Terre des hommes, enfants de la Terre. Quand le Père Castor se mêle de géographie. (1/5)

Ce qui me tourmente, ce n’est point cette misère, dans laquelle, après tout, on s’installe aussi bien que dans la paresse. […] Ce qui me tourmente, les soupes populaires ne le guérissent point. Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. Seul l’Esprit, s’il souffle sur la glaise, peut créer l’Homme.

Antoine de Saint Exupéry. Terre des hommes, 1939.

Ill.1 : Couverture d’Apoutsiak, Le petit flocon de neige (1948)

            En 1948, Paul Faucher, éditeur chez Flammarion et fondateur de la collection pour enfants « Le Père Castor », lance, au sein de cette même collection, une autre collection destinée aux enfants de 7 à 12 ans baptisée : « Les Enfants de la Terre ». Son but est de « donner une idée vivante, sympathique et pittoresque de la manière de vivre dans les différents pays du monde ». La collection, qui ne comporte encore que sept titres, remporte en 1962 le prix européen du Livre pour Enfants décerné par la ville de Caorle en Italie et par l’Université de Padoue.

            Paul Faucher, formé aux principes de l’École Nouvelle, s’implique particulièrement dans cette collection. Il en fait un véritable support pédagogique et un réel outil éducatif. L’expérience utilise tous les ressorts déployés dans la collection « Le Roman des bêtes » et réunit les grandes idées de l’Éducation Nouvelle. J’aimerais dans ce billet m’employer à montrer que la collection est d’abord un acte pédagogique fort de la part de Paul Faucher, puis qu’elle met en pages des récits spatiaux qui interrogent la géographie tout entière, enfin qu’elle tente toujours d’apporter une approche novatrice à la géographie scolaire de son époque. En guise d’avertissement, et pour employer toutes les possibilités d’un carnet de recherche partagé, j’aurai l’occasion au fil du texte à signaler les zones qui restent encore un peu dans l’ombre et qui pourraient susciter de la part de mes lecteurs quelques réponses ou quelques pistes de réflexion.

  1. Un acte pédagogique fort

            Le premier album publié par Paul Faucher chez Flammarion, inaugurant ainsi la collection du Père Castor » en 1931, propose aux enfants une rencontre avec les différents peuples de la planète. Je fais mes masques est en effet un album aux couleurs éclatantes qui passe en revue les masques de différents continents et de différents pays. Cette vision humaniste est en soi déjà une innovation importante à la littérature de jeunesse.

Ill.2 : Couverture de Je fais mes masques (1931)

Ill.2 : Couverture de Je fais mes masques (1931)

            Dans la préface faite pour la réédition de Je fais des masques par Les Amis du Père Castor, Michel Defourny insiste sur le message de cet album qui propose aux jeunes lecteurs français de « se fondre dans la peau d’un Noir, d’être fier d’apparaître sous les traits d’un jeune Hindou au turban ou de sourire comme une petite paysanne russe. C’est que les enfants de la Terre se ressemblent par-delà leurs différences. Sans doute est-ce le message de la couverture de Je fais mes masques dont le graphisme s’apparente à celui de l’affiche ou du manifeste » (Defourny, 2007). Le message est novateur en 1931, il le sera encore en 1948 lorsque sortira la collection « Enfants de la terre ». Les albums français de l’époque, des années 1930 jusqu’aux années 1960, regardent avec condescendance les populations colonisées.

            Dans Martine en voyage (1954), la jeune héroïne décide de quitter la maison familiale. Elle emmène dans sa fugue une grande poupée noire qui parle, qui danse et qui marche sans tomber. Cacao, c’est son nom, est le faire-valoir de Martine. On la voit à trois reprises pleurer alors que Martine affirme son assurance. La page 6 est assez significative d’une image condescendante très proche de Margaret Mitchell et d’Autant en emporte le vent :

« Pour voyager Martine a mis sa plus jolie robe. On voit danser son ombrelle au-dessus de son chapeau de paille garni de cerises. Cacao porte la valise. Elle est ravissante avec son foulard qu’elle a noué sur la tête. » (Marlier, Delahaye, 1954 : 6)

Ill. 3 : Martine en voyage (1954), p.6-7.

Ill. 3 : Martine en voyage (1954), p.6-7.

            De la même façon, dans un ouvrage un plus engagé publié aux Editions des enfants de France[1], deux enfants Catherine et François font le tour du monde en avion. Grandes Vacances les emmènent en Afrique, au Maghreb d’abord, où ils sont attaqués par des « indigènes » ; en Afrique noire ensuite où Catherine est fait prisonnière par des « sauvages » qui veulent la manger. Catherine sera sauvée par François déguisé en lion et un petit Noir du nom de Boubou déguisé… en singe (Grandes Vacances, 1953 : 10-11)

Ill.4 : Grandes Vacances (1953), p.10-11.

Ill.4 : Grandes Vacances (1953), p.10-11.

            Nous connaissons comment, grâce à sa rencontre avec Madeleine Guéritte et Roger Cousinet en 1923, alors qu’il est chargé par Flammarion de créer une librairie au Havre, Paul Faucher adhère aux idées de la Nouvelle Education (Piquard, 2011). Le mouvement français naît en 1921 à Calais autour de Roger Cousinet, de Célestin Freinet, de John Dewey, de Jean Piaget, de Maria Montessori et d’Henri Wallon, le projet du mouvement y est clairement défini : changer la société en transformant l’école, former des citoyens capables de solidarité, d’initiative et de responsabilité. Ce mouvement est la traduction dans l’école des avancées de la psychologie de l’enfant, du développement d’une science de l’éducation qui mettait en évidence le poids des contextes, la diversité des situations et la singularité des élèves.

            En 1924, Paul Faucher quitte Le Havre et part à Paris ouvrir une nouvelle librairie Flammarion au 140 du faubourg Saint-Honoré. Guidé par sa « haine des vieux poncifs pédagogiques », il adhère à l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève créé par Adolphe Ferrière et Jean Piaget. Du 3 au 15 août 1927, il assiste à Locarno au Congrès de la Ligue Internationale de l’Education Nouvelle. Il y fait la rencontre de Frantisek Bakule. La même année, il fonde à Genève la Section Française du Bureau d’Education Nouvelle et lance la collection « Education » chez Flammarion.

            En 1932, le Ministère français de l’Instruction Publique charge Paul Faucher d’étudier les nouvelles méthodes pédagogiques qui ont vu le jour en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en Pologne et en Tchécoslovaquie. Paul Faucher retrouve une nouvelle fois Frantisek Bakule et découvre son Institut situé sur les hauteurs de Prague. L’expérience séduit Paul Faucher qui apprécie la personnalisation de l’éducation à travers la mise en place d’une série d’ateliers permettant aux enfants d’apprendre toutes sortes de métiers ; la coéducation entre les aînés et les plus jeunes ; la liberté pour les enfants d’entrer dans les apprentissages scolaires quand ils en ressentent le besoin ; le rôle de l’instituteur qui apprend à apprendre, qui favorise la recherche. C’est en embrassant toutes ces innovations que veut répondre la collection que Paul Faucher a initié l’année précédente avec Je fais les masques : une approche ludique, active et humaniste.

            En 1958, dans un discours prononcé au Vème Congrès de l’Union internationale pour la littérature de jeunesse réunie à Florence, Paul Faucher expliquait que les albums pouvaient être « considérés comme un essai d’adaptation aux besoins fondamentaux des jeunes enfants ». Il y dressait ensuite le bilan de près de dix ans de recherches menées au sein de l’Atelier du Père Castor, centre de recherche biblio-pédagogique, créé en 1946 autour « d’une petite équipe d’éducateurs, d’artistes, d’écrivains » qui avait déjà participé grandement aux albums du Père Castor d’avant-guerre. Cet Atelier s’appuie sur la création, l’année suivante, d’une école nouvelle, une « école sereine » : l’Ecole du Père Castor, établie boulevard Saint-Michel. Jusqu’en 1961, tous les albums qui sortiront de l’Atelier seront testés auprès des élèves de l’Ecole : « Les textes sont éprouvés, en cours d’élaboration. Ils sont lus aux enfants, non pour obtenir leur avis – ce qui fausserait tout – mais pour observer leurs réactions » (Faucher, 1958). L’école est placée sous la conduite d’une directrice, Germaine Girard, et d’une psychologue, Colette Burgé.

            C’est dans ce contexte là qu’est créée la collection « Les Enfants de la Terre », collection destinée à des enfants de 7 à 12 ans. Outre le fait qu’elle tienne à « favoriser la rencontre et la reconnaissance de l’autre en sa différence » (Piquard, 2011), la collection répond en tous points aux données de la recherche sur l’album issues de l’Atelier. Je reprends ces points tels qu’ils sont abordés dans le discours de 1958 :

– « Autant que d’air, de nourriture, de sécurité matérielle, [l’enfant] a besoin de sécurité affective. Le livre peut-il contribuer à cette sécurité ? Grandement, par le texte comme par l’image, qui doivent l’éclairer, le rassurer sur tout ce qui l’entoure, en dissipant le trouble qui lui causent les faits et les comportements dont il est témoin et qu’il comprend mal ; en remplaçant ses fausses intuitions par des explications vraies. »

– « L’enfant a besoin de penser par lui-même, d’exprimer librement ses goûts, ses idées, ses jugements. […] C’est lui rendre un grand service que de lui montrer ce que peuvent réellement accomplir des enfants de son âge. Il est bon de lui présenter des enfants de caractères, de milieux, de pays différents, afin d’élargir son horizon, mais aussi et surtout, pour qu’il se compare, se situe et se jauge. »

            La collection « Les Enfants de la Terre » compte vingt titres dont la production s’est étalée de 1948 à 1983[2]. Les albums reprennent à quelques détails prêts ce qui a fait la réussite de la collection « Le Roman des bêtes » : un volume cartonné de moyenne taille (21 x 27[3] cm), 32 pages, un format à l’italienne. Paul Faucher prend la direction des six premiers à un rythme très irrégulier. Il faut attendre trois ans avant la sortie du deuxième volume. Les deux suivants sortent à un et deux ans d’intervalle. Sept ans s’écoulent entre le quatrième et le cinquième. Le sixième, publié en 1962, suit le cinquième d’un an. Paul Faucher meurt en 1967. C’est son fils, François Faucher, qui prend sa succession au sein de Flammarion à la tête de la collection du Père Castor. En 1969, soit sept ans après le dernier volume, François Faucher reprend la publication de la collection « Les Enfants de la Terre » au rythme quasi régulier d’un album tous les un ou deux ans.

tab1

            Lorsque l’on se penche sur la liste des différents auteurs qui ont contribué à l’aventure des « Enfants de la Terre », on serait tenté de distinguer trois grandes périodes dans le projet. Comme l’a très bien montré un article de Daniel Jacobi en 2003, le premier numéro de la collection, Apoutsiak le petit flocon de neige, lance le concept : il s’agit de confier à un scientifique, ici de renom puisqu’il s’agit de l’ethnologue Paul-Emile Victor, la charge d’écrire pour des enfants. Trois ans plus tard, Paul Faucher confie la tâche à un chercheur en ethnologie, Jean-Michel Guilcher, qui collabore aux éditions du Père Castor depuis 1942, de rédiger le texte des trois albums suivants. En 1955, Jean-Michel Guilcher quitte le Père Castor pour prendre une poste de maître de recherches au CNRS. Ainsi se termine la première phase de rédaction des « Enfants de la Terre », la phase des « scientifiques ».

Ill.5 : Couverture de Mangazou, le Pygmée (1951)

Ill.5 : Couverture de Mangazou, le Pygmée (1951)

          Après le départ de Guilcher, Paul François se met seul à l’écriture ou se fait accompagner par Charles de la Roncière pour Grégoire enfant du Moyen-Âge, historien médiéviste ou Annie Butel pour Féfé des Antilles qui a vécu plusieurs années en Martinique. Cette deuxième phase dans laquelle s’implique plus avant Paul Faucher se termine avec son décès en 1967. Elle concilie le spécialiste de la littérature pour enfants avec le spécialiste du sujet traité. Il s’agit d’une phase d’écriture collaborative. François Faucher, qui prend la suite de son père, inaugure une nouvelle phase dans l’écriture des textes de la collection.

           Après un premier volume en 1969 confié à Bénédicte de la Roncière, illustratrice maison depuis l’après-guerre, qui semble faire le lien avec l’esprit « Paul-Faucher » pour l’écriture d’Assoua le petit Sénégalais de Casamance dont l’écriture avait débutée avec Paul Faucher avant sa mort, les autres volumes de la collection ont tous recours à des écrivains d’abord qui se trouvent être, à quelques exceptions près, impliqués de près par le sujet traité. Myriam Houri-Pasotti est une auteure pour enfants de nationalité tunisienne ; elle prend la charge de l’écriture d’Habib le petit Tunisien en 1971. Annikki Willig, auteure pour enfants d’origine finlandaise assure la rédaction du texte de Sinikka de Finlande en 1974. Pascal Marchetti, auteur de Santu de Corse en 1976, est l’auteur de divers ouvrages historiques et linguistiques sur la Corse et le corse. On lui doit la rédaction de L’Usu corsu, dictionnaire italien/corse/français et une méthode d’apprentissage de la langue corse, U corsu senza straziu. Enfin Cécile Gagnon qui rédige le texte de Johane du Québec en 1983 est une pionnière de la littérature de jeunesse de langue française au Québec. D’autres auteurs comme Andrée-Paule Fournier, Christine Ljubanovic, Monique Davot, Françoise Bagot ou Colette Burgé sont des auteures maison sélectionnées par leur intérêt pour tel ou tel sujet.

          On le voit, le souci qui semble avoir traversé l’écriture des textes de la collection est celui de vouloir concilier le caractère scientifique ou documentaire validé par une autorité, le caractère littéraire et l’accessibilité à une tranche d’âge assez large (7-12 ans). Pour terminer cette première présentation de la collection, il nous reste à jeter un œil du côté des illustrateurs.

tab2

            Trois observations évidentes ressortent d’une première analyse de cette liste d’illustrateurs ayant collaboré à l’aventure « Enfants de la terre ». D’une part, nous notons une nouvelle fois le caractère singulier d’Apoutsiak et sur lequel nous ne nous étendrons pas, renvoyant le lecteur au travail de Daniel Jacobi (Jacobi, 2003). D’autre part, nous retiendrons l’existence de deux périodes : celle de Paul Faucher et celle de son fils, François Faucher. Enfin, nous soulignerons l’apparition, à partir de 1981, de François Davot, illustrateur et maquettiste chez Flammarion, très marqué par la bande dessinée et qui apporte cette touche nouvelle et ultime à la collection.

            De 1951 à 1962, Paul Faucher puise dans les illustrateurs de la « Maison » Père Castor arrivés après guerre et qui collaborent à l’Atelier du Père Castor. André Pec, par exemple, a rejoint l’équipe de Paul Faucher en 1944 en illustrant La Chèvre de Monsieur Seguin ; Gerda Müller, fidèle parmi les fidèles, qui compte déjà xx participations auprès de Paul Faucher. Lucile Boutel et Bénédicte de la Roncière sont deux nouvelles recrues au Père Castor.  Avec François Faucher, ce sont de nouveaux illustrateurs qui sont sollicités qui n’ont jamais travaillé avec le père. Parmi eux, certains reviennent assez fréquemment. May Angeli, qui débute sa carrière d’illustratrice en 1961 aux éditions de La Farandole, réalise quatre albums de la collection ; François Davot dont nous avons déjà parlé, en réalise trois ; Christine Ljubanovic, graphiste d’origine autrichienne, en réalise deux. On notera la participation de Roger Turc, fraichement recruté au Père Castor pour Petit Renard des sables, dans la collection « Le Roman des bêtes » ; et Christian Broutin, affichiste de renom[4], graphiste tout comme Roger Turc.

Ill. 6. Planche des couvertures de la collection « Les Enfants de la Terre »

Ill. 6. Planche des couvertures de la collection « Les Enfants de la Terre »

            On connaît l’importance que Paul Faucher accordait à l’image dans ces productions, participant de la mission pédagogique, jamais inféodée au texte mais dépendante et porteuse d’une signification intrinsèque. Les images, dont nous verrons plus loin le message, permettent selon Paul Faucher de « comparer simultanément des objets, les faits qu’elle représente, ce qui est un moyen majeur et irremplaçable d’assimilation active des connaissances à tous les degrés » (Faucher, 1958).

            Très vite la série fait des émules, au moins un du côté de la maison d’édition Nathan. En effet, en 1953 la photographe Dominique Darbois créé aux éditions Fernand Nathan la collection « Enfants du monde » et profite de la coalescence de cinq éléments : d’une part, la nécessité, dans un contexte de paix recouvrée après un conflit mondial de six années, « d’encourager la bonne entente avec ceux qui vivent en dehors de nos frontières » (Perrin, 2009) ; ensuite l’importance des avancées scientifique dans les domaines de l’ethnologie et de l’anthropologie (Lemarchant, 2015) ; le développement de l’édition pour la jeunesse ; l’essor du livre documentaire dans les années 1950-1960 ; et enfin le succès des trois premiers albums de la collection « Les Enfants de la Terre » (Apoutsiak, Amo et Mangazou).

Ill.7 : Couverture de Parana, le petit indien (1953)

Ill.7 : Couverture de Parana, le petit indien (1953)

            Dès son premier volume, la collection veut se démarquer de Flammarion. Le format, d’abord, est à la française avec une taille assez proche des albums du Roman des bêtes (27 x 22,5 cm). Les ouvrages contiennent 50 pages dans lesquelles les illustrations sont des photographies noir et blanc dont la mise en page assure l’originalité et le succès de la collection. En revanche, dès le premier numéro consacré à un petit indien d’Amazonie de quatre ans, Parana, le texte est confié, comme dans « Les Enfants de la Terre » à un scientifique de renom. Il s’agit ici de Francis Mazière, un ethnologue français spécialiste de l’Amazonie. Entre 1951 et 1952, Dominique Darbois a accompagné Francis Mazière dans l’expédition « Guyane Tumuc-Humac » qui aboutira à un livre publié aux éditions Robert Laffont la même année que Parana, le petit indien.

Ill. 8 : Planche des couvertures de la collection « Enfants du monde », Nathan (1953-1975)

Ill. 8 : Planche des couvertures de la collection « Enfants du monde », Nathan (1953-1975)

            La collection de chez Nathan semble s’adresser à une tranche d’âge plus jeune que celle des Enfants de la terre : 5-7 ans. Chaque volume raconte la journée d’un enfant de son réveil le matin jusqu’à son endormissement le soir. Il apparaît donc clairement que la collection « Les Enfants de la Terre » ait sa part dans cette volonté d’ouvrir les enfants de France, d’abord, à la diversité du monde. C’est cette approche didactique, qui selon les principes de l’Éducation Nouvelle, doivent empêcher les guerres. À l’opposé de la littérature pour enfants au discours colonialiste, la collection des « Enfants de la Terre » au Père Castor ou celle des « Enfants du monde » chez Nathan apportent un discours postcolonial, une réponse socio-spatiale dans laquelle les enfants sont placés en face le quotidien, le milieu, l’environnement social d’enfants de leur âge vivant dans des ailleurs plus ou moins lointains.

Bibliographie :

M. DEFOURNY, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, Paris : Archimède, 2013, p. 42-43.

C. DELBARD, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenae [En ligne], 6, 2013, mis en ligne le 27 mai 2014. URL : http://strenae.revues.org/1312.

P. FAUCHER, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, n°5, 1958.

M. FENOLI, « Père Castor les livres de l’autre », Médianes, n°16, mars 2000.

D. JACOBI, « Apoutsiak, le petit flocon de neige. Anatomie d’un chef-d’œuvre », La Revue des livres pour enfants, n°210, avril 2003, p. 57-69.

F. LEMARCHANT, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenae [En ligne], 8, 2015, mis en ligne le 1er mars 2015. URL : http://strenae.revues.org/1836.

M. PIQUARD, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782

M. SORIANO, « Sur la piste du Père Castor », Enfance, n°3, vol. 20, 1967, p. 233-240. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1967_num_20_3_2426

P.E. VICTOR, Boréal : la joie dans la nuit, Paris : Grasset, 1938

 

[1] Je n’ai pas réussi à trouver des informations sur cette maison d’édition, ni sur les auteurs et illustrateurs.

[2] Dans ces recherches aux archives du Père Castor, Michèle Piquard fait mention de 27 autres projets non aboutis : Aïcha la petite Kabyle, Motsouline le petit Golde, Frédéric le petit Provençal, Hotchanta la petite Basque, John le petit Anglais, le petit Vietnamien, le petit Terreneuva, Le petit Carphonier, Any, le petit Egyptien, Gradi, le petit berger hébreu, Irène, enfant de Paris, Jean-Pierre le baleinier, Celtil,le petit Celte, José le petit Brésilien du Nordeste, Josué en Avignon, Le pêcheur normand, Le petit Alsacien, Le petit Auvergnat, Le petit Marocain, Le petit Réunionnais, Le petit Savoyard, Pingping la Pékinoise, Samreth le petit Cambodgien, Terii le petit Maori, Ti Jacot moussaillon de Portel,  Yvon enfant breton, Vercatou le petit Celte de Gaule.

[3] Les albums de la collection « Le Roman des bâtes » font 21 x 23 cm.

[4] On doit à Christian Broutin l’affiche du Jour le plus long (1962) et de Jules et Jim (1962) entre autres.


Christophe Meunier

Docteur en géographie
/ ENS-LSH de Lyon
/ EA 6301 – Laoratoire InTRu
/ ESPé Centre Val de Loire – Université d’Orléans

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Quelle bonne idée de mettre en valeur ces collections.
    Sur Dominique Darbois, je me permets de renvoyer à un de mes billets, qui signalait notamment la bibliographie disponible: http://album50.hypotheses.org/307

    Je pense que le contexte de création de ces collections doit être rapproché de l’œuvre de Jella Lepman. Un très bon article (en allemand) retrace son activité: Anna Becchi, « Jella Lepman: Die Gründerin der Internationalen Jugendbibliothek, « LIBREAS. Library Ideas, 25 (2014). [en ligne: ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *