La campagne, espace interstitiel polyfonctionnel

            Prenons la planche de la double-page 20-21 de l’Histoire de Babar (1931). Babar a appris à conduire et il se déplace en auto dans la campagne. La représentation de la campagne à travers cette double-page est très riche autant que les détails qui apparaissent dans cette illustration verdoyante et vivante. Le ton même du paysage n’st pas sans rappeler le style graphique de Jean-Jacques Waltz, dit Hansi, dont la petite fille à la longue natte, de dos sur la droite, paraît sortie tout droit des pages de l’Alsace heureuse[1] de 1919. La référence est notoire. Hansi est l’illustrateur des campagnes luxuriantes et gaies de l’Alsace[2] dont on retrouve l’esprit à travers les collines du dernier plan.

Histoire de Babar, le petit éléphant par Jean de Brunhoff (1931), p.20-21

            Dans cette double-page trois types de perceptions de l’espace rural paraissent se dégager. Le premier plan, très chargé, donne une impression de grande diversité tant sur le plan de la faune  que de la flore. D’aucun pourrait parler aujourd’hui d’une grande biodiversité ! Les pâquerettes, les pissenlits et les coquelicots abondent et les insectes (sauterelle, hanneton, fourmis, papillons, abeilles, libellules, coccinelles), mammifères (chiens, chèvres,… éléphant), invertébrés (escargot), oiseaux célèbrent l’importance du règne animal. L’espace rural est ici représenté à travers sa dimension environnementale ou biologique si l’on se reporte aux travaux de Philippe Saint-Marc[3]. Il s’agit d’un cadre et non d’un lieu d’activité. Ce cadre inspire la liberté, la tranquillité et le calme, le retour à une nature qui serait « première » chez l’homme. Le texte qui semble jaillir du fond de l’herbe reprend la liberté ressentie par le personnage :

Tous les jours il se promène en auto. C’est la vieille dame qui la lui a achetée. Elle lui donne tout ce qu’il veut.

             Babar n’a aucun soucis matériel : il est libre d’avoir ce qu’il veut et d’aller où bon lui semble. Il s’ébat joyeusement, en auto, dans la nature. Les réclames, depuis les années 20, semblent, à ce propos,  avoir tenu un grand rôle. Les réclames des marques françaises Panhard, Delage, Hotchkiss des années 1910-1920 montrent très souvent l’automobile sur une route de campagne, là où elle peut laisser libre court à sa vitesse et à sa fiabilité. La campagne est là le cadre d’une liberté de circuler. Ce que fait Babar dans son automobile rouge, ce que fait également, en 1957, Caroline dans L’automobile de Caroline de Pierre Probst. Dans ce dernier, Caroline et ses amis partent rôder un vieux tacot en participant au « rallye des Teuf-Teuf ». Ils abandonnent un temps la ville[4] et ses embouteillages (pages 5 et 6) et se jettent dans la campagne[5] sur « une petite route tranquille et agréable » (pages 7 et 8). Dans une récente enquête réalisée par le CREDOC[6] en 2001[7], les Français, très attachés à l’espace rural, en faisaient davantage un cadre qu’un lieu d’activité, n’associant pas nécessairement l’espace rural à l’agriculture. Pour une majorité de Français, la ruralité est un ensemble de paysages naturels préservés où règnent « calme, silence et tranquillité ». Les espaces ruraux sont essentiellement des « espaces vides », dans lesquels la densité des personnages représentés est très faible ce qui semble soustraire les protagonistes à un certain nombre de contraintes. Nous reviendrons un peu plus loin sur la faible densité qui définit également les espaces ruraux.

L’automobile de Caroline de Pierre Probst, p.7-8

             La campagne, si elle peut paraître à certains endroits sauvages, n’en est pas moins domestiquée par l’homme. C’est ce qui apparaît déjà au premier dans l’image extrait de Babar avec la clochette qui pend au cou de la chèvre et la ferme représentée à droite, au-dessus de la fillette. Cette domestication de la campagne est davantage rendue évidente en arrière-plan, de l’autre côté du cours d’eau, où la végétation du premier plan a laissé place à un paysage « champêtre », c’est-à-dire dominé par les champs et un petit village regroupé autour du clocher de son église. La main de l’homme est alors partout perceptible. Cependant, contrairement à la perception que peut en avoir Pierre Probst dans L’automobile de Caroline en 1957, l’espace rural n’est pas uniquement un monde agricole où élevage et céréaliculture constituent le paysage renvoyant à  qu’André Piatier[8] nomme le « rural traditionnel », mais bien plutôt à un « néorural […] réceptacle de nombreuses autres activités ». En effet, la campagne que parcourt Babar dans son automobile est polyfonctionnelle : à côté des activités agricoles, on y trouve des activités de loisirs comme en témoignent la présence du restaurant sur la berge, du pêcheur dans sa barque ou encore des baigneurs. Nous pouvons faire les mêmes observations à travers les pages du Livre de l’été de Rotraut Susanne Berner. Aux pages 1-2, le décor de campagne renvoie au « rural traditionnel », puis aux pages 3-4, progressivement d’autres activités font leur apparition : tertiaires avec le « tourisme vert » avec l’équitation, la randonnée à pied ou à vélo, mais également primaire avec la fabrication d’énergie électrique par le biais des éoliennes. Les formes de l’écotourisme mentionnées dans ces images ont pour objectif de faire découvrir la nature et les paysages ruraux. Elles s’appuient sur ce qu’un rapport du Sénat de 2008 a pu baptiser du nom de « désir de campagne[9] ». C’est sans doute, ce même « désir de campagne » qui animait Jean de Brunhoff en 1931, au moment où la population urbaine française commençait à dépasser en nombre la population rurale. C’est, de plus, à deux autres dimensions de la perception de l’espace rural que ce phénomène renvoie : la dimension humaine pour laquelle la campagne représente le seul recours à un rééquilibrage de l’homme urbanisé (Saint-Marc, 1971) ; la dimension culturelle par laquelle la campagne est identifiée à des paysages et à un patrimoine qui lui sont propres.

            Le dernier élément qui peut nous frapper dans l’observation du paysage rural dessiné par Brunhoff dans l’Histoire de Babar est la représentation d’un nombre important de moyens de communication. On y trouve, de bas en haut, la route nationale (N30) empruntée par l’automobile ; le cours d’eau utilisé par une péniche et son remorquer à vapeur ; le viaduc et son train à vapeur ; un chemin et son hippomobile ; et pour finir, dans le ciel avec un avion monoplan et une montgolfière. L’espace rural prend les allures d’un espace de mobilité. Il constitue une étendue continue entre différents pôles urbains reliés par ces divers moyens de communication. C’est un espace interstitiel, tramé par un maillage complexe de connexions diverses qui, chez Brunhoff, semblent rester à l’écart des connexions offertes. Pour Brunhoff, la campagne est transformée par la ville. Il ne semble pas exister de réelle opposition avec cette campagne-là, pas autant qu’avec celle, sauvage, de « la grande forêt » où a grandi Babar, à l’écart de toute forme de civilisation.

            Les critères de ruralité semblent confus et on ne peut guère, à travers les albums, témoigner d’une évolution. Si la néoruralité semble perceptible chez Brunhoff (1931) ou Berner (2005), elle ne l’est pas chez Probst (1957) qui oppose clairement la ville à la campagne.

Si on doit considérer comme périmée l’opposition ville-campagne, qui revenait à opposer deux styles de vie et deux niveaux de développement (le traditionnel étant le rural et le moderne étant urbain), il faut aussi refuser la frontière empiriquement tracée entre ces deux mondes.[10]

            Ce constat fait par André Piatier en 1977 reste d’actualité et les frontières entre l’espace rural et l’espace urbain sont rarement perceptibles dans les albums où l’on passe elliptiquement de la ville à la campagne. Cette dernière observation ne semble pas vérifiée chez Berner (2005). En effet, aux pages 13-14, après avoir traversé la ville, nous nous trouvons aux marges. Les derniers « contreforts » de la ville apparaissent sur la gauche et le centre de l’image est occupé par un vaste parc, « espace vert » en périphérie urbaine. Au dernier plan, on distingue une autre infrastructure des espaces périphériques : le supermarché. Cependant, les albums pour enfants donnent tort à André Piatier : l’opposition ville-campagne n’est pas périmée, elle est même présente dans la plupart des albums qui veulent parler de l’espace urbain et dans lesquels il s’agit souvent d’opposer deux manières de vivre et des paysages différents aux couleurs et tons différents.

La maison de Barbapapa d’Anette Tison et Talus Taylor, 1972, p.13-14.

             Dans La maison de Barbapapa, les pages 15-16 sont particulièrement significatives. À la ville rectiligne, industrielle et polluante de la gauche s’oppose une campagne sinueuse, verdoyante et étoilée sur la droite. Avant cette double page, c’est la ville, à travers l’anonymat des promoteurs et des décideurs de tout genre, qui dicte sa conduite à la famille Barbapapa en l’obligeant à quitter son foyer et à vivre dans des « appartements modernes ». Après cette double page, la campagne est le refuge. Ce n’est plus à la famille de se faire à son habitat mais bien au contraire, c’est à ce dernier de se faire aux différents membres de la famille. La petite ferme que se construit la famille à l’écart de la ville leur permet de vivre en autarcie. Probablement influencé par l’architecture organique et le concept de la maison-bulle, la maison des Barbapapa est moulée avec du plastique sur ses occupants. Pascal Haüsermann et Antti Lovag, concepteurs de la maison-bulle en 1959, revendiquaient l’auto-construction c’est-à-dire éviter de couper l’homme de la nature pour être en harmonie avec lui-même, privilégier la courbe sur la ligne droite. Dans Big City[11] de Simon Prescott, la verticalité et le gris de la ville s’opposent à l’horizontalité et aux couleurs verdoyantes apaisantes. Dans Brown rabbit in the city[12]de Natalie Russell, la vie trépidante de la ville dans laquelle est projeté Brown Rabbit est mise en parallèle avec la vie calme et tranquille du parc périurbain où il habite.


[1] Hansi, L’Alsace heureuse, la grande pitié du pays d’Alsace et son grand bonheur racontés aux petits enfants par l’oncle Hansi. Avec quelques images tristes et beaucoup d’images gaies, Paris : Floury, 1919.

[2] Hansi, Mon village. Ceux qui n’oublient pas. Images et commentaires par l’Oncle Hansi, Paris : Floury, vers 1910 [36p.]

[3] Philippe Saint-Marc, Socialisation de la nature, Paris : Stock, 1971 [380p.]

[4] On reconnait une rue de la Garenne-Colombe où résidait Pierre Probst en 1957 et la devanture du magasin de couleurs où il achetait ses pinceaux.

[5] Il s’agit de la campagne chartraine à en juger par les panneaux de signalisation. En 1956, Pierre Probst avait acheté une résidence secondaire en Eure-et-Loir à quelques kilomètres de Brou, en limite du Perche et de la Beauce. C’est d’ailleurs son installation à la campagne qu’il évoque dans La maison de Caroline.

[6] Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie

[7] Régis Bigot, Georges Hatchuel (dir.), Les Français et l’espace rural, CREDOC, juin 2011 [140p.] : rapport réalisé à la demande du Groupe de Prospective « Espaces naturels et ruraux et société urbanisée » avec le soutien de la DATAR et du Ministère de l’Agriculture.

[8] André Piatier, « Comment et pourquoi définir un espace rural ? » dans Économie rurale, n°118, 1977, p.3-13.

[9] Jean François-Poncet et Claude Belot (dir.), Rapport d’information fait au nom de la Délégation à l’aménagement du territoire et au développement durable du territoire sur le nouvel espace rural français, Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juillet 2008 [151p.]

[10] André Piatier, op. cit., p.5

[11] Simon Prescott, Small Mouse. Big City,London : Little Tiger Press, 2009.

[12] Natalie Russell, Brown rabbit in the city, London : Macmillan Children’s Books, 2010


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / UMR 5600 Environnement, Ville et Société / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *