La géographie des espaces domestiques dans les albums pour enfants

Andrée Clair et Bernadette Després, Nicole au quinzième étage, 1969, p. 5.

     Comme le faisait remarquer Jean-François Staszak[1] dans un article déjà ancien : « la géographie ne s’est guère intéressée à l’espace domestique. La rareté des travaux dédiés à la vie privée et à l’espace domestique contraste avec l’abondance de la littérature consacrée à la vie sociale et à l’espace public. Pourtant, les sciences sociales et particulièrement la géographie peuvent-elles ignorer le lieu où nous passons tant de temps, auquel nous consacrons un tel investissement affectif et financier, dans lequel se déroulent les événements parmi les plus essentiels de notre vie, où nous sommes vraiment nous-mêmes ? » À travers ces lignes, il rendait légitime l’étude d’un espace intime pour « décrire une société et comprendre comment elle se reproduit ». C’est cette même double interrogation qui m’a conduit à explorer les territoires de l’album pour enfants. En effet, selon moi, ce medium, parfois transgénérationnel, peut constituer à la fois un excellent témoin et un vecteur pertinent de spatialités.

    La suite de cet article fait l’objet d’une publication sur le site des Cafés géographiques


[1] Jean-François Staszak, « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur » dans Annales de Géographie, 2001, t. 110, n°620, pp. 339-363.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / UMR 5600 Environnement, Ville et Société / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *