Représenter l’espace territorialisé, un travail autour de l’Atlas des géographes d’Orbae de François Place

François Place, La montagne d'Esmeralda, 1996

Nous aimerions montrer ici la réception possible de l’ouvrage tripartite de François Place, Atlas des géographes d’Orbae[1]. Une expérience a été menée par moi-même en collège, avec une classe de vingt-huit élèves de 6ème du collège Jean-Philippe Rameau de Tours. L’objectif que je m’étais fixé était de travailler sur les modes d’appropriation d’un territoire imaginé par les élèves. Les objectifs des expériences étant sensiblement différents, nous présenterons les travaux dans deux parties distinctes. Nous ne reviendrons pas ici sur la présentation de l’ouvrage très riche de François Place qui est faite par Sylvie Dardaillon[2] et moi-même dans un article  paru aux Presses universitaires Blaise-Pascal.

L’objectif de la séquence était de permettre aux élèves d’entrer dans le code langagier de la carte et d’approcher la géographie tant de manière iconique que discursive à travers le travail de François Place. C’est dans ces deux aspects que nous souhaitions inviter les élèves à recevoir l’œuvre mais également à en produire une. Pour ce faire, nous avons travaillé en étroite collaboration avec la documentaliste du collège qui souhaitait initialement monter un atelier d’écriture.

À la première séance, nous avons proposé aux élèves, répartis en sept groupes, sept cartes issues de l’Atlas et nous leur avons demandé de décrire le peuple qui pouvait, selon eux, occuper ce territoire : quel était son nom ? ses coutumes ? ses croyances ? sa langue ? son organisation politique et/ou sociale ? Tous ces critères qui peuvent définir une civilisation devaient faire écho aux leçons d’histoire depuis le début de l’année de Sixième. Fait amusant : aucun des groupes ne s’est rendu compte que les cartes étaient établies à partir de lettres de l’alphabet. Voici, par exemple, la production écrite d’un groupe inspiré par la carte des Montagnes d’Esmeralda :

Il était une fois une tribu qui s’appelait les Craqueboules. Mais leur chef s’est fait capturer par un de leurs ennemis, alors les soldats grâce à l’ami de leur chef (Grand Gogol). Ils arrivèrent par le fleuve dans l’antre du méchant. Les soldats le tuèrent. Après le combat, les soldats virent leur chef (Ougah) crucifié, mais heureusement des soldats arrivèrent avec des plantes médicinales. Pendant ce temps, l’ennemi des Craqueboules monte au ciel.[3]

Lors d’une deuxième séance, la collègue documentaliste et moi-même avons proposé de lire à voix haute à la classe Les Montagnes d’Esmeralda, accompagnant la lecture des illustrations projetées sur le tableau numérique de la classe. Ce moment que l’on n’offre plus que très rarement aux élèves qui sont passés au collège a su trouver toute l’attention du groupe classe. Lors du débat interprétatif qui a fait suite à la lecture, les élèves ont semblé enthousiastes et emportés par l’histoire mais également par les paysages décrits et proposés en illustration. La carte, projetée en introduction, n’a que très peu retenu leur intérêt sauf pour le groupe qui avait travaillé dessus à la séance précédente. C’est à partir de la double-page d’attrape-lecteurs, proposée en fin d’histoire, que nous avons lancé le débat interprétatif. Les élèves devaient retrouver les différents moments de l’histoire à partir des divers objets, personnages et motifs dessinés pêle-mêle sur cette double-page.

En cours de géographie, la classe a ensuite travaillé durant deux séances sur l’analyse des codes cartographiques utilisés dans trois cartes dessinées par François Place. Il s’agit d’étudier comment sur chacune d’elles sont représentés le relief, la végétation, l’hydrographie, les habitations, les axes de communication. Les élèves sont arrivés à noter qu’une certaine norme se dégage de cette première analyse : le réseau hydrographique est en bleu, la végétation en vert et le relief en brun ; l’utilisation de symboles est systématique. La même analyse leur est proposée ensuite à partir de trois types de cartes puisées dans l’histoire de la cartographie : la table de Peutinger (IVe siècle après J-C), la carte de Cassini (XVIIIe siècle) et la carte IGN (XXe siècle). Cette seconde analyse montre que les normes repérées dans le travail de François Place se retrouvent dans la cartographie institutionnelle dont François Place s’est inspiré avec application et grande précision.

En atelier d’écriture, au CDI, les élèves ont été répartis en sept groupes. Leur objectif fut de produire un écrit qui décrirait une civilisation issue de leur imagination. Les élèves ont eu à leur disposition le questionnement auquel ils avaient répondu lors de la première séance consacrée aux cartes de François Place. Afin d’alimenter l’imaginaire, à plusieurs reprises lors des séances d’écriture, chaque groupe a été invité à aller puiser dans une « malle magique » un objet extraordinaire qu’il devait inclure dans son récit en lui trouvant un nom et/ou une utilisation. Cette « malle magique » prenait la place de la double-page « d’attrapes-lecteur » de fin d’histoire à cela près que cette dernière se situait dans notre expérience de production esthétique en début de récit et comme catalyseur d’imaginaire.

Il était une fois deux peuples qui vivaient en harmonie, chacun sur son territoire. Ces créatures s’appellent des Mashmoushmish. Mais un jour le Dragon Noir, seigneur des Terman et des Pyroman décida de se rebeller. Ce fut une violente guerre et le Dragon Noir en sortit vainqueur et régna sur le territoire du Dragon Blanc. Le Dragon Blanc ayant envie de récupérer son territoire, décida d’envoyer son armée d’Airman et de Waterman vaincre le Dragon Noir. Deux jeunes Mashmoushmish, Kushumu, responsable des Waterman et Mishmish, responsable des Airman, partirent avec leur armée. Ils entreprirent un long voyage dans les prairies, les grottes et même les déserts jusqu’à arriver à la frontière des deux peuples. Là, les Waterman et les Airman devinrent au lieu d’un bleu ou d’un blanc vifs, un côté aussi sombre que les Terman (de la couleur de la chaîne de montagne) et un côté aussi jaune que le magma des Pyroman (couleur des volcans en éruption). Soudain les Pyroman et les Terman apparurent et le combat s’engageât. Il y eu beaucoup de morts, certains brûlés vifs, d’autres écrasés par des rochers et même Mishmish, lui eut droit aux deux façons de mourir. Bien sûr les Airman et les Waterman n’en sortirent pas indemnes ; certains eurent les ailes cassées et d’autres brûlées. Les survivants continuèrent leur chemin jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’entrée d’une grotte. Là, Kushumu alluma la bougie qu’il avait trouvée et avança avec les restes de l’armée. Quelques jours plus tard les Mashmoushmish en sortirent mais ils n’étaient plus que cinq. La moitié du reste de l’armée était morte dans la grotte. C’est à leur grande surprise qu’ils découvrirent le Dragon Noir. Le Dragon crachant des flammes et les Airman les évitant, le combat dura longtemps, jusqu’à ce que les Waterman réussissent à créer de la glace derrière le Dragon Noir. Celui-ci recula, poussé par les Airman, glissa sur la glace et se fracassa le crâne sur les rochers. Il était mort. La petite armée repartit voir le Dragon Blanc et découvrit que toutes les personnes mortes pendant la guerre avaient ressuscité, même Mishmish ! Quant aux Terman et aux Pyroman, ils devinrent gentils car ils n’avaient en eux plus le mal du Dragon Noir. Les quatre races de Mashmoushmish et le Dragon blanc vécurent heureux jusqu’à la fin des temps[4].

Au bout des trois séances d’écriture, chaque groupe a réalisé, en cours de géographie, une carte du territoire habité par la civilisation qu’il avait décrite. Ces cartes sont réalisées à partir d’un logiciel qui leur propose de choisir un fond de carte (île ou terre ferme) issu d’une carte IGN retravaillée ainsi que de différents éléments de légende que les élèves peuvent glisser, déposer, redimensionner à l’envi sur leur fond de carte. Ils avaient ensuite la possibilité de nommer certains lieux en respectant la police appropriée à la carte IGN. Travailler sur ce type de carte présente un double intérêt. D’un point de vue cognitif, il s’agit d’un support avec lequel les élèves doivent se familiariser pendant leur scolarité. D’un point de vue pédagogique, c’est le seul type de carte non utilisé par François Place dans les vingt-six cartes de l’Atlas. La production de cette carte met donc chaque groupe en processus de territorialisation : quels moyens vont-ils mettre en place pour montrer que la civilisation qu’ils ont créée a mis la main sur un morceau d’espace ?

carte réalisée par les élèves à l'aide du logiciel Notebook

            Les neuf productions des élèves ont ensuite été compilées dans un ouvrage reprenant le format de l’Atlas des géographes d’Orbae, qui leur a été distribué. Le titre choisi reprenait également celui de François Place : Du Pays d’Améthyste au Pays de Zouzoubla.

             La première séance sur les cartes de l’Atlas a placé les élèves directement face aux codes langagiers de la carte. Transcripteurs, ils ont tenté de résoudre la situation-problème qu’ils avaient sous les yeux : quel sens donner à cette carte ? Sur les sept groupes que nous avions composés, un seul n’a pas joué le jeu et s’est contenté de fournir une description de la carte. Les autres ont nommé le territoire qu’ils avaient sous les yeux (4 cas sur 6). Ils ont imaginé un peuple majoritairement de guerriers (4 cas sur 6), organisé en royaumes (3 cas sur 6), avec des croyances (2 cas sur 6).

            Puis, lorsqu’à leur tour, ils ont été invités à « imaginer » un ensemble symbiotique, c’est-à-dire à produire un discours verbo-iconique pour rendre compte d’un peuple et de son territoire, les élèves se sont très bien approprié le mode d’expression découvert dans l’Atlas. Sur les neuf réalisations, huit utilisent la carte pour repérer des lieux évoqués dans leur production écrite. Dans un seul cas, le nom du territoire n’est pas cité dans le texte, aucune mention n’est faite de lieux précis du territoire. La carte du Pays de White, dont il est ici question, vient alors en complément du texte pour « dire » ce que le texte ne « dit » pas. La topographie fait référence à l’espace vécu des élèves : ainsi la capitale du Pays de White se nomme Tours et la seconde ville, moins importante, Chambray-lès-Tours.

Pour les autres groupes, les textes font tous référence à un mythe fondateur de la civilisation ou à une cosmogénèse, dans lesquels la guerre prend une place prépondérante. Elle semble être, dans 8 cas sur 9, le catalyseur de la territorialisation. Les peuples présents sur un même territoire s’affrontent. Cette situation de déséquilibre aboutit à l’installation d’une paix durable soit du fait de la victoire d’un peuple sur les autres, soit du fait de négociations, soit du fait de l’union des peuples belligérants. Le territoire devient alors la résultante d’une conquête d’espace, d’une « lutte pour trouver sa place », si l’on nous permet de reprendre à notre compte le titre partiel d’un ouvrage de Michel Lussault.

De fait, la trame même de notre existence et de notre quotidien peut être analysée sous l’angle des relations spatiales. Le monde de l’action sociale et du vécu, au jour le jour, constitue une scène spatiale, sur laquelle interagissent des acteurs, qui utilisent pour arriver à leurs fins des instruments tels que la mise à distance, l’emplacement, la délimitation, le franchissement.[5]

Dans tous les cas, les territoires sont délimités : les peuples occupent une île entière ou se la partagent avec des espaces clairement distincts sur la carte ou occupent des cités-États. La carte, construite par les élèves et qui accompagne leur texte, devient la résultante de cette territorialisation et la trace figée de l’histoire culturelle du territoire imaginé. Si l’on prend pour exemple l’histoire de L’île des Mashmousmish, on y observe trois composantes mises en inter-réaction dans une opération alchimique fusionnelle : le fond de carte donné au départ (le substrat), les quatre peuples se partageant l’île (les acteurs) et les inclusions géographiques qui lient chaque peuple à son territoire (les images de leur spatialité). Les Terman [peuple des (hautes) terres] forment un peuple de montagnards, sur leur territoire sont donc figurées des montagnes. Les Pyroman [peuple du feu] vivent sur les versants de deux volcans. Les Waterman [peuple de l’eau] occupent une vaste plaine où sont représentés quatre lacs. Enfin, les Airman [peuple de l’air] habitent un nuage au-dessus de l’île. L’espace construit de ces quatre sociétés  est la résultante de ce que Michel Lussault nomme la triangulation de la dimension ou champ spatial[6] et que l’on pourrait schématiser comme suit :

Triangulation de la dimension spatiale d’après les productions d’élèves de 6ème

Clairement pour ce groupe, des schèmes de territorialisation se mettent en place, consciemment ou inconsciemment. Ces schèmes reprennent à l’évidence ceux induits par François Place dans la réalisation des cartes des mondes qu’il veut nous faire partager. Les stratégies d’apprentissage mises en place par les enseignants permettent aux élèves, en travaillant le discours verbo-iconique d’un récit, de se l’approprier totalement ou en partie et de transférer ce discours dans une propre expérience esthétique verbo-iconique. C’est précisément ce processus que nous souhaiterions appeler transterritorialisation. Processus visible ici mais que nous aimerions, dans un travail plus important, tester sur un échantillonnage plus large, soumettre à l’appréciation des élèves eux-mêmes, des enfants de manière générale et des adultes. Cette idée de transterritorialisation pourrait se rapprocher de l’effet performatif du langage observé dans les années 50 par John Austin[7]. Ce philosophe anglais considère que toute énonciation peut constituer un agir social suivi d’effets. Tout dire devient, de ce fait, un faire social. Cependant cette performativité est aussi fonction de l’énonciateur, et si l’auteur/illustrateur a sa légitimité, cette dernière se trouve renforcée par l’action de l’enseignant qui en impose l’étude.

Un énoncé performatif n’a d’existence que comme acte d’autorité. Or les actes d’autorité sont d’abord et toujours des énonciations proférées par ceux à qui appartient le droit de les énoncer[8].

Encore une fois, l’étude des albums qui constituent notre corpus semble avoir sa place dans la didactique de la géographie. Si pendant très longtemps, le travail sur les représentations et l’imaginaire a pu être jugé comme source d’erreur et de fausseté par bon nombre de didacticiens, il reprend aujourd’hui progressivement ses droits. Il ne s’agit plus d’opposer les représentations et l’imaginaire à un savoir savant. Comme le faisait remarquer Yves André, en 1990, la géographie est par essence la « discipline de l’imaginaire spatial […] invitation au voyage et source de rêve pour sortir du quotidien spatial[9] ». C’est à la puissance créatrice de l’imaginaire que renvoie l’album. Cette puissance qui oblige l’enfant/élève/lecteur à une lecture active le fait entrer, souvent malgré lui, dans le processus d’acquisition des savoirs, dans une immensité intime qui « porte le signe d’un infini » :

La rêverie se nourrit de spectacles variés, mais par une sorte d’inclination native, elle contemple la grandeur. Et la contemplation de la grandeur détermine une attitude si spéciale, un état d’âme si particulier que la rêverie met le rêveur en dehors du monde prochain, devant un monde qui porte le signe de l’infini.[10]


[1] François PLACE, Atlas des géographes d’Orbae, 3 volumes, Casterman/Gallimard, 1996, 1998 et 2000.

[2] Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier, «  Des cartes du réel aux cartes de l’imaginaire. Les Atlas des géographes d’Orbae de François Place au croisement des trois champs disciplinaires : littérature, histoire, géographie » dansb Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album, le parti pris des images, Clermont-Ferrand : PUBP, 2012, p.185-193.

[3] Production écrite d’un groupe de quatre élèves à propos de la carte des Montagnes d’Esmeralda.

[4] Production d’un groupe de quatre élèves concernant un pays imaginaires : l’île des Mashmousmish.

[5] Michel LUSSAULT, De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, 2009, p. 1.

[6] Michel LUSSAULT, Op. cit., p. 43-45

[7] John L. AUSTIN, Quand dire c’est faire, Éditions du Seuil, Paris, 1970 (Traduction par Gilles Lane de How to do things with Words: The William James Lectures delivered at Harvard University in 1955, Ed. Urmson, Oxford, 1962)

[8]Emile BENVENISTE, Problèmes de linguistique générale, t.1, Gallimard, 1966, p. 273 cité par   M. Lussault, « Petite esquisse d’une théorie de la pratique (spatiale) » dans Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Belin, 2004, p. 22 à 36.

[9] Yves ANDRE, Antoine BAILLY, Maryse CLARY, Robert FERRAS et al., Modèles graphiques et représentations spatiales. Paris : Anthropos/Reclus, 1990, p.13.

[10] Gaston BACHELARD, La poétique de l’espace, Paris : Presses Universitaires de France, 1957, p. 168.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *