Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique

Illustration 1 – Affiche de la série télévisée, Inspecteur Barnaby

Pour lire cet article en anglais

Le 27 juillet 2012, à 21h, s’ouvrait à Londres les 30e Jeux Olympiques d’été. La cérémonie d’ouverture, orchestrée par le glorieux réalisateur britannique Danny Boyle, fraichement oscarisé en 2009 pour Slumdog Millionaire, était intitulée « Isles of Wonder » (Îles aux mystères). Le spectacle débutait par un court-métrage chargé de descendre le cour de la Tamise depuis sa source. La caméra survolait ainsi la campagne profonde anglaise depuis la stèle de la Thames Head à proximité de Kemble dans la Gloucestershire jusqu’au stade olympique, situé dans la banlieue nord de Londres, à Stratford, dans le quartier en rénovation de Newham. Les trajectoires du passé et du présent venaient ainsi et ici se nouer.

Illustration 2 – Cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012.

Après le plongeon final de la caméra volante sur le stade olympique, une chorale d’enfants entonne le Jerusalem Hymn. Ce poème de William Blake écrit en 1804 fut mis en musique par Hubert Parry en 1916 dans le but de galvaniser les troupes britanniques lancées dans le premier conflit mondial. La première strophe du poème rend hommage aux « vertes montagnes » et aux « paisibles pâturages » anglais, faisant de l’Angleterre une « Jerusalem terrestre » possible, une nouvelle Arcadie, faisant contre-poids avec l’industrieuse Londres si l’on se réfère à l’allusion aux « filatures sataniques » mentionnées dans le dernier vers de notre citation :

And did those feet in ancient time

Walk upon England’s mountain green ?

And was the holy Lamb of God

On England’s pleasant pastures seen ?

And did the countenance divine

Shine forth upon our clouded hills ?

And was Jerusalem builded here

Among those dark satanic mills ?[1]

Au centre de l’enceinte sportive, sur l’aire de jeu, le décor est à l’image des premiers vers de Blake : une colline verdoyante au pied de laquelle s’étendent de paisibles prairies. Quelques chaumières à colombages évoquent les cottages[2] qui sont comme un emblème de l’Ancien et du Nouveau temps. Cette scénographie vient là souligner « l’histoire d’amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne depuis au moins le XVIIIe siècle[3]. Il s’agira pour moi, dans cet article, d’analyser la nature de cet attachement et d’en étudier l’idéologie spatiale qui semble constituer un trait culturel britannique.

Cet attachement à une certaine image de la campagne anglaise nous semble être le thème de fond d’une série policière diffusée sur le réseau ITV depuis le 23 mars 1997 et, en France, sur France 3 depuis 2001, « Midsomer Murdrers » ou, en français, « Inspecteur Barnaby ». C’est le pilote de la série, Meurtres à Badger’s Drift, que j’aimerais analyser dans cet article et questionner successivement le contexte de création de la série, adaptation de romans policiers à succès, les enjeux socio-spatiaux perceptibles dans ce premier épisode et l’idéologie spatiale présente dans la série tout entière.

  1. Midsomer Murders, le bon air du temps

« Midsomer Murders » est une série télévisée dont les cinq premiers épisodes de 89 à 102 minutes ont été adaptés des cinq premiers volumes de la série policière « Chef Inspector Barnaby » de la romancière Caroline Graham. Ces cinq premiers épisodes dessinent les contours et décrivent les paysages du comté fictif de Midsomer dont le chef-lieu est la non-moins fictive Causton. Le héros récurrent de la série est le DCI[4] Thomas Barnaby qui habite dans un pavillon de la banlieue de Causton.

Titre Publication Filmé Diffusion Localisation
The Killings at Badger’s Drift 1987 Septembre-octobre 1996 23 mars 1997 Badger’s Drift
Death of a Hollow Man 1989 Août-septembre 1997 29 mars 1998 Ferne Basset
Death in Disguise 1992 Novembre-décembre 1997 6 mai 1998 Compton Dando
Written in Blood 1994 Juillet-août 1997 22 mars 1998 Midsomer Worthy
Faithful unto Death 1996 Octobre 1997 22 avril 1998 Morton Fendle

Caroline Graham est née en 1931. Détentrice d’une maîtrise en écriture théâtrale de l’Université de Birmingham, elle a écrit plusieurs scénarios pour la radio, le théâtre et la télévision. Elle a également écrit deux romans pour la jeunesse en 1985 : BMX Star Rider et BMX’ers Battle it Out, parus tous les deux chez Hutchinson. Le dernier roman de la série « DCI Barnaby » est publié en 2004 et s’intitule A Ghost In the Machine. The Killings at Badger’s Drift, édité par Century en 1987, fut classé parmi les cent meilleurs romans policiers par la Crime Writer’s Association. Il fut traduit et publié en français chez Albin Michel en 1990.

Illustration 3 : Couverture de Meurtres à Badger’s Drift.

En 1996, Betty Willingale, productrice pour la BBC depuis les années 1960 et consultante pour ITV, décide d’adapter pour la télévision la série policière. Les cinq premiers épisodes sont réalisés par Jeremy Silberston et l’adaptation est confiée à Anthony Horowitz[5], un romancier pour la jeunesse qui obtint le prix européen du roman pour enfants en 1993 pour L’Île du Crâne.

La série est diffusée en France le 14 janvier 2001 sur France 3. Elle a été vendue et diffusée et continue de l’être dans plus de cent pays autour du monde y compris les Etats-Unis et la Chine.

Illustration 4 : Meurtres à Badger’s Drift (version française, 14 janvier 2001)

Dans le roman de Caroline Graham, l’inspecteur chef Tom Barnaby et son adjoint le sergent Gavin Troy se rendent à leur travail quand ils sont accostés par Miss Bellringer qui leur affirme que l’une de ses amies, Emily Simpson, ne serait pas morte des suites d’une crise cardiaque, contrairement aux conclusions du médecin, mais aurait été assassinée. L’autopsie qui est réalisée sur ordre de Barnaby montre en effet que Miss Simpson a été empoisonnée.

Dans l’adaptation télévisée, Barnaby et Troy sont dépêchés sur une scène de crime et Miss Bellringer n’a plus le rôle de celle qui, comme son nom l’indique (belleringer : sonneur de cloche), attire l’attention de Barnaby. Elle est simplement celle qui a appelé la police. Emilie Simpson n’est pas empoisonnée mais reçoit un violent coup mortel à la nuque. Ces petits décalages dûs à l’adaptation pour le « petit écran » ne modifie que très peu la trame de l’enquête mais ont leur importance, nous le verrons, dans la narration spatiale et dans la découverte successive des différents lieux de l’affaire.

Continuer la lecture de « Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique »

Bernadette Després. Annie, Nicole, Valérie… Tom-Tom et Nana

Exposition du 25 avril au 26 août 2017

Si l’on ne présente plus Tom-Tom et Nana tant leurs aventures ont été un succès, il n’en est pas toujours de même pour Annie, Valérie, Nicole et Zaza. Aujourd’hui, ce sont surtout elles que le Centre André François a choisi de mettre en lumière dans cette rétrospective consacrée à l’œuvre de Bernadette Després, Tous à vos agendas !

Pierre Probst, Globe-trotter des images

caroline

Le Centre Régional de Ressources sur l’Album et l’Illustration (CRRAI), installé à Margny-lès-Compiègne, a eu la brillante idée d’organiser une exposition sur le travail de l’illustrateur Pierre Probst, créateur du personnage de Caroline et de Fanfan.

Catherine Palomar, la directrice du CRRAI, m’a très gentiment proposé d’être le commissaire de cette exposition et d’en rédiger le catalogue. C’est avec un très grand empressement et un très grand plaisir que j’ai accepté. Je vous invite donc à venir nombreux découvrir les œuvres originales de Pierre Probst sélectionnées, regroupées et commentées sous un angle d’approche qui se veut géographique.

L’exposition, qui se tiendra du 24 septembre 2016 au 25 février 2017, sera ponctuée de quelques manifestations :

Le samedi 8 octobre 2016 à 14h30 : Inauguration

Le mercredi 16 novembre 2016 à 14h30 : Conférence « Pierre Probst, observateur d’une France en mutation »

Le lundi 12 décembre 2016 à 14h : Table-ronde « Éditer, rééditer Caroline aujourd’hui : pourquoi ? comment ? »

Le samedi 14 janvier 2017 à 10h : Conférence « Pierre Probst, metteur en espace »

Le catalogue de l’exposition (64 pages) est en vente sur le site du CRRAI pour la somme de 15 euros.

La nation, la ville, le Nil : des espaces d’identité affirmée

[Couverture de l’ouvrage : Le Poussin n’est pas un chien]
[Couverture de l’ouvrage : Le Poussin n’est pas un chien]

            Il y a peu paraissait aux éditions Le Port a Jauni, avec l’appui de l’IREMAM[1] et de l’IFPO[2], la thèse de Mathilde Chèvre sous le titre amusant : Le Poussin n’est pas un chien[3]. L’ouvrage est agréable dans sa présentation et d’une richesse indiscutable. L’objet de la recherche de Mathilde Chèvre est la production d’albums pour enfants de langue arabe en Égypte, au Liban et en Syrie depuis 1967. Les années 1970 sont considérées par l’auteure comme un tournant majeur dans ces pays du monde arabe puisqu’il apparaît une mutation dans la production éditoriale. La création qui était jusque-là presqu’exclusivement pédagogique, éducative et ludique développe une nouvelle orientation prenant de plus en plus d’ampleur et qui serait plus politique, linguistique et artistique. Mathilde Chèvre voit naître dans ces années-là et pour ces pays-là « une quête et une affirmation d’identité » (p.14).

            J’ai choisi de concentrer mon attention dans ce billet sur le chapitre III de cet ouvrage, intitulé : « Du petit soldat au témoin impuissant de son temps : l’album et la politique » (p.77 à 107). Cette partie de l’ouvrage s’intéresse tout particulièrement à l’idéologie qui constitue la charpente d’une partie non négligeable du corpus, ces « albums idéologiques, politiques et religieux dont le propos est de délivrer un message, de présenter un projet sociétal idéal à la jeunesse d’un pays et de lui indiquer les modalités d’action pour contribuer à son avènement » (p.77). Ce qui m’a séduit dans les propos de Mathilde Chèvre c’est sa volonté d’associer une idéologie principale marquée par le combat pour la cause palestinienne et la quête identitaire à une idéologie spatiale : la définition d’un territoire, de son identité, le questionnement des frontières, la place des villes et des fleuves dans cette recherche identitaire. Je mettrai donc en exergue dans ce billet trois albums qui m’ont paru intéressants et qui sont remarquablement bien présentés et mis en valeur dans ce chapitre III.

  1. Le mur

            Si dans les années 1970 le discours sur la cause palestinienne avait pu être une véritable « revendication identitaire et [un] appel à l’émancipation pour l’ensemble des peuples arabes » (p.78), au tournant des années 2000, il devient une « bataille d’idées, une évocation du droit et de la paix » (p.85). Mathilde Chèvre présente alors un album qui passe pour être le premier à aborder la question du mur construit par Israël entre son territoire et les territoires palestiniens. Law kunt tâ’îran (Si j’étais un oiseau) de Fâtima Sharaf al-Dîn et Amal Karzay, publié en 2009 par Kalimât[4] (Émirats arabes unis) raconte l’histoire d’un enfant palestinien enfermé dans un territoire limité par un mur omniprésent. « La poésie apparaît comme la seule échappatoire possible » (p.87). Le travail pictural oppose un territoire intérieur oppressant et sombre, où la mort et les martyrs sont omniprésents, à un extérieur ouvert et clair, où la vie bat son plein. « Le mur est une ligne entre deux mondes profondément inégaux »  (p.87).

01-couverture3

            Pour la toute première fois également, l’album évoque le déplacement de population et ce dès la page de titre :

[…] le livre s’ouvre sur l’image d’une longue file d’exilés : la litanie des opprimés de tous les temps qui forment une grande ligne de corps courbés et fatigués. Les oliviers plantés sur le haut des collines évoquent la Palestine, vaste et verte, que l’on a laissée derrière soi. Quelques pages après, même image, avec en tête de fil la famille dont le livre raconte l’histoire. Les corps longs et maigres forment un petit groupe resserré sur lui-même pour se protéger, dans un mouvement circulaire qui les unit pour former un chœur. Le jeune garçon, héros de l’histoire, tient dans ses mains crispées le jouet qu’il a emporté avec lui, un lapin. (p.87)

            Le lapin, cet objet transitionnel, évoque la maison perdue, l’exil forcé vers un territoire où l’emménagement dans une nouvelle maison vétuste renforce la douleur de la déterritorialisation. L’inégalité de la gestion de l’eau de part et d’autre du mur est également traitée pour la première fois dans cet album : « d’un côté, un désert gris et, de l’autre, une « oasis » baignée de vasques et de piscines » (p.87).

            Le déchirement de l’exil est somme toute atténué par un objet que le père de famille à emporter avec lui : la clé de l’ancienne maison. L’espoir du retour est dans la tête de l’exilé. Le père « brandit [la] clé au dessus du mur, son bras s’élève dans le ciel au-delà de la ligne d’horizon. Par un effet magique, la clef efface le mur qui se transforme en colline » (p.88). À travers la clef, c’est l’espoir qui efface les frontières. L’album présenté par Mathilde Chèvre rend finalement compte de la grande difficulté d’un habiter où le dualisme déterritorialisation/reterritorialisation se vit dans la difficulté et la résignation. La coprésence de deux peuples où très clairement l’un semble soumis à la bonne volonté de l’autre ne suscite plus la revendication et le combat comme ce put être le cas trente ans plutôt dans la littérature pour enfants.

  1. La ville

            Le deuxième album qui m’a paru intéressant est Umm jadîda (Une nouvelle maison) de Samâh Idrîss et Yasmîn Ta’ân, paru en 2006 aux éditions Dâr al-Âdâb li-l-Sighâr (Liban). L’ouvrage met à l’honneur la ville de Beyrouth, « à la fois la ville qui incarne l’identité libanaise et la perte d’identité, une ville connue et perdue, représentée et oubliée » (p.91).

si29

            Le héros de l’album, Usâma, recherche une nouvelle mère et pour ce faire explore le quartier de Ra’s Beyrouth en scrutant les façades « pour y choisir son nouveau logement ». L’illustration mêle le dessin et les collages de photographies. Elle fait appel à un certain nombre de références culturelles. Le texte a recours au parlé le plus populaire de Beyrouth. À travers cet album, la capitale du Liban est « racontée comme un territoire politique connoté, dont chaque nom de rue évoque un camp, une appartenance, un souvenir de guerre ».

            D’un côté la représentation des façades ranime une ville marquée par les guerres et les bombardements. D’un autre côté, les collages renvoient à l’histoire de la ville, au multiculturalisme. Il existe semble-t-il une ambivalence à cette représentation de l’urbain. La ville veut faire peau neuve sans pour cela tourner le dos à ce qui unit (ou sépare) ses habitants. Tout dans cet album évoque la coprésence forcée des citadins : les façades aux couleurs et aux formes variées sont reliées par la trajectoire linéaire effectué par le véhicule qui transporte Usâma.

Scan-160808-0003

  1. Le fleuve

            L’Égypte est un don du Nil était-il écrit dans certains papyrus anciens. Force est de constater que le fleuve reste « source de vie dont on revient toujours boire l’eau ». Depuis les années 2000, les menaces écologiques qui portent sur le fleuve constituent un thème récurrent dans la littérature pour enfants égyptienne. Tout se passe comme si la pollution et les questions environnementales touchant le Nil attentaient également à l’unité et à l’identité du pays.

            Dans Hikâyat baladî (L’Histoire de mon pays), paru en 2006 aux éditions Dâr al-Shurûq, Hilmî al-Tûnî « joue sur la reproduction de strates horizontales de couleurs : le bleu clair pour le ciel, le bleu marine pour la mer, le jaune pour le sable au milieu duquel coule bientôt une strate brune, celle du Nil né d’un nuage de pluie » (p.91). Page après page, apparaissent flore, faune et humains. Par accumulation de motifs, Hilmî al-Tûnî cherche à transcrire la surpopulation, la pollution et la nécessité de sauvegarder un environnement qui est corrompu peu à peu.

            La mise en espace du récit est un point qui semble crucial dans tout l’album. Celui-ci, au format à la française comme le montre les reproductions de la p.92, pourrait être un grand leporello. L’urbanisation y est représentée davantage comme un problème que comme une solution contrairement à l’album qui a été évoqué précédemment. Elle prend la forme d’une saturation de l’espace par l’accumulation, l’élévation et la densité.

Scan-160808-0001

            Mathilde Chèvre arrive à une conclusion pour le moins spatiale : « La ville, la nation et le Nil sont donc des marqueurs identitaires puissants. […] Ils sont des lieux d’expression d’une identité collective » (p.94). Ces constats sont à rapprocher de la définition du lieu donnée par Denis Retaillé et qu’il différencie du site et de la localité. La présentation des albums cités dans ce chapitre donne envie de les feuilleter et de les manipuler voire de les interroger davantage. Merci donc à Mathilde Chèvre de nous faire partager cette littérature « orientale » qui gagnerait certainement à être plus connue de ce côté-ci des Alpes !

[1] Institut de recherche et d’études du monde arabe et musulman

[2] Institut français du Proche Orient

[3] CHEVRE M., Le Poussin n’est pas un chien. Quarante ans de création arabe en littérature pour la jeunesse, reflet et projet des sociétés (Égypte, Syrie, Liban), Aix-en-Provence, Presses de l’Ifpo/Iremam, octobre 2015, 203 p. ISBN : 9782351597088

[4] http://lirelelivre.hypotheses.org/434

Conversation autour de la ville dans les albums

Qu’est devenu le quartier Ménilmontant du Ballon rouge photographié par Albert Lamorisse et publié chez Hachette en 1956 ? Ce livre mémorable par sa poésie et la beauté de ses images demeure l’un des premiers livres jeunesse où la ville est le protagoniste de l’histoire au même titre que son héros Pascal. Alors que la majorité des enfants habite en ville ou dans sa périphérie, quelle place occupe cette dernière aujourd’hui dans la littérature de jeunesse ? Quelles visions des villes nous montre-t-elle ? Si la représentation de l’espace urbain progresse au sein des albums, il n’en demeure pas moins que les espaces naturels, plus intemporels, restent privilégiés. Qu’elle soit décor ou personnage, la présence de la ville n’est jamais neutre et permet au jeune lecteur de se confronter, s’approprier et s’accorder au monde dans lequel il vit.

Jeudi 28 janvier 2016, la Cité de l’architecture & du Patrimoine de Paris organise une conversation autour de la représentation de la ville dans les albums de jeunesse. J’en serai le modérateur et j’aurai le grand plaisir d’accueillir Joëlle Jolivet, ALE+ALE, illustrateurs et Jean-Michel Coblence, directeur de collection chez Casterman.

Jeudi 28 janvier 2016 à 18h30
Entrée libre
Dans la limite des places disponibles
Inscription conseillée sur citechaillot.fr
Salon d’accueil de la bibliothèque – Cité de l’architecture & du patrimoine
1, place du Trocadéro – Paris 16