Combien de Terre faut-il à un homme ?

Le CRD de l’INSPé Centre Val de Loire met à la disposition de qui veut bien lui demander une exposition itinérante, composée de 11 panneaux (60 X 80 cm), abordant la question de l’écologie dans les albums pour enfants de 1919 à nos jours. 

Ces panneaux sont regroupés en trois grandes thématiques correspondant à trois temps dans la sensibilisation des enfants à l’environnement et à sa menace par l’activité humaine. Un catalogue qui permet de replacer les œuvres sélectionnées dans leur contexte est accessible en cliquant ici.

 

En visionnage ci-dessous, la version de 1952 de La Petite Maison, adaptation par Walt Disney de l’album de Virginia Lee Burton.

 

Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde ? Du discours sur la diversité dans la collection « Les Enfants de la Terre »

De 1948 à 1983, le Père Castor publie une série de vingt albums dans une collection appelée « Les Enfants de la Terre ». Chaque volume est l’occasion pour un auteur et un illustrateur, souvent « maison », de présenter la vie d’un enfant d’une dizaine d’années vivant dans un endroit du monde. L’objectif annoncé par Paul Faucher, dès le lancement de la collection, est de « s’appuyer sur des faits et des documents d’une authenticité inattaquable, de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent bâtir solidement, sur les impressions que chacun de ces petits livres leur aura laissées, une idée juste des pays et des gens ». Cet article s’attache à montrer que, derrière cette intention naïve mais louable, il en existe une autre bien plus louable encore qui consiste à s’appuyer sur la diversité pour adresser un message de fraternité et de paix entre les peuples au lendemain des six années de guerre que l’Europe et le monde viennent de connaître.

Lire la suite sur le site de Strenae.

Quand les albums parlent d’espace. Enseigner la géographie avec le livre pour enfants

     Lorsqu’au début des années 1990, Edward Soja témoignait d’un tournant spatial qui était en train de s’opérer à travers les sciences humaines, il soulignait l’importance de l’espace et des spatialités pour expliquer les réalités sociales. Quelques années plus tard, il proposait l’existence d’un tiers-espace (Thirdspace) qui serait l’espace des représentations et celui des discours interpersonnels et intersubjectifs. Ces deux axes de réflexion modifiaient dans ses grandes lignes, la définition de la géographie en tant que science de l’espace pour en faire une science des espaces des sociétés et voir en l’espace un construit social et culturel.
L’article que je viens de faire paraître dans le Numéro 3/2018 de l’Information Géographique entend inscrire son objet dans le sillage de cette nouvelle géographie culturelle et phénoménologique, à la croisée d’interrogations sociales, anthropologiques, philosophiques, linguistiques et sémiologiques. Son objet, l’album pour enfants, est un medium réunissant deux domaines qui intéressent les géographes depuis peu : la littérature et l’enfant. Comme le faisait remarquer Michel Collot en 2014, « la dimension spatiale de la littérature s’est traduite par l’invention de néologismes comme
géopoétique ou géocritique ». Les géographes ont d’ailleurs souvent trouvé dans la littérature la meilleure expression de la « relation concrète, affective et symbolique qui unit l’homme aux lieux » (Collot, 2014, p. 10). Seulement les géographes ne se sont que très rarement penché sur la littérature de jeunesse même si les géographies de l’enfance sont devenues un champ d’investigation très récent en France. Au même titre que le jouet, le jeu de société, le jeu vidéo ou le dessin animé, l’album pour enfants est un produit culturel qui donne du sens aux lieux, qui renseigne sur l’habiter, qui sert à comprendre l’organisation du monde qui entoure l’enfant.
Les albums pour enfants transmettent des représentations de l’espace et des 
modi habitandi. Pour Virginia Lee Burton, auteure et illustratrice américaine, il ne fait aucun doute que l’album est un médium des plus efficaces pour préparer le futur des enfants et poser les normes qui régiront leur pensée et leur action futures (Burton, 1942). Les albums sont également des lieux de transaction spatiale (Meunier, 2016) dans lesquels s’établit une communication entre l’auteur/illustrateur et l’enfant, prompte à modifier potentiellement
les représentations spatiales de l’enfant-lecteur. Ce sont ces deux hypothèses que nous allons tenter de démontrer à travers une expérimentation menée en classe autour de la lecture d’un album de jeunesse en cycle 2.

     Pour lire la suite, cliquer ici.

L’Europe de Caroline et Pierre Probst

     Caroline, le personnage créé par Pierre Probst au début des années 1950, a agrémenté la jeunesse de plusieurs générations d’enfants. Au fil de ses 44 aventures, accompagnées de ses huit petits animaux, elle a sillonné le monde et fait découvrir à ses jeunes lecteurs de multiples horizons.
En 1960, Hachette demande à pierre Probst de faire voyager Caroline en Europe afin de préparer les enfants au « fait européen », à une certaine forme de citoyenneté ou d’appartenance européenne. Cette exposition se propose de présenter sept planches originales extraites de l’album Caroline en Europe (1960) et trois de l’album Caroline visite Paris (1979).

      Le catalogue est téléchargeable ici.

Lumière sur… un auteur BD : Étienne Le Roux

Au lendemain du 45e festival d’Angoulême, alors que les conditions socio-économiques des auteurs de bandes dessinées sont de plus en plus précaires, que la question de leur mode de rémunération est soulevée, que des revendications se font jour et que la Ministre de la Culture annonce le lancement d’une mission sur la refondation de la politique nationale en faveur de la bande dessinée, Ciclic met en lumière un auteur majeur du paysage de la bande dessinée française.

Étienne Le Roux, dessinateur et scénariste de près d’une trentaine d’albums, installé en Touraine depuis ses années de lycée, fonde à Tours avec ses comparses Freddy Martin, Vincent Froissard, et Serge Pellé l’atelier Zébulon, au mitan des années 90. C’est le début d’une belle aventure, d’amitiés et de collaborations artistiques, le cœur de la « galaxie Le Roux ».

Pour en connaître plus :

Etienne Le Roux, artisan d’aventures par Christophe Meunier

Lecture de planches de quelques albums d’Etienne Le Roux par Christophe  meunier