Les microcosmes de Colin Thompson : modèles de représentations spatiales collectives

2. Une trilogie ?

            Je veux montrer ici que les trois ouvrages Looking For Atlantis (1993), Ruby (1994) et How To Live Forever (1995)[1] ont été imaginés dans un seul et même ensemble et pour servir un seul et même projet. Ma démonstration s’appuie sur deux axes majeurs. D’une part, les trois ouvrages sont parcourus par un certain nombre de figures symboliques, certaines récurrentes dans toute l’œuvre de Colin Thompson, d’autres spécifiques à ces trois ouvrages. D’autre part, les récits de ces trois histoires sont très proches et ont tous un commun la quête d’un inaccessible (la vie idéale, la vie éternelle).

Figures récurrentes, tissage intertextuel

            J’ai pu répertorier six figures récurrentes à travers ces trois ouvrages. Il s’agit de figures souvent dissimulées dans les détails des planches et dont la recherche peut constituer un jeu amusant. Parmi ces six figures, trois sont utilisées pratiquement dans tous les albums de Colin Thompson jusqu’en 2006 ; trois autres n’apparaissent que dans les trois albums cités plus haut. À partir de The Big Little Book of Happy Sadness, sorti en 2008, l’auteur semble opérer un changement total dans sa production : il abandonne toutes figures récurrentes ainsi que les représentations en coupe d’espaces domestiques ou les paysages. Je commencerai donc par analyser les figures que je nommerais « sigillaires » dans la mesure où elles s’imposent comme la marque de fabrique « Colin Thompson – CT », élaborées pendant la période combrienne (1992-1995) de l’auteur.

Fig. 5 : Les trois figures sigillaires

–          Le biplan rouge

            Le petit biplan rouge apparaît dès le premier album de Colin Thompson, The Paperbag, en 1992. Il survole de nombreuses scènes et accompagne les protagonistes dans leur parcours. Ce petit biplan rouge fait penser au jouet commercialisé dans les années 60 par la marque britannique Tin Toy Saint-John. Auquel cas, il serait symbolique de l’enfance de l’auteur. Cette enfance qui survole un peu toute cette production première. Comme l’auteur le souligne lui-même :

I have always believed in the magic of childhood and think that if you get your life right that magic should never end. I feel that if a children’s book cannot be enjoyed properly by adults there is something wrong with either the book or the adult reading it. This of course, is just a smart way of saying I don’t want to grow up.[2]

J’ai toujours cru en la magie de l’enfance et pensé que si vous meniez votre vie exactement dans ce sens, la magie ne disparaît jamais. Je crois que si un livre pour enfants ne touche pas proprement les adultes c’est que quelque chose fonctionne mal : le livre ou l’adulte qui le lit. Ceci pour dire de manière intelligente que je ne veux pas grandir.

–          Max

            La silhouette d’un chien à longues oreilles derrière une fenêtre éclairée : c’est Max, le chien que Colin Thompson et ses filles ont adopté dans un refuge de Carlisle en 1984. Il s’agit d’un lévrier nain (Whippet) disparu en 1997. Fidélité de l’animal, fidélité du maître : la silhouette du chien accompagne les productions de Colin Thompson jusqu’en 2006 où il apparaît encore dans Castles.

Sadly he [Max] died in December 1997 at the age of fourteen. On the night he died a familiar silhouette was seen on the face of the full moon to show us that he is still around. He will, of course, keep on appearing in my picture books and the The Last Alchemist is dedicated to him.

Avec tristesse, [Max] est mort en décembre 1997 à l’âge de 14 ans. La nuit où il mourut, on a vu une silhouette familière sur la face de la pleine lune nous montrant qu’il était encore parmi nous. Bien sûr, il continuera à apparaître dans mes albums et Le dernier alchimiste lui est dédié.

–          Le Café Max 

            Allant souvent de pair avec la silhouette de Max, on trouve depuis Looking For Atlantis (1992) la vitrine d’un café au nom de Max. Lieu de convivialité et de sociabilisation dédié au meilleur compagnon de l’auteur, le Café Max est un lieu « idéal » dans chaque microcosme dessiné par Thompson : on y partage, on s’y restaure, on s’y rencontre, on s’y retrouve.

            À côté de ces trois figures « sigillaires », il en existe trois autres véritablement liées au projet des trois albums qui nous intéressent. Les trois figures trilogiques qui vont être décrites par la suite disparaissent après How To Live Forever qui constitue le dernier album de la période combrienne. À partir de 1995, Colin Thompson devient résident australien…

Fig.6 : Les trois figures trilogiques

–          La Tarn House

            La Tarn House (petite maison de bord de lac), au toit de chaume, aux murs blancs passés à la chaux, apparaît en 1992 dans Pictures Of Home. Elle est à la fois l’image de la maison « idéale » pour Colin Thompson (cf. supra) mais également le symbole de la période combrienne. La Tarn House est une maison typique de la région des lacs de Combrie. Celle de Blea, près de Little Langdale a été décrite et louée par le poète combrien William Wordsworth (1770-1850) dans un très long poème The Excursion : Being a portion of The Recluse :

Following our guide we clomb the cottage-stairs

And reached a small apartment dark and low,

Which was no sooner entered than our host

Said gaily : “Thi is my domain, my cell,

My hermitage, my cabin, what you will –

I love it better than a snail his house.”[3]

            À travers ces quelques vers (647 à 652) écrits en 1814, Wordsworth traduit ce que représente pour son Combrien de guide la Tarn House : un territoire domestiqué, approprié, une cellule dans laquelle l’habitant se retire du monde pour méditer, se protéger comme l’escargot dans sa coquille. C’est très probablement ce qu’il faut chercher dans la figure de la Tarn House très présente dans le travail de Thompson.

–          George

            George est un personnage qui apparaît dès la page-titre de Looking For Atlantis. C’est un petit personnage tout en rondeur, moustachu, portant un chapeau rond, un manteau et une cravate bleue. Le lecteur fait la connaissance de la famille de George dans Ruby. Il y découvre son microcosme et suit les aventures de George et Mavis à la recherche de leur fils, Kevin, parti à la découverte du Grand Monde. Les membres de cette famille microcosmique ne se différencient que par quelques menus détails : les membres féminins portent des salopettes orange alors que les membres masculins ont un pantalon gris et une cravate bleue. Oncle Austin ressemble comme deux gouttes d’eau à vraisemblablement son frère George. Seul leur trait de caractère permet de les distinguer : Oncle Austin, qui a beaucoup voyagé et qui connaît le macrocosme extérieur, est souvent représenté en train de s’assoupir. Quant aux parents (George & Mavis), leur taille permet de les distinguer de leurs deux enfants (Kevin & Tracy[4]).

Fig.7 : George, Mavis, Tracy et Kevin

–          Ruby

            Ruby est une Austin 7 rouge qui apparaît dès Looking For Atlantis en 1992. Elle fera une réapparition en 2003 dans quelques planches de The Violin Man. Comme l’explique Colin Thompson, Ruby est une automobile acquise en très mauvais état par un ami qui s’est employé à la restaurer. Les 14 bandes supérieures de l’album Ruby raconte l’histoire de cette Austin née en 1934, depuis sa création et sa sortie d’usine à Longbridge jusqu’à sa restauration en 1992.

I wrote a story, took lots of photos of the car and did the pictures. I hid six letters and numbers through the book that made up Ruby’s numberplate. […] A year later there was a prize draw and the car was won by a vintage car enthusiast from Wales.[5]  

J’ai écrit une histoire, pris un grand nombre de photos de la voiture et réalisé les images. J’ai caché les trois lettres et trois chiffres qui composent le numéro d’immatriculation de Ruby dans l’album. […] Un an plus tard, il y eut un tirage au sort et la voiture fut gagnée par amoureux de voitures anciennes du Pays de Galles.   

            Le charme de l’ancien, du désuet porté par cette A7 rouge et noire confère à la figure de Ruby une fonction symbolique. Si l’avion rouge évoque l’enfance omniprésente, Ruby représente l’euphorie discrète du passé, du temps des déjeuners sur l’herbe sous les chênes. Comme l’avion rouge, Ruby se rapporte au voyage et à l’évasion.

Des personnages en quête d’absolu

            Les trois récits de cette trilogie ont également d’énormes points communs. Ils évoquent tous les trois une quête, invitant les protagonistes à entreprendre un parcours à travers les pages de l’album. Je considère que ces trois récits de quête constituent un enchaînement logique, spatialement orientés dans trois directions complémentaires.

            Dans Looking For Atlantis, le petit garçon est envoyé par son grand-père mourant à la recherche de la cité perdue de l’Atlantide. Rappelons-le, cette cité de l’Atlantide dont parle Platon dans Timée et Critias est la cité idéale, extrêmement riche qui aurait été engloutie au large des colonnes d’Hercule. Dans le Timée, Platon rapporte le récit fait un riche athénien, Critias. Il aurait entendu parler de l’île d’Atalntide (nesos Atlantis) par son arrière-grand-père qui aurait reçu la confidence de Solon lui-même, ce dernier la tenant d’un prêtre égyptien du temple de Saïs :

             Ces livres nous apprennent quelle puissante armée Athènes a détruite, armée qui, venue à travers la mer Atlantique, envahissait insolemment l’Europe et l’Asie ; car cette mer était alors navigable , et il y avait au devant du détroit, que vous appelez les Colonnes d’Hercule, une île plus grande que la Libye et l’Asie. De cette île on pouvait facilement passer aux autres îles, et de celles-là à tout le continent qui borde tout autour la nier intérieure ; car ce qui est en deçà du détroit dont nous parlons  ressemble à un port ayant une entrée étroite: mais c’est là une véritable mer, et la terre qui l’environne, un véritable continent.[6] 

            Ce qui est frappant c’est bien la similarité de la transmission de l’information. Dans le Timée comme dans l’album de Colin Thompson, elle est donnée par l’ancêtre, celui qui a voyagé, qui a vécu. On notera d’ailleurs le lien étroit qui est fait entre le voyage et la vie. Tout se passe comme si vivre sa vie est à la fois un parcours temporel mais également spatial. La représentation de l’île d’Atlantide que nous livre Thompson aux pages 2-3 est en ce point intéressant. Dans Critias, Platon nous donne une description d’Atlantide qui semble avoir inspiré Colin Thompson :

Vers le centre de cette plaine, à une distance d’environ cinquante stades, on voyait une montagne qui était partout de médiocre altitude. Sur cette montagne habitait un de ces hommes qui, à l’origine, étaient, en ce pays, nés de la terre. Il s’appelait Événor et vivait avec une femme du nom de Leucippe. Ils engendrèrent une fille unique, Clito, qui venait d’atteindre l’âge nubile, quand son père et sa mère moururent. Poséidon, s’en étant épris, s’unit à elle et fortifia la colline où elle demeurait, en en découpant le pourtour par des enceintes faites alternativement de mer et de terre, les plus grandes enveloppant les plus petites. Il en traça deux de terre et trois de mer et les arrondit en partant du milieu de l’île, dont elles étaient partout à égale distance, de manière à rendre le passage infranchissable aux hommes ; car on ne connaissait encore en ce temps-là ni vaisseaux ni navigation.[7]

            L’Atlantide de Thompson est une île volcanique qui semble fortifiée. Sur la gauche, on y remarque des jambes pouvant être celles de Clito. De la mer, jaillit une tête d’homme, sans doute celle de Poséidon. La plaine littorale est composée d’un ensemble de paysages empruntés aux différents voyages du Grand-Père (temple d’Abou Simbel, une pyramide égyptienne, des orgues basaltiques, etc.). Finalement, cette représentation ne nous suggère-t-elle pas de penser qu’Atlantide est nulle part et partout à la fois ? Le Grand-Père a voyagé vers les destinations les plus lointaines, « des plaines de Patagonie au lointain volcan de Tristan da Cunha[8] », mais il précise bien à l’enfant que la recherche de l’Atlantide ne lui demandera pas de tels déplacements : « L’Atlantide est ici même, partout autour de toi. Tu dois juste apprendre à chercher. »[9] C’est donc dans la maison que va s’opérer cette première quête à la recherche d’un mythe créé par Platon. Le territoire perdu de l’Atlantide  n’est-il pas, comme l’évoquent les dernières phrases de l’album, le résultat d’une spatialité en vivable, un endroit où s’imagine vivre en harmonie avec soi.

Mon grand-père avait raison. J’avais enfin appris à regarder avec le cœur. J’avais compris que les souhaits et les rêves ne sont pas juste dans notre tête mais que je pouvais garder l’Atlantide et Grand-Père dans mon cœur.[10]

            Ruby nous livre un tout autre parcours. Nous quittons le mythe pour une quête du réel. Il s’agit ici, pour une famille d’êtres minuscules, de partir à la recherche de leur jeune fils, Kevin, attiré par une automobile rutilante, Ruby. Dans cette histoire, le lecteur quitte un espace domestiqué dans les racines d’un gros arbre pour partir à l’aventure du « monde extérieur[11] ». Depuis la campagne combrienne, George, Mavis, Austin, Tracy et Kevin arrivent à la ville où les propriétaires de Ruby, l’Austin 7, possèdent une petite maison avec garage et jardin. La dernière page clôt le parcours des cinq minuscules personnages qui semblent avoir fini par s’établir dans les racines d’un arbre du jardin. Ils ont commencé à aménager chacun leur « coin » et consolidé le toit pour tous. Le texte qui accompagne cette image nous invite à penser que l’installation sur de longue durée :

That afternoon they found a large tree at the bottom of the garden and had a long sleep.

Mavis said they should work out a plan to get home. The others agreed, but summer turned into autumn and autumn into winter and all they wanted to do was hibernate.

“We’ll go home next spring’, said George, but everyone was fast asleep.

Cet après-midi, ils ont trouvé un grand arbre au fond du jardin et s’y sont endormis.

Mavis dit qu’il faudrait trouver un plan pour rentrer à la maison. Les autres furent d’accord, mais l’été passa, l’automne puis l’hiver aussi et tout ce qu’ils désiraient fut d’hiberner.

« Nous rentrerons au prochain printemps », dit George, mais tout le monde s’était déjà vite endormi.[12]

            Le récit de Ruby est donc celui d’une déterritorialisation et des prémisses d’une reterritorialisation, celui d’un parcours vers et dans l’inconnu. Ce qui pousse Kevin a quitté les racines de l’arbre familial, c’est le désir d’une vie meilleure et notamment placée sous l’abondance de nourriture. Tout comme la mythique Atlantide, la rutilante Ruby, bien réelle quant à elle, offre cette abondance et l’espérance d’un « monde meilleur ». Ainsi, le voyage de la minuscule famille pourrait-il être apparenté à une quête d’une existence meilleure.

            Enfin, le troisième volet de la trilogie, How to Live Forever ou Le Livre disparu propose une troisième quête celle d’un livre perdu au titre évocateur : Comment ne jamais vieillir ? C’est à la recherche de ce livre que le minuscule Peter, demeurant dans un livre de la British Library, Confitures de coings, quinze recettes, part chaque nuit. Son voyage commence de son domicile où il occupe la pièce la plus haute et se termine sur la plus haute étagère de la bibliothèque, deux ans plus tard. La double-page 26-27 constitue l’aboutissement du voyage. Le jeune Peter vient d’atteindre un territoire un territoire au-delà du monde réel, au-dessus des brumes et des nuages. C’est le domaine du Livre Disparu, du Grand Livre, littéralement en anglais le « Ledger Domain » comme il est marqué sur le dos d’un livre placé au pied d’une immense chaise du haut de laquelle semble trôner le Vieil Enfant. Ce personnage gris représente une sorte d’apôtre de la Vérité : « Vivre éternellement revient à ne pas vivre du tout[13] ».

            Ainsi, de part et d’autre du parcours dans le « réel » imagé de Ruby, se situent un récit conduit par le mythe du territoire idéal et un autre, parabolique, conduisant à la vie idéale. Finalement, le titre de la trilogie ne serait-il pas tout simplement How to live ? La double-page 28-29 du Livre disparu semble entamer une première conclusion qui servirait à l’ensemble des trois albums. Cette double-page semble faire écho à la première double-page d’À la recherche de l’Atlantide (pp.2-3). En effet, la petite montgolfière qui dépasse l’île d’Atlantide arrive au-dessus des cimes éthérées du Domaine du Grand Livre. Au monde englouti sous l’Atlantide s’oppose le clair de Terre auquel assistent Peter et le Vieil Enfant. Si l’ensemble  d’À la recherche de l’Atlantide est essentiellement consacré à la quête d’un espace perdu, invitant à traverser de haut en bas un espace domestique ; Le Livre disparu est presqu’exclusivement dédié au temps et à sa maîtrise. Tout y fait référence : les titres des livres sur les pages de couverture, l’insertion du poème de Ronsard dédié à Cassandre dans la version française, ou le poème de Kingsley, Young and Old[14], dans la version anglaise originale… Ruby passerait alors pour être l’ouvrage central où temps et espace sont convoqués à parts égales. Chaque double-page est subdivisée en deux cadres. Le cadre supérieur, très étroit, raconte l’histoire de Ruby, depuis sa construction, sa commercialisation, son abandon et sa restauration. Le cadre inférieur, occupant les 5/6e de la page, évoque le voyage de George et Mavis.

Fig. 8 : À la recherche de l’Atlantide, pp.2-3
Fig. 9 : Le Livre disparu, pp.28-29.

            La double-page 30-31 du Livre Disparu constitue à la fois un épilogue et un ex-librispour l’ensemble des trois livres. Le titre de cette double-page semble être inscrit sur la tranche du gros livre de gauche : « EX JULIAE LIBRIS MCMXCIV », en guise de dédicace. Le jardin que Peter a traversé aux pages 24-25, est maintenant le lieu de sa réflexion. C’est là, dans un cadre où les livres soutiennent des tours de plus en plus élevées, face à une cascade donnant naissance à un torrent que Peter choisit de ne pas lire le livre. Finalement, il décide de ne pas forcer le temps et finit par regagner le monde réel (p.32).


[1] J’utilise ici les titres originaux et les dates de réalisation, non de publication.

[2] Site personnel de l’auteur : http://www.colinthompson.com/page7.htm

[3] [Trad. de l’auteur] « En suivant notre guide, nous gravîmes quelques marches / Et atteignîmes un petit appartement sombre et bas, / Nous étions à peine entrés que notre hôte / Dit gaiement : « Ceci est mon domaine, ma cellule, / Mon hermitage, ma cabane, ce que vous voulez – / Je l’aime bien plus que l’escargot aime sa maison. »

[4] Dans la version française, Tracy devient Lucy.

[5] Site personnel de l’auteur : http://www.colinthompson.com/page12.htm

[6] Platon, Timée, traduction Victor Cousin, pp.97-98.

[7] Platon, Critias, traduction Émile Chambry.

[8] Colin Thompson, À la recherche de l’Atlantide, Paris : Circonflexe, 2008, p.3.

[9] Colin Thompson, op. cit., p.4.

[10] Colin Thompson, op. cit., p.32.

[11] « Only Uncle Austin had been in the outside world. Only he knew about its wonderful and terrible ways.”: Colin Thompson, Ruby, p.3.

[12] Colin Thompson, Ruby, p.32.

[13] Colin Thompson, Le Livre disparu, p.26.

[14] Charles Kingsley (1819-1872), The Water Babies, A Fairy Tale for a Land Baby, 1862-1863.


Une réponse sur “Les microcosmes de Colin Thompson : modèles de représentations spatiales collectives”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.