Les albums à la ferme, entre mutations et traditions agricoles

Martine à la ferme (1954) par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier

            Si l’on demande à un groupe d’étudiants préparant le concours de professeur des écoles de dessiner ce que représente pour eux une exploitation agricole, des invariants s’affichent de suite : un ensemble de bâtiments encadrant une cour, entouré par quelques champs de formes géométriques et une grande diversité d’animaux dits « de la ferme » parqués dans la cour (moutons, cochons, vaches, poules et lapins). La perception que ces étudiants ont de la « ferme » est une perception traditionnelle, stéréotypée. Les maisons-rurales sont d’une part de formes variées et ont d’autre part subi de profondes transformations pour satisfaire aux besoins du marché mondial. La maison-rurale isolée ne vit plus en pleine autarcie. Les animaux ont abandonné la grande majorité des corps de ferme et les bâtiments se sont progressivement ouverts pour pouvoir accueillir des machines de plus en plus imposantes.

 

Fig. : Une représentation d’exploitation agricole par un étudiant de master MEEFA (2011)

            Bon nombre d’albums pour enfants continuent à véhiculer cette image stéréotypée de l’exploitation rurale qui réunit élevage et céréaliculture. Pour les éditeurs, il s’agit souvent d’associer à une aventure d’un personnage récurent le bestiaire de la ferme. La dernière planche en double-page de Tchoupi à la ferme (2003) par exemple, demande, en guise de conclusion éducative, de retrouver dans l’image tous les animaux et les différents éléments constitutifs de l’exploitation agricole. Malgré la mécanisation et les modernisations successives, le monde agricole reste attacher aux traditions : c’est ce que semble vouloir exprimer les albums que nous nous proposons d’étudier.

1. Les fermes de Martine et de Juliette, la tradition du bestiaire

            Ce que dans le langage courant, nous appelons « ferme » renvoie en fait à un système de faire-valoir indirect dans lequel l’exploitant agricole n’est pas propriétaire des terres qu’il exploite et paie au propriétaire un loyer fixe (le fermage[1]). Pour parler de l’ensemble des bâtiments d’exploitation agricole, nous utiliserons donc l’expression de maison-rurale, introduite par Albert Demangeon et Jean Brunhes au cours des premières recherches en géographie humaine et rurale au début du siècle dernier. La maison-rurale ainsi définie remplit deux fonctions : elle est à la fois la maison d’habitation de la famille de l’exploitant agricole tout en étant le centre de l’exploitation proprement dite.

            La maison-rurale de Martine (1954) est située non loin d’un village de montagne (p.10). L’accès s’y fait par un chemin de pierres (p.3). Le corps de ferme est de forme rectangulaire et semble en partie entourée par un cours d’eau de sorte que l’entrée de la cour se fait par un petit pont qui précède la porte (p.8). Si l’on se réfère au classement proposé en 1935 par Albert Demangeon[2], la maison-rurale de Martine correspond à une maison-composée à cour fermée. La cour intérieure y est pavée et reçoit toutes les habitations des animaux (p.4). De fait, les pages qui suivent font découvrir successivement tous les animaux de la basse-cour : la poule et ses poussins (p.5), le coq et le poulailler (p.7), la canne et ses cannetons (p.8), les oies et leurs oisillons (p.9), un couple de pigeons (p.10), les lapins (p.11), l’agneau (p.12), les cochons, la jument et son poulain (p.13), la vache et son veau (p.14). On y trouve également les animaux domestiques : le chat (p.16) et le chien (p.11). De la partie logis, on ne sait rien : aucune image, aucune allusion dans l’ouvrage.

 

Fig. : La ferme de Martine (1954)


Fig. : La ferme de Juliette (2001)

            La maison-rurale de Juliette (2001) ne possède pas de cour fermée. Elle consiste simplement en une longère possédant un enclos et un hangar de stockage sur l’arrière (p.2). Dans le classement de Demangeon, il s’agit d’une maison-bloc. L’activité dominante semble être, là encore, l’élevage. Juliette joue dans la paille qui vient d’on ne sait où (p.3) et le fermier Victor possède un petit tracteur qui lui permet de « faucher l’herbe du pré » (p.6). L’activité de la ferme est l’élevage de vache laitière puisqu’on assiste à une scène de traite à la trayeuse électrique (p.9). Encore une fois, l’album est prétexte à passer en revue les animaux de la ferme : la truie et ses porcelets (p.4 et 5), la vache et son veau (p.8), les brebis et leurs agneaux (p.10), le coq, la poule (p.12), et les poussins (p.13), les oies et les pintades (p.14). Chaque animal est l’occasion pour l’auteur d’apprendre le nom, le nom du petit et le bruit que fait l’animal :

Cocorico ! crie le coq dans la basse-cour. Juliette dit coin-coin aux canards et cot-cot aux poules qui caquettent. […]

Victor jette des graines aux volailles. Les oies trompettent et cacardent. Quel boucan !

            Le texte s’appuie sur un langage infantilisant pour faire passer un message éducatif. Mais là encore, l’image de la maison-rurale est très archétypique. La mécanisation est peu perceptible dans la ferme de Juliette et ne transparaît que dans un tracteur relativement ancien compte tenu de l’année de parution de l’album. Là encore, aucune allusion n’est faite à la partie logis de la maison que l’on aperçoit cependant à la page 2.

 

Plan reconstitué de la ferme de Martine

Plan reconstitué de la ferme de Juliette

Plan reconstitué de la ferme de Caroline


2. La ferme de Caroline, image des mutations agricoles

            La maison-rurale de Caroline (1985) a davantage les traits une ferme beauceronne traditionnelle. L’entrée se fait par une porte cochère moins monumentale que pour la ferme de Martine (p.3-4). Une mare jouxte cette entrée. Les bâtiments ne semblent pas totalement refermés sur eux-mêmes et des hangars modernes sont présents : ils servent à stocker les meules de foin et le matériel agricole (tracteur, semoir, herse,…) à en juger par les pages 7 et 8. Dans le classement Demangeon, il s’agirait d’une maison-composée à cour ouverte. Les activités montrées par Probst ne sont pas uniquement liées à l’élevage comme c’était le cas pour Martine. Si les animaux de la basse-cour sont tous regroupés en « revue de troupe aux pages 5-6 », on découvre aux pages 7 à 16 un panel d’activités agricoles : stockage du foin pour l’élevage (p.7-8), céréaliculture/fenaison (p.9-10), culture de pois (p.11-12), élevage bovin (p.19-20). Les agriculteurs ont, chez Caroline, une activité parallèle à l’agriculture puisqu’ils font pension pour poneys (p.17-18).

Fig. : La ferme de Caroline (1985)

            Caroline à la ferme est le seul album des trois où nous avons une vue détaillée de l’intérieur de la maison d’habitation des « fermiers » (p.21-22).  Cette vue est significative puisqu’elle permet à Pierre Probst[3] de faire cohabiter deux éléments qui lui semblent participer du monde rural : tradition et mutations. Le monde rural se transforme du fait d’une agriculture qui se mécanise. La photographie en noir et blanc au-dessus du buffet témoigne des pratiques du passé, tout comme le fléau, le fer à cheval, la lampe à huile et le soufflet sur la cheminée devenus objet de décoration. Cependant l’attachement à ces objets est une manifestation à un attachement aux traditions culturelles dont la campagne reste semble-t-il emprunte. À côté de ces objets-reliques, la modernisation est également perceptible : les exploitants ont la télévision, l’électricité et le téléphone à touches. Le calendrier que l’on aperçoit à la page 26 témoigne que les « fermiers » appartiennent à une coopérative agricole et qu’ils s’inscrivent dans une agriculture productiviste utilisant des intrants chimiques.

            Autre transformation notoire mais davantage subtile réside dans le récit. En effet, si dans Martine à la ferme ou Juliette à la ferme, les héros-visiteurs d’un jour observent les « fermiers » en action, dans Caroline à la ferme ces derniers ont la possibilité de s’éclipser pour aller en ville et laisser le travail aux héros-visiteurs d’un jour mais également à au moins un ouvrier agricole que l’on aperçoit au volant de la moissonneuse-batteuse dans la page 4. Là encore, Pierre Probst se fait le témoin des mutations de l’exploitation agricole qui cesse d’être un îlot familial et artisanal pour devenir une entreprise agricole.

Fig. : Intérieur de la ferme de Caroline (p.21-22)

            La ferme, tout comme la campagne, fonctionne comme un lieu originel : il est le lieu de nos racines et en possède toutes les fonctions régénératrices. Il est le topos des traditions perdues. Car enfin pourquoi Martine, Caroline et Juliette se rendent-elles à la ferme ou à la campagne ? Parce qu’elles y possèdent un membre de leur famille. C’est la ferme de tante Lucie et oncle Jules pour Martine, celle de tante Véronique et oncle Michel pour Caroline, celle des voisins de ses grands parents pour Juliette. Comment la quittent-elles ? Tous les personnages sont ravis : ils ont appris des choses, ils ont travaillé, passé du bon temps au plein air. Le bon air de la campagne les a ragaillardis ! Le séjour à la campagne est toujours un séjour en-dehors du temps. La campagne subit des transformations mais elle conserve en son sein les traditions comme si le temps n’avait que peu de prise sur elle. On trouve également cette perception de l’espace rural décrite dans Dépaysement de Jean-Christophe Bailly :

[…] Tout est là, toujours, et ce toujours-là est justement la forme de la campagne, et ce qui la rend à la fois impossible et nécessaire, parfois insupportable : quelles pensées, quelles pensées et quels souvenirs sur les épisodes les plus égarés sont venus s’échouer-là, nous ne pouvons pas le savoir, mais ce que nous pouvons mesurer c’est à quel point cette campagne, selon sa forme et sa tenue, malgré toutes ses transformations, entoure tout cela de silence, et combien ce silence semble empreint de cela même qu’il tait[4].

            Le rapport du CREDOC de 2001 affirme qu’il existe « un véritable rapport affectif de nos concitoyens avec l’espace rural, dès lors que ceux-ci ont passé les dix premières années de leur vie à la campagne »[5].

Fig. : Intérieur de la ferme de Caroline (p.25-26)

 


[1] L’étymologie du mot « ferme » renvoie au verbe latin firmare signifiant rendre fixe, fixer.

[2] Albert Demangeon, Alfred Weiler, Les maisons des hommes de la hutte au gratte-ciel, Paris : Bourrelier, 1935 [127p.]

[3] Nous retrouvons cette coprésence dans La maison de Caroline (1956).

[4] Jean-Christophe Bailly, Le Dépaysement. Voyages en France, Seuil, 2011, p. 123-124.

[5] CREDOC, 2001, p.12


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *