Les territoires du sportif dans la bande dessinée

   Du nouveau sur le site de la revue en ligne spécialisée BD, Comicalités :

   Les deux albums de la série Max Winson de Jérémie Moreau, consacrée à un champion de tennis hors norme, proposent de multiples représentations d’enceintes sportives, mettent en images les « échanges » que le héros entretient avec ses adversaires, avec les différents lieux de sa vie. Tout invite à porter sur la série un regard géographique et spatial. Cet article s’interroge sur le récit spatial produit par la narration iconotextuelle ; sur les relations socio-spatiales qui s’établissent entre le joueur, l’aire sportive et l’adversaire ; sur leurs mutations lorsque le sport devient spectacle et l’aire de jeu, « enceinte sportive ». Il s’agira ainsi de montrer comment le tressage du discours iconique, spatial et verbal amène à considérer le public et les spectateurs comme un opérateur non négligeable de la spatialité du héros, voire du sportif de haut niveau.

   The two comic books which compose the series Max Winson by Jeremie Moreau are intended to tell a young and exceptionnal tennis champion’s life. The two books propose numerous representations of stadiums and depict the « exchanges » that the hero has with his opponents, with the different places of his own life. All leads to have a geographical and spatial point of view on the series. This article questions the spatial narrative produced by iconotextual narrative; analyses the socio-spatial relationships between the player, the playground and the opponent; studies their transformations when sport becomes a show and when the playground becomes a huge stadium. So, this will be about showing how the entwisting of the iconic, spatial and verbal narrative leads to consider public and audiences as an important spatial operator in the hero’s spatiality, even in the to sportsmen’ spatiality.

Pour lire l’article/To read this paper : https://comicalites.revues.org/2327

La petite école de Bernadette Després

En 1973, Bernadette Després, illustratrice pour Pomme d’Api, Jeunes Années et La Farandole, entreprend de réaliser un album qui se déroule à l’école maternelle. A travers les sept planches d’un premier album qui sera édité chez Bayard en 1976, c’est la journée de 29 enfants, de leur enseignante et de leur ATSEM qui est racontée. En 1985 et 1986, Bernadette Després réalise une suite à ce premier album : La Fête de mon école et Pinou le lapin de mon école. Les images pleines de vie et de couleurs témoignent d’une école maternelle qui est en train de changer. La loi de 1977 entérinera des pratiques qui avaient déjà évolué dans certaines écoles après 1968 : plus de liberté donnée à l’enfant, une plus grande laissé au jeu…

L’exposition organisée par l’ESPE Centre Val de Loire sur le site de Tours-Fondettes est constituée de neuf planches originales, de croquis et de dessins préparatoires qui permettent d’apprécier le travail d’illustratrice et de comprendre les diverses étapes de fabrication d’un album pour enfants.

Le catalogue de l’exposition (basse définition) est téléchargeable depuis ce lien : Catalogue-bd

Exposition ouverte du 20 novembre 2017 au 23 février 2018

Du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Entrée libre

ESPE Centre Val de Loire

Château Bel Air

La Guignière

37230 FONDETTES

Images de l’urbain dans les albums pour enfants

En 1977, Maud Sirois, animatrice des Jeunesses Littéraires de France, publie dans La revue des Livres pour enfants un article portant sur les images de la ville dans les albums. L’article commence ainsi :

En 1970, Marie-José Chombart de Lauwe assurait, à la suite d’une enquête sociologique, que dans la presse pour la jeunesse la ville représentait le quart seulement des cadres choisis par les auteurs comme lieux d’évolution de leurs personnages. Elle ajoutait : « La nature sauvage ou cultivée est vraiment présentée comme le cadre normal de l’enfance dans le domaine scolaire et dans celui des loisirs, ainsi que dans les romans pour adultes et les autobiographies. » Qu’en est-il en 1977 ? […] Le tour de la production française de ces dernières années permet de voir que la ville est loin d’être le cadre par excellence des aventures enfantines. Cependant, apparue timidement au cours des années soixante dans l’album, elle y connaît une progression soutenue depuis 1971.

Face à ces observations, nous serions tentés de croire que l’intérêt pour l’urbain, en éveil dans les années soixante-dix, n’a cessé de croître depuis quarante ans et que les images de la ville occupent aujourd’hui une place importante dans les albums. En effet, j’ai pu constater qu’à partir des années deux-mille, dans près de la moitié des albums ayant pour thème ou pour cadre un espace particulier c’était le cadre de la ville qui était choisi. Doit-on imputer cet intérêt grandissant au seul fait que la population urbaine ait dépassé les 2/3 de la population totale au début des années soixante-dix sans cesser de croître depuis, jusqu’à devenir très largement majoritaire aujourd’hui, avec 80% de la population française ? Cela peut bien sûr constituer une explication fondamentale mais ce serait oublier les évolutions de l’image de la ville dans les mentalités. Cet article a donc pour but de s’interroger sur les évolutions de l’image de l’urbain dans les albums pour enfants à travers quelques exemples pris dans un corpus plus vaste. La périodisation à laquelle aboutira cette interrogation sera contextualisée en se référant à l’évolution de l’urbanistique et des études socio-culturelles sur la ville. Même si aucun lien de cause à effet ne peut être réellement démontré entre les deux champs d’études, il nous a semblé qu’il pouvait exister certains rapprochements.

Pour lire la suite, sur le site de la revue Strenae, cliquer ici.

Bernadette Després. Annie, Nicole, Valérie… Tom-Tom et Nana

Exposition du 25 avril au 26 août 2017

Si l’on ne présente plus Tom-Tom et Nana tant leurs aventures ont été un succès, il n’en est pas toujours de même pour Annie, Valérie, Nicole et Zaza. Aujourd’hui, ce sont surtout elles que le Centre André François a choisi de mettre en lumière dans cette rétrospective consacrée à l’œuvre de Bernadette Després, Tous à vos agendas !

Et si le Père castor avait voulu sauver le monde…

Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde… Du discours sur la diversité dans la collection « Les Enfants de la Terre »

Colloque « Livre ensemble : pluriculturalisme et plurilinguisme à travers les albums pour la jeunesse« , organisé par le laboratoire LLA-CREATIS (Université Toulouse Jean Jaurès) et la Structure Fédérative de Recherche SFR AEF de l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation Toulouse Midi-Pyrénées (ESPE) sous la direction scientifique de Euriell Gobbé-Mévellec, Université Toulouse Jean Jaurès, ESPE, 8-10 novembre 2016.