« Les Enfants de la Terre » : Une approche géographique novatrice ? (5/5)

        Au moment où paraît le premier album de la collection, en 1948, où en est l’enseignement de la géographie ? Voilà une question bien légitime qui peut se poser si nous considérons que Paul Faucher entend se mêler à la fois de pédagogie et de géographie. Dans cette dernière partie, c’est le lien entre le projet de la collection « Enfants de la Terre » et l’apprentissage de la géographie que j’aimerais interroger. Cette dernière étude m’amènera à croiser la ligne éditoriale de la collection avec les mutations de la géographie scolaire.

            Un paramètre important paraît dès lors déterminant à définir : celui du niveau des élèves visé par la collection. Comme j’ai déjà pu l’évoquer dans les articles précédents, il semblerait que les albums soient destinés à un lectorat de 7 à 11 ans, c’est-à-dire à des élèves de cours moyen, voire de 6ème, bons lecteurs. Mon corpus s’étoffera donc des programmes de ces deux niveaux entre 1945 et 1985.

            Ici, j’accorderai davantage mon attention sur les aspects didactiques que pédagogiques. J’ai déjà pu montrer précédemment que pédagogiquement, la collection influencée par le courant de l’École Nouvelle était évidemment en avance par rapport à la pédagogie scolaire traditionnelle ou plus exactement académique. Cette étude comparée me permet d’envisager trois périodes très caractéristiques. Tout d’abord, entre la sortie du premier album de la collection (1948) et les programmes Peyrefitte et Guichard de 1968/1969, l’apprentissage de la géographie dans cinq des premiers albums semble très novatrice et en parfait décalage avec les instructions officielles des programmes scolaires. Puis, avec l’application de nouveaux programmes, l’École se met en phase avec les principes éditoriaux défendus depuis 1948 par Paul Faucher. Une deuxième période s’installe alors durant laquelle l’Académie et le Père Castor partagent des points de vue assez similaires sur l’enseignement de la géographie. Je ferai se terminer cette deuxième phase avec la réforme Haby (1977/1978) et l’influence de plus en plus grande de la Nouvelle Géographie sur les programmes scolaires qui ouvre, enfin, une dernière phase s’achevant avec le dernier volume de la collection (1983). Durant cette courte phase, c’est l’École qui prend de l’avance. Les derniers numéros de la collection semblent avoir du mal à conserver leur originalité et donnent même une vision quelque peu figée de la géographie.

1. Le Père Castor, didacticien avant-gardiste de la géographie (1948-1969) :

            Lorsque la série est créée, en 1948, les programmes en vigueur pour les classe de Cours élémentaires et de 6ème sont ceux de 1945, c’est-à-dire pour le primaire, une reprise de ceux fixés en 1923. Il s’agit à l’école primaire d’une géographie très locale et descriptive basée sur l’observation des paysages et la carte. Au lycée, il s’agit essentiellement de géographie physique. Les Instructions Officielles invitent très peu les enseignants à parler aux élèves de Cours moyens et de 6ème de l’altérité et de la diversité à la surface de la Terre. La collection proposée par Paul Faucher, et notamment le premier album de la série, apparaît donc en parfaite opposition avec les programmes scolaires.

L’Afrique coloniale vue par un manuel de l’école primaire : H. FILLOUX, Géographie des petits, Les Éditions de l’École, 1950.

            D’emblée, la géographie qui est montrée dans les premiers volumes est une géographie humaine dans la quelle l’apport des anthropologues et des ethnologues est important. C’est toujours une géographie vidalienne dans la mesure où la pensée du géographe français a pu inspirer tout l’enseignement de la géographie depuis la fin du XIXe siècle, mais ce qui semble intéresser ici les auteurs c’est une thématique que Paul Vidal de la Blache a investi à la toute fin de sa carrière, c’est-à-dire ce qu’il appelle les « genres de vie ». Dans un article paru en 1911 dans les Annales de géographie, il écrit : « comme toute cellule a son noyau, tout genre de vie a son lieu de naissance » (p.289). Pour Vidal de la Blache, le genre de vie est une possibilité d’habiter offerte par le milieu géographique. Il n’y a pas chez Vidal de la Blache un déterminisme naturel comme il peut y en avoir chez Ratzel ou Ritter. « Les genres de vie, écrit-il, sont des formes actives d’adaptation du groupe humain au milieu géographique » (VIDAL, II, p.100). Le genre de vie peut alors se modifier en fonction du milieu naturel mais également en fonction d’éléments nouveaux.

            En 1953, René Emsalem définit le genre de vie comme une « combinaison des ressources et des activités qui assurent, en un lieu donné, la subsistance d’un groupe composé d’hommes ayant des besoins semblables et des niveaux d’existence comparables » (Emsalem, p.6). C’est ce regard « oecologique » qui est posé par les auteurs des premiers albums de la collection sur le peuple esquimau et pygmée : quelles relations existent-ils entre l’ethnie observée et son milieu ? Comment l’être humain s’adapte-t-il pour assurer son existence ? Apoutsiak et Mangazou vivent au contact de cette nature sans à peine la transformer, ils en tirent parti. C’est aux êtres humains de s’adapter et non à la nature de le faire. L’être humain est en lutte permanente entre les différents règnes de la nature pour survivre. Mangazou et son père doivent lutter contre les abeilles pour se procurer du miel ou contre les grands fauves pour chasser leur nourriture. Apoutsiak doit lutter contre le froid et les ours polaires. Dans ces deux premiers albums, l’influence naturaliste y est encore très forte dans la mesure où la nature y est présentée comme bienveillante et protectrice : elle est gage d’une grande liberté.

« Mangazou est un enfant heureux. Il fait ce qui lui plaît. Tout le jour il court la forêt avec ses amis. » (p. 3-4)

Couverture d’un manuel de CE1, S. BLIN, M.KUHN et R. OZOUF, Mon premier livre de géographie, Delagrave, 1955.
Couverture d’un manuel de CE1, S. BLIN, M.KUHN et R. OZOUF, Mon premier livre de géographie, Delagrave, 1955.

            En revanche, dans Jan ce n’est pas le milieu naturel qui est convoqué mais le milieu géographique tel qu’il a pu être défini par Albert Demangeon ou Max Sorre dans les années 1930, c’est-à-dire une combinaison entre le milieu physique, le milieu biologique et le milieu anthropogéographique (humain). Le milieu de Jan est celui d’une région conquise sur la mer. En aménageant le milieu par la construction des polders, la population néerlandaise s’est adaptée aux conditions imposées par l’environnement.

            En 1949, le géographe et pédagogue Maurice Debesse s’exprime sur l’importance du milieu dans les nouveaux programmes de géographie du secondaire, notamment pour les classes de lycée. Il propose d’envisager une interaction entre l’homme et son milieu à l’instar du sociologue Georges Conguilhem en 1947 :

« Le milieu ne peut opposer aucun mouvement à un organisme que si cet organisme se propose d’abord au milieu selon certaines orientations propres […] le propre du vivant c’est de composer son milieu. » (p.28)

            Pour conclure, ces premiers albums de la collection « Les Enfants de la Terre » traitent des contacts étroits entre l’homme et son milieu de vie. Ils semblent très éloignés de la géographie enseignée au jeune public auquel ces albums sont destinés.

Couverture d’un manuel de CE1 : L. FRANCOIS et M. VILLIN, Premier livre de géographie, Hachette, 1955
Couverture d’un manuel de CE1 : L. FRANCOIS et M. VILLIN, Premier livre de géographie, Hachette, 1955

2. Une approche sociale de la géographie (1971-1978) :

Dans les albums qui constituent cette deuxième période, une place particulière est accordée au milieu en début d’album. L’accent est mis sur les rapports entre les hommes. La géographie qui est pratiquée dans ces albums est encore et toujours profondément humaine. Elle tourne autour des lieux de vie et la ville est devenue davantage présente. Finalement peu de changement avec la période précédente hormis le fait que la série s’adresse peut-être à une partie plus âgée (10-12 ans) de la tranche d’âge désignée au début de la collection (7-12 ans)

Aquino et Habib sont deux albums qui semblent très proches de la géographie enseignée à cette époque. Une carte physique débute l’histoire et plante le décor naturel. On y présente le relief et le climat du pays dans lequel va se dérouler l’histoire d’une manière très didactique. La subtilité qui pouvait être de mise dans la première période disparaît au profit d’une leçon d’éveil en bonne et due forme. Dans Aquino, les conditions physiques et climatiques conditionnent la vie du jeune héros et de ses parents. La ville semble un espace particulier dans laquelle le milieu naturel n’a pas de prise. En revanche, elle apparaît comme une synthèse qui réunit les richesses de la chora alentour ou la coalescence de deux modes de vie européenne et arabe pour Habib.

Couverture d’un manuel de CE1 et 2 : Je découvre la géographie, édition MDI, 1973.
Couverture d’un manuel de CE1 et 2 : Je découvre la géographie, édition MDI, 1973.

        Entre 1971 et 1978, à l’école élémentaire, la géographie a été intégrée depuis 1969 dans un pack dénommé « discipline d’éveil ». Cette intégration s’inscrit dans un vaste programme de démocratisation de l’école post-68. Il s’agit de combiner l’égalité formelle des chances, donc accès du plus grand nombre des élèves à des études secondaires jusqu’à l’âge de 16 ans. La série semble s’intéresser davantage à un public de collégien (classe de 6ème) qui devient plus nombreux avec la réforme Haby et le collège unique en 1975.

        Dans les programmes de Sixième de 1969, la géographie générale disparaît : « les notions de géographie générale, très difficiles à comprendre et à apprendre, prenaient dans le cours de géographie une place exorbitante au détriment de l’Afrique dont la géographie relativement simple attirait et intéressait les enfants de sixième ». Pour conclure sur cette période, l’esprit des programmes des années 1970 rejoint la ligne éditoriale de la collection des « Enfants de la Terre ». Alors que la géographie enseignée dans le primaire reste encore très générale et tournée sur les grands repères de la France, la géographie enseignée au collège prend une dimension plus humaine et s’intéresse davantage aux « genres de vie » vidaliens.

        Pourtant les décennies 1960-1970 correspondent à de profondes mutations dans la géographie scientifique qui passe du paradigme dominant « vidalien » à un paradigme inspiré par l’économie spatiale et le courant structuraliste qui traverse toute la communauté des sciences humaines. L’impact de ces mutations va commencer à se faire sentir dans les programmes scolaires du secondaire dès la fin des années 1970.

3. Une approche socio-spatiale de la géographie (1979-1985) :

            Les programmes du collège de 1977 et de 1985 proposent aux élèves de 6ème de découvrir l’homme dans les différents milieux géographiques (tempérés, chauds et désertiques, intertropicaux, polaires et montagnards. Ces programmes sont marqués par l’introduction d’une géographie renouvelée, plus problématisée. Il ne s’agit plus d’une description raisonnée des « milieux de vie » mais de mettre en évidence et d’expliquer les structures, les équilibres et les systèmes qui régissent l’organisation spatiale.

            Il s’agit souvent, sur un plan didactique, de partir d’exemples divers permettant de comprendre la variété et les caractères permanents dans un même milieu bioclimatique donné. Par ailleurs, l’élève doit comprendre qu’il n’existe pas de déterminisme bioclimatique et que l’homme s’adapte à son milieu en l’aménageant. L’approche est centrée sur l’homme et non plus sur son milieu.

Manuel d’éveil de CE1 : Porte ouverte sur… l’éveil, Hachette, 1983.
Manuel d’éveil de CE1 : Porte ouverte sur… l’éveil, Hachette, 1983.

            C’est à cette période que la collection « Les Enfants de la Terre » se lance dans la production d’albums très différents de ce qui fut produit précédemment. L’approche est toujours la même : il s’agit de partir d’un cas particulier pour faire découvrir la vie d’un enfant dans un espace particulier : la Guyane équatoriale, l’Allemagne, la vie des mariniers ou encore le Québec. Même si cette approche part de la société, et des enfants en particulier, même si quelques cartes d’ensemble restent présentes, elle reste très factuelle. Les enfants n’y sont pas représentés comme des acteurs mais comme des agents.

        Le style bande dessinée, qui est la véritable nouveauté dans ces derniers numéros, propose des mini-reportages sur la vie d’un enfant dans un milieu donné en versant de plus en plus dans le documentaire. Pour le coup, la série se trouve de plus en plus concurrencée par l’arrivée des documentaires filmés produits par le CDDP et qui se développent avec l’usage de la télévision et du magnétoscope en classe.

        Finalement, la série qui fut si novatrice dans les années 1950-1960 se retrouve dépassée par une pédagogie scolaire renouvelée et dynamique. Concernant la géographie plus précisément, je crois que l’on peut parler de faux pas. En décidant, au début des années 1970, de s’adresser à un public plus âgé, la collection quitte l’école primaire où la géographie vidalienne reste encore très dominante jusque dans les années 1980 et dans laquelle son approche restait de fait toujours novatrice.

Tableau synoptique croisant programmes de primaire et de Sixième de collège avec les titres de la collection
Tableau synoptique croisant programmes de primaire et de Sixième de collège avec les titres de la collection

Bibliographie

M. DEFOURNY, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, Paris : Archimède, 2013, p. 42-43

I. LEFORT, La Lettre et l’esprit. Géographie scolaire et géographie savante en France, Paris, CNRS, 1992.

M. PIQUARD, La carte géographique dans les albums du Père Castor, Meuzac : La Petite Collection des Amis du Père Castor, 2011.

D. JACOBI, « Apoutsiak, le petit flocon de neige. Anatomie d’un chef-d’œuvre », La Revue des livres pour enfants, n°210, avril 2003, p. 57-69.

M. PIQUARD, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782

M. FENOLI, « Père Castor les livres de l’autre », Médianes, n°16, mars 2000.

J.P. CHEVALIER, « Enseigner la France en géographie aux jeunes écoliers (1788-2008) », L’Information géographique, 2008/3, vol. 72, p. 20-33.

I. LEFORT, « Deux siècles de géographie scolaire », Espaces Temps, 1998, 66-67, p.146-154.

J.P. CHEVALIER, « Enseigner de la géographie aux jeunes écoliers du primaire en France : quelques repères chronologiques », Historiens et géographes, 2009, p. 35-39.

P. FAUCHER, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, n°5, 1958.

M. SORIANO, « Sur la piste du Père Castor », xxxx, p. 233-240.

M. GIRAUD, « La Guadeloupe et la Martinique dans l’histoire française des migrations en régions de 1848 à nos jours », Histoire des migrations : panorama régional, vol. II, n°1278, mars-avril 2009, p. 174-197.

C. de COPPET, A. FLEURY, « La littérature de jeunesse : Dans les albums du Père Castor  (2/4) », La Fabrique de l’histoire, France Culture, émission du 17 mars 2015.

J.M. HURAULT, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale, Paris : ORSTOM, 1968.

P.E. VICTOR, Boréal, 1938

P. VIDAL DE LA BLACHE, « Les genres de vie dans la géographie humaine. I », dans Annales de géographie, 1911, vol. 20, n°111, p. 193-212.

P. VIDAL DE LA BLACHE, « Les genres de vie dans la géographie humaine. II », dans Annales de géographie, 1911, vol. 20, n°112, p. 289-304.

R. EMSALEM, « L’Idée de genre de vie », dans L’Information géographique, 1953, vol. 17, n°1, p. 4-12.

P. MICHOTTE, « L’orientation nouvelle en géographie », dans Bulletin de la société royale de géographie, 1921, vol. 45, p. 4-12.

P. et G. PINCHEMEL, La Face de la terre, Paris : Armand Colin, 1988.

M. REHEZZA, S. BEUCHER, A. CIATTONI, La Géographie : pourquoi, comment ? Paris, Hatier, 2005.

M. DEBESSE, « La notion de milieu et la géographie » dans Cahiers pédagogiques pour l’enseignement du second degré, octobre 1949, 5ème année, n°1, p. 5-..

G. CONGUILHEM, « Milieu et normes de l’homme au travail » dans Cahiers internationaux de sociologie, vol.III, 1947, p.28.

A.D. ROBERT, « Autour de mai 1968, la pédagogie en question. Le colloque d’Amiens » dans Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, 2008/ », vol.41, p.27-45.

M. SAINT-YVES, « L’étude du milieu dans l’enseignement de la géographie » dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 7, n°14, 1963, p.255-263.

F. LEMARCHANT, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenae [En ligne], 8, 2015, mis en ligne le 1er mars 2015. URL : http://strenae.revues.org/1836.

Terre des hommes, enfants de la Terre. Quand le Père Castor se mêle de géographie. (1/5)

Ce qui me tourmente, ce n’est point cette misère, dans laquelle, après tout, on s’installe aussi bien que dans la paresse. […] Ce qui me tourmente, les soupes populaires ne le guérissent point. Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. Seul l’Esprit, s’il souffle sur la glaise, peut créer l’Homme.

Antoine de Saint Exupéry. Terre des hommes, 1939.

Ill.1 : Couverture d’Apoutsiak, Le petit flocon de neige (1948)

            En 1948, Paul Faucher, éditeur chez Flammarion et fondateur de la collection pour enfants « Le Père Castor », lance, au sein de cette même collection, une autre collection destinée aux enfants de 7 à 12 ans baptisée : « Les Enfants de la Terre ». Son but est de « donner une idée vivante, sympathique et pittoresque de la manière de vivre dans les différents pays du monde ». La collection, qui ne comporte encore que sept titres, remporte en 1962 le prix européen du Livre pour Enfants décerné par la ville de Caorle en Italie et par l’Université de Padoue.

            Paul Faucher, formé aux principes de l’École Nouvelle, s’implique particulièrement dans cette collection. Il en fait un véritable support pédagogique et un réel outil éducatif. L’expérience utilise tous les ressorts déployés dans la collection « Le Roman des bêtes » et réunit les grandes idées de l’Éducation Nouvelle. J’aimerais dans ce billet m’employer à montrer que la collection est d’abord un acte pédagogique fort de la part de Paul Faucher, puis qu’elle met en pages des récits spatiaux qui interrogent la géographie tout entière, enfin qu’elle tente toujours d’apporter une approche novatrice à la géographie scolaire de son époque. En guise d’avertissement, et pour employer toutes les possibilités d’un carnet de recherche partagé, j’aurai l’occasion au fil du texte à signaler les zones qui restent encore un peu dans l’ombre et qui pourraient susciter de la part de mes lecteurs quelques réponses ou quelques pistes de réflexion.

  1. Un acte pédagogique fort

            Le premier album publié par Paul Faucher chez Flammarion, inaugurant ainsi la collection du Père Castor » en 1931, propose aux enfants une rencontre avec les différents peuples de la planète. Je fais mes masques est en effet un album aux couleurs éclatantes qui passe en revue les masques de différents continents et de différents pays. Cette vision humaniste est en soi déjà une innovation importante à la littérature de jeunesse.

Ill.2 : Couverture de Je fais mes masques (1931)
Ill.2 : Couverture de Je fais mes masques (1931)

            Dans la préface faite pour la réédition de Je fais des masques par Les Amis du Père Castor, Michel Defourny insiste sur le message de cet album qui propose aux jeunes lecteurs français de « se fondre dans la peau d’un Noir, d’être fier d’apparaître sous les traits d’un jeune Hindou au turban ou de sourire comme une petite paysanne russe. C’est que les enfants de la Terre se ressemblent par-delà leurs différences. Sans doute est-ce le message de la couverture de Je fais mes masques dont le graphisme s’apparente à celui de l’affiche ou du manifeste » (Defourny, 2007). Le message est novateur en 1931, il le sera encore en 1948 lorsque sortira la collection « Enfants de la terre ». Les albums français de l’époque, des années 1930 jusqu’aux années 1960, regardent avec condescendance les populations colonisées.

            Dans Martine en voyage (1954), la jeune héroïne décide de quitter la maison familiale. Elle emmène dans sa fugue une grande poupée noire qui parle, qui danse et qui marche sans tomber. Cacao, c’est son nom, est le faire-valoir de Martine. On la voit à trois reprises pleurer alors que Martine affirme son assurance. La page 6 est assez significative d’une image condescendante très proche de Margaret Mitchell et d’Autant en emporte le vent :

« Pour voyager Martine a mis sa plus jolie robe. On voit danser son ombrelle au-dessus de son chapeau de paille garni de cerises. Cacao porte la valise. Elle est ravissante avec son foulard qu’elle a noué sur la tête. » (Marlier, Delahaye, 1954 : 6)

Ill. 3 : Martine en voyage (1954), p.6-7.
Ill. 3 : Martine en voyage (1954), p.6-7.

            De la même façon, dans un ouvrage un plus engagé publié aux Editions des enfants de France[1], deux enfants Catherine et François font le tour du monde en avion. Grandes Vacances les emmènent en Afrique, au Maghreb d’abord, où ils sont attaqués par des « indigènes » ; en Afrique noire ensuite où Catherine est fait prisonnière par des « sauvages » qui veulent la manger. Catherine sera sauvée par François déguisé en lion et un petit Noir du nom de Boubou déguisé… en singe (Grandes Vacances, 1953 : 10-11)

Ill.4 : Grandes Vacances (1953), p.10-11.
Ill.4 : Grandes Vacances (1953), p.10-11.

            Nous connaissons comment, grâce à sa rencontre avec Madeleine Guéritte et Roger Cousinet en 1923, alors qu’il est chargé par Flammarion de créer une librairie au Havre, Paul Faucher adhère aux idées de la Nouvelle Education (Piquard, 2011). Le mouvement français naît en 1921 à Calais autour de Roger Cousinet, de Célestin Freinet, de John Dewey, de Jean Piaget, de Maria Montessori et d’Henri Wallon, le projet du mouvement y est clairement défini : changer la société en transformant l’école, former des citoyens capables de solidarité, d’initiative et de responsabilité. Ce mouvement est la traduction dans l’école des avancées de la psychologie de l’enfant, du développement d’une science de l’éducation qui mettait en évidence le poids des contextes, la diversité des situations et la singularité des élèves.

            En 1924, Paul Faucher quitte Le Havre et part à Paris ouvrir une nouvelle librairie Flammarion au 140 du faubourg Saint-Honoré. Guidé par sa « haine des vieux poncifs pédagogiques », il adhère à l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève créé par Adolphe Ferrière et Jean Piaget. Du 3 au 15 août 1927, il assiste à Locarno au Congrès de la Ligue Internationale de l’Education Nouvelle. Il y fait la rencontre de Frantisek Bakule. La même année, il fonde à Genève la Section Française du Bureau d’Education Nouvelle et lance la collection « Education » chez Flammarion.

            En 1932, le Ministère français de l’Instruction Publique charge Paul Faucher d’étudier les nouvelles méthodes pédagogiques qui ont vu le jour en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, en Pologne et en Tchécoslovaquie. Paul Faucher retrouve une nouvelle fois Frantisek Bakule et découvre son Institut situé sur les hauteurs de Prague. L’expérience séduit Paul Faucher qui apprécie la personnalisation de l’éducation à travers la mise en place d’une série d’ateliers permettant aux enfants d’apprendre toutes sortes de métiers ; la coéducation entre les aînés et les plus jeunes ; la liberté pour les enfants d’entrer dans les apprentissages scolaires quand ils en ressentent le besoin ; le rôle de l’instituteur qui apprend à apprendre, qui favorise la recherche. C’est en embrassant toutes ces innovations que veut répondre la collection que Paul Faucher a initié l’année précédente avec Je fais les masques : une approche ludique, active et humaniste.

            En 1958, dans un discours prononcé au Vème Congrès de l’Union internationale pour la littérature de jeunesse réunie à Florence, Paul Faucher expliquait que les albums pouvaient être « considérés comme un essai d’adaptation aux besoins fondamentaux des jeunes enfants ». Il y dressait ensuite le bilan de près de dix ans de recherches menées au sein de l’Atelier du Père Castor, centre de recherche biblio-pédagogique, créé en 1946 autour « d’une petite équipe d’éducateurs, d’artistes, d’écrivains » qui avait déjà participé grandement aux albums du Père Castor d’avant-guerre. Cet Atelier s’appuie sur la création, l’année suivante, d’une école nouvelle, une « école sereine » : l’Ecole du Père Castor, établie boulevard Saint-Michel. Jusqu’en 1961, tous les albums qui sortiront de l’Atelier seront testés auprès des élèves de l’Ecole : « Les textes sont éprouvés, en cours d’élaboration. Ils sont lus aux enfants, non pour obtenir leur avis – ce qui fausserait tout – mais pour observer leurs réactions » (Faucher, 1958). L’école est placée sous la conduite d’une directrice, Germaine Girard, et d’une psychologue, Colette Burgé.

            C’est dans ce contexte là qu’est créée la collection « Les Enfants de la Terre », collection destinée à des enfants de 7 à 12 ans. Outre le fait qu’elle tienne à « favoriser la rencontre et la reconnaissance de l’autre en sa différence » (Piquard, 2011), la collection répond en tous points aux données de la recherche sur l’album issues de l’Atelier. Je reprends ces points tels qu’ils sont abordés dans le discours de 1958 :

– « Autant que d’air, de nourriture, de sécurité matérielle, [l’enfant] a besoin de sécurité affective. Le livre peut-il contribuer à cette sécurité ? Grandement, par le texte comme par l’image, qui doivent l’éclairer, le rassurer sur tout ce qui l’entoure, en dissipant le trouble qui lui causent les faits et les comportements dont il est témoin et qu’il comprend mal ; en remplaçant ses fausses intuitions par des explications vraies. »

– « L’enfant a besoin de penser par lui-même, d’exprimer librement ses goûts, ses idées, ses jugements. […] C’est lui rendre un grand service que de lui montrer ce que peuvent réellement accomplir des enfants de son âge. Il est bon de lui présenter des enfants de caractères, de milieux, de pays différents, afin d’élargir son horizon, mais aussi et surtout, pour qu’il se compare, se situe et se jauge. »

            La collection « Les Enfants de la Terre » compte vingt titres dont la production s’est étalée de 1948 à 1983[2]. Les albums reprennent à quelques détails prêts ce qui a fait la réussite de la collection « Le Roman des bêtes » : un volume cartonné de moyenne taille (21 x 27[3] cm), 32 pages, un format à l’italienne. Paul Faucher prend la direction des six premiers à un rythme très irrégulier. Il faut attendre trois ans avant la sortie du deuxième volume. Les deux suivants sortent à un et deux ans d’intervalle. Sept ans s’écoulent entre le quatrième et le cinquième. Le sixième, publié en 1962, suit le cinquième d’un an. Paul Faucher meurt en 1967. C’est son fils, François Faucher, qui prend sa succession au sein de Flammarion à la tête de la collection du Père Castor. En 1969, soit sept ans après le dernier volume, François Faucher reprend la publication de la collection « Les Enfants de la Terre » au rythme quasi régulier d’un album tous les un ou deux ans.

tab1

            Lorsque l’on se penche sur la liste des différents auteurs qui ont contribué à l’aventure des « Enfants de la Terre », on serait tenté de distinguer trois grandes périodes dans le projet. Comme l’a très bien montré un article de Daniel Jacobi en 2003, le premier numéro de la collection, Apoutsiak le petit flocon de neige, lance le concept : il s’agit de confier à un scientifique, ici de renom puisqu’il s’agit de l’ethnologue Paul-Emile Victor, la charge d’écrire pour des enfants. Trois ans plus tard, Paul Faucher confie la tâche à un chercheur en ethnologie, Jean-Michel Guilcher, qui collabore aux éditions du Père Castor depuis 1942, de rédiger le texte des trois albums suivants. En 1955, Jean-Michel Guilcher quitte le Père Castor pour prendre une poste de maître de recherches au CNRS. Ainsi se termine la première phase de rédaction des « Enfants de la Terre », la phase des « scientifiques ».

Ill.5 : Couverture de Mangazou, le Pygmée (1951)
Ill.5 : Couverture de Mangazou, le Pygmée (1951)

          Après le départ de Guilcher, Paul François se met seul à l’écriture ou se fait accompagner par Charles de la Roncière pour Grégoire enfant du Moyen-Âge, historien médiéviste ou Annie Butel pour Féfé des Antilles qui a vécu plusieurs années en Martinique. Cette deuxième phase dans laquelle s’implique plus avant Paul Faucher se termine avec son décès en 1967. Elle concilie le spécialiste de la littérature pour enfants avec le spécialiste du sujet traité. Il s’agit d’une phase d’écriture collaborative. François Faucher, qui prend la suite de son père, inaugure une nouvelle phase dans l’écriture des textes de la collection.

           Après un premier volume en 1969 confié à Bénédicte de la Roncière, illustratrice maison depuis l’après-guerre, qui semble faire le lien avec l’esprit « Paul-Faucher » pour l’écriture d’Assoua le petit Sénégalais de Casamance dont l’écriture avait débutée avec Paul Faucher avant sa mort, les autres volumes de la collection ont tous recours à des écrivains d’abord qui se trouvent être, à quelques exceptions près, impliqués de près par le sujet traité. Myriam Houri-Pasotti est une auteure pour enfants de nationalité tunisienne ; elle prend la charge de l’écriture d’Habib le petit Tunisien en 1971. Annikki Willig, auteure pour enfants d’origine finlandaise assure la rédaction du texte de Sinikka de Finlande en 1974. Pascal Marchetti, auteur de Santu de Corse en 1976, est l’auteur de divers ouvrages historiques et linguistiques sur la Corse et le corse. On lui doit la rédaction de L’Usu corsu, dictionnaire italien/corse/français et une méthode d’apprentissage de la langue corse, U corsu senza straziu. Enfin Cécile Gagnon qui rédige le texte de Johane du Québec en 1983 est une pionnière de la littérature de jeunesse de langue française au Québec. D’autres auteurs comme Andrée-Paule Fournier, Christine Ljubanovic, Monique Davot, Françoise Bagot ou Colette Burgé sont des auteures maison sélectionnées par leur intérêt pour tel ou tel sujet.

          On le voit, le souci qui semble avoir traversé l’écriture des textes de la collection est celui de vouloir concilier le caractère scientifique ou documentaire validé par une autorité, le caractère littéraire et l’accessibilité à une tranche d’âge assez large (7-12 ans). Pour terminer cette première présentation de la collection, il nous reste à jeter un œil du côté des illustrateurs.

tab2

            Trois observations évidentes ressortent d’une première analyse de cette liste d’illustrateurs ayant collaboré à l’aventure « Enfants de la terre ». D’une part, nous notons une nouvelle fois le caractère singulier d’Apoutsiak et sur lequel nous ne nous étendrons pas, renvoyant le lecteur au travail de Daniel Jacobi (Jacobi, 2003). D’autre part, nous retiendrons l’existence de deux périodes : celle de Paul Faucher et celle de son fils, François Faucher. Enfin, nous soulignerons l’apparition, à partir de 1981, de François Davot, illustrateur et maquettiste chez Flammarion, très marqué par la bande dessinée et qui apporte cette touche nouvelle et ultime à la collection.

            De 1951 à 1962, Paul Faucher puise dans les illustrateurs de la « Maison » Père Castor arrivés après guerre et qui collaborent à l’Atelier du Père Castor. André Pec, par exemple, a rejoint l’équipe de Paul Faucher en 1944 en illustrant La Chèvre de Monsieur Seguin ; Gerda Müller, fidèle parmi les fidèles, qui compte déjà xx participations auprès de Paul Faucher. Lucile Boutel et Bénédicte de la Roncière sont deux nouvelles recrues au Père Castor.  Avec François Faucher, ce sont de nouveaux illustrateurs qui sont sollicités qui n’ont jamais travaillé avec le père. Parmi eux, certains reviennent assez fréquemment. May Angeli, qui débute sa carrière d’illustratrice en 1961 aux éditions de La Farandole, réalise quatre albums de la collection ; François Davot dont nous avons déjà parlé, en réalise trois ; Christine Ljubanovic, graphiste d’origine autrichienne, en réalise deux. On notera la participation de Roger Turc, fraichement recruté au Père Castor pour Petit Renard des sables, dans la collection « Le Roman des bêtes » ; et Christian Broutin, affichiste de renom[4], graphiste tout comme Roger Turc.

Ill. 6. Planche des couvertures de la collection « Les Enfants de la Terre »
Ill. 6. Planche des couvertures de la collection « Les Enfants de la Terre »

            On connaît l’importance que Paul Faucher accordait à l’image dans ces productions, participant de la mission pédagogique, jamais inféodée au texte mais dépendante et porteuse d’une signification intrinsèque. Les images, dont nous verrons plus loin le message, permettent selon Paul Faucher de « comparer simultanément des objets, les faits qu’elle représente, ce qui est un moyen majeur et irremplaçable d’assimilation active des connaissances à tous les degrés » (Faucher, 1958).

            Très vite la série fait des émules, au moins un du côté de la maison d’édition Nathan. En effet, en 1953 la photographe Dominique Darbois créé aux éditions Fernand Nathan la collection « Enfants du monde » et profite de la coalescence de cinq éléments : d’une part, la nécessité, dans un contexte de paix recouvrée après un conflit mondial de six années, « d’encourager la bonne entente avec ceux qui vivent en dehors de nos frontières » (Perrin, 2009) ; ensuite l’importance des avancées scientifique dans les domaines de l’ethnologie et de l’anthropologie (Lemarchant, 2015) ; le développement de l’édition pour la jeunesse ; l’essor du livre documentaire dans les années 1950-1960 ; et enfin le succès des trois premiers albums de la collection « Les Enfants de la Terre » (Apoutsiak, Amo et Mangazou).

Ill.7 : Couverture de Parana, le petit indien (1953)
Ill.7 : Couverture de Parana, le petit indien (1953)

            Dès son premier volume, la collection veut se démarquer de Flammarion. Le format, d’abord, est à la française avec une taille assez proche des albums du Roman des bêtes (27 x 22,5 cm). Les ouvrages contiennent 50 pages dans lesquelles les illustrations sont des photographies noir et blanc dont la mise en page assure l’originalité et le succès de la collection. En revanche, dès le premier numéro consacré à un petit indien d’Amazonie de quatre ans, Parana, le texte est confié, comme dans « Les Enfants de la Terre » à un scientifique de renom. Il s’agit ici de Francis Mazière, un ethnologue français spécialiste de l’Amazonie. Entre 1951 et 1952, Dominique Darbois a accompagné Francis Mazière dans l’expédition « Guyane Tumuc-Humac » qui aboutira à un livre publié aux éditions Robert Laffont la même année que Parana, le petit indien.

Ill. 8 : Planche des couvertures de la collection « Enfants du monde », Nathan (1953-1975)
Ill. 8 : Planche des couvertures de la collection « Enfants du monde », Nathan (1953-1975)

            La collection de chez Nathan semble s’adresser à une tranche d’âge plus jeune que celle des Enfants de la terre : 5-7 ans. Chaque volume raconte la journée d’un enfant de son réveil le matin jusqu’à son endormissement le soir. Il apparaît donc clairement que la collection « Les Enfants de la Terre » ait sa part dans cette volonté d’ouvrir les enfants de France, d’abord, à la diversité du monde. C’est cette approche didactique, qui selon les principes de l’Éducation Nouvelle, doivent empêcher les guerres. À l’opposé de la littérature pour enfants au discours colonialiste, la collection des « Enfants de la Terre » au Père Castor ou celle des « Enfants du monde » chez Nathan apportent un discours postcolonial, une réponse socio-spatiale dans laquelle les enfants sont placés en face le quotidien, le milieu, l’environnement social d’enfants de leur âge vivant dans des ailleurs plus ou moins lointains.


Bibliographie :

M. DEFOURNY, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, Paris : Archimède, 2013, p. 42-43.

C. DELBARD, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenae [En ligne], 6, 2013, mis en ligne le 27 mai 2014. URL : http://strenae.revues.org/1312.

P. FAUCHER, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, n°5, 1958.

M. FENOLI, « Père Castor les livres de l’autre », Médianes, n°16, mars 2000.

D. JACOBI, « Apoutsiak, le petit flocon de neige. Anatomie d’un chef-d’œuvre », La Revue des livres pour enfants, n°210, avril 2003, p. 57-69.

F. LEMARCHANT, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenae [En ligne], 8, 2015, mis en ligne le 1er mars 2015. URL : http://strenae.revues.org/1836.

M. PIQUARD, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782

M. SORIANO, « Sur la piste du Père Castor », Enfance, n°3, vol. 20, 1967, p. 233-240. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1967_num_20_3_2426

P.E. VICTOR, Boréal : la joie dans la nuit, Paris : Grasset, 1938


[1] Je n’ai pas réussi à trouver des informations sur cette maison d’édition, ni sur les auteurs et illustrateurs.

[2] Dans ces recherches aux archives du Père Castor, Michèle Piquard fait mention de 27 autres projets non aboutis : Aïcha la petite Kabyle, Motsouline le petit Golde, Frédéric le petit Provençal, Hotchanta la petite Basque, John le petit Anglais, le petit Vietnamien, le petit Terreneuva, Le petit Carphonier, Any, le petit Egyptien, Gradi, le petit berger hébreu, Irène, enfant de Paris, Jean-Pierre le baleinier, Celtil,le petit Celte, José le petit Brésilien du Nordeste, Josué en Avignon, Le pêcheur normand, Le petit Alsacien, Le petit Auvergnat, Le petit Marocain, Le petit Réunionnais, Le petit Savoyard, Pingping la Pékinoise, Samreth le petit Cambodgien, Terii le petit Maori, Ti Jacot moussaillon de Portel,  Yvon enfant breton, Vercatou le petit Celte de Gaule.

[3] Les albums de la collection « Le Roman des bâtes » font 21 x 23 cm.

[4] On doit à Christian Broutin l’affiche du Jour le plus long (1962) et de Jules et Jim (1962) entre autres.

Les imageries de Warja Lavater : une mise en espace des contes…

Pour moi, c’est le visible qui induit la pensée. Et la pensée fait son histoire avec ce que l’œil lui a signalé. Mon vœu est toujours que l’image devienne une écriture et que l’écriture devienne image.

Fig.1 : Le Petit Chaperon Rouge (1965), pp.5-6

            La philosophe et spécialiste de l’art Christine Buci-Glucksmann s’était penché il y a plusieurs années sur la cartographie dans et de l’art[1]. Du tableau de Bruegel l’ancien, La Chute d’Icare (1553) aux « espaces paysagers » de Marcel Duchamp, elle évoquait l’existence dans l’art d’un œil-monde ou icarien qui parcourrait le monde dans un envol infini s’éloignant et se rapprochant des objets. En commentant le tableau cité plus haut de Bruegel, elle disait :

Dans la tradition de Patinir et de son « paysage du monde » avec ses grands espaces de montagnes, fleuves et plaines vus d’en haut et ses personnages minuscules toujours perdus dans l’univers, Bruegel pratique ici une véritable géographie du regard qui envahit le tableau et échappe à la structure cadrée du paysage dans la fenêtre propre à la tradition flamande de Rogier Van der Weyden et Van Eyck, ou à l’art italien de la « veduta » intérieure. Le regard se déploie dans une même unité visuelle au point que l’œil plonge sur les spectacles de la terre, puis remonte vers cet horizon surélevé qu’affectionne l’art maniériste de cette époque […].[2]

            Les imageries de Warja Lavater, que je me propose de passer à la moulinette de l’analyse géographique, participent de cet œil icarien. Les leporello de 4 mètres de long réalisés par Lavater « échappent à la structure cadrée du paysage », elles se déploient « dans une même unité visuelle », proposent des instantanés plongeant sur « les spectacles de la terre » et des parcours vus d’un « horizon surélevé ». À cet œil icarien, l’artiste adapte une écriture visuelle qui se rapproche de l’écriture cartographique, par l’emploi du plan, de codes visuels, de pictogrammes. Si le travail de Warja Lavater, mené dans les années 1960-1970, ne traduit pas de à proprement parlé de spatialité il questionne sur la représentation de l’espace.

1. À la conquête du signe

            Warja Lavater est née en 1913 à Winterthur en Suisse dans une famille assez aisée. Son père, Emil Lavater, était ingénieur et sa mère, Mary Lavater-Sloman, biographe de plusieurs personnages importants d’Europe[3]. Les premières années de sa vie, la petite Warja, enfant unique du couple, les passe à l’étranger : à Moscou d’abord de 1914 à 1919, puis à Athènes de 1919 à 1922. La famille Lavater est de retour alors à Winterthur où Warja termine toute sa scolarité.

            À ses 18 ans, elle part étudier les arts graphiques pendant quatre années, à la Fachklasse für Grafik an der Kunstgewerbeschule Grafik de Zürich. C’est là qu’elle va suivre, à partir de 1932, les cours d’Ernst Keller (1891-1968) qui avait rejoint l’école depuis 1918. Célèbre affichiste, son enseignement développe l’art de la publicité, du lettrage et de la typographie.

Ce que nous apprenions, c’était le design et pour cela nous commencions par la chose la plus importante, dessiner. Où placer un signe dans un rectangle ? Quelle est la solution modèle pour cet exercice ? L’élément le plus frappant devait-il être le signe ou le dessin ? Comment les deux pouvaient-ils être repérés à distance, voire intégrés dans une composition ?[4]

            À partir de 1935, elle part étudier à Stockholm, Bâle et Paris. Elle fonde son propre studio d’art appliqué à Zürich en 1937 avec Gottfried Honegger[5], un jeune artiste, qu’elle épouse en 1940. Le couple se lance alors dans une carrière de dessinateurs de symboles, de logotypes et de marques[6]. Parallèlement, il donne naissance à deux filles : Bettina en 1943 et Cornelia en 1944.

            De 1944 à 1958, Warja Lavater travaille pour le magazine Jeunesse. Elle dessine les couvertures, compose les illustrations et est responsable de la typographie. De son côté, depuis 1948, Gottfried Honegger donne des cours d’Arts Graphiques à la Kunstgewerbeschule Grafik. De 1955 à 1958, il travaille également pour la firme chimique suisse Geigy dont il met en place la communication visuelle de la marque, rendue justement célèbre par ses affiches design.

Fig.2 : Affiche pour Geigy réalisée en 1958

            De 1958 à 1960, la famille Honegger-Lavater quitte Zürich pour New-York. Pendant que Gottfried monte ses premières expositions en tant qu’artiste-peintre, Warja travaille pour la revue scientifique Visuals pour laquelle elle s’occupe des illustrations. C’est pendant cette période newyorkaise que Warja Lavater va se fasciner pour les rues, les enseignes lumineuses, la signalisation, la « multiplication des signes à la portée de chacun[7] ». C’est ce qui va la décider à utiliser des pictogrammes comme éléments linguistiques dans ses illustrations futures. Pour elle, « il serait possible de faire évoluer la pensée à partir de la création de signes représentant aussi bien une idée, une action qu’une perception[8] ».

            En 1960, un premier ouvrage sert de galop d’essai à Warja Lavater. Il s’agit d’un leporello de 22 planches en aquarelle sur papier de Chine au format de 9 cm sur 1,93 m déplié, consacré à l’histoire du héros helvétique, Guillaume Tell[9].  La légende, fournie en début d’ouvrage, est composée de 14 éléments : 7 pour les personnages, 3 pour des objets et 4 pour le décor. Le héros et son fils sont représentés par des points bleus ; les « opposants » (soldats, gouverneur, forteresse, bateau) par des formes anguleuses sombres (rectangles et triangles) ; les « adjuvants » (citoyens, forêt) par des points bruns ou verts.

Fig.3 : La légende de Guillaume Tell (1962)

            En 1961, la famille Honegger-Lavater s’installe à Paris. Warja parvient à faire publier l’année suivante son Guillaume Tell ainsi que quatre autres Folded Stories chez l’éditeur de Bâle, Basilius Presse. La même année Guillaume Tell est également publié aux États-Unis par le New York Museum of Modern Art (MoMA)[10].  Le dernier des Folded Stories paru cette année-là a attiré mon attention par son titre et son sujet. La Promenade en ville « se déroule comme un film, où chaque élément est représenté par un signe »[11]. Le chemin est balisé par des feux rouges et des feux verts qui jalonnent la promenade du lecteur à travers les rues de New York. Cet album est extrêmement rare et son thème extrêmement intéressant pour une géographie des perceptions spatiales. Malheureusement, je n’ai pas eu encore accès à son contenu intégral[12].

            C’est en 1965 que Warja Lavater s’attaque aux contes traditionnels pour enfants et débute sa série constituée de cinq albums tous publiés chez l’éditeur parisien Adrien Maeght. Ces albums, que Warja Lavater appelle des imageries[13], s’emparent de récits de la tradition orale transcrits d’abord par Charles Perrault en 1697 puis Jacob et Wilhelm Grimm en 1812 (Le Petit Chaperon Rouge, Cendrillon, La Belle au Bois Dormant) ; ou bien par Charles Perrault seul (Le Petit Poucet) ou encore par les frères Grimm seuls (Blanche Neige). On pourrait d’ailleurs ajouter à cette série les numéros 14 et 15 des Folded Stories, Lucky Jack (Jean le Veinard) adapté du conte des frères Grimm en 1965 et The Ugly Duckling (Le vilain petit canard) adapté du conte de Hans Christian Andersen (1842) en 1967. À travers ses imageries, son intention n’est pas d’apparaître comme une simple illustratrice mais bel et bien comme une auteure complète. Il ne s’agit pas pour elle d’accompagner le texte de Perrault, Grimm ou Andersen mais de proposer une réécriture au moyen de « codes visuels[14] ». Ainsi, selon elle, « l’écriture en pictogrammes peut être interprétée par le spectateur selon son propre point de vue[15] ». Ce dernier devient un conteur lui-même et ainsi continue la tradition de ces contes oraux[16]

            En 1995, ces imageries font l’objet d’une production multimédia de l’IRCAM[17]. 6 films d’animation[18] en images de synthèse, sont mis en musique par Pierre Charvet et portés sur CD-Rom par Mc Guff Ligne. Le compositeur invente un code musical qui assure le pendant du code visuel créé par Lavater.

2. Warja Lavater et la « sémantique structurale » des contes

            La démarche adoptée par Warja Lavater implique une mise à nu de la structure des contes avant d’en construire la mise à plat. Elle est, en ce sens, très contemporaine des études structuralistes et sémiologiques menées d’abord par Vladimir Propp[19] dans les années 1920 puis par Algirdas Julien Greimas[20] dans les années 1960 ou de Paul Larivaille[21] au début des années 1970. Pour ces trois chercheurs, le récit fonctionne comme une langue. Il existe une « structure sémantique profonde » pour chaque récit reposant sur trois couples d’actants : sujet/objet ; destinateur/destinataire ; adjuvant/opposant.

            Un personnage, le héros (le sujet), poursuit la quête d’un objet matériel ou immatériel. Cette quête est commanditée par un destinateur (personnage ou sentiment) au bénéfice d’un destinataire (le héros lui-même, un autre personnage, un sentiment ou une valeur morale). Des personnages, des événements, des objets, des sentiments vont l’aider dans cette quête (adjuvants) ou lui faire obstacle (opposants). Ce schéma, dans lequel un acteur peut revêtir plusieurs rôles actantiels, développe trois axes de lecture du conte : l’axe du désir (celui de la quête du héros), l’axe de la communication (celui de sa motivation), l’axe du pouvoir (celui des opposants et des adjuvants). On retrouve une approche similaire du conte chez Lavater à travers la construction du code visuel ou en pictogrammes.

            En 1974, Paul Larivaille propose une relecture du schéma narratif étudié par Propp dans les contes russes. Le schéma narratif – ou quinaire pour Larivaille – des contes est composé de cinq étapes :

1. Situation initiale : le décor est planté, le lieu et les personnages introduits et décrits.

2. Complication : perturbation de la situation initiale

3. Action : moyens utilisés par les personnages pour résoudre la perturbation (les péripéties)

4. Résolution : conséquence de l’action

5. Situation finale : résultante de la résolution, équilibre final

            Là encore, comme conteuse visuelle, Warja Lavater va matérialiser cette construction narrative en la « couchant » sur l’axe longitudinal de la bande de papier qu’elle utilise pour raconter. Cette bande de 4,74 m en moyenne constitue l’axe temporel de l’histoire qui se déploie comme une suite d’images séquentielles cinématographiques : chaque « planche » résultant du pliage de la bande constitue un plan dans la narration.

            Mais là où le travail de Lavater intéresse le géographe c’est que l’axe temporel du récit mis à plat sur la bande de papier est également un axe spatial sur lequel des lieux visuellement codés sont placés et dans lesquels des personnages, visuellement codés également, se déplacent. Les imageries sont ainsi à la fois des récits mis en espace et des récits d’espace.

Le code visuel

            Dans un article rédigé en 1993[22], Warja Lavater parlait de son écriture en « pictogrammes » qui réunissait formes et couleurs pour donner du sens. Dans les années 1965 et 1986, elle parlait encore de « langage » et/ou de « code visuel ». Ce code est donné dans la légende par laquelle débute chaque imagerie. Si les premières imageries possèdent des légendes très simplifiées, à partir de 1974 et de notamment Blanche-Neige, l’auteure semble vouloir complexifier ses codes visuels en intégrant, pour les personnages sujets et opposants, des éléments physiques, des modulations, qui traduisent la psychologie du personnage. Si, déjà en 1965, le Petit Chaperon Rouge est un simple point rouge ; le Petit Poucet, quant à lui, est un petit point bleu entouré d’un halo vert fluorescent. La couleur bleue nuit est utilisée par Lavater pour représenter le personnage/sujet masculin principal (Guillaume Tell, Petit Poucet mais également le Prince Charmant de Blanche-Neige). Le halo fluorescent permet de mettre l’accent sur la spécificité du personnage : petit par la taille mais d’une intelligence supérieure à ses frères :

Il était fort petit, et quand il vint au monde, il n’était guère plus gros que le pouce, ce qui fit que l’on l’appela le petit Poucet. Ce pauvre enfant était le souffre-douleur de la maison, et on lui donnait toujours le tort. Cependant il était le plus fin, et le plus avisé de tous ses frères, et s’il parlait peu, il écoutait beaucoup.[23]

Fig.4 : Légendes des cinq imageries étudiées

            Blanche-Neige est un point noir, blanc et rouge correspondant aux composantes physiques apportées par le conte :

Un jour, c’était au beau milieu de l’hiver et les flocons de neige tombaient du ciel comme du duvet, une reine était assise auprès d’une fenêtre encadrée d’ébène noir, et cousait. Et tandis qu’elle cousait ainsi et regardait neiger, elle se piqua le doigt avec son aiguille et trois gouttes de sang tombèrent dans la neige. Et le rouge était si joli à voir sur la neige blanche qu’elle se dit : « Oh, puissé-je avoir une enfant aussi blanche que la neige, aussi rouge que le sang et aussi noire que le bois de ce cadre ! » Peu après, elle eut une petite fille qui était aussi blanche que la neige, aussi rouge que le sang et aussi noire de cheveux que l’ébène, et que pour cette raison on appela Blanche-Neige.[24]

            Cendrillon est un point gris cerclé de bleu clair et de noir avec deux perles bleues très claires à l’intérieur. Lavater dit s’inspirer de la version de Charles Perrault mais c’est chez les frères Grimm que l’on peut interpréter cette représentation qui enrichit la personnalité de Cendrillon : une jeune fille noircie par la cendre dans laquelle on l’a reléguée mais qui vit dans le souvenir de sa mère défunte qu’elle continue à pleurer :

[Cendrillon] alla sur la tombe de sa mère et y planta la branche [de noisetier], et pleura si fort que ses larmes tombèrent dessus et l’arrosèrent. Or le rameau grandit et devint un bel arbre. Et trois fois par jour Cendrillon allait pleurer et prier sous son arbre […].[25]

            Quant à la Belle au Bois-Dormant, il s’agit d’un point rose (sa représentation codée quand elle vient de naître) entouré d’un cercle vert épais et d’un cercle rose fin. Le cercle vert est la protection apportée par la septième fée qui passe juste après la méchante et qui tente d’adoucir le sortilège de son aînée :

Le rang de la vieille Fée étant venu, elle dit, en branlant la tête encore plus de dépit que de vieillesse, que la Princesse se percerait la main d’un fuseau, et qu’elle en mourrait. Ce terrible don fit frémir toute la compagnie, et il n’y eut personne qui ne pleurât.

Dans ce moment la jeune Fée sortit de derrière la tapisserie, et dit tout haut ces paroles : Rassurez-vous, Roi et Reine, votre fille n’en mourra pas; il est vrai que je n’ai pas assez de puissance pour défaire entièrement ce que mon ancienne a fait. La Princesse se percera la main d’un fuseau ; mais au lieu d’en mourir elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels le fils d’un Roi viendra la réveiller.[26]

            Le point commun à tous ces personnages/sujets est qu’ils sont représentés par des points et que leur couleur chaude ou froide diffère selon leur sexe. Les personnages/opposants, et plus particulièrement les « méchants » sont représentés par un point noir entouré d’un anneau de couleur suivant leur déguisement. La méchante reine de Blanche-Neige est d’abord entourée d’un cercle jaune comme le cadre du miroir puis d’un cercle vert. Peut-être faut-il y voir la marque de la motivation de sa haine envers Blanche-Neige, marque qui sert également à « déguiser » leur méchanceté :

Et un jour que celle-ci demandait au miroir :

Petit miroir, petit miroir chéri,

Quelle est la plus belle de tout le pays ?

Il répondit :

Madame la Reine, vous êtes la plus belle ici,

Mais Blanche-Neige est mille fois plus jolie.

Alors la reine prit peur et devint jaune et verte de jalousie.[27]

            Dans les cinq albums, ce que j’appellerais les « décors » sont assez sommaires et peuvent être divisés en lieux et en aires. Quelles différences faire entre les deux ? Je m’appuierai ici sur la distinction qui est faite par Yi-Fu Tuan dans Space and Place et la tentative de définition apportée par Michel Lussault dans L’Homme spatial. En 1977, Tuan abordait la nécessité de définir deux termes très liés l’un à l’autre mais, faute de pouvoir donner une définition pour chaque, il commençait son étude par ce qui pouvait les caractériser individuellement :

The ideas « space » and « place » require each other for definition. From the security and stability of place we are aware of the openness, freedom and threat of space, and vice versa. Furthermore, if we think of space as that which allows movement, then place is pause; each pause in movement makes it possible for location to be transformed into place.

Les idées d’espace et de lieu requièrent chacune une définition. Si la sécurité et la stabilité sont attachées au lieu,  nous accordons à l’espace l’ouverture, la liberté et la crainte. En outre, si nous pensons l’espace comme ce qui permet le mouvement, alors le lieu est la pause ; chaque pause dans le mouvement rend possible de transformer la localisation en lieu.[28]

            Le lieu est donc un repère ponctuel dans un espace. « Il s’agit de la plus petite unité spatiale complexe » pour Michel Lussault :

Plus petite parce qu’elle constitue l’espace de base de la vie sociale ; complexe parce que la complexité de la société s’y retrouve et parce qu’elle résulte déjà d’une combinatoire de principes spatiaux élémentaires.[29]

            L’espace, mot vide de la géographie, auquel Michel Lussault lui préfère l’appellation aire serait donc « plus grande que le lieu et divisible » :

L’aire renvoie à la continuité et à la contiguïté : c’est donc un espace de métrique topographique qui associe sans rupture des espaces contigus, soit des lieux, soit d’autres aires. […] L’aire forme un tout limité et cette limitation est constitutive de cette espèce d’espace […][30].

            Ainsi, les personnages de Lavater évoluent-ils dans quatre types d’aires : la forêt, la montagne, la maison (simple demeure ou château) et le terrain nu. Ce dernier constitue le substrat et le support à toute l’action. Il ne possède aucun figuré particulier car il n’a aucune fonction dans le récit. La montagne, la maison, la forêt peuvent être tour à tour des adjuvants ou des opposants. Certaines de ces aires, sous l’effet d’agrandissement que l’auteure exerce sur des parties du récit, deviennent des lieux. C’est le cas, par exemple, de la maison du Petit Chaperon Rouge, ou de celle des sept nains dans Blanche-Neige. La grande majorité des autres lieux se trouvent à l’intérieur de l’espace domestique. Il s’agit de meubles (lit, chaises, miroir[31]) ou de parties de la maison (marches) qui aident à la compréhension du récit au moment où l’auteure a décidé de faire un zoom.

Une approche temporelle du conte

            À part Le Petit Chaperon Rouge, dont le récit s’étale sur une bande de 334 cm découpée en dix-neuf images séquentielles, les quatre autres contes se déroulent sur une bande de 351 cm, en vingt tableaux. Le récit suit parfaitement le schéma quinaire à une exception près : Le Petit Poucet. La situation initiale occupe généralement le ou les deux premiers tableaux.

Fig.5 : Schémas quinaires de cinq imageries

            Dans l’imagerie du Petit Poucet, le premier tableau traduit à la fois la situation initiale et la complication (une famille et ses sept enfants à l’étroit dans une toute petite maison). Cependant, on pourrait considérer que la toute première planche sur laquelle se trouve la légende est déjà la situation initiale : nous sommes dans la forêt, les oiseaux chantent près du mur d’une maison. Le calme extérieur apparent sera vite rompu dès le tableau suivant ! La complication du récit se déroule sur un, deux ou quatre tableaux ; puis arrivent les péripéties (entre deux à quatre par imagerie).

Fig.6 : Le Petit Poucet (1965), pp.1-2

            Pour la narration de ces péripéties, Lavater joue à la fois sur les changements d’échelle mais également sur la temporalité : elle s’approche ou s’éloigne des « acteurs », ralentit ou accélère la narration. Par exemple, dans la Belle Au Bois Dormant, un tableau nous montre la tentative d’un premier prince (rose), un deuxième tableau la tentative d’un deuxième prince (rouge) et cinq tableaux la réussite du troisième prince (bleu). Pour ce dernier, un zoom est fait sur les quatre derniers tableaux, conduisant le lecteur de la forêt jusqu’au lit de la princesse où se déroulera le baiser salvateur.

Fig.7 : La Belle au Bois-Dormant (1982), pp.23-28
Fig.8 : La Belle au Bois-Dormant (1982), pp.29-36

            La résolution prend souvent le plus grand nombre de tableaux (entre 4 et 6). Elle débouche et se mêle aux deux tableaux accordés à la situation finale.

Un récit d’espace

            Dans les quatre premières imageries, le héros est appelé à se déplacer[32]. Au fur et à mesure de son déplacement l’espace se construit et se déroule sous les yeux du lecteur. Le principe du leporello rend alors possible matériellement les deux types de parcours que nous trouvons, à savoir : la translation (dans Blanche-Neige) et l’aller-retour (dans les trois autres albums). Les récits d’espace que Lavater transcrits en codes visuels ont, je l’ai déjà dit, tout à voir avec la mise en scène cinématographique. L’œil du lecteur suit le principal protagoniste de l’histoire tout au long de la bande et exerce, sur son parcours « icarien » des zooms plus ou moins forts sur certains lieux, certaines actions ou certains moments-clés du récit.

Fig.9 : Le Petit Chaperon Rouge (1965)

            Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, les parcours spatiogénétiques des quatre albums sont assez simples. Ils se composent de deux lieux (un lieu de départ et un lieu d’arrivée). Ces lieux, généralement ceux d’arrivée, se transforment régulièrement en aires par un jeu de grossissement. Le déplacement du lieu de départ vers le lieu d’arrivée traverse généralement deux espaces bien distincts : forêt/hors-forêt, forêt/montagne, forêt/clairière. On notera d’ailleurs ici l’omniprésence de l’espace sylvestre auquel j’ai déjà pu accorder une étude précédemment[33].

Fig.10 : Cendrillon (1976)

            La linéarité de ces récits d’espace suit de près la chronologie des péripéties du conte. Chaque grossissement sur des lieux correspond à un ralentissement temporel si bien qu’on pourrait davantage parler de récit spatio-chronologique. La représentation spatio-chronologique associée au récit, en proposant un regard sur l’action en train de se dérouler  toujours zénital mais qui tour à tour est lointain, rapproché, traverse les cloisons, est à rapprocher avec le « regard icarien » proposé par Christine Buci-Glucksmann dans l’Oeil cartographique de l’art (cf. introduction).

Fig.11 : Blanche-Neige (1974)

            Évidemment, le rapprochement entre les imageries et la cartographie serait assez aisé à faire. Lavater a conçu chacune de ces imageries comme une écriture visuelle qui localise et qui représente les relations entre des individus évoluant dans les espaces représentés et celles entre ces mêmes individus et ces mêmes espaces. C’est par définition ce qui est également l’objet d’une carte. Lavater créé un code visuel, dont les usuels sont donnés et définis dans une légende en début d’album, qu’elle module et qui prend sens dans la lecture globale de l’imagerie. C’est également le processus de construction et de lecture d’une carte.

Fig.12 : Le Petit Poucet (1965)

            L’objection principale qui pourrait être faite à mon propos est que la « carte géographique » renvoie à des formes spatiales connues ou facilement reconnues. Souvent, la légende est suffisamment explicite, par l’emploi de symboles, de couleurs ou nuances signifiantes, que la lecture de la légende peut paraître superflue. Certes, mais tel ne serait pas le cas de l’écriture chorématique proposée dans les années 1980 par Roger Brunet s’appuyant sur les travaux de géographes comme Robert Ferras ou Alain Badiou à la fin des années 1960-début des années 1970 qui cherchaient à construire des modèles graphiques spatiaux :

Un chorème est une structure élémentaire de l’espace, qui se représente par un modèle graphique.[34]

Un modèle est toujours une simplification de la réalité, ou plus exactement de la vision qu’on a de cette réalité. Cette simplification est faite dans un but opératoire : l’action, la prédiction ou l’explication.[35]

Fig.13 : L’organisation spatiale de la région PACA par Magalie Brunet.
Sur cette carte-modèle ou chorème, l’analyse spatiale passe l’utilisation d’un code visuel qui fait sens lorsque tout est « couché » sur le papier et où les différentes composantes sont mises en relation. Il s’agit d’une représentation de la structure spatiale d’un espace.

3. Les imageries, entre perception et performativité

Les imageries de Warja Lavater, des albums pour enfants ?

            Dans un article paru dans la revue Tangence en 2001, Sandra L. Beckett[36] répondait à cette question délicate. En effet, si l’on prend le cas du Petit Chaperon Rouge, publié par le MoMA, l’album était vendu exclusivement dans les musées.

À l’atelier des enfants du Centre Georges Pompidou, où on a présenté Le petit Chaperon Rouge en 1976, les enfants ont été fascinés par cet ouvrage insolite avec lequel ils pouvaient « jouer ». Depuis lors, les enseignants et les bibliothécaires ont confirmé que les imageries de Lavater séduisent les enfants de différents âges et de diverses cultures.[37]

            Sandra L. Beckett fait remarquer que Warja Lavater a toujours eu des positions très contradictoires à propos du public visé par ses imageries ce qui suggèrerait le « statut ambivalent de celles-ci ». En 1993, l’artiste reconnaissait que le « code en pictogrammes » de ses imageries était lisible « quels que soient l’époque, la nationalité et l’âge »[38].

            Cependant, si les imageries de Lavater sont clairement des livres d’art, quelques spécialistes de la littérature pour enfants éprouvent certaines difficultés à voir dans ce livre d’art un album pour enfants. En 1975, Marion Durand et Gérard Bertrand émettent quelques réserves sur l’accès au « code visuel » mis en place par Lavater à destination d’un jeune public :

En dépit des définitions rigoureuses que l’illustratrice place en préambule, ses images ne constituent pas la démonstration d’un code. En effet, la notion de code implique que le message véhiculé puisse être décrypté dans sa totalité par la seule mise en application des règles qu’il institue. Or ici, les articulations du récit visuel ont besoin, pour être correctement appréhendées, d’une aide extérieure. Celle-ci se présente sous la forme d’une série de souvenirs plus ou moins immédiats qui se rapportent tous à l’histoire qui a inspiré cette illustration.[39]

            Je pense qu’il y avait confusion ici entre code et langage. Ce n’est pas parce qu’on arrive à lire l’alphabet grec que l’on peut pour autant comprendre un texte en grec si l’on ne maîtrise pas un tant soit peu la langue grecque ! Cette critique formulée en 1975 à l’égard du Petit Chaperon Rouge de Lavater est à rapprocher des critiques émises à l’encontre des chorèmes  et que Roger Brunet  défend en ces termes :

Une carte s’exprime par ses formes, par les configurations qu’elle représente. Les signes de la légende ne sont jamais qu’un code en clair, portatif, arbitraire et changeant d’un auteur à l’autre – même si quelques règles strictes méritent d’être observées dans la rédaction de ce code. Ce code n’est pas un langage : le langage est dans les formes des distributions et des organisations spatiales.[40]

            Il est surprenant de constater que l’on pourrait assez facilement remplacer, dans ce texte, le mot carte par celui d’imagerie !

Réception

Ces ouvrages ont néanmoins été l’objet de nombreuses critiques. On lui reproche, en particulier, d’être incompréhensible (donc illisible) pour un lecteur qui ignore le conte. Et en effet, il serait extrêmement difficile de reconnaître la version littéraire de Grimm à partir de sa codification graphique. Toutefois, et c’est l’avis de nombreux pédagogues et bibliothécaires spécialistes en littérature de jeunesse, tous les enfants raffolent de ces livres parce qu’ils s’adaptent à l’âge, la culture, à l’imagination de chacun.[41]

            Le problème qui se pose évidemment dans ces imageries est celui de leur réception par un jeune public. À quelles tranches d’âge peut-on proposer de travailler sur ces albums si colorés, aux formes agréables qui semblent attirer même l’œil des enfants de maternelle ? Je pense qu’il faut distinguer deux éléments dans la lecture de ces imageries, même –et peut-être surtout-si nous avons montré précédemment combien ces deux éléments étaient liés : le récit d’espace et le conte.

Fig.14 : Le Petit Poucet (1965)

            Je me suis livré à une petite expérience en proposant à un garçon de 4 ans (Lenny) la lecture de l’imagerie du Petit Poucet. J’ai complètement déplié sous ses yeux le livre et attendu d’abord ces premières réactions. Effectivement, tout de suite l’ouvrage a attiré son attention et il s’est précipité dans la bibliothèque de sa chambre pour me rapporter un autre ouvrage, un leporello, en me disant : « C’est pareil que ce livre-là ! ». Je lui ai alors demandé de me dire ce que le livre que je lui proposais pouvait bien raconter, ce qu’il y voyait. Si les deux ronds bruns du début de l’histoire, qu’il a associés à deux kiwis, lui ont posé problème, il a très vite su trouver le personnage principal qui était récurrent tout au long de la bande. Avec son doigt, il a commencé à suivre le trajet du petit point vert en accompagnant son propre récit d’onomatopées empruntées aux dessins animés et qui permettaient de retranscrire la marche, la course, l’ascension. Il a vu, dans le gros rond noir, une force négative qu’il a associée à une bombe en sommeil puis qui, plus tard, explose. L’image des ronds bruns à la fin du livre lui a permis de déduire qu’il s’agissait du retour du petit rond vert qui retrouvait ainsi ses « kiwis ».

Lenny commente Le Petit Poucet de Warja Lavater (13/01/13)

            Lenny n’a pas recomposé l’histoire du Petit Poucet qu’il ne connaissait pas, mais il a compris qu’il s’agissait d’un récit spatial et temporel. Lenny a lu une autre histoire que celle de Charles Perrault transcrite par Warja Lavater. Même si l’inclusion qui traduisait le moment où l’ogre dévorait ses propres enfants a été lue comme une superposition, Lenny a compris la structure du récit qui lui était offert : le départ d’un lieu-origine, l’égarement, le voyage par les montagnes, l’accueil dans un autre lieu où les personnages vont manger (image de la réunion en cercle), l’explosion qui permet le retour au lieu-origine.

            En 2011, une étudiante en Master « Métiers de l’Éducation, de l’Enseignement, de la Formation et de l’Accompagnement », dans le cadre de son mémoire d’initiation à la recherche, se proposait d’étudier en quoi la lecture des albums de Warja Lavater pouvait constituer une entrée intéressante à la pratique de la cartographie. Elle avait travaillé toute l’année avec un petit groupe de dix élèves de CE1 et de CLIS dans un atelier de lecture/déchiffrage au sein d’une école de Fondettes[42].

            Le projet consistait, dans un premier temps, à faire découvrir les imageries de Lavater, d’étudier le codage afin, dans un dernier temps, de réutiliser l’écriture visuelle pour mettre en pictogrammes le conte Hansel et Gretel des frères Grimm. Voici ce que l’étudiante relève en conclusion des phases de décodage :

Les élèves n’ont eu presqu’aucune difficulté à décoder l’ensemble de l’imagerie du Petit Chaperon Rouge. Ce conte fait partie de l’histoire de chaque enfant (patrimoine). Après l’avoir ravivée lors de la première séance, toute l’histoire fut déroulée et comprise par les élèves sans qu’ils n’aient vu la légende de l’histoire mais rien qu’en apprenant qu’il s’agissait d’un conte.

[…]

L’une des difficultés de décodage fut le premier changement d’échelle qui intervient dans la version de l’artiste : lorsque le Petit Chaperon Rouge rencontre le loup, les disques (noir et rouge) des deux personnages sont plus grands. Mais grâce à la constance de la forme et des couleurs, les élèves finirent par comprendre que l’image nous avait juste rapprochés de la rencontre.[43]

            Dans la dernière phase, les élèves devaient, après lecture offerte du conte Hansel et Gretel, retrouver les personnages principaux du conte ainsi que les moments importants. Une fois la « structure du récit » déconstruite, les élèves ont proposé les « codes visuels » de l’histoire qu’ils allaient mettre en image :

Fig.15 : La légende de l’imagerie Hansel et Gretel réalisé par des élèves de CE1/CLIS

            La légende réalisée sous la conduite de l’enseignante pourrait être divisée en quatre catégories : les personnages, les espaces, les lieux et les objets. Les couleurs et les formes utilisées montrent la parfaite connaissance des imageries et l’intégration de leur usage. Les élèves ont ensuite réalisé dix-neuf planches dans lesquelles ils ont mis en images les dix-neuf scènes c’est-à-dire les dix-neuf moments relevés dans le conte.

Fig.16 : Hansel & Gretel par des élèves de CE1/CLIS (2011)

            L’analyse des pictogrammes réalisés par les élèves montre que l’usage du zoom, l’occupation et la « pratique » de l’espace ont été intégrés. Les élèves ont réussi à construire du sens avec le code visuel qu’ils ont décidé de mettre en place. Le récit spatiogénétique qu’ils donnent à lire ressemble assez à celui offert par Lavater dans ses imageries. On peut donc affirmer que la lecture accompagnée des imageries est performative. Les difficultés de lecture initiales ont réussi à être dépassées voire subsumées dans la mesure où les lecteurs se sont emparés des codes pour développer un langage visuel conforme à celui mis en place dans les albums qui leur ont été proposés.

Fig.17 : Parcours spatiogénétique de l’imagerie Hansel & Gretel

            Ce qui apparaît très clairement à la lecture des imageries de Lavater et des travaux effectués par les classes c’est que les imageries ne sont pas qu’une succession logique d’images séquentielles. Dans l’exemple de la lecture que j’ai  réalisée avec Lenny, la lecture fractionnée des planches (tout comme la réalisation fractionnée des planches par la classe de CE1/CLIS) ne peut permettre une compréhension du langage produit. Ce qui fait sens, ce qui créé le récit c’est la mise en bande unique, c’est l’occupation de cet espace linéaire. C’est la construction spatiale de l’objet-livre même qui fait sens.


Bibliographie

1. Les folded stories

Wilhelm Tell, 1962, Bâle : Basilius Presse [dim. : ] Folded Stories N°1

Die Grille und die Ameise, 1962, Bâle : Basilius Presse [dim. : ] Folded Stories N°2

Match, 1962, Bâle : Basilius Presse [dim. : 13 x 213 cm] Folded Stories N°3

Die Party, 1962, Bâle : Basilius Presse [dim. : 13 x 216 cm] Folded Stories N°4

La promenade en ville, 1962, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°5

Rape of the Sabine women, 1963, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°6

Passion and reason, 1963, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°7

The good intention is blue, 1963, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°8

Nacht und Tag und Nacht, 1963, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°9

Extra… ordinary Lemuel, 1963, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°10

Walk don’t walk, attendez, gehe, don’t walk, passez, warte, walk, 1965, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°11

Re, re, Revolution, re, 1965, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°12

Homo sapiens ? 1965, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°13

Lucky Jack, 1965, Bâle : Basilius Presse [dim. : 12 x 198 cm] Folded Stories N°14

The Ugly Duckling, 1967, Bâle : Basilius Presse [dim. : 26 x 360 cm] Folded Stories N°15

Die Seltsame spiegelgasse in Zurich, 1966, Bâle : Basilius Presse [dim. : 26 x 360 cm] Folded Stories N°16

Conform..ismus,…ity,…isme, 1967, Bâle : Basilius Presse [dim. : 26 x 360 cm] Folded Stories N°17

Ramalalup, 1967, Bâle : Basilius Presse [dim. : 19 x 168 cm] Folded Stories N°18

The fire and its caves, 1967, Bâle : Basilius Presse [dim. : 19 x 168 cm] Folded Stories N°19

2. Les Imageries

Le Petit Chaperon Rouge, 1965, Paris : Maeght éditeur [dim. : 15 x 334 cm]

Le Petit Poucet, 1965, Paris : Maeght éditeur [dim. : 15 x 351 cm]

Blanche Neige, 1974, Paris : Maeght éditeur [dim. : 15 x 351 cm]

Cendrillon, 1976, Paris : Maeght éditeur [dim. : 15 x 351 cm]

La Belle au Bois Dormant, 1982, Paris : Maeght éditeur [dim. : 15 x 351 cm]


[1] Christine Buci-Glucksmann, L’œil cartographique de l’art, Paris : Galilée, 1996.

[2] Christine Buci-Glucksmann, op. cit. , p.13.

[3] Le roi suisse (1935) ; Elizabeth Ière maîtresse des mers (1988) ; Pestalozzi : l’histoire de sa vie (1977) ; Catherine et l’âme russe (1963) ; Génie du cœur. L’histoire de la vie de Johann Kaspar Lavater (1955)…

[4] Richard Hollis, Swiss graphic design: the origins and growth of an international style, 1920-1965, New Haven: Yale University Press, 2006, p.114.

[5] Il est né en 1917.

[6] Parmi leurs créations, on peut compter le logo de la Swiss Bank Corporation et celui de l’Exposition Nationale Suisse de 1939.

[7] « Les imageries de Warja Lavater » sur le site Le Petit Paquis, consulté le 2 janvier 2013 :

http://petitpaquis.canalblog.com/archives/2009/04/15/13344385.html

[8] Lettre de Warja Lavater à Clive Phillpot le 6 août 1986.

[9] L’original de Guillaume Tell, créé en 1960, est en la possession de M. et Mme Peter Rübel, Fillmore, Californie.

[10] Guillaume Tell est donc le premier livre d’artiste, en même temps que Twenty Six Gasoline d’Edward Ruscha.

[11] « Les imageries de Warja Lavater » sur le site Le Petit Paquis, consulté le 2 janvier 2013 :

http://petitpaquis.canalblog.com/archives/2009/04/15/13344385.html

[12] Je lance ici un appel à quiconque pourrait me fournir l’accès à un exemplaire de ce livre.

[13] Bernadette Gromer, « Tête à tête : Entretien avec Warja Lavater », La Revue des livres pour enfants, Paris, n°137-138, 1991, pp.40-49.

[14] Warja Lavater, “Perceptions : When Signs start to Communicate” dans Ellis Shookman, The Faces of Physiognomy : Interdisciplinary Approaches to Johann Caspar Lavater, Columbia : Camden House, 1993, p.186.

[15] Lettre de Warja Lavater à Clive Phillpot le 6 août 1986.

[16] Sandra L. Beckett « Mirror, Mirror, on the wall” : The Many Faces of Snowwhite” dans F. C. Fagundes et I. F M. Blayer, Oral and written Narratives and Cultural Identity : Interdisciplinary Approaches, New York : Peter lang Publishing, 2007, pp.247-262.

[17] Il s’agit d’une co-production France 3, Cinquième Agence, Ircam, Adrian Maeght, Mac Guff Ligne et le Centre Pompidou.

[18] Le Petit Chaperon rouge, Le Petit Poucet, Cendrillon, Blanche-Neige, La Belle au Bois Dormant, La Fable du Hasard

[19] Vladimir Propp, Morphologie du conte, 1928 (td. française en 1965)

[20] Algirdas Julien Greimas, Sémantique structurale : recherche de méthode, Paris : Larousse, 1966.

[21] Paul Larivaille, « L’analyse (morpho) logique du récit » dans Poétique, n°19, 1974, pp.368-388.

[22] Warja Lavater (1993), op. cit. , p.186.

[23] Charles Perrault, Les contes de ma mère l’Oye, 1697.

[24] Grimm, Contes d’enfants et du foyer, 1812.

[25] Grimm, op. cit.

[26] Charles Perrault, op. cit.

[27] Grimm, op. cit.

[28] Fu-Yi Tuan, Space and Place: the Perspective of Experience, Minneapolis: University of Minnesota, 1977, p.6.

[29] Michel Lussault, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris : Seuil, 2007, p.98.

[30] Michel Lussault, op. cit. , p.107.

[31] Plus qu’un objet, dans Blanche-Neige, le miroir est un véritable lieu dans lequel l’action est mise en abîme.

[32] Seul La Belle Au Bois Dormant n’est pas un récit parcours de l’héroïne. Au contraire, le récit évoque une longue période d’immobilité de 100 ans. Le lieu sur lequel se concentre l’action est le palais et ce sont les différents personnages de l’histoire qui se déplacent vers ou depuis le château.

[33] Christophe Meunier, « La forêt dans les albums pour enfants », bulletin du 14 mai 2012 :

http://lta.hypotheses.org/269

[34] Roger Brunet, « La carte-modèle et les chorèmes » dans Mappemonde, n°4, 1986, p. 2.

[35] Roger Brunet, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale » dans L’espace géographique, vol. 9, N°9-4, 1980, p. 254.

[36] Sandra L. Beckett, « Livres pour tous : le flou des frontières entre fiction pour enfants et fiction pour adultes » dans Tangence, n°67, 2001, pp.9-22.

[37] Sandra L. Beckett, op. cit., p.21.

[38] Warja Lavater, op. cit. , 1993, p.186.

[39] Marion Durand et Gérard Bertrand, L’image dans le livre pour enfant, Paris : École des loisirs, 1975, pp.53-83.

[40] Roger Brunet, Op. cit., 1986, p.6.

[41] Jean Perrot, Claire-Lise Malarte (dir.), Jeux Graphiques dans l’album pour la jeunesse, CRDP de Créteil, 1991, p.

[42] Cécile Lebert, L’apport de l’étude des « imageries » de Warja Lavater à la cartographie, Mémoire de MEEFA, Université d’Orléans, sous la direction de Christophe Meunier, 2011.

[43] Cécile Lebert, op. cit. , pp.34-35.

La forêt dans les albums pour enfants

            La forêt est un espace très présent dans la littérature pour enfants et en particulier dans les contes et les albums. En tant qu’espace de l’abandon, elle semble très proche de la montagne dans ses représentations mentales et y est très souvent associée. Dans les albums qui constituent notre mini-corpus, nous pouvons distinguer quatre perceptions, parfois antithétiques, de la forêt : d’abord le lieu où les protagonistes cherchent à fuir ou à s’isoler de la civilisation ; puis un lieu démoniaque ou, a contrario, enchanté ; ensuite, comme tout espace rural, un lieu de régénérescence ; enfin, un lieu de plaisirs et d’amusements. Robert Harrison, professeur de philosophie à l’Université de Stanford et qui a travaillé sur l’imaginaire occidental, voit dans les forêts un monde à part :

Dans l’histoire de la civilisation occidentale, les forêts représentent un monde à part, opaque, qui a permis à cette civilisation de se dépayser, de s’enchanter, de se terrifier, de se mettre en question, en somme de projeter dans les ombres de la forêt ses plus secrètes, ses plus profondes angoisses[1].

Fig.1 : François Place, Les royaumes de Nilandar (p.75)

La forêt, antithèse de la civilisation

L’Empire des Cinq Cités vivait en paix dans l’ombre verte des montagnes. Ses villes bruissaient comme des ruches au soleil et les greniers débordaient jusque dans les villages les plus reculés, tout au bout des routes de pierre luisant sous la lune. Mais les Sages et les Seigneurs des Cinq Cités rêvaient chaque nuit d’un peuple cruel et belliqueux, loin au-delà des confins de l’Empire, et qui faisait planer une ombre sur la paix de leur nation.[2]

            C’est ainsi que François Place fait débuter l’histoire de la montagne d’Esmeralda. La planche panoramique qui fait face à l’incipit de l’histoire montre des temples et des villages installés au sommet des montagnes. Sur leurs flancs, on devine des cultures enterrasses. La vallée, on le découvre à la planche suivante (p.71) est occupée par une forêt dense, unificatrice puisqu’elle est commune à toutes les cités de l’Empire. La forêt d’Esmeralda est baptisée « Grand-Mère Forêt » à la page 70 et on la dit remonter aux « premiers temps du monde ». Un peu plus loin, lorsqu’Itilalmatulac relate son voyage jusqu’aux confins de cette forêt, il la décrit comme luxuriante :

Très Hauts Seigneurs, innombrables sont les richesses que nous avons vues ! […] Nous avons vu des nations d’oiseaux couvrir les arbres d’un vivant manteau de plumes aux éclatantes couleurs. Nous avons vu de grands serpents à tête jaune nager silencieusement dans la boue végétale et des singes à voix d’homme pendre aux branches comme des grappes de fruits roux. […] [3]

Fig.2 : François Place, « La montagne d’Esmeralda » (1998), p.70-71

            La description de la forêt qui nous est livrée-là est celle de la forêt originelle, primitive. Celle qui protège le « bon sauvage » et dans laquelle il se meut sans crainte par des « chemins entretenus [qui] serpentent au cœur de [la] commune Grand-Mère Forêt[4] ». C’est la forêt qui couvre l’Eden au troisième jour de la création :

Dieu dit : « Que la terre se couvre de verdure, d’herbe qui rend féconde sa semence, d’arbres fruitiers qui, selon leur espèce, portent sur terre des fruits ayant en eux-mêmes leur semence ! » Il en fut ainsi.[5]

            Tout comme à Esmeralda où Grand-Mère Forêt est bordée par le Père des fleuves, Eden est irrigué par un fleuve qui se partage en quatre : le Pishôn, le Guihôn, le Tigre et l’Euphrate[6]. La forêt et le fleuve précèdent ainsi l’arrivée de l’homme, créé pour en « cultiver le sol et le garder [7]». Eden comme Esmeralda sont étymologiquement de véritables lieux écologiques. En effet, la forêt d’Eden et celle d’Esmeralda rassemblent, recueillent et relient ce qui s’y trouve (logos) mais elles sont également des endroits habités (oikos). Ce qui sépare cependant ces deux lieux se trouve exprimé dans la terminologie employée. La forêt d’Esmeralda, la silva latine, n’est pas dominée par les habitants de l’Empire des Cinq Cités. Elle reste la Grand-Mère nourricière, protectrice et toute puissante, et c’est au-dessus, sur les sommets montagneux, que les habitants ont élu domicile. A contrario, la « forêt » d’Eden est gardée par l’homme autant qu’elle lui procure ses moyens de subsister. Eden est un monde clos (« gardinus »), un jardin, un lieu où s’est établi une sorte de pacte entre l’homme et la nature.

            On retrouve l’idée de ce pacte dans le Pays des Zizotls[8]. En effet, le géographe Ortélius apprend des Zizotls, peuplade indienne demeurant au cœur de l’île d’Orbae, ce qu’est la « politesse des pieds » :

Chez les Zizotls, il n’existait pas d’autre carte que la trace des pas. C’était leur paraphe et leur page d’écriture. Ils dessinaient leurs empreintes comme de petites plantes successives et jugeaient un homme à la discrétion de son passage, à l’élégance de son chemin. Ils pensaient qu’il fallait effleurer la terre, et laisser derrière soi un jardin. Ils pratiquaient une sorte de politesse des pieds.[9]

            Si le géographe, par la carte, cherche à dominer la forêt qu’il traverse, en l’occurrence celle des Zizotls, ces derniers ne veulent « qu’effleurer la terre ». Ils protègent leur forêt en forme de Z qui leur apporte ce qu’il faut pour vivre dans une sorte de contrat écologique au sens où nous avons défini ce terme plus haut.

 

            Dans sa lecture philologique de l’histoire, Giambattista Vico[10] proposait, en 1725, une théorie cyclique du temps en trois phases, allant de la barbarie à la civilisation. Après l’émergence de la religion, « âge des dieux », puis la domination d’une classe noble, « âge des héros », l’homme atteignait la civilisation éclairée, « âge des hommes » :

Les choses se sont succédées dans l’ordre suivant : d’abord les forêts, puis les cabanes, les villages, les cités et enfin les académies savantes.

            Pour Vico, la forêt est donc la représentation de la « nature primitive ». Elle s’oppose en tout point à la civilisation et doit donc être détruite. C’est ce que font les Seigneurs de Métal, autrement dit les conquistadores chrétiens, évoqués dans la Montagne d’Esmeralda venus conquérir de nouvelles terres et imposer leur civilisation :

Car sachez que les Seigneurs de Métal avaient déjà ravagé tout un pays vers l’étoile du matin, brûlant les Maisons des Dieux et leurs serviteurs.[11]

La forêt, lieu démoniaque ou enchanté

            Petite Ânette[12] de Yein Kim est un petit livre qui utilise très peu de couleurs. L’illustratrice coréenne travaille les lavis de noir qui permettent un jeu subtil de contrastes. Le premier contraste apparaît dès l’ouverture du livre entre la couverture et les pages de garde. Sur la couverture, Ânette est sur les toits de la ville et y arrose ses maigres plantes ; dès la première tourne de page, le lecteur se retrouve face à une forêt en lavis très clair à travers laquelle transparaît le soleil. On observe le même procédé en chiasme à la clôture du livre. Au calme et à la sérénité qui se dégagent de la forêt présente en pages de garde finales sont opposés l’agitation et la cacophonie plastique d’une quatrième de couverture qui représente la place de marché de la ville. On comprend aisément que Yein Kim cherche là à opposer une certaine image de la civilisation via une perception de l’espace urbain à une certaine image de la nature sauvage via une perception de la forêt. Cette opposition est explicitée dans le texte qui s’étend des pages 3 à 10 :

Fig.3 : Yein Kim, Petite Ânette (2010), p. 19-20

Petite Ânette voudrait partir loin de la ville.

Loin de la foule.

Loin de la bousculade et du bruit.

En fait, Petite Ânette ne rêve que de silence.

            Dans l’agitation de la ville, Petite Ânette rencontre un chanteur des rues qui parle d’une « forêt mystérieuse » où règne le silence, l’antithèse parfaite de la ville bruyante :

Prêt de la ville, il y a une forêt.

Une forêt mystérieuse où seuls peuvent pénétrer « les sans bruit ».

Là-bas, il y a un château paisible, un trésor de silence. [13]

            La forêt apparaît alors à la page 18, répondant, semble-t-il, à la phrase du texte de la page qui fait face : « Ce lieu existe-t-il ? ». Elle prend la forme d’une grille qui fermerait l’issue du chemin qui y conduit. À travers les troncs serrés et verticaux des arbres et la trame horizontale des branches, on devine un soleil qui luit. La forêt envahit la double-page 19-20. La trame noire n’est pas rassurante et transcrit la sensation d’effroi que Petite Ânette perçoit avant de pénétrer dans la forêt : « Petite Ânette retient son souffle[14] ». Mais en y entrant, p. 21-22, les arbres s’éclaircissent dans un lavis plus dilué.

Fig.4 : Yein Kim, Petite Ânette (2010), p. 21-22

            Cette forêt qui semble se situer loin de la ville à en juger par le taxi utilisé par Petite Ânette pour s’y rendre (p.18) est dite « mystérieuse » (p.18), « enchanté(e) » (p.19). Elle détient en son sein un trésor, « un château paisible, un trésor de silence » (p.16). La forêt effraie finalement autant qu’elle attire la curiosité et la convoitise par son étrangeté. Selon Robert L. Harrison, on retrouve dans la forêt ceux qui veulent échapper à la loi et à la société des hommes, ceux qui sont en marge, sorcières et magiciens, démons et bons génies.

Le mot « forêt » est à l’origine un terme juridique. Tout comme ses nombreux dérivés dans les langues européennes (foresta, forest, forst…), il vient du latin foresta. […]Le mot foresta apparaît pour la première fois dans les lois des Lombards et les capitulaires de Charlemagne, pour désigner non tant les régions boisées en général que les réserves de chasse royale. L’origine du mot est incertaine. Selon toute vraisemblance, il viendrait du latin foris, en dehors. L’obscur verbe latin forestare signifiait retenir en dehors, mettre à l’écart, exclure.[15]

           Ainsi, les rois de France s’étaient-ils octroyé le droit d’exclure du domaine public de vastes étendues boisées réservées à la chasse. La forêt, terre confisquée par décret, demeurait à l’état sauvage et devenait le refuge des exclus ; la silva relevait du domaine royal et était entretenue, cultivée, exploitée, domestiquée. Comme l’indique Cécile Boulaire dans son travail sur l’imaginaire médiéval dans la littérature pour enfants, la forêt est « traditionnellement un lieu de danger : on y perd les enfants surnuméraires et les loups y traquent les petites filles[16] ».

Un monde irréductible : on ne peut l’embrasser du regard, on ne peut s’y repérer, on ne peut s’en rendre totalement le maître. Elle est le lieu où achoppe toute tentative cartographique. Incapables d’en proposer une image à la fois exhaustive et détaillée, les illustrateurs ne peuvent que traduire, visuellement, cette difficulté à envisager la forêt comme un tout.[17]

          Inspirant la peur et la crainte, la forêt, comme la montagne d’ailleurs, peut constituer une frontière qu’on se garde bien de franchir. C’est le cas dans Ma Vallée de Claude Ponti. Le Pays-qui-est-Derrière est séparé de la Vallée où vivent les Touim’s par un double rempart : les montagnes et la forêt de conifères (p.12).

 

          Lorsque les illustrateurs veulent insister sur l’étrange, l’effrayant et le magique de la forêt, privilégieront-ils une représentation partielle, une trame serrée de troncs d’arbres élancés parmi lesquels les personnages se perdent. L’adaptation du conte des frères Grimm, Hansel et Gretel, par Sibylle Schenkel[18] propose un livre animé jouant avec des calques s’intercalant entre les planches. La forêt est en ombres chinoises, et au gré des calques qui en se superposant suggèrent l’épaisseur de la forêt, le lecteur est invité à pénétrer au plus profond de la selva oscura[19] dans laquelle les deux enfants se perdent, tout petits, parmi les frondaisons imposantes ou les animaux menaçants annonciateurs de la mort. À la page 13, un corbeau est ainsi représenté au premier plan, dominant par sa taille et sa position dans l’arbre les deux enfants.

          Dans la forêt, extérieure à la ville qu’habite Petite Ânette, il y a un trésor qui provoque l’appétit de tous les habitants. À l’appel du marchand d’antiquités, ils détruisent la ville pour en trouver le trésor. « Évidemment, ils ne trouvent pas le château de silence et repartent en colère »  (p.27). On apprend à la page suivante que Petite Ânette a changé. Est-ce là l’effet du temps ou de son passage dans la mystérieuse forêt ? Petite Ânette a trouvé la paix intérieure : « aujourd’hui son cœur habite un grand château paisible au milieu de la forêt mystérieuse » (p.28). La forêt a de ces effets magiques qui transcendent.

 

La forêt, lieu de régénérescence

            Mais plus que tout, et parce qu’elle est le lieu de l’étrange, du démoniaque autant que du merveilleux, « la forêt est par excellence le lieu de l’aventure, et c’est bien ce que le héros, en définitive, est parti rechercher[20] ».

La forêt, espace rebelle à la culture (dans tous les sens du terme), abolit toute hiérarchie, et instaure de la sorte un nouveau rapport à l’espace.[21]

            Ce nouveau rapport à l’espace oblige les personnages à se surpasser, à devenir meilleurs, à se transformer. Pour en terminer avec l’exemple de Petite Ânette, le passage dans la forêt a véritablement transformé le paysage.  Il ne s’agit pas d’une transformation physique mais bien plutôt psychique :

[…] Petite Ânette a changé. Elle travaille toujours à sa machine à coudre, Mais aujourd’hui son cœur habite un grand château paisible au milieu de la forêt mystérieuse. Un château où seuls « les sans bruit » peuvent entrer.[22]

            Petite Ânette a ainsi trouvé une façon d’accorder son être avec sa vie en ville, une sorte de modus habitandi bâti sur l’imaginaire tel qu’il nous est présenté à la double-page finale : Petite Ânette se promène dans une forêt aux teintes délavées et aux touches colorées en compagnie d’animaux variés. Petite Ânette a dû dépasser sa peur pour trouver la paix intérieure, il en est de même pour Charlotte le personnage de Nadja dans Chien bleu. La forêt lui fait peur mais c’est au plus profond de la forêt, dans un antre éclairé, qu’elle retrouve confiance, aidée pour cela par le chien bleu qui l’accompagne et qui la sauve du danger. Comme dans Petite Ânette, on retrouve dans cet album l’idée d’une lumière qui guide ou vers laquelle se retrouve conduit inconsciemment le personnage. Dans un espace aussi fermé, enchevêtré que la forêt, l’égaré trouve toujours une « ouverture », la clairière éclairée, dans laquelle sa vie se trouve changée. C’est, pour Robert L. Harrison, l’ecstasis, « l’ouverture d’un espace d’intelligibilité dans la clôture de la nature[23] ».

Fig.5 : Sibylle Schrenker, Hansel et Gretel (2012), p.25-26

            Dans le Hansel et Gretel illustré par Sibylle Schenker, après avoir tourné des pages et des pages de frondaisons, le lecteur se retrouve, à l’instar des personnages, plongé dans une double page très claire représentant la clairière et la maison de pain d’épices (p.27). Cette maison est le bout du voyage pour Hansel et Gretel. Si dans un second temps, elle s’avère être une nouvelle épreuve, c’est grâce elle que leur vie et celle de leurs parents va changer.

            La Forêt de l’Enfant Perdu qui se trouve dans la Vallée des Touim’s[24] est une forêt où Piong s’est perdu et « en est ressorti trois cents ans plus tard, un peu grandi ». Claude Ponti le représente avec la longue barbe blanche des sages. Il a bravé ses peurs et découvert des trésors comme le Puits aux Étoiles. « Aujourd’hui, les enfants vont jouer à se perdre dans la forêt car Souflambise, la fille de Piong, a trouvé un moyen de revenir facilement ». Grâce à Souflambise, la Forêt de l’Enfant Perdu est devenue un lieu initiatique dans lequel l’initiation est un plaisir, un amusement.

            Sur l’île de Selva, la forêt qui occupe la totalité du territoire est composée d’un seul et même arbre. C’est dans cette forêt que les adolescents viennent « s’initier, au cours d’une chasse périlleuse[25] », celle du tigre-volant de Selva.

Leur cœur se glaçait à l’idée des esprits qui pouvaient rôder dans un lieu dont l’hostilité se faisait plus épaisse avec l’ombre grandissante.[26]

            Douze adolescents noyés dans une forêt luxuriante (p.33) tentent de vaincre leurs peurs. Leur passage dans la forêt les transforment et les font devenir homme :

Au village, ils furent accueillis et fêtés comme des hommes accomplis. On commenta leur bravoure, on jaugea leurs blessures. Ils furent la démonstration de leur agilité nouvelle, de leur force, de leur courage.[27]

            Au passage qui fait référence à leurs premiers pas hésitants dans la silva oscurra s’opposent une course légère et agile à sa sortie :

Les jeunes gens reprirent leur marche périlleuse sur le chemin de bois. L’Arbre les entourait de ses bras tordus dans toutes les directions, il s’effaçait au loin dans une humidité verdâtre sans forme ni contour.[28]

[…]

Ils descendaient à toute vitesse, fiers de leurs blessures, jouant avec agilité des obstacles du chemin de bois, bondissant, glissant, sautant, sans craindre la chute qui pouvait à tout moment les soustraire au monde des vivants.[29]

 

La forêt, lieu de plaisirs et d’amusements

            Sur la carte de la Vallée des Touim’s (p.8), on dénombre neuf forêts[30] et onze bois[31]. Tous ces lieux sont nommés et leur nom ne renvoie jamais à un élément terrifiant mais plutôt à une fonction agréable (bois de la Sieste, forêt des jardins) ou à un événement de l’histoire des Touim’s (Forêt de l’Enfant Perdu, du Danseur Étoilé, du Touim’s qui Rit…). Pour Claude Ponti, la forêt est clairement un lieu de plaisir et de souvenir. Dans Le Tournemire[32], c’est dans une forêt que le village de Mose et Alise se situe, au plus près du sol, protégé par une première ligne de champignons bienveillants puis par une seconde ligne composée de la frondaison des arbres.

            Historiquement, Robert L. Harrison situe ce tournant pris par la représentation de la forêt vers la deuxième moitié du XVIIe siècle avec la prise de conscience que le bois, avec la demande très forte pour l’industrie navale, pourrait venir à manquer. On assiste alors en France, avec la politique de Colbert[33], et en Angleterre après le livre-constat de John Evelyn[34] en 1666, à une campagne de reboisement. Dans l’œuvre de Shakespeare, par exemple, les forêts sont innocentes, pastorales, amusantes, comiques.

La sauvagerie qui appartenait traditionnellement aux forêts se cache maintenant dans les cœurs des hommes de la cité.[35]

 

Fig.6 : Rascal, Le petit chaperon rouge (2002), p.11-12

            Chez Charles Perrault, la forêt en elle-même n’est pas dangereuse[36] : elle est peuplée de travailleurs qui l’exploitent. Le danger viendrait plutôt de ceux qui l’occupent : « la pauvre enfant qui ne savait pas qu’il est dangereux de s’arrêter à écouter un loup ». Dans la version de Rascal, album sans texte, la forêt est un espace qui sépare la maison du Petit Chaperon Rouge de celle de sa Mère’Grand (p.11-12). On y devine l’action des bûcherons grâce à la présence de souches témoignant de leur action. À la double-page suivante, l’illustrateur montre par la présence de pointillés devant le Petit Chaperon Rouge que le trajet du personnage n’est pas une aventure ou une « perdition » dans la forêt mais bien un trajet habituel, programmé. Le Loup propose un chemin plus long et plus sinueux mais qui n’en est pas moins amusant. À la double-page 19-20, le chemin emprunté par le Petit Chaperon Rouge est semé de fleurs. Charles Perrault décrit ce chemin en ces termes :

[…] la petite fille s’en alla par le chemin le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons, et à faire des bouquets des petites fleurs qu’elle rencontrait.


[1] Robert L. Harrison, Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Paris : Flammarion, 1992, p.11.

[2] François Place, « Montagne d’Esmeralda », p.68.

[3] François Place, op. cit., p.72.

[4] François Place, op. cit. p.70.

[5] GENESE, I, 11.

[6] GENESE, 2, 10.

[7] GENESE, 2, 15.

[8] François place, « Pays des Zizotls » dans De la Rivière Rouge au pays des Zizotls. Atlas des géographes d’Orbae, Paris : Casterman / Gallimard, 2000, p.129-141.

[9] François Place, « Le Pays des Zizotls », p.137.

[10] Gimbattista Vico, Principi di scienza nuova d’intorno alla comune natura delle nazioni, Naples, 1725 – La Science Nouvelle (1744), Paris : Fayard, traduit et présenté par Alain Pons, 2001.

[11] François Place, op. cit., p.72

[12] Yein Kim, Petite Ânette, Ramo, 2010

[13] Yein Kim, op. cit., p.16.

[14] Yein Kim, op. cit., p.21.                                                                                   

[15] Robert L. Harrison, op. cit., p.111.

[16] Cécile Boulaire, Le Moyen-âge dans la littérature pour enfants (1945-1999), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2002, p.31.

[17] Cécile Boulaire, op. cit., p.37.

[18] Grimm et Sibylle Schenker, Hansel et Gretel, Paris : Minedition, 2011 [54p.]

[19] L’expression est empruntée à Dante dans la Divine Comédie, Les Enfers, chant I :

Nel mezzo del camin di nostra vita

Mi ritrovai per una selva oscura,

Che la diritta via era smarrita.

Pour Dante, la forêt obscure est l’expression du péché en général où « la voie de droite » a disparu, image de la confusion morale la plus totale. C’est la misère et le plus profond désarroi qui poussent ainsi les parents de Hansel et Gretel ou du Petit Poucet à commettre le péché, à savoir abandonner leurs enfants dans la forêt « où les bêtes sauvages ne tarderaient pas à les dévorer ».

[20] Cécile Boulaire, op. cit., p.31.

[21] Cécile Boulaire, op. cit., p.32.

[22] Yein Kim, op. cit., p.28.

[23] Robert L. Harrison, op. cit., p.287.

[24] Claude Ponti, Ma Vallée, p.9-10.

[25] François Place, « L’île de Selva » dans Les Atlas des géographes d’Orbae. De la Rivière rouge au Pays des Zizotls, Casterman/Gallimard, 2000, p.27.

[26] François Place, op. cit., p.31.

[27] François Place, op. cit., p.35.

[28] François Place, op. cit., p.30.

[29] François Place, op. cit., p.35.

[30] Forêts de l’Enfant Perdu, de la Main Folle, de la Bise Tendre, du Danseur Étoilé, du Touim’s qui Rit, du Genou Vert, des Jardins, du Trombe, des Blûmes.

[31] Bois de l’Amour Cherchant, de la Pointe, du Doigt de Nez, de la Champignonnière, de l’Âme Vague, de l’Étang, de la Brève, de la Sieste, de la Larme, de l’Hêtre et de l’Étang, la Sapinière de Foutra Potché Moume.

[32] Claude Ponti, Le Tournemire, Paris : L’école des loisirs, 1996 [44p.]

[33] Ordonnance sur le fait des Eaux et Forêts, août 1669.

[34] John Evelyn, Sylva, 1664.            

[35] Robert L. Harrison, op. cit., p.158.

[36] « En passant dans un bois elle rencontra compère le Loup, qui eut bien envie de la manger ; mais il n’osa, à cause de quelques Bûcherons qui étaient dans la Forêt. »

Mamoko, 50 histoires dans la ville : images d’une ville surmoderne

          En octobre 2011, l’éditeur français Didier jeunesse sortait un ouvrage réalisé par deux auteurs/illustrateurs polonais, Aleksandra et Daniel Mizielinski. Mamoko, 50 histoires dans la ville[1], constitue ce que les anglosaxons appellent un seeking book, un livre basé sur des jeux d’observations à l’instar d’Où est Charlie de Martin Handford ou des grands livres cartonnés de La joie de Lire : Le livre de l’été, Le livre de l’automne, Le livre du printemps, Le livre de l’hiver de Rotraut Susane Berner ou Dans la ville, À la montagne de Germano Zullo et Albertine. Véritable livre-jeu, Mamoko, 50 histoires dans la ville fonctionne sur l’observation attentive des personnages et des moindres détails. Il invite à être lu et relu un grand nombre de fois pour suivre les multiples petites histoires qu’il contient.

          « Mam-Oko » est d’ailleurs une forme polonaise que l’on pourrait traduire par « Ouvre l’œil ! ». L’œil ouvert est, de fait, l’emblême de la ville, on peut le retrouver au centre de l’écu porté par les petits personnages qui font office d’armes de la ville sur la couverture de l’album, juste au-dessous du titre. Mais plus qu’un projet narratif, Mamoko est un projet urbanistique. Là où d’aucun pourrait y voir une ville caricaturée, l’observateur averti, l’amateur du seeking game, trouve une perception de la ville tout à fait originale et très moderne. C’est ce que nous aimerions développer ici et montrer. Mamoko, 50 histoires dans la ville peut offrir une formidable occasion, pour un lectorat de jeunes enfants auquel il est destiné, de découvrir ce qui fait aujourd’hui ville à travers des figures d’urbanité[2].

 

Fig.1. Première et Quatrième de couverture de Mamoko, 500 histoires dans la ville (2011)

Un travail d’artistes

          Daniel et Aleksandra Mizielinski se sont rencontrés à l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie où ils suivaient le cours d’illustration de Maciej Buszwicz. En troisième année, ils créent leur propre atelier de livres pour enfants appelé Hipopotam Studio[3]. Leur premier ouvrage est une commande de l’éditeur polonais Dwie Siostry : il s’agit de mettre en images un livre portant sur l’architecture à travers le monde. C’est comme cela que naît D.O.M.E.K.[4] en 2008, traduit en anglais en 2010 sous le titre H.O.U.S.E. chez Gecko Press. Ce livre, primé de nombreuses fois[5], lance véritablement leur carrière. En France, c’est Croque, la nourrissante histoire de la vie[6] qui va faire connaître le couple Mizielinski, en 2010, en évoquant à travers des dessins épurés la chaîne alimentaire.

           Mamoko est donc un troisième livre paru en Pologne sous le titre Miasteczko Mamoko[7] en 2010, aux éditions Dwie Siostry. Cet album est composé de sept planches représentant chacune un quartier de Mamoko. Chaque planche possède une couleur dominante allant du très clair au plus sombre et reproduisant le rythme d’une journée depuis le matin jusqu’au soir. Les auteurs ont fait le choix de représenter les habitants de la ville par des animaux dont les noms de certains s’affichent sur la première et la quatrième de couverture. Le dessin volontairement enfantin rappelle, s’il en était besoin, que cet album cartonné de grand format s’adresse à un jeune public qui ne maîtrise pas encore la lecture puisque le récit reste à construire.

          Avec cet album, Daniel et Alksandra Mizielinski reviennent à leurs premières amours : l’architecture et le design. Cette fois-ci, ces deux disciplines sont regroupées à visées urbanistiques. L’image de la ville qui nous est donnée d’observer dans Mamoko est celle d’une ville contemporaine dans une majeure partie de ses caractéristiques. Mamoko en possède les lieux, les formes et l’occupation.

Lieux et non-lieux

          Les auteurs nous font partager sept espaces de Mamoko. Ces sept espaces sont, à une exception près, centrés sur un lieu marqué d’une profonde urbanité. Il faut entendre lieu, au sens du topos grec, c’est-à-dire comme la plus petite unité spatiale. Pour Michel Lussault[8], « un lieu n’existe qu’en tant qu’il possède une dimension sociale éminente », en d’autres termes « il s’inscrit comme un objet identifiable, et éventuellement identificatoire, dans un fonctionnement collectif : il est chargé de valeurs communes dans lesquelles peuvent potentiellement se reconnaître les individus[9] ». Ainsi, la double page jaune est focalisée sur un groupe d’immeubles ; la double-page verte sur un parc ; la double-page bleue sur une place en étoile ; la double-page rose, sur un petit port fluvial ; la double-page orange sur deux tours ; et la double-page bleue nuit sur le parc d’attraction.

          Dans les lieux que nous venons d’évoquer, les personnages vivent, se rencontrent, se parlent, échangent. C’est en cela qu’ils constituent des lieux de vie. Ils forment de mini-agoras qui donnent naissance à l’espace environnant et qui font de cet espace un territoire participant de la ville en quelque sorte. Il faut pourtant évoquer le cas très particulier de la double-page mauve qui, elle, est centrée sur un carrefour routier, piétonnier et ferroviaire représenté par une grande boucle et un enchevêtrement d’allées piétonnières au-dessus d’une station de métro. Ici, les autos se suivent mais ne se croisent pas, les pétons se suivent, parfois se croisent, mais ne se parlent pas. Ces endroits de passages ne semblent pas véritablement occupés, habités mais plus simplement « empruntés ». Il ne peut s’agir de lieux au sens où nous les avons définis plus haut mais bien au contraire de non-lieux au sens où le sociologue Marc Augé[10] les a définis. Ce sont par ces non-lieux, aires de grande mobilité, que les lieux sont mis en relation, que ces territoires de la ville font ville. C’est donc bien à cette perception toute particulière de l’espace urbain que nous faisions allusion dans notre introduction. Aleksandra et Daniel Mizielinski donnent une représentation très contemporaine de la ville aux formes modernes, voire surmodernes[11].

Les formes de la ville

          Si l’on s’attarde un tant soit peu sur l’arrière plan de chaque double-page, on observe une chaîne de montagnes, plus importantes dans la première que dans toutes les autres d’ailleurs. On peut remarquer la présence d’une route et d’un cours d’eau qui n’occupent jamais les mêmes places relatives. C’est à l’aide de ces petits détails que nous avons tenté de resituer les sept quartiers de Mamoko les uns par rapport aux autres et de donner une proposition de répartition cartographique (cf. figure 2). Chaque quartier semble fonctionner comme un « centre » à lui tout seul, un pôle de vie. Mamoko, à l’image des métropoles, est une ville polycentrique dans laquelle chaque « centre » possède au moins une fonction dominante.

Fig. 2. Proposition de carte de Mamoko

          Le quartier jaune est un quartier résidentiel situé à la périphérie lointaine de Mamoko. Le quartier vert est une espace vert qui peut appartenir à la ceinture verte de l’agglomération imaginée faisant écran entre la périphérie lointaine et la proche périphérie. Le quartier bleu est un quartier qui réunit toutes les caractéristiques d’un quartier historique de centre-ville. En effet, on peut y observer une place pavée de forme carrée autour d’une statue arborant les armes de la ville. Bordant cette place, des magasins occupent des maisons qui font référence à un passé architectural à en juger par les ornementations des façades et des toits. À certains égards, cette place pourrait faire penser à la place du marché du vieux Varsovie[12], située à proximité de la Vistule et dont le centre est occupé par la statue d’une sirène portant épée et bouclier… Le quartier mauve est ce que l’on pourrait appeler un « nœud de communication » : il s’y croise le réseau routier, le réseau piétonnier et le réseau ferroviaire souterrain. Au tour de ce non-lieu viennent se greffer un espace résidentiel (la tour d’habitation) et des espaces de services (salle de danse, cabinet médical). Le quartier rose, à en juger par l’éloignement des montagnes et l’absence de connexion au réseau du métro, semble être un espace péricentral. C’est un quartier de forte tertiarisation où l’on trouve des activités commerciales (pâtisserie, librairie, etc.) mais également de services non-marchands comme la piscine. Le quartier orange est un quartier tertiaire péricentral desservi par le métro : on y trouve des tours qui accueillent bureaux, restaurants, salle de sport, magasins. Enfin, le quartier bleu nuit est un quartier de loisirs. La présence du parc d’attractions, de l’aéroport, du plan d’eau nécessitant de grands espaces, fait de ce quartier un quartier périphérique de Mamoko.

          Si nous avons pu rapprocher le quartier bleu et la place du marché du Vieux Varsovie, on pourrait essayer de rapprocher de la même manière chaque autre espace et un quartier de la capitale polonaise, voire de transposer cette représentation à n’importe quelle autre métropole européenne. Cependant, parmi tous les quartiers et les fonctions représentées, il n’est jamais fait état d’une quelconque industrie. Mamoko n’est pas une ville industrielle, elle est certes multifonctionnelle mais plutôt fortement tertiarisée comme nous avons pu le constater. Contrairement à ce qui fut le cas pour les grandes vagues d’urbanisation dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle en Europe, le facteur industriel semble disparaître des représentations de la ville dans cet album. C’est un trait commun à bon nombre d’albums pour enfants contemporains ayant la ville pour objet. Nous sommes entrés manifestement dans une ère post-industrielle.

 

Densité / Verticalité

          Dans la totalité des planches, ce qui fait urbanité peut se résumer en un couple coprésent : verticalité/densité. Verticalité du bâti : de cette ville qui s’étale  au fur et à mesure des planches, émergent des tours, des immeubles dans lesquels les appartements s’empilent. Densité du bâti : le graphisme déployé par Aleksandra et Daniel Mizielinski remplit les pages de formes emboîtées, de cases ajourées et empilées. Les planches sont toujours à fond perdu suggérant un instant pris dans la multitude, sans cadrage apparent. Densité de la population qui fourmille un peu partout dans l’espace urbain et sur la planche. Densité du trafic : sur les axes de communications, camions, automobiles, piétons, vélos se suivent, se plient et se tordent aux aléas de la chaussée. Densité du réseau de communication : de planche en planche il est omniprésent et variés. Se croisent à divers endroit un réseau routier, un réseau piétonnier, un réseau ferroviaire, un réseau fluvial, un réseau aérien (aéroport) et un réseau souterrain (métro). On peut parler alors d’intermodalité[13]. Cette intermodalité renforce l’idée que la ville contemporaine est ultra-mobile donnant l’image d’un espace urbain habité.

 

Fig. 3. Planche 5-6

 

L’espace habité          

          Comme pour tout urbain, la mobilité est le propre des habitants de Mamoko. À l’image des pages 7-8, ces derniers empruntent un maillage très serré de réseaux de communication qui sont mis en relation. La double planche 11-12 est également riche d’enseignements. On peut y observer une circulation intra-urbaine organisée en trois niveaux : un niveau terrestre où l’on trouve routes, voies piétonnières, fleuve, réseau ferré ; un niveau souterrain avec le métro ; et un réseau aérien constitué dans cette image par les passerelles qui relient les étages supérieures des tours, le parapentiste qui plane au-dessus du chantier mais également par l’avion présent à toutes les planches et qui se posera sur l’aéroport de la dernière. Ces trois niveaux de circulation horizontale sont reliés entre eux par une circulation verticale composée d’un système d’escaliers et d’ascenseur. L’idée de la circulation verticale est d’ailleurs reprise à l’intérieur même du chantier avec l’image de la grue élévatrice, du travail des ouvriers au niveau du sol et de la pelleteuse qui creuse. L’urbanité est ici tout azimut et la perception de la ville s’en trouve enivrante au point de voir se balancer les tours.

 

Fig. 4. Planche 11-12

          Les différentes pièces du décor étant plantées, la narration peut alors prendre naissance dans l’extrême diversité des personnages car la ville est également la coprésence, l’altérité. Cette dernière est annoncée dès la première et la quatrième de couverture par la présentation des personnages et leur nom. Qu’ils soient zèbre, lapin, hérisson, vache ou mouton, voire extra-terrestre, ils vont tous être amenés à se croiser un instant, chacun ayant pourtant sa propre histoire. Prenons par exemple la famille de lapins Pinpin et Matéocolo le lion. La famille Pinpin, composée de Jo, Ninie et de leurs trois enfants, dans la première planche, se lève. Ils ont décidé de se rendre à pied à la fête foraine comme nous l’apprenons à la dernière planche. Matéocolo, quant à lui, ramasse dans son caddy les objets cassés et abandonnés dans la rue pour réaliser des sculptures. Rien ne laisserait présager d’une hypothétique rencontre entre ces six protagonistes. Pourtant, à la troisième planche, Bup Pinpin reste planté devant un magasin de jouets alors que le reste de la famille continue à cheminer sur le trottoir sans lui. Il admire une fusée dont il est passionné si l’on se souvient de celle qui orne déjà sa chambre à la première planche. Au même moment, Matéocolo se saisit d’un ballon de baudruche qu’un petit lapin, à la première planche, a laissé échapper. À la quatrième planche, Bup a compris qu’il était perdu et se met à pleurer alors que sa famille ne s’est encore aperçue de rien. À la planche suivante, Matéocolo remarque Bup et lui donne le ballon qu’il a trouvé pour consoler l’enfant. De son côté, la famille Pinpin qui a enfin remarqué l’absence de Bup fait un signalement à un agent de police qui passait par là. Planche suivante, Matéocolo ramène Bup à sa famille.

          Il en est de même pour les destins croisés de Basile Lépavu, le détective qui enquête sur un vol de tableau, Riton Leladron, le célèbre voleur en cavale et Freutch Grignüf, le touriste extra-terrestre. C’est ce dernier, qui grâce aux multiples photographies qu’il prend un peu partout, va tout à fait par hasard mettre un visage sur les jambes qui cavalent depuis les cinq premières planches. On découvre alors que Riton Leladron est un chat masqué qui a dérobé un tableau d’Edvard Munch, Le cri[14]. Finalement la perception de l’espace urbain délivrée par le couple Mizielinski pourrait correspondre à s’y méprendre à la définition qu’en donne le géographe Jacques Lévy.

En tant qu’utopie spatiale, la ville c’est la verticalité de l’empilement de toute une société dans une étendue nulle, un espace à zéro dimension. En ville, on rencontre un maximum de mixité et de diversité fonctionnelle. La ville est le lieu des rencontres aléatoires, celui des interactions des corps, de la métrique pédestre, bref, de la « serendipity », mot anglais qui désigne la faculté de faire des trouvailles au hasard[15].

 

            De toute évidence, Mamoko est un album riche qui a largement mérité ses nombreuses récompenses. Pour notre part, nous pensons qu’il peut constituer un support intéressant pour des aventures littéraires proposées aux enfants. Il permet d’enrichir, voire de modifier, les représentations qu’un enfant de 3 à 9 ans peut avoir de la ville.


[1] Aleksandra Mizielinska et Daniel Mizielinski, Mamoko. 50 histoires dans la ville, Paris : Didier Jeunesse, 2011 [14 p.]

[2] L’urbanité pourrait se traduire par l’ensemble des manières d’habiter la ville.

[4] Aleksandra Murbach et Daniel Mizielinski, D.O.M.E.K. , Varsovie : Dwie Siostry, 2008 [152 p.] – H.O.U.S.E , Londres : Gecko Press, 2010.

[5] Livre de l’année 2008 pour la section polonaise d’IBBY (International Board on Books for Young people), Prix du meilleur livre d’architecture du DAM 2010 (Deutsches Architekturmuseum) dans la catégorie des « livres pour enfants ».

[6] Aleksandra Mizielinska et Daniel Mizielinski, Croque, la nourrissante histoire de la vie, Paris : Didier Jeunesse, 2010 [72 p.]

[7] [Trad.] La ville de Mamoko

[8] Michel Lussault, L’homme spatial, Paris : Seuil, 2009 [366 p.]

[9] Michel Lussault, op. cit., p.105

[10] Marc Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris : Seuil, 1992 p. 48 : « Les non-lieux, ce sont aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des personnes et des biens (voies rapides, échangeurs, aéroports) que les moyens de transport eux-mêmes ou les grands centres commerciaux, ou encore les camps de transit prolongé […]. »

[11] Marc Augé, Op. cit., p. 55 : « Les trois figures de l’excès par lesquelles nous avons essayé de caractériser la situation de surmodernité (la surabondance événementielle, la surabondance spatiale et l’individualisation des références) permettent d’appréhender celle-ci sans en ignorer les complexités et les contradictions, mais sans en faire non plus l’horizon indépassable d’une modernité perdue dont nous n’aurions plus qu’à relever les traces, répertorier les isolats ou inventorier les archives. »

[12] Rynek Starego Micesta

[13] L’intermodalité est un système qui permet de combiner plusieurs moyens de transport.

[14] Ce tableau, peint en 1893 et conservé au musée d’Oslo, a fait l’objet d’un vol en 2004 après une attaque à main armée. Il a été retrouvé deux ans plus tard et restitué au musée.

[15] Jacques Lévy, « Se penser urbains » dans TRACÉS, n°6, 29 mars 2006, p. 5 à 8.