Images de l’urbain dans les albums pour enfants

En 1977, Maud Sirois, animatrice des Jeunesses Littéraires de France, publie dans La revue des Livres pour enfants un article portant sur les images de la ville dans les albums. L’article commence ainsi :

En 1970, Marie-José Chombart de Lauwe assurait, à la suite d’une enquête sociologique, que dans la presse pour la jeunesse la ville représentait le quart seulement des cadres choisis par les auteurs comme lieux d’évolution de leurs personnages. Elle ajoutait : « La nature sauvage ou cultivée est vraiment présentée comme le cadre normal de l’enfance dans le domaine scolaire et dans celui des loisirs, ainsi que dans les romans pour adultes et les autobiographies. » Qu’en est-il en 1977 ? […] Le tour de la production française de ces dernières années permet de voir que la ville est loin d’être le cadre par excellence des aventures enfantines. Cependant, apparue timidement au cours des années soixante dans l’album, elle y connaît une progression soutenue depuis 1971.

Face à ces observations, nous serions tentés de croire que l’intérêt pour l’urbain, en éveil dans les années soixante-dix, n’a cessé de croître depuis quarante ans et que les images de la ville occupent aujourd’hui une place importante dans les albums. En effet, j’ai pu constater qu’à partir des années deux-mille, dans près de la moitié des albums ayant pour thème ou pour cadre un espace particulier c’était le cadre de la ville qui était choisi. Doit-on imputer cet intérêt grandissant au seul fait que la population urbaine3 ait dépassé les 2/3 de la population totale au début des années soixante-dix sans cesser de croître depuis, jusqu’à devenir très largement majoritaire aujourd’hui, avec 80% de la population française ? Cela peut bien sûr constituer une explication fondamentale mais ce serait oublier les évolutions de l’image de la ville dans les mentalités. Cet article a donc pour but de s’interroger sur les évolutions de l’image de l’urbain dans les albums pour enfants à travers quelques exemples pris dans un corpus plus vaste. La périodisation à laquelle aboutira cette interrogation sera contextualisée en se référant à l’évolution de l’urbanistique et des études socio-culturelles sur la ville. Même si aucun lien de cause à effet ne peut être réellement démontré entre les deux champs d’études, il nous a semblé qu’il pouvait exister certains rapprochements.

Pour lire la suite, sur le site de la revue Strenae, cliquer ici.


Christophe Meunier

Docteur en géographie / ENS-LSH de Lyon / EA 6301 - Laoratoire InTRu / ESPé Centre Val de Loire - Université d'Orléans

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *