Quand les albums parlent d’espace. Enseigner la géographie avec le livre pour enfants

     Lorsqu’au début des années 1990, Edward Soja témoignait d’un tournant spatial qui était en train de s’opérer à travers les sciences humaines, il soulignait l’importance de l’espace et des spatialités pour expliquer les réalités sociales. Quelques années plus tard, il proposait l’existence d’un tiers-espace (Thirdspace) qui serait l’espace des représentations et celui des discours interpersonnels et intersubjectifs. Ces deux axes de réflexion modifiaient dans ses grandes lignes, la définition de la géographie en tant que science de l’espace pour en faire une science des espaces des sociétés et voir en l’espace un construit social et culturel.
L’article que je viens de faire paraître dans le Numéro 3/2018 de l’Information Géographique entend inscrire son objet dans le sillage de cette nouvelle géographie culturelle et phénoménologique, à la croisée d’interrogations sociales, anthropologiques, philosophiques, linguistiques et sémiologiques. Son objet, l’album pour enfants, est un medium réunissant deux domaines qui intéressent les géographes depuis peu : la littérature et l’enfant. Comme le faisait remarquer Michel Collot en 2014, « la dimension spatiale de la littérature s’est traduite par l’invention de néologismes comme
géopoétique ou géocritique ». Les géographes ont d’ailleurs souvent trouvé dans la littérature la meilleure expression de la « relation concrète, affective et symbolique qui unit l’homme aux lieux » (Collot, 2014, p. 10). Seulement les géographes ne se sont que très rarement penché sur la littérature de jeunesse même si les géographies de l’enfance sont devenues un champ d’investigation très récent en France. Au même titre que le jouet, le jeu de société, le jeu vidéo ou le dessin animé, l’album pour enfants est un produit culturel qui donne du sens aux lieux, qui renseigne sur l’habiter, qui sert à comprendre l’organisation du monde qui entoure l’enfant.
Les albums pour enfants transmettent des représentations de l’espace et des 
modi habitandi. Pour Virginia Lee Burton, auteure et illustratrice américaine, il ne fait aucun doute que l’album est un médium des plus efficaces pour préparer le futur des enfants et poser les normes qui régiront leur pensée et leur action futures (Burton, 1942). Les albums sont également des lieux de transaction spatiale (Meunier, 2016) dans lesquels s’établit une communication entre l’auteur/illustrateur et l’enfant, prompte à modifier potentiellement
les représentations spatiales de l’enfant-lecteur. Ce sont ces deux hypothèses que nous allons tenter de démontrer à travers une expérimentation menée en classe autour de la lecture d’un album de jeunesse en cycle 2.

     Pour lire la suite, cliquer ici.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.