Barbaudgraphies

Diffusé depuis plus de 30 ans, la série scientifique d’animation Il était une fois…la vie continue à séduire tous les soirs en moyenne 320 000 adeptes, soit 11% d’audience chez les 4-14 ans. Lancée en 1987 par la société française de production Procidis, elle aura permis à deux ou trois générations d’enfants d’assouvir un « désir de savoir et d’éveiller leur curiosité », selon les vœux de leur créateur, Albert Barillé (1920-2009). L’expérience toute nouvelle en France de réaliser du dessin animé éducatif et scientifique avait été inaugurée en 1978 avec la série Il était une fois… l’homme.
Le site de l’INSPé de Fondettes souhaite rendre hommage au fabuleux travail graphique réalisé par Jean Barbaud, souvent pour ne pas dire toujours épaulé par le travail de coloriste et de décoratrice de son épouse Afroula Hadjiyannakis. Cette exposition tentera de faire partager les balbutiements et l’essor des sept séries Il était une fois…, le travail d’illustrateur passionné d’aviation et le créateur de bandes dessinées, père des Dézingueurs et du Lieutenant Mac Fly.

Pour accéder au catalogue, cliquer ici.

 

Exposition
Château Bel-Air
La Guignière – Fondettes
du 17 novembre 2019 au 14 février 2020
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h15 à 16h15

GROWING UP IS CROSSING BOUNDARIES. THE EXAMPLE OF THE FRENCH PICTUREBOOK DEVINE QUI FAIT QUOI BY GERDA MÜLLER

The fundamental notion of “spatial turn” which was coined by the geographers Edward Soja (1996) and Jacques Lévy (1999) is part of the relevant questions on living space: How is man in the space which surrounds him? What interactions exist between the individual and his living space? Responses to these questions can be found in a French picturebook published in 1999 by l’Ecole des Loisirs, Devine qui fait quoi. Une promenade invisible [Guess who does what? An invisible walk] by Gerda Müller. This paper has two aims. The first aim is to demonstrate that Devine qui fait quoi is a “geographer-picturebook”, expressing and participating in the construction of a child’s lived-in space. The second aim is to show that a “geographer-book” like Devine qui fait quoi can be read in a kindergarten to explore, to structure and to organize space with 5 year-old children.
To read this article, follow the link.

Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde ? Du discours sur la diversité dans la collection « Les Enfants de la Terre »

De 1948 à 1983, le Père Castor publie une série de vingt albums dans une collection appelée « Les Enfants de la Terre ». Chaque volume est l’occasion pour un auteur et un illustrateur, souvent « maison », de présenter la vie d’un enfant d’une dizaine d’années vivant dans un endroit du monde. L’objectif annoncé par Paul Faucher, dès le lancement de la collection, est de « s’appuyer sur des faits et des documents d’une authenticité inattaquable, de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent bâtir solidement, sur les impressions que chacun de ces petits livres leur aura laissées, une idée juste des pays et des gens ». Cet article s’attache à montrer que, derrière cette intention naïve mais louable, il en existe une autre bien plus louable encore qui consiste à s’appuyer sur la diversité pour adresser un message de fraternité et de paix entre les peuples au lendemain des six années de guerre que l’Europe et le monde viennent de connaître.

Lire la suite sur le site de Strenae.

La Planète magique de Bernard Deyriès

Cette troisième exposition organisée par le site ESPE de Tours-Fondettes est totalement consacrée au travail graphique de Bernard Deyriès. Que l’on se rappelle Ulysse 31, Les Mystérieuses Cités d’Or, les Minipouss ! Ces dessins animés ont à peu près tous été imaginés à Tours et coproduits par un studio constitué de dessinateurs tourangeaux ou formés à Tours. À l’origine de ces productions, deux hommes, deux complices : Jean Chalopin pour les idées et les montages financiers; Bernard Deyriès, pour les dessins et la réalisation.
Cette exposition permet de faire une incursion dans le monde du cinéma d’animation, celui des années 1980, bâti sur des méthodes encore plus ou moins artisanales qui ont pratiquement disparu depuis des années.

Voir le catalogue de l’exposition ici.

Exposition
Château Bel-Air
La Guignière – Fondettes
du 12 novembre 2018 au 12 février 2019
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 13h15 à 16h15

Vernissage : le mercredi 28 novembre 2018 à 11h en présence de l’artiste

Quand les albums parlent d’espace. Enseigner la géographie avec le livre pour enfants

     Lorsqu’au début des années 1990, Edward Soja témoignait d’un tournant spatial qui était en train de s’opérer à travers les sciences humaines, il soulignait l’importance de l’espace et des spatialités pour expliquer les réalités sociales. Quelques années plus tard, il proposait l’existence d’un tiers-espace (Thirdspace) qui serait l’espace des représentations et celui des discours interpersonnels et intersubjectifs. Ces deux axes de réflexion modifiaient dans ses grandes lignes, la définition de la géographie en tant que science de l’espace pour en faire une science des espaces des sociétés et voir en l’espace un construit social et culturel.
L’article que je viens de faire paraître dans le Numéro 3/2018 de l’Information Géographique entend inscrire son objet dans le sillage de cette nouvelle géographie culturelle et phénoménologique, à la croisée d’interrogations sociales, anthropologiques, philosophiques, linguistiques et sémiologiques. Son objet, l’album pour enfants, est un medium réunissant deux domaines qui intéressent les géographes depuis peu : la littérature et l’enfant. Comme le faisait remarquer Michel Collot en 2014, « la dimension spatiale de la littérature s’est traduite par l’invention de néologismes comme
géopoétique ou géocritique ». Les géographes ont d’ailleurs souvent trouvé dans la littérature la meilleure expression de la « relation concrète, affective et symbolique qui unit l’homme aux lieux » (Collot, 2014, p. 10). Seulement les géographes ne se sont que très rarement penché sur la littérature de jeunesse même si les géographies de l’enfance sont devenues un champ d’investigation très récent en France. Au même titre que le jouet, le jeu de société, le jeu vidéo ou le dessin animé, l’album pour enfants est un produit culturel qui donne du sens aux lieux, qui renseigne sur l’habiter, qui sert à comprendre l’organisation du monde qui entoure l’enfant.
Les albums pour enfants transmettent des représentations de l’espace et des 
modi habitandi. Pour Virginia Lee Burton, auteure et illustratrice américaine, il ne fait aucun doute que l’album est un médium des plus efficaces pour préparer le futur des enfants et poser les normes qui régiront leur pensée et leur action futures (Burton, 1942). Les albums sont également des lieux de transaction spatiale (Meunier, 2016) dans lesquels s’établit une communication entre l’auteur/illustrateur et l’enfant, prompte à modifier potentiellement
les représentations spatiales de l’enfant-lecteur. Ce sont ces deux hypothèses que nous allons tenter de démontrer à travers une expérimentation menée en classe autour de la lecture d’un album de jeunesse en cycle 2.

     Pour lire la suite, cliquer ici.