en lumière l’utilisation par les orateurs anciens de l’image mentale d’un lieu connu ou inventé dans lequel ils étaient inviter à placer des objets symbolisant autant d’idées qu’ils souhaitaient retenir dans leur discours.

[2] Notre observation se base essentiellement sur Farrar, Straus et Giroux.

[3] Peter SIS, Le Mur : mon enfance derrière le rideau de fer, New York, Farrar, Straus et Giroux, 2007 ; Paris, Grasset, 2007

[4] Peter SIS, Op. cit., p. 5 à 19.

[5] Peter Sis, Les trois clés d’or de Prague, New York, Doubleday, 1994 ; Paris, Grasset, 1995

[6] « A video interview with Peter Sis » sur le site de Reading Rockets, 2001 :

http://www.readingrockets.org/books/interviews/sis

[7] Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 67.

[8] Vladimir SIS, documentariste de renom, est envoyé en 1956 par le Parti Communiste tchèque en Chine pour faire des films et enseigner son métier au sein de l’armée. En fait, il est missionné au Tibet pour filmer une opération miliatire : la construction de la route qui allait ouvrir le Tibet à la Chine.  Séparé du reste de l’équipe, il se perd au Tibet où il rencontre le Dalaï Lama à Lhassa et voit l’arrivée de l’armée chinoise au Tibet.

[9] Peter Sis, Le Tibet : les secrets d’une boîte rouge, New York, Farrar, Straus et Giroux, 1998 ; Paris, Grasset, 1998, pages 6 et7.

[10] Peter SIS, Le Tibet. Les secrets d’une boîte rouge, Grasset, 1998, p.45.

[11] E-mail du 26 juillet 2010 : « Je pense que le symbolisme bouddhiste est avec moi à cause du voyage de mon père et de son obsession pour le Tibet. C’était toujours avec moi et cela me donnait l’opportunité de m’échapper de la réalité. » [traduction de l’auteur]

[12] Peter Sloterdijk, Le palais de cristal, Paris, Pluriel, 2005.

[13]  C’est Claude Raffestin qui parle de « sémiotisation de l’espace » dans un article intitulé « Ecogénèse territoriale et territorialité » dans F. Auriac et R. Brunet, Espaces, jeux et enjeux, Paris : Fayard, 1986, p. 175-185.

[14] Bernard DEBARBIEUX, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’espace géographique, 1995, n° 2, p. 97-112.

[15] E-mail du 25 juillet 2010 : « J’ai toujours aimé les cartes… les vrais cartes, les cartes maquillées, après  tout qui sait ce qui est réel… Je crois qu’elles m’aident à expliquer d’où je viens… » [traduction de l’auteur]

[16] « Fitz-Roy à propos de Darwin : En dépit de nos ricanements devant les cargaisons de cochonneries (nous semblait-il) qu’il rapportait fréquemment à bord, lui et son serviteur redoublèrent d’ardeur avec leurs pioches, et rapportèrent ce qui a été prouvé depuis comme étant les vestiges les plus intéressants et les plus précieux d’espèces éteintes. »

[17] Michel Lussault, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 2007

[18] « Quand soudain, surgi de nulle part, s’avance notre chat noir… Après tout ce temps… Est-ce bien lui ? Il m’invite à le suivre. »

[19] Guy DI MEO, « Que voulons-nous dire quand nous parlons d’espace ? »  dans Logiques de l’espace, esprit des lieux.

[20] John L. AUSTIN, Quand dire c’est faire (How to Do Things with Words, 1962), rééd., Le Seuil, 1991.

[21] Michel LUSSAULT, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 2007, p. 33-34.

[22] Gaston BACHELARD, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957, p. 67.

[23] E-mail du 25 juillet 2010 : « J’ai essayé de mettre dans les livres que j’ai écrits et illustrés mes propres expériences de vie dans la société fermée et totalitaire rêvant d’un monde ouvert et libre. » [traduction de l’auteur]


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *