Barbaudgraphies

Diffusé depuis plus de 30 ans, la série scientifique d’animation Il était une fois…la vie continue à séduire tous les soirs en moyenne 320 000 adeptes, soit 11% d’audience chez les 4-14 ans. Lancée en 1987 par la société française de production Procidis, elle aura permis à deux ou trois générations d’enfants d’assouvir un « désir de savoir et d’éveiller leur curiosité », selon les vœux de leur créateur, Albert Barillé (1920-2009). L’expérience toute nouvelle en France de réaliser du dessin animé éducatif et scientifique avait été inaugurée en 1978 avec la série Il était une fois… l’homme.
Le site de l’INSPé de Fondettes souhaite rendre hommage au fabuleux travail graphique réalisé par Jean Barbaud, souvent pour ne pas dire toujours épaulé par le travail de coloriste et de décoratrice de son épouse Afroula Hadjiyannakis. Cette exposition tentera de faire partager les balbutiements et l’essor des sept séries Il était une fois…, le travail d’illustrateur passionné d’aviation et le créateur de bandes dessinées, père des Dézingueurs et du Lieutenant Mac Fly.

Pour accéder au catalogue, cliquer ici.

 

Exposition
Château Bel-Air
La Guignière – Fondettes
du 17 novembre 2019 au 14 février 2020
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h15 à 16h15

Lumière sur… un auteur BD : Étienne Le Roux

Au lendemain du 45e festival d’Angoulême, alors que les conditions socio-économiques des auteurs de bandes dessinées sont de plus en plus précaires, que la question de leur mode de rémunération est soulevée, que des revendications se font jour et que la Ministre de la Culture annonce le lancement d’une mission sur la refondation de la politique nationale en faveur de la bande dessinée, Ciclic met en lumière un auteur majeur du paysage de la bande dessinée française.

Étienne Le Roux, dessinateur et scénariste de près d’une trentaine d’albums, installé en Touraine depuis ses années de lycée, fonde à Tours avec ses comparses Freddy Martin, Vincent Froissard, et Serge Pellé l’atelier Zébulon, au mitan des années 90. C’est le début d’une belle aventure, d’amitiés et de collaborations artistiques, le cœur de la « galaxie Le Roux ».

Pour en connaître plus :

Etienne Le Roux, artisan d’aventures par Christophe Meunier

Lecture de planches de quelques albums d’Etienne Le Roux par Christophe  meunier

Les territoires du sportif dans la bande dessinée

   Du nouveau sur le site de la revue en ligne spécialisée BD, Comicalités :

   Les deux albums de la série Max Winson de Jérémie Moreau, consacrée à un champion de tennis hors norme, proposent de multiples représentations d’enceintes sportives, mettent en images les « échanges » que le héros entretient avec ses adversaires, avec les différents lieux de sa vie. Tout invite à porter sur la série un regard géographique et spatial. Cet article s’interroge sur le récit spatial produit par la narration iconotextuelle ; sur les relations socio-spatiales qui s’établissent entre le joueur, l’aire sportive et l’adversaire ; sur leurs mutations lorsque le sport devient spectacle et l’aire de jeu, « enceinte sportive ». Il s’agira ainsi de montrer comment le tressage du discours iconique, spatial et verbal amène à considérer le public et les spectateurs comme un opérateur non négligeable de la spatialité du héros, voire du sportif de haut niveau.

   The two comic books which compose the series Max Winson by Jeremie Moreau are intended to tell a young and exceptionnal tennis champion’s life. The two books propose numerous representations of stadiums and depict the « exchanges » that the hero has with his opponents, with the different places of his own life. All leads to have a geographical and spatial point of view on the series. This article questions the spatial narrative produced by iconotextual narrative; analyses the socio-spatial relationships between the player, the playground and the opponent; studies their transformations when sport becomes a show and when the playground becomes a huge stadium. So, this will be about showing how the entwisting of the iconic, spatial and verbal narrative leads to consider public and audiences as an important spatial operator in the hero’s spatiality, even in the to sportsmen’ spatiality.

Pour lire l’article/To read this paper : https://comicalites.revues.org/2327

La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps

123441-paul-quebec

Un article sur le site Comicalités !

   En établissant des liens aussi étroits entre une narration littéraire et une narration dessinée, la bande dessinée semble représenter un médium privilégié pour mettre le temps de nos vies en espace. Entre 1999 et 2011, Michel Rabagliati, auteur québécois, consacre sept albums à la vie de Paul, son double diégétique. Ces volumes qui alternent short stories et graphic novels relatent des tranches de la vie de Paul, depuis ses 10 ans jusqu’à sa vie adulte. Le recours régulier à l’analepse ou à la prolepse, expression de l’intériorité du narrateur, est systématiquement accompagné d’une reconstitution des lieux traversés, fréquentés par lui, expression de son extériorité. Temporalité et spatialité semblent donc concourir à la construction du personnage, à son existence même. En outre, les relations qu’entretient Paul avec son passé et les espaces de son passé sont autant de marqueurs qui font écho dans la propre vie des lecteurs en mobilisant intertextualité et intericonicité.

   By establishing such close links between the literary narrative and the illustrated narrative, the bande dessinée seems to be a very particular médium that places the time of our lives within space. Between 1999 and 2011, Michel Rabagliati, a Quebec cartoonist, devotes six comic books to the life of Paul, his diegetic twin. These comic books, combining short stories and graphic novels, relate slices of Paul’s life, from age 10 to his adult life. In the normal course of anticipating an event to reliving an event, the expression of the narrator’s inner life, is systematically accompanied by a reconstitution of the places he has been and the life he’s led, an expression of his outer life. Therefore, Temporality and Spatiality seem to combine to form character and even his existence. Additionally, the relationships that Paul has with his past and the spaces of his past are equally markers that echo the readers’ own life, calling on inter-textuality and inter-iconicity.