Terre d’exploration, terre d’exil, terre des hommes : Le Pilote et le Petit Prince de Peter Sis (2014)

Figure 1 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), couverture

Figure 1 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), couverture

            Au bout de cinquante-cinq années consacrées à la littérature de jeunesse, Frances Foster a pris sa retraite en juillet 2013. C’est donc avec une nouvelle éditrice que Peter Sis va continuer à créer de nouvelles histoires. Le Pilote et le Petit Prince, paru en mai 2014, est le premier album qui signe cette nouvelle collaboration avec Margaret Ferguson. Le duo Foster-Sis a fonctionné pendant plus de vingt-cinq ans et l’illustrateur reconnaît qu’il est devenu un auteur à part entière grâce à son éditrice fétiche :

Je décrirais son influence sur ma carrière comme celle du Yin sur le Yang. Elle comprend parfaitement ce que je veux dire et fais son maximum pour que je puisse le dire. […] Je suis si proche d’elle et elle est si rayonnante. Elle a une grande part dans tout ce que j’ai pu réaliser.[1]

            Le Pilote et le Petit Prince, la vie d’Antoine de Saint-Exupéry est une nouvelle biographie mais qui ne suit pas les règles que Sis s’est données pour la rédaction de la trilogie bio-topique[2] qui réunit les trois ouvrages suivants : Christophe Colomb (1996), Le Messager des étoiles (1996) et L’Arbre de la Vie (2004). Ce travail là est bien différent à la fois par sa macrostructure et par son esprit global, même si on retrouve de manière évidente les principales intentionnalités spatiales de l’auteur. Sans doute plus que tout autre album réalisé précédemment, celui-ci est marqué profondément par tous les épisodes de la vie de Sis. C’est d’ailleurs la première fois que, dans les entretiens qui ont accompagné la sortie de cet album, l’auteur avoue les inférences continuelles de sa vie dans son œuvre :

[…] dans tous mes livres, je commence d’abord par projeter toutes mes propres idées, ma propre vie, mes propres sentiments. Et c’est alors que commence le travail de tri de l’éditeur.[3]

Le Pilote et le Petit Prince est une combinaison de plusieurs choses, une sorte de synthèse des inférences autobiographiques (son père, son enfance derrière le rideau de fer, l’exil, l’émigration, le déracinement) et de ses propres intentionnalités spatiales (la déterritorialisation, la mobilité, la gestion des distances). Toutes les différentes figures que l’on trouve  parsemées dans l’ensemble de l’œuvre littéraire de Sis se retrouvent réunies dans ce même album comme s’il s’agissait d’une pierre angulaire à son œuvre. Tout dans cet album paraît être une conclusion aux nombreuses années passées aux côtés de Frances Foster, une sorte de synthèse avant de tourner la page. La dédicace est d’ailleurs significative puise que Sis dédie son travail à trois personnes : Bill Shipsey[4], fondateur de Art for Amnesty International ; Terry Lajtha, sa femme ; et Frances Foster :

Le Vent – l’idée – Bill Shipsey

La Terre – l’inspiration – Terry Lajtha

Les Etoiles – les rêves – Frances Foster (SIS, 2014, p. 6)

La place accordée à Frances Foster est celle de sa bonne étoile, de celle qui, comme pour le Petit Prince de Saint-Exupéry, a toujours guidé ses pas. J’ai donc décidé d’axer mon analyse de cet album d’un nouveau genre pour Sis selon trois directions. D’une part, j’aimerais montrer comment la macrostructure de cet ouvrage se détache de celle des biotopies précédentes ou plus exactement s’en nourrit pour les enrichir. Puis, je m’intéresserais à l’image du père, Vladimir Sis, dans un des thèmes majeur de cet album : l’exploration du monde. Enfin, je terminerais par les allusions à la propre vie de Sis, immigré américain, dans l’expression d’un deuxième thème majeur, celui de l’exil.

1. Une biotopie particulière consacrée à la vie de Saint-Exupéry

            La macrostructure de l’ouvrage se compose de vingt-trois planches organisées en sept phases qui composent la vie de Saint-Exupéry.

LE RÊVE (1900-1935)

35 ans

PHASE I : L’ENFANCE 5 planches
PHASE II : L’ADOLESCENCE 1 planche
PHASE III : L’AEROPOSTALE 5 planches

 

PHASE IV : PARIS 1 planche

L’EXIL (1935-1944)

9 ans

PHASE V : LES RAIDS 2 planches
PHASE VI : L’EXIL 5 planches
PHASE VII : LE RETOUR 2 planches

            Ces sept phases sont plus ou moins courtes dans le récit et témoignent d’une variation du rythme narratif. Si les trois premières phases correspondent à la macrostructure de biotopies de la trilogie (Le rêve /  La poursuite du rêve / La réalisation du rêve) ; les trois dernières sont consacrées à l’expression de l’exil.

Figure 2 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.14-15.

Figure 2 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.14-15.

Dans la première partie, Sis accorde davantage d’intérêt à la construction du rêve (l’enfance de Saint-Ex) et à sa réalisation (son aventure avec l’aéropostale). Sis a recours au morcellement de la planche, à son découpage en cases (pages 14-15, 16-17 et 25). Le procédé est même à rapprocher de la bande dessinée. Le souci est de faire tenir en onze planches les 4/5e de la vie de l’aviateur et de l’écrivain.

Dans ce livre, il y a des planches qui couvrent plusieurs années de la vie de Saint-Exupéry. Aussi ai-je alterné des double-pages avec des scènes d’activités denses et d’autres avec des scènes plus calmes.(SIS, FERGUSON, 2014).

Figure 3 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.26-27.

Figure 3 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.26-27.

Le moment central de l’ouvrage semble correspondre aux pages 26-27 consacrées à une planche qui représente le plan de Paris survolé par une silhouette de Saint-Exupéry tenant une feuille de papier.  Cette représentation permet à l’auteur d’évoquer l’aura de l’écrivain sur la capitale : Antoine de Saint-Exupéry est à ce moment-là de son histoire (vers 1935) un pilote reconnu, un pionnier de l’aéropostale mais également un écrivain de renom qui, faute de voler au-dessus de l’Afrique et de l’Espagne, flotte au-dessus de la vie intellectuelle parisienne. La représentation de Saint-Exupéry n’est pas sans rappeler la représentation de Vaclav Havel survolant Prague dans la tapisserie réalisée par Sis pour Amnesty International et exposée au Terminal 2 de l’aéroport tchèque en 2012[5].

Figure 4 : Tapisserie de l’aéroport Vaclav Havel de Prague (2013), Flying Man.

Figure 4 : Tapisserie de l’aéroport Vaclav Havel de Prague (2013), Flying Man.

Après cette double-page, comme le souligne SIS, les planches sont plus « calmes ». Nous avons à faire à de grandes étendues qui ne sont plus morcelées. Les neuf planches qui composent les trois phases dédiées à l’exil ne couvrent que les neuf dernières années de la vie de Saint-Exupéry.

Sis, comme à son habitude, mène une approche géocritique de la vie de l’aviateur. Chacune des phases correspond à une échelle et à un parcours spécifique.

Phase I La région lyonnaise
Phase II La France
Phase III L’Europe et le monde
Phase IV Paris
Phase V Quelques raids
Phase VI L’exil new-yorkais
Phase VII Un dernier raid vers Lyon, la reprise de l’aventure

Tout se passe comme si, dans la vie de Saint-Exupéry, le tour du monde et la réalisation du rêve avait été atteints avant la guerre. Les raids vers Saigon et en Amérique du Sud, qui  s’achèvent tous par des crashes, sont dépeints comme de nouveaux chalenges qui consistent non plus à ouvrir de nouvelles voies mais comme des défis contre le temps. Ce qui monopolise l’attention de Sis dans cette deuxième partie de l’ouvrage, c’est l’exil. Ce sentiment que l’auteur peut comprendre pour l’avoir vécu à son arrivée aux Etats-Unis en 1982.

L’ouvrage se clôt sur deux planches. La première fait allusion au dernier raid de sa vie. De retour en France libre (Algérie), Saint-Exupéry entreprend, avec son bataillon, de reconquérir la France. Son objectif devient le retour à Lyon qui est, sur la carte des pages 42-43 représentée par une étoile.  Elle met en scène le vaste champ de bataille qu’est devenue l’Europe en 1944. L’espace est majoritairement rempli par les eaux de la Mer Méditerranée dans laquelle, le 31 juillet 1944, l’avion de Saint-Exupéry sombra. La zone du naufrage est matérialisée par la forme de l’avion avec, aux commandes, un petit garçon aux cheveux blonds. Les bases de décollage de son groupe de reconnaissance 2/33 sont cerclées de rouge et témoignent de l’avancée progressive des forces alliées de libération de la France.

Dans la microstructure, Sis organise sa double page de manière assez régulière : les 2/3 supérieurs de la planche sont dédiés à la mise en image d’une idée générale, le 1/3 inférieur est souvent découpé en deux bandes, l’une est réservée à une narration verbale autobiographique, l’autre à une narration iconique qui séquentialise dans des bulles des biographèmes.

Figure 5 : Carte spatiogénétique Le Pilote et le Petit Prince (2014).

Figure 5 : Carte spatiogénétique Le Pilote et le Petit Prince (2014).

Cette organisation est assez souvent cassée pour donner du rythme au récit. Comme nous l’avons dit plus haut, une large part est alors donnée à la narration plastique qui multiplie le morcellement de la page dans la première moitié de l’ouvrage et donne à voir des espaces plus ouverts dans la seconde moitié. Focalisons-nous un instant sur les cinq double-pages de la phase I dédiée à l’enfance (p. 4 à 11). En observant d’abord les dessins préparatoires élaborés par Sis, il semblerait bien que l’auteur donne tout son sens au terme bio-topie que nous avons choisi d’employer. En effet il donne aux futures pages 10-11 et 14-15 les noms de « carte de l’enfance » et « carte de la croissance ». La forme circulaire y est largement employée puisqu’elle est présente dans quatre pages sur sept. Il s’agit d’un cercle qui occupe les 2/3 de page et dans lequel on retrouve l’image du « petit garçon aux cheveux dorés ».

Figure 6 : Dessins préparatoires pour Le Pilote et le Petit Prince (2014)

Figure 6 : Dessins préparatoires pour Le Pilote et le Petit Prince (2014)

 L’image du cercle est celle d’une territorialisation forte pour Sis. C’est la forme la plus proche de l’œuf et qui peut être interprétée ici comme la bulle familiale, ce « petit Paradis originel » qui reçoit de multiples influences extérieures mais qu’il va falloir percer pour grandir et devenir ce que l’enfant a décidé de devenir. Cette période de « nidification » est amorcée par l’évocation de la naissance de l’auteur (p.7) : l’image d’un enfant emmailloté au centre d’un cercle renvoie bien au sentiment d’enfermement protecteur, de carcan qu’il faudra éclater pour grandir. En tournant la page, le lecteur est aussitôt plongé dans l’atmosphère de la « nidification ». La structure répétitive des planches n’est pas encore véritablement mise en place. Un topogramme évoque les années 1900 en France et en Europe. La planche est découpée en trois bandes horizontales et fait références aux nombreuses découvertes scientifiques et géographiques sur la terre. Elle mélange les projets et les réalisations sous marines, terrestres et célestes. Une grande partie des inventions font référence aux ouvrages de Jules Verne. On trouve ainsi évoqués pêle-mêle 20 000 lieux sous les mers, le tour du monde en Quatre-vingts jours, l’île mystérieuse, de la terre à la Lune. Mais on y rencontre également des allusions à Méliès, aux légendes antiques. Au centre de l’image, un homme à trois visages semble être la source des créatures et inventions les plus étranges et éblouissantes pour le petit garçon qui a écouté et lu les histoires dont elles semblent issues. Cet homme est-il Jules Verne lui-même ?

Figure 7 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.8-9.

Figure 7 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.8-9.

            L’éclatement dont j’ai parlé et qui était sensé suivre la période de « nidification » a bien lieu à la planche de la phase II. Cette planche représente seize biographèmes[6] disposés dans une grille. Le but est de montrer toute l’énergie déployée par le petit garçon devenu jeune homme pour réaliser son rêve : voler. Voler, c’est être libre de découvrir et d’explorer.

Figure 8 : Macrostructure de l’album Le Pilote et le Petit Prince (2014)

Figure 8 : Macrostructure de l’album Le Pilote et le Petit Prince (2014)

2. Saint-Ex, l’explorateur

Même si le titre pourrait suggérer qu’il puisse être consacré à la rédaction du Petit Prince, un des ouvrages pour enfant le plus traduit dans le monde ; la rédaction du Petit Prince n’est évoquée clairement qu’à quatre petites occasions dans le livre :

Un biographème : « Il commence à écrire Le Petit Prince au manoir de Bevin House à Long Island ». (SIS, 2014, p. 37)

Dans le récit : « Il acheta une petite boîte d’aquarelle et se mit à travailler à un livre illustré qui racontait l’histoire d’un petit garçon aux cheveux dorés ». (SIS, 2014, p. 37)

Un second biographème : « Le Petit Prince est d’abord publié aux Etats-Unis. Il est dédié à son ami Léon Werth. Le Petit Prince paraît le 6 avril 1943. » (SIS, 2014, p. 41)

Encore une dernière foi dans le récit : « Le Petit Prince parut pour la première fois en avril 1943, aux Etats-Unis. Dans ce livre, il décrivait une planète plus innocente que la sienne et un petit garçon qui s’aventurait loin de chez lui, en quête de réponses sur le fonctionnement des choses. » (SIS, 2014, p. 40)

            L’album est donc bien une biographie de Saint-Exupéry. Cependant, l’image du petit garçon aux cheveux dorés est omniprésente dans l’album et ce dès la couverture. Il semble représenter l’enfance, celle de Saint-Exupéry mais également celle de Sis. Il est l’étoile qui guide les pas de l’adulte qu’est devenu Saint-Ex. Une nostalgique synthèse est opérée par l’auteur entre l’histoire de l’aviateur et celle de Vladimir Sis, voire de Peter lui-même. Cette synthèse commence dès la couverture si l’on se reporte à l’une des interprétations possibles qu’en donne Sis. Lorsqu’interrogé par Melissa Block sur National Public Radio le 11 juin 2014, Sis explique :

Melissa Block : Nous voyons un biplan survolant le globe. À bord, il y a Saint-Exupéry, l’aviateur avec son masque et son écharpe. Il y a également derrière lui un garçon aux cheveux blonds.

Peter Sis : C’est lui et le petit garçon qu’il était avant de devenir pilote. Mais c’est aussi un petit prince, ou mon père et moi. Le bleu est là pour rappeler le bleu  de la couverture du Petit Prince. C’est ainsi la combinaison de plusieurs choses : l’aventure, la beauté d’un ciel bleu et la liberté.[7]

Le Pilote et le Petit Prince. Les deux personnages n’en feraient qu’un seul et derrière l’aviateur casse-cou, intrépide, l’explorateur aventurier, il y aurait le petit garçon rêveur qu’il était et qu’il ne cessa sans doute jamais d’être. Le Petit Prince est un livre qui a été offert par Vladimir Sis à son fils alors que celui-ci avait 12 ans : « Il me dit que c’était un livre spécial aussi je sus que je devais le lire d’une manière spéciale » (BLOCK, 2014). La lecture qu’en fait Sis, plusieurs années après, est toujours très spéciale. Pour Sis, l’histoire du Petit Prince est avant tout celle d’un voyage loin de la Terre, de planète en planète, à la recherche de l’amitié « apprivoisée ».

La lecture que j’en faisais était celle d’un livre sur un endroit magnifique où aller, sur un monde que je devais découvrir, sur les choses qui étaient possible et que je devais être capable d’accomplir. (BLOCK, 2014)

Les deux dos de couverture forment une épanadiplose et guident le lecteur dans le sens d’un voyage autour de la terre. Elles sont parfaitement symétriques et enchâssent le récit entre deux mappemondes. Un aviateur en effectue le tour complet du monde en effectuant un grand-huit sur l’ensemble des deux planches. Le projet d’écriture est ainsi annoncé, il s’agira d’un voyage, d’une exploration du monde.

Figure 9 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p. 2-3 et 46-47

Figure 9 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p. 2-3 et 46-47

Les trois narrations, verbale, iconique et plastique, s’entrecroisent pour rendre compte de l’importance accordée à l’exploration. La double-planche 18-19, par exemple, propose une vue du dessus des espaces survolés par Saint-Exupéry à bord de son Bréguet XVI alors qu’il travaille pour Latécoère. La représentation donne à voir des reliefs anthropisés et endormis. Ce paysage fait écho avec la dernière phrase de la page précédente :

Henri Guillaumet, un pilote qui deviendrait un bon ami d’Antoine, lui conseilla de ne pas se fier uniquement à la carte mais de suivre les contours du paysage. (SIS, 2014, p.17)

Figure 10 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.18-19.

Figure 10 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.18-19.

 C’est donc d’abord par la lecture de l’espace soumis aux yeux de l’aviateur que celui-ci se construit sa propre géographie. L’aviateur de l’image semble avoir apprivoisé les reliefs, c’est-à-dire « créer des liens » avec eux (Le Petit Prince, 1943, p.71). Saint-Exupéry n’avoue-t-il pas dans Le Petit Prince :

J’ai volé un peu partout dans le monde. Et la géographie, c’est exact, m’a beaucoup servi. Je savais reconnaître, du premier coup d’œil, la Chine et l’Arizona. C’est très utile, si l’on s’est égaré d-pendant la nuit. (SAINT-EXUPERY, 1943, p. 14)

La première carte précise arrive d’ailleurs à la tourne des pages 18-19, comme pour distinguer le travail de l’explorateur de celui du géographe :

Ce n’est pas le géographe qui va faire le compte des vielles, des fleuves, des montagnes, des mers, des océans et des déserts. Le géographe est trop important pour flâner. Il ne quitte pas son bureau. Mais il y reçoit es explorateurs. Il les interroge, et il prend en note leurs souvenirs. Et si les souvenirs de l’un d’entre eux lui paraissent intéressants, le géographe fait faire une enquête sur la moralité de l’explorateur. (SAINT-EXUPERY, 1943, p. 58-59)

Ainsi, la carte des pages 20-21, dans un ciel bleu étoilé représente-t-elle les différents aérodromes reliés par Saint-Exupéry. La carte fait ici suite à l’observation du sol depuis l’avion.

Le portrait que Sis fait de Saint-Exupéry enfant est celui d’un petit prince poète, enfant d’une longue lignée, qui grandit dans des châteaux. La représentation du petit Antoine, à la page 10, est très proche de celle du Petit Prince. Comme tous les enfants, Antoine de Saint-Exupéry est rêveur et Sis le dote des grands yeux bleus ouverts sur le monde dont il dote tous les enfants de ces albums.

Figure 11 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Play, Mozart, Play (2006), p.1

Figure 11 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Play, Mozart, Play (2006), p.1

L’enfant est avide de découverte, ses grands yeux sont prêts à dévorer le monde. Cet appétit correspond à celui vécu par le petit Peter durant son enfance praguoise. Elle fait écho avec les récits de l’expédition de son père au Tibet. Sis n’oublie pas d’ailleurs de mentionner qu’à l’âge de quatre ans, Saint-Exupéry perdit son père:

Lorsqu’il eut quatre ans, son père mourut de façon soudaine. Le petit garçon se demanda : Où est-il allé ? (SIS, 2014, p. 10)

On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec les premières pages de Tibet et l’absence momentanée de Vladimir Sis. Cette absence sembla interminable pour le petit Peter qui avait alors cinq ans. On notera d’ailleurs que la représentation de l’absence du père par une silhouette découpée dans un paysage désertique est très identique à celle qui figure déjà dans Tibet (SIS, 1998, p. 21).

Figure 12 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Tibet (1998), p.15.

Figure 12 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Tibet (1998), p.15.

L’exploration du monde est intimement liée à la figure du père chez Sis. La double page consacrée au crash de Saint-Exupéry et Prévot dans le désert libyen le 30 décembre 1935 (p.28-29) lors du raid Paris-Saigon fait très nettement référence à ce qui donnera lieu, quelques années plus tard, au Petit Prince. Les restes de l’avion sont disposés de telle façon qu’ils dessinent un petit garçon faisant des signes. On présume que parmi les deux personnages représentés (Saint-Exupéry et son mécanicien André Prévot), celui qui fait face à un renard est l’aviateur lui-même. C’est d’ailleurs à peu près dans les mêmes circonstances que l’auteur Saint-Exupéry retrace les conditions de sa rencontre avec le Petit Prince :

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. » (ST-EXUPERY, 1943, p.15)

La fin du Petit Prince peut rappeler également l’épisode de l’enfant aux clochettes dans Tibet. Le chemin que retrouve Vladimir Sis ainsi que celui qui sauve l’aviateur perdu est bien facilité par un petit garçon qui permet aux deux adultes de se souvenir de leur enfance. L’Enfant aux clochettes et le Petit Prince s’évanouissent comme par enchantement et laissent derrière eux une trace de leur passage qu’il conviendra de suivre : une feuille échancrée, une étoile.

J’ai lu Le Petit Prince quand j’étais enfant mais je n’avais jamais vraiment réfléchi à qui l’avait écrit et quel avait pu être son inspiration. Mon père était venu me rendre visite à New York en 1987 et, alors que nous nous promenions près de Central Park, il me montra où avait vécu Saint-Exupéry à New York[8]. Je ne savais pas qu’il avait vécu ici et qu’il y avait écrit le Petit Prince. (SIS, FERGUSON, 2014)

Ode au voyage, Le Petit Prince est également présenté comme une ode à l’enfance et à la liberté de l’imagination, du rêve. Au contact du Petit Prince, l’aviateur naufragé ne recouvre-t-il pas son enfance, qui n’avait jamais été bien loin ? Comme nous l’avons dit plus haut, c’est aussi une ode à l’exploration, à la découverte et à la curiosité. Ces thèmes sont très chers à Peter Sis. On ne manquera pas de se souvenir du petit garçon à vélo qui s’évade par-dessus le Mur dans Le Mur, mon enfance derrière le Rideau de Fer et d’en faire un parallèle avec les premiers essais de vol de Saint-Exupéry enfant. L’image de la page 44 est d’ailleurs intéressante à comparer avec celle de la page 41 du Mur. Le vélo de Saint-Exupéry est porté dans les airs par  un avion ; celui de Sis par des livres.

Figure 13 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Le Mur (2007), p.41.

Figure 13 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.10 / Le Mur (2007), p.41.

3. Saint-Ex, l’exilé

Un autre temps important dans l’album est accordé à l’expression de l’exil. Il est d’abord amorcé par les conditions qui amènent Saint-Exupéry à quitter la France, à savoir la guerre en Europe. L’horizon est d’abord assombri par la double-page 30-31 qui relate le dernier Raid du duo Saint-Exupéry/Prévot en 1938 et les premières missions de reconnaissance aérienne en 1939, au début du conflit. La double-page qui suit casse le rythme des biographèmes de la précédente planche qui amenaient le conflit. Une grande planche en lavis montre une colonne de panzers dilués dans des tâches de rouge et qui se noient dans la page sous quelques éclaboussures grisâtres évoquant les bombes. Cette planche tranche avec le traitement pointilliste de la grande majorité des pages de l’album :

Je voulais quelque chose de vraiment différent pour évoquer la guerre et je refusais de représenter des arbres cases et des maisons en ruines. C’est selon moi ce que Saint-Exupéry a dû voir depuis le ciel quand il assista à la descente des armées allemandes sur la France depuis la Belgique. (BLOCK, 2014)

Figure 14 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.32-33.

Figure 14 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.32-33.

À la tourne de page, le temps semble s’être totalement arrêté. L’immensité de l’océan se confond avec le ciel. Seule une lune resplendissante se reflète dans les ondes comme une paupière refermée. Cette planche fait écho à la dernière phrase de la page précédente : « Tandis qu’Antoine traversait l’océan sous le ciel nocturne, il comprit qu’il avait perdu à la fois son ami et son pays » (SIS, 2014, p.33) C’est la deuxième fois dans l’album que narrations verbale, iconique et plastique produisent une sorte d’enjambement apportant ainsi un lien à l’ensemble du récit.

Les expressions de l’exil commencent aux trois double-pages suivantes. New York, sous les traits d’un alligator, est vécu comme un locus ingratus car étrangère : « New York provoqua chez Antoine une sensation d’accablement. Il ne parlait pas anglais et se sentait mal à l’aise » (SIS, 2014, p. 36). Indubitablement, Sis laisse exprimer ce que lui-même a pu ressentir en arrivant à New York après son refus de retourner en Tchécoslovaquie en 1982 :

Ce que j’avais pu ressentir en arrivant d’un autre pays était arrive à Saint-Exupéry, pensai-je. Combien avait-il pu être triste à New York, loi de chez lui et sans savoir parler l’anglais. (FERGUSON, SIS, 2014)

Figure 15 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.36-37.

Figure 15 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p.36-37.

Figure 15 bis : Subway Whale (2003)

Figure 15 bis : Subway Whale (2003)

Comme Sis, c’est dans ce contexte d’exil en terre inconnue que Saint-Exupéry se met à dessiner et à écrire une histoire pour les enfants, ou pour les grandes personnes qui ont été enfant. La double-page 38-39 exprime très fortement la tristesse d’être coupé des siens et de son pays. Un personnage seul face à la mer sur la bas de la page de gauche regarde vers le haut de la page de droite un visage étoilé d’un petit garçon aux cheveux dorés qui représente le pays, l’enfance, les racines. Entre les deux, les vagues dessinent un pont que l’on aura reconnu : le pont Charles de Prague. À l’expression idéalisée du mal du pays correspond une expression plus matérialisée de l’exil et de la déterritorialisation à la page suivante. Les biographèmes reprennent le récit et transcrivent combien Saint-Exupéry ne reste pas inactif mais tout le ramène au mal du pays et au besoin de reprendre le vol et de retrouver la France, son pays meurtri. Le panorama de la partie supérieure montre toutes les tours de Manhattan penchées vers la France, à feu et à sang, comme si une attraction irrépressible conduisait l’aventurier à repartir et à reprendre du service.

Figure 16 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p40-41.

Figure 16 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), p40-41.

*

* *

*

            Le Pilote et le Petit Prince est une biotopie particulière chez Sis. À la construction de l’homme qui a puisé dans son enfance tous les rêves qui ont nourri et façonné sa vie d’adulte, il y ajoute l’expression de l’exil. Tout dans cet album de 48 pages rappellent l’histoire de Sis, son enfance derrière le rideau de fer à Prague, ses rêves d’exploration et de fuite, son admiration pour son père. On y trouve également un certain nombre d’autocitation, de clins d’œil à ses productions passées : Tibet, Le Mur, les tapisseries réalisées pour le compte d’Art of Amnesty International, mais également des œuvres plus anciennes. Ainsi le petit biplan que l’on trouve sur la page de titre est déjà présent en 1977 dans son film d’animation Island for 6000 Alarms Clocks, A Modern Fairy Tale. Si Saint-Exupéry ne parvint jamais à habiter New-York, Sis réussit sa territorialisation aux Etats-Unis et à Manhattan. Mais est-ce pour autant qu’il en oublie encore aujourd’hui d’où il vient ? Et l’homme, au sommet de l’Empire State Building, qui fait pencher les tours vers une Europe lumineuse est-il simplement Saint-Exupéry ?

Figure 17 : Island for 6000 Alarms Clocks, A Modern Fairy Tale (1977)

Figure 17 : Island for 6000 Alarms Clocks, A Modern Fairy Tale (1977)

Bibliographie :

SIS, Peter. Le Pilote et le Petit Prince. Paris : Grasset Jeunesse, 2014.

SIS, Peter. The Pilot and the Little Prince. New York : Farrar, Strauss & Giroux, 2014.

SIS, Peter. Le Mur. Mon enfance derrière le rideau de fer. Paris: Grasset, 2007.

SIS, Peter. The Wall: Growing up Behind the Iron Curtain. New York: Farrar, Strauss & Giroux, 2007.

SIS, Peter. Play, Mozart, Play! New York: Greenwillow, 2006.

SIS, Peter. L’Arbre de la Vie : Charles Darwin. Paris: Grasset Jeunesse, 2004.

SIS, Peter. Tibet. Les secrets d’une boîte rouge. Paris: Grasset Jeunesse, 1998.

SIS, Peter. Tibet through the Red Box. New York : Farrar, Strauss & Giroux, 1998.

SIS, Peter. Christophe Colomb. Paris: Grasset Jeunesse, 1996.

SIS, Peter. Starry Messenger Galileo Galilei. New York: Farrar, Strauss & Giroux, 1996.

SIS, Peter. Le messager des étoiles. Galileo Galilei. Paris: Grasset Jeunesse, 1996.

SIS, Peter. Follow The Dream: The Story of Christopher Columbus. New York: Alfred A. Knopf, 1991.


[1] LODGE Sally. « Legendary Editor Frances Foster Retires », Publishers Weekly.com, 16 juillet 2013.

Disponible sur : http://www.publishersweekly.com/pw/by-topic/childrens/childrens-industry-news/article/58271-legendary-editor-frances-foster-retires.html

[2] Sis a consacré plusieurs biographies à d’illustres personnages. Leur vie est toujours ancrée dans un voyage géographique que les personnages réalisent. Tout semble se passer comme si l’itinéraire physique pratiqué inférait sur l’itinéraire intellectuel. Chaque franchissement d’espace, chaque passage de lieu en lieu (topos), constitue une étape dans la vie (bios) du personnage. Les albums prennent alors la forme de ce que je pourrais appeler des bio-topies « théâtralisées ». Raconter la vie de chaque personnage s’apparente à un jeu de mise en espace(s).

[3] SIS Peter et FERGUSON Margaret. « Peter Sis and Margaret Ferguson. The Slate Book Review author-editor conversation », The Slate Book Review, 4 juin 2014.

Disponible sur : http://www.slate.com/articles/arts/books/2014/06/peter_sis_and_his_editor_margaret_ferguson_discuss_the_pilot_and_the_little.html

[4] Bill Shipsey est considéré par Sis comme celui qui lui a donné l’idée d’écrire sur Saint-Exupéry. C’est à Sis qu’il confie la réalisation de la tapisserie de l’aéroport Vaclav-Havel de Prague inaugurée le 9 décembre 2012, dans le cadre d’Art for Amnesty International. Irlandais, il vient également de confier à Peter Sis la réalisation d’une autre tapisserie rendant hommage au poète  Seamus Heaney et qui a été inaugurée au Terminal 2 de l’aéroport de Dublin le 23 avril 2014.

[5] S. HELLER. « Tapestry in the Airport ». Printmag.com, 21 janvier 2013. Disponible sur : http://www.printmag.com/illustration/tapestry-in-the-air/

[6] Nous utilisons ici le concept de biographème tel qu’il a été défini par Roland Barthes en 1971. Il s’agit « d’éclats du souvenir », « quelques détails, quelques goûts, quelques inflexions » qui rendent compte de la vie d’un individu. Chez Sis, les biographèmes prennent la forme de médaillons, de bulles qui, réunies, mises bout à bout, servent à reconstruire la vie du personnage.

cf. R. BARTHES,Sade, Fourier, Loyola. Paris : Seuil (coll. Essais), 1971, p.13.

[7] BLOCK, Melissa. « In the Cockpit, Gazing At Stars : Saint-Exupéry’s Life in Pictures », NPR News, 4 juin 2014.

Disponible sur : http://www.npr.org/2014/06/11/320357666/in-the-cockpit-gazing-at-stars-saint-exup-rys-life-in-pictures   

[8] De juillet 1941 à novembre 1942, Antoine de Saint-Exupéry séjourna au 21ème étage du 240 Central Park South, à quelques mètres de Colombus Circle. C’est là qu’il entreprit l’écriture du Petit Prince.

cf. E. HOWELL. « Chasing The Little Prince in New York City ». Universtoday.com, 10 août 2012. Disponible sur: http://www.universetoday.com/96509/chasing-the-little-prince-in-new-york-city/


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. As the admin of this site is working, no hesitation very shortly it will be well-known, due to
    its quality contents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *