Quand les albums parlent d’espace. Enseigner la géographie avec le livre pour enfants

     Lorsqu’au début des années 1990, Edward Soja témoignait d’un tournant spatial qui était en train de s’opérer à travers les sciences humaines, il soulignait l’importance de l’espace et des spatialités pour expliquer les réalités sociales. Quelques années plus tard, il proposait l’existence d’un tiers-espace (Thirdspace) qui serait l’espace des représentations et celui des discours interpersonnels et intersubjectifs. Ces deux axes de réflexion modifiaient dans ses grandes lignes, la définition de la géographie en tant que science de l’espace pour en faire une science des espaces des sociétés et voir en l’espace un construit social et culturel.
L’article que je viens de faire paraître dans le Numéro 3/2018 de l’Information Géographique entend inscrire son objet dans le sillage de cette nouvelle géographie culturelle et phénoménologique, à la croisée d’interrogations sociales, anthropologiques, philosophiques, linguistiques et sémiologiques. Son objet, l’album pour enfants, est un medium réunissant deux domaines qui intéressent les géographes depuis peu : la littérature et l’enfant. Comme le faisait remarquer Michel Collot en 2014, « la dimension spatiale de la littérature s’est traduite par l’invention de néologismes comme
géopoétique ou géocritique ». Les géographes ont d’ailleurs souvent trouvé dans la littérature la meilleure expression de la « relation concrète, affective et symbolique qui unit l’homme aux lieux » (Collot, 2014, p. 10). Seulement les géographes ne se sont que très rarement penché sur la littérature de jeunesse même si les géographies de l’enfance sont devenues un champ d’investigation très récent en France. Au même titre que le jouet, le jeu de société, le jeu vidéo ou le dessin animé, l’album pour enfants est un produit culturel qui donne du sens aux lieux, qui renseigne sur l’habiter, qui sert à comprendre l’organisation du monde qui entoure l’enfant.
Les albums pour enfants transmettent des représentations de l’espace et des 
modi habitandi. Pour Virginia Lee Burton, auteure et illustratrice américaine, il ne fait aucun doute que l’album est un médium des plus efficaces pour préparer le futur des enfants et poser les normes qui régiront leur pensée et leur action futures (Burton, 1942). Les albums sont également des lieux de transaction spatiale (Meunier, 2016) dans lesquels s’établit une communication entre l’auteur/illustrateur et l’enfant, prompte à modifier potentiellement
les représentations spatiales de l’enfant-lecteur. Ce sont ces deux hypothèses que nous allons tenter de démontrer à travers une expérimentation menée en classe autour de la lecture d’un album de jeunesse en cycle 2.

     Pour lire la suite, cliquer ici.

Nicole et les grands ensembles Sous les toits gris, la plage

La revue en ligne Strenae vient de consacrer son numéro 13 au ’68 des enfants’. Le numéro a été dirigé par Sophie Heywood et fait suite à un colloque qui s’est tenu à Tours en octobre 2017.

Ma participation au numéro portait sur l’image des Grands Ensembles dans une série particulière, « Nicole », de Bernadette Després et Andrée Clair. Une version anglaise de cet article a été réalisée, sous le titre : « Nicole and the Tower Blocks ».

Publiée entre 1969 et 1978 par la maison d’édition communiste La Farandole, la série des « Nicole » d’Andrée Clair et Bernadette Després est une série originale dans le paysage des albums pour enfants. C’est la seule publication qui entend donner une image extrêmement positive des Grands Ensembles. Cet article veut chercher à contextualiser cette production dans le paysage éditorial pour la jeunesse en France dans les années 1970 en la mettant en relation avec le discours tenu par les médias et les pouvoirs publics sur ce phénomène bétonné du « modernisme triomphant ». À partir de cet état des lieux, il s’efforcera de montrer ce qui fait l’originalité des récits iconotextuels des Nicole et d’expliciter l’intentionnalité des deux auteures.

Tous urbains. Enseigner autrement la géographie urbaine avec l’album pour enfants à l’école élémentaire

La Revue de Recherches en Littératie Médiatique Multimodale vient de consacrer un numéro spécial à l’image dans les disciplines humaines et sociales. Ce numéro a été dirigé par Virginie Martel (Docteure en Histoire, Université de Québec à Rimouski) et par Céline Sala (Docteure en Histoire, ESPE-Université de Montpellier). Les articles de cette revue canadienne en ligne sont accessibles à l’adresse qui suit :

http://www.litmedmod.ca/r2-lmm-vol7-mai-2018

Pour ma part, j’ai eu le plaisir de collaboré au colloque qui a donné lieu à cette publication. Mon travail portait sur l’image  de la ville auprès d’une classe de CM1-CM2 française. En voici le résumé :

Les auteurs d’albums pour enfants n’inventent pas d’espace, ils l’interrogent, le racontent. Comme dans la vie réelle, les personnages littéraires de Rotraut S. Berner traversent ce que Georges Perec nomme des « laps d’espace ». Qu’il soit rural ou urbain, proche ou lointain, l’espace représenté par Rotraut S. Berner lui permet de construire son rapport au monde. Représenter ces différents espaces semble être une problématique importante chez cette illustratrice allemande. Dans cet article, nous interrogerons l’image de l’urbain que propose la série des Livres des Saisons. Bien plus qu’une simple analyse des paysages réalisés par l’autrice, nous étudierons la portée illocutoire de ces images. Grâce à une expérimentation menée dans une classe de CM2 d’une école périurbaine de l’agglomération de Tours, nous montrerons que faire passer les élèves de la position de lecteur puis d’auteur d’album les amène à modifier leurs représentations et leur permet de construire des concepts géographiques.

L’article est consultable ici.

 

L’Europe de Caroline et Pierre Probst

     Caroline, le personnage créé par Pierre Probst au début des années 1950, a agrémenté la jeunesse de plusieurs générations d’enfants. Au fil de ses 44 aventures, accompagnées de ses huit petits animaux, elle a sillonné le monde et fait découvrir à ses jeunes lecteurs de multiples horizons.
En 1960, Hachette demande à pierre Probst de faire voyager Caroline en Europe afin de préparer les enfants au « fait européen », à une certaine forme de citoyenneté ou d’appartenance européenne. Cette exposition se propose de présenter sept planches originales extraites de l’album Caroline en Europe (1960) et trois de l’album Caroline visite Paris (1979).

      Le catalogue est téléchargeable ici.

Les territoires du sportif dans la bande dessinée

   Du nouveau sur le site de la revue en ligne spécialisée BD, Comicalités :

   Les deux albums de la série Max Winson de Jérémie Moreau, consacrée à un champion de tennis hors norme, proposent de multiples représentations d’enceintes sportives, mettent en images les « échanges » que le héros entretient avec ses adversaires, avec les différents lieux de sa vie. Tout invite à porter sur la série un regard géographique et spatial. Cet article s’interroge sur le récit spatial produit par la narration iconotextuelle ; sur les relations socio-spatiales qui s’établissent entre le joueur, l’aire sportive et l’adversaire ; sur leurs mutations lorsque le sport devient spectacle et l’aire de jeu, « enceinte sportive ». Il s’agira ainsi de montrer comment le tressage du discours iconique, spatial et verbal amène à considérer le public et les spectateurs comme un opérateur non négligeable de la spatialité du héros, voire du sportif de haut niveau.

   The two comic books which compose the series Max Winson by Jeremie Moreau are intended to tell a young and exceptionnal tennis champion’s life. The two books propose numerous representations of stadiums and depict the « exchanges » that the hero has with his opponents, with the different places of his own life. All leads to have a geographical and spatial point of view on the series. This article questions the spatial narrative produced by iconotextual narrative; analyses the socio-spatial relationships between the player, the playground and the opponent; studies their transformations when sport becomes a show and when the playground becomes a huge stadium. So, this will be about showing how the entwisting of the iconic, spatial and verbal narrative leads to consider public and audiences as an important spatial operator in the hero’s spatiality, even in the to sportsmen’ spatiality.

Pour lire l’article/To read this paper : https://comicalites.revues.org/2327