Les territoires du sportif dans la bande dessinée

   Du nouveau sur le site de la revue en ligne spécialisée BD, Comicalités :

   Les deux albums de la série Max Winson de Jérémie Moreau, consacrée à un champion de tennis hors norme, proposent de multiples représentations d’enceintes sportives, mettent en images les « échanges » que le héros entretient avec ses adversaires, avec les différents lieux de sa vie. Tout invite à porter sur la série un regard géographique et spatial. Cet article s’interroge sur le récit spatial produit par la narration iconotextuelle ; sur les relations socio-spatiales qui s’établissent entre le joueur, l’aire sportive et l’adversaire ; sur leurs mutations lorsque le sport devient spectacle et l’aire de jeu, « enceinte sportive ». Il s’agira ainsi de montrer comment le tressage du discours iconique, spatial et verbal amène à considérer le public et les spectateurs comme un opérateur non négligeable de la spatialité du héros, voire du sportif de haut niveau.

   The two comic books which compose the series Max Winson by Jeremie Moreau are intended to tell a young and exceptionnal tennis champion’s life. The two books propose numerous representations of stadiums and depict the « exchanges » that the hero has with his opponents, with the different places of his own life. All leads to have a geographical and spatial point of view on the series. This article questions the spatial narrative produced by iconotextual narrative; analyses the socio-spatial relationships between the player, the playground and the opponent; studies their transformations when sport becomes a show and when the playground becomes a huge stadium. So, this will be about showing how the entwisting of the iconic, spatial and verbal narrative leads to consider public and audiences as an important spatial operator in the hero’s spatiality, even in the to sportsmen’ spatiality.

Pour lire l’article/To read this paper : https://comicalites.revues.org/2327

Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique

Illustration 1 – Affiche de la série télévisée, Inspecteur Barnaby

Pour lire cet article en anglais

Le 27 juillet 2012, à 21h, s’ouvrait à Londres les 30e Jeux Olympiques d’été. La cérémonie d’ouverture, orchestrée par le glorieux réalisateur britannique Danny Boyle, fraichement oscarisé en 2009 pour Slumdog Millionaire, était intitulée « Isles of Wonder » (Îles aux mystères). Le spectacle débutait par un court-métrage chargé de descendre le cour de la Tamise depuis sa source. La caméra survolait ainsi la campagne profonde anglaise depuis la stèle de la Thames Head à proximité de Kemble dans la Gloucestershire jusqu’au stade olympique, situé dans la banlieue nord de Londres, à Stratford, dans le quartier en rénovation de Newham. Les trajectoires du passé et du présent venaient ainsi et ici se nouer.

Illustration 2 – Cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012.

Après le plongeon final de la caméra volante sur le stade olympique, une chorale d’enfants entonne le Jerusalem Hymn. Ce poème de William Blake écrit en 1804 fut mis en musique par Hubert Parry en 1916 dans le but de galvaniser les troupes britanniques lancées dans le premier conflit mondial. La première strophe du poème rend hommage aux « vertes montagnes » et aux « paisibles pâturages » anglais, faisant de l’Angleterre une « Jerusalem terrestre » possible, une nouvelle Arcadie, faisant contre-poids avec l’industrieuse Londres si l’on se réfère à l’allusion aux « filatures sataniques » mentionnées dans le dernier vers de notre citation :

And did those feet in ancient time

Walk upon England’s mountain green ?

And was the holy Lamb of God

On England’s pleasant pastures seen ?

And did the countenance divine

Shine forth upon our clouded hills ?

And was Jerusalem builded here

Among those dark satanic mills ?[1]

Au centre de l’enceinte sportive, sur l’aire de jeu, le décor est à l’image des premiers vers de Blake : une colline verdoyante au pied de laquelle s’étendent de paisibles prairies. Quelques chaumières à colombages évoquent les cottages[2] qui sont comme un emblème de l’Ancien et du Nouveau temps. Cette scénographie vient là souligner « l’histoire d’amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne depuis au moins le XVIIIe siècle[3]. Il s’agira pour moi, dans cet article, d’analyser la nature de cet attachement et d’en étudier l’idéologie spatiale qui semble constituer un trait culturel britannique.

Cet attachement à une certaine image de la campagne anglaise nous semble être le thème de fond d’une série policière diffusée sur le réseau ITV depuis le 23 mars 1997 et, en France, sur France 3 depuis 2001, « Midsomer Murdrers » ou, en français, « Inspecteur Barnaby ». C’est le pilote de la série, Meurtres à Badger’s Drift, que j’aimerais analyser dans cet article et questionner successivement le contexte de création de la série, adaptation de romans policiers à succès, les enjeux socio-spatiaux perceptibles dans ce premier épisode et l’idéologie spatiale présente dans la série tout entière.

  1. Midsomer Murders, le bon air du temps

« Midsomer Murders » est une série télévisée dont les cinq premiers épisodes de 89 à 102 minutes ont été adaptés des cinq premiers volumes de la série policière « Chef Inspector Barnaby » de la romancière Caroline Graham. Ces cinq premiers épisodes dessinent les contours et décrivent les paysages du comté fictif de Midsomer dont le chef-lieu est la non-moins fictive Causton. Le héros récurrent de la série est le DCI[4] Thomas Barnaby qui habite dans un pavillon de la banlieue de Causton.

Titre Publication Filmé Diffusion Localisation
The Killings at Badger’s Drift 1987 Septembre-octobre 1996 23 mars 1997 Badger’s Drift
Death of a Hollow Man 1989 Août-septembre 1997 29 mars 1998 Ferne Basset
Death in Disguise 1992 Novembre-décembre 1997 6 mai 1998 Compton Dando
Written in Blood 1994 Juillet-août 1997 22 mars 1998 Midsomer Worthy
Faithful unto Death 1996 Octobre 1997 22 avril 1998 Morton Fendle

Caroline Graham est née en 1931. Détentrice d’une maîtrise en écriture théâtrale de l’Université de Birmingham, elle a écrit plusieurs scénarios pour la radio, le théâtre et la télévision. Elle a également écrit deux romans pour la jeunesse en 1985 : BMX Star Rider et BMX’ers Battle it Out, parus tous les deux chez Hutchinson. Le dernier roman de la série « DCI Barnaby » est publié en 2004 et s’intitule A Ghost In the Machine. The Killings at Badger’s Drift, édité par Century en 1987, fut classé parmi les cent meilleurs romans policiers par la Crime Writer’s Association. Il fut traduit et publié en français chez Albin Michel en 1990.

Illustration 3 : Couverture de Meurtres à Badger’s Drift.

En 1996, Betty Willingale, productrice pour la BBC depuis les années 1960 et consultante pour ITV, décide d’adapter pour la télévision la série policière. Les cinq premiers épisodes sont réalisés par Jeremy Silberston et l’adaptation est confiée à Anthony Horowitz[5], un romancier pour la jeunesse qui obtint le prix européen du roman pour enfants en 1993 pour L’Île du Crâne.

La série est diffusée en France le 14 janvier 2001 sur France 3. Elle a été vendue et diffusée et continue de l’être dans plus de cent pays autour du monde y compris les Etats-Unis et la Chine.

Illustration 4 : Meurtres à Badger’s Drift (version française, 14 janvier 2001)

Dans le roman de Caroline Graham, l’inspecteur chef Tom Barnaby et son adjoint le sergent Gavin Troy se rendent à leur travail quand ils sont accostés par Miss Bellringer qui leur affirme que l’une de ses amies, Emily Simpson, ne serait pas morte des suites d’une crise cardiaque, contrairement aux conclusions du médecin, mais aurait été assassinée. L’autopsie qui est réalisée sur ordre de Barnaby montre en effet que Miss Simpson a été empoisonnée.

Dans l’adaptation télévisée, Barnaby et Troy sont dépêchés sur une scène de crime et Miss Bellringer n’a plus le rôle de celle qui, comme son nom l’indique (belleringer : sonneur de cloche), attire l’attention de Barnaby. Elle est simplement celle qui a appelé la police. Emilie Simpson n’est pas empoisonnée mais reçoit un violent coup mortel à la nuque. Ces petits décalages dûs à l’adaptation pour le « petit écran » ne modifie que très peu la trame de l’enquête mais ont leur importance, nous le verrons, dans la narration spatiale et dans la découverte successive des différents lieux de l’affaire.

Continuer la lecture de « Midsomer’s Greentification ou « l’en-vert » d’une série télévisée policière britannique »

La nation, la ville, le Nil : des espaces d’identité affirmée

[Couverture de l’ouvrage : Le Poussin n’est pas un chien]
[Couverture de l’ouvrage : Le Poussin n’est pas un chien]

            Il y a peu paraissait aux éditions Le Port a Jauni, avec l’appui de l’IREMAM[1] et de l’IFPO[2], la thèse de Mathilde Chèvre sous le titre amusant : Le Poussin n’est pas un chien[3]. L’ouvrage est agréable dans sa présentation et d’une richesse indiscutable. L’objet de la recherche de Mathilde Chèvre est la production d’albums pour enfants de langue arabe en Égypte, au Liban et en Syrie depuis 1967. Les années 1970 sont considérées par l’auteure comme un tournant majeur dans ces pays du monde arabe puisqu’il apparaît une mutation dans la production éditoriale. La création qui était jusque-là presqu’exclusivement pédagogique, éducative et ludique développe une nouvelle orientation prenant de plus en plus d’ampleur et qui serait plus politique, linguistique et artistique. Mathilde Chèvre voit naître dans ces années-là et pour ces pays-là « une quête et une affirmation d’identité » (p.14).

            J’ai choisi de concentrer mon attention dans ce billet sur le chapitre III de cet ouvrage, intitulé : « Du petit soldat au témoin impuissant de son temps : l’album et la politique » (p.77 à 107). Cette partie de l’ouvrage s’intéresse tout particulièrement à l’idéologie qui constitue la charpente d’une partie non négligeable du corpus, ces « albums idéologiques, politiques et religieux dont le propos est de délivrer un message, de présenter un projet sociétal idéal à la jeunesse d’un pays et de lui indiquer les modalités d’action pour contribuer à son avènement » (p.77). Ce qui m’a séduit dans les propos de Mathilde Chèvre c’est sa volonté d’associer une idéologie principale marquée par le combat pour la cause palestinienne et la quête identitaire à une idéologie spatiale : la définition d’un territoire, de son identité, le questionnement des frontières, la place des villes et des fleuves dans cette recherche identitaire. Je mettrai donc en exergue dans ce billet trois albums qui m’ont paru intéressants et qui sont remarquablement bien présentés et mis en valeur dans ce chapitre III.

  1. Le mur

            Si dans les années 1970 le discours sur la cause palestinienne avait pu être une véritable « revendication identitaire et [un] appel à l’émancipation pour l’ensemble des peuples arabes » (p.78), au tournant des années 2000, il devient une « bataille d’idées, une évocation du droit et de la paix » (p.85). Mathilde Chèvre présente alors un album qui passe pour être le premier à aborder la question du mur construit par Israël entre son territoire et les territoires palestiniens. Law kunt tâ’îran (Si j’étais un oiseau) de Fâtima Sharaf al-Dîn et Amal Karzay, publié en 2009 par Kalimât[4] (Émirats arabes unis) raconte l’histoire d’un enfant palestinien enfermé dans un territoire limité par un mur omniprésent. « La poésie apparaît comme la seule échappatoire possible » (p.87). Le travail pictural oppose un territoire intérieur oppressant et sombre, où la mort et les martyrs sont omniprésents, à un extérieur ouvert et clair, où la vie bat son plein. « Le mur est une ligne entre deux mondes profondément inégaux »  (p.87).

01-couverture3

            Pour la toute première fois également, l’album évoque le déplacement de population et ce dès la page de titre :

[…] le livre s’ouvre sur l’image d’une longue file d’exilés : la litanie des opprimés de tous les temps qui forment une grande ligne de corps courbés et fatigués. Les oliviers plantés sur le haut des collines évoquent la Palestine, vaste et verte, que l’on a laissée derrière soi. Quelques pages après, même image, avec en tête de fil la famille dont le livre raconte l’histoire. Les corps longs et maigres forment un petit groupe resserré sur lui-même pour se protéger, dans un mouvement circulaire qui les unit pour former un chœur. Le jeune garçon, héros de l’histoire, tient dans ses mains crispées le jouet qu’il a emporté avec lui, un lapin. (p.87)

            Le lapin, cet objet transitionnel, évoque la maison perdue, l’exil forcé vers un territoire où l’emménagement dans une nouvelle maison vétuste renforce la douleur de la déterritorialisation. L’inégalité de la gestion de l’eau de part et d’autre du mur est également traitée pour la première fois dans cet album : « d’un côté, un désert gris et, de l’autre, une « oasis » baignée de vasques et de piscines » (p.87).

            Le déchirement de l’exil est somme toute atténué par un objet que le père de famille à emporter avec lui : la clé de l’ancienne maison. L’espoir du retour est dans la tête de l’exilé. Le père « brandit [la] clé au dessus du mur, son bras s’élève dans le ciel au-delà de la ligne d’horizon. Par un effet magique, la clef efface le mur qui se transforme en colline » (p.88). À travers la clef, c’est l’espoir qui efface les frontières. L’album présenté par Mathilde Chèvre rend finalement compte de la grande difficulté d’un habiter où le dualisme déterritorialisation/reterritorialisation se vit dans la difficulté et la résignation. La coprésence de deux peuples où très clairement l’un semble soumis à la bonne volonté de l’autre ne suscite plus la revendication et le combat comme ce put être le cas trente ans plutôt dans la littérature pour enfants.

  1. La ville

            Le deuxième album qui m’a paru intéressant est Umm jadîda (Une nouvelle maison) de Samâh Idrîss et Yasmîn Ta’ân, paru en 2006 aux éditions Dâr al-Âdâb li-l-Sighâr (Liban). L’ouvrage met à l’honneur la ville de Beyrouth, « à la fois la ville qui incarne l’identité libanaise et la perte d’identité, une ville connue et perdue, représentée et oubliée » (p.91).

si29

            Le héros de l’album, Usâma, recherche une nouvelle mère et pour ce faire explore le quartier de Ra’s Beyrouth en scrutant les façades « pour y choisir son nouveau logement ». L’illustration mêle le dessin et les collages de photographies. Elle fait appel à un certain nombre de références culturelles. Le texte a recours au parlé le plus populaire de Beyrouth. À travers cet album, la capitale du Liban est « racontée comme un territoire politique connoté, dont chaque nom de rue évoque un camp, une appartenance, un souvenir de guerre ».

            D’un côté la représentation des façades ranime une ville marquée par les guerres et les bombardements. D’un autre côté, les collages renvoient à l’histoire de la ville, au multiculturalisme. Il existe semble-t-il une ambivalence à cette représentation de l’urbain. La ville veut faire peau neuve sans pour cela tourner le dos à ce qui unit (ou sépare) ses habitants. Tout dans cet album évoque la coprésence forcée des citadins : les façades aux couleurs et aux formes variées sont reliées par la trajectoire linéaire effectué par le véhicule qui transporte Usâma.

Scan-160808-0003

  1. Le fleuve

            L’Égypte est un don du Nil était-il écrit dans certains papyrus anciens. Force est de constater que le fleuve reste « source de vie dont on revient toujours boire l’eau ». Depuis les années 2000, les menaces écologiques qui portent sur le fleuve constituent un thème récurrent dans la littérature pour enfants égyptienne. Tout se passe comme si la pollution et les questions environnementales touchant le Nil attentaient également à l’unité et à l’identité du pays.

            Dans Hikâyat baladî (L’Histoire de mon pays), paru en 2006 aux éditions Dâr al-Shurûq, Hilmî al-Tûnî « joue sur la reproduction de strates horizontales de couleurs : le bleu clair pour le ciel, le bleu marine pour la mer, le jaune pour le sable au milieu duquel coule bientôt une strate brune, celle du Nil né d’un nuage de pluie » (p.91). Page après page, apparaissent flore, faune et humains. Par accumulation de motifs, Hilmî al-Tûnî cherche à transcrire la surpopulation, la pollution et la nécessité de sauvegarder un environnement qui est corrompu peu à peu.

            La mise en espace du récit est un point qui semble crucial dans tout l’album. Celui-ci, au format à la française comme le montre les reproductions de la p.92, pourrait être un grand leporello. L’urbanisation y est représentée davantage comme un problème que comme une solution contrairement à l’album qui a été évoqué précédemment. Elle prend la forme d’une saturation de l’espace par l’accumulation, l’élévation et la densité.

Scan-160808-0001

            Mathilde Chèvre arrive à une conclusion pour le moins spatiale : « La ville, la nation et le Nil sont donc des marqueurs identitaires puissants. […] Ils sont des lieux d’expression d’une identité collective » (p.94). Ces constats sont à rapprocher de la définition du lieu donnée par Denis Retaillé et qu’il différencie du site et de la localité. La présentation des albums cités dans ce chapitre donne envie de les feuilleter et de les manipuler voire de les interroger davantage. Merci donc à Mathilde Chèvre de nous faire partager cette littérature « orientale » qui gagnerait certainement à être plus connue de ce côté-ci des Alpes !

[1] Institut de recherche et d’études du monde arabe et musulman

[2] Institut français du Proche Orient

[3] CHEVRE M., Le Poussin n’est pas un chien. Quarante ans de création arabe en littérature pour la jeunesse, reflet et projet des sociétés (Égypte, Syrie, Liban), Aix-en-Provence, Presses de l’Ifpo/Iremam, octobre 2015, 203 p. ISBN : 9782351597088

[4] http://lirelelivre.hypotheses.org/434

Caroline et la montagne

Caroline est un personnage populaire de la littérature de jeunesse créé par Pierre Probst en 1953. Dans les 44 albums de la série qui lui est consacrée, l’héroïne promène ses lecteurs à travers différents espaces, qu’ils soient domestiques ou lointains, qu’ils soient urbains ou ruraux, de mer ou de montagne. Les albums de Pierre Probst représentent des personnages évoluant dans des paysages aménagés, pratiquant des territoires habités. Caroline aux sports d’hiver (1959), le septième album de la série, paraît au moment où le tourisme hivernal de montagne commence à se populariser. Caroline fait du cheval (1989), vingt-deuxième de la série, évoque un tourisme estival de montagne qui se popularise et se développe à son tour. Ces deux albums inscrits dans une temporalité et une spatialité particulières ont pourtant été réédités et traduits de nombreuses fois jusqu’à nos jours. Cet article se propose de montrer en quoi ces deux albums pour enfants constituent des produits culturels géographiques et d’étudier les procédés iconotextuels qui permettent à la fois de construire de l’espace montagnard et d’en donner des exemples de pratique, ce que nous nommons des spatialités.

Vous pourrez lire la suite de cet article sur le site de la Revue de Géographie Alpine.

« Les Enfants de la Terre » : Une approche géographique novatrice ? (5/5)

        Au moment où paraît le premier album de la collection, en 1948, où en est l’enseignement de la géographie ? Voilà une question bien légitime qui peut se poser si nous considérons que Paul Faucher entend se mêler à la fois de pédagogie et de géographie. Dans cette dernière partie, c’est le lien entre le projet de la collection « Enfants de la Terre » et l’apprentissage de la géographie que j’aimerais interroger. Cette dernière étude m’amènera à croiser la ligne éditoriale de la collection avec les mutations de la géographie scolaire.

            Un paramètre important paraît dès lors déterminant à définir : celui du niveau des élèves visé par la collection. Comme j’ai déjà pu l’évoquer dans les articles précédents, il semblerait que les albums soient destinés à un lectorat de 7 à 11 ans, c’est-à-dire à des élèves de cours moyen, voire de 6ème, bons lecteurs. Mon corpus s’étoffera donc des programmes de ces deux niveaux entre 1945 et 1985.

            Ici, j’accorderai davantage mon attention sur les aspects didactiques que pédagogiques. J’ai déjà pu montrer précédemment que pédagogiquement, la collection influencée par le courant de l’École Nouvelle était évidemment en avance par rapport à la pédagogie scolaire traditionnelle ou plus exactement académique. Cette étude comparée me permet d’envisager trois périodes très caractéristiques. Tout d’abord, entre la sortie du premier album de la collection (1948) et les programmes Peyrefitte et Guichard de 1968/1969, l’apprentissage de la géographie dans cinq des premiers albums semble très novatrice et en parfait décalage avec les instructions officielles des programmes scolaires. Puis, avec l’application de nouveaux programmes, l’École se met en phase avec les principes éditoriaux défendus depuis 1948 par Paul Faucher. Une deuxième période s’installe alors durant laquelle l’Académie et le Père Castor partagent des points de vue assez similaires sur l’enseignement de la géographie. Je ferai se terminer cette deuxième phase avec la réforme Haby (1977/1978) et l’influence de plus en plus grande de la Nouvelle Géographie sur les programmes scolaires qui ouvre, enfin, une dernière phase s’achevant avec le dernier volume de la collection (1983). Durant cette courte phase, c’est l’École qui prend de l’avance. Les derniers numéros de la collection semblent avoir du mal à conserver leur originalité et donnent même une vision quelque peu figée de la géographie.

1. Le Père Castor, didacticien avant-gardiste de la géographie (1948-1969) :

            Lorsque la série est créée, en 1948, les programmes en vigueur pour les classe de Cours élémentaires et de 6ème sont ceux de 1945, c’est-à-dire pour le primaire, une reprise de ceux fixés en 1923. Il s’agit à l’école primaire d’une géographie très locale et descriptive basée sur l’observation des paysages et la carte. Au lycée, il s’agit essentiellement de géographie physique. Les Instructions Officielles invitent très peu les enseignants à parler aux élèves de Cours moyens et de 6ème de l’altérité et de la diversité à la surface de la Terre. La collection proposée par Paul Faucher, et notamment le premier album de la série, apparaît donc en parfaite opposition avec les programmes scolaires.

L’Afrique coloniale vue par un manuel de l’école primaire : H. FILLOUX, Géographie des petits, Les Éditions de l’École, 1950.

            D’emblée, la géographie qui est montrée dans les premiers volumes est une géographie humaine dans la quelle l’apport des anthropologues et des ethnologues est important. C’est toujours une géographie vidalienne dans la mesure où la pensée du géographe français a pu inspirer tout l’enseignement de la géographie depuis la fin du XIXe siècle, mais ce qui semble intéresser ici les auteurs c’est une thématique que Paul Vidal de la Blache a investi à la toute fin de sa carrière, c’est-à-dire ce qu’il appelle les « genres de vie ». Dans un article paru en 1911 dans les Annales de géographie, il écrit : « comme toute cellule a son noyau, tout genre de vie a son lieu de naissance » (p.289). Pour Vidal de la Blache, le genre de vie est une possibilité d’habiter offerte par le milieu géographique. Il n’y a pas chez Vidal de la Blache un déterminisme naturel comme il peut y en avoir chez Ratzel ou Ritter. « Les genres de vie, écrit-il, sont des formes actives d’adaptation du groupe humain au milieu géographique » (VIDAL, II, p.100). Le genre de vie peut alors se modifier en fonction du milieu naturel mais également en fonction d’éléments nouveaux.

            En 1953, René Emsalem définit le genre de vie comme une « combinaison des ressources et des activités qui assurent, en un lieu donné, la subsistance d’un groupe composé d’hommes ayant des besoins semblables et des niveaux d’existence comparables » (Emsalem, p.6). C’est ce regard « oecologique » qui est posé par les auteurs des premiers albums de la collection sur le peuple esquimau et pygmée : quelles relations existent-ils entre l’ethnie observée et son milieu ? Comment l’être humain s’adapte-t-il pour assurer son existence ? Apoutsiak et Mangazou vivent au contact de cette nature sans à peine la transformer, ils en tirent parti. C’est aux êtres humains de s’adapter et non à la nature de le faire. L’être humain est en lutte permanente entre les différents règnes de la nature pour survivre. Mangazou et son père doivent lutter contre les abeilles pour se procurer du miel ou contre les grands fauves pour chasser leur nourriture. Apoutsiak doit lutter contre le froid et les ours polaires. Dans ces deux premiers albums, l’influence naturaliste y est encore très forte dans la mesure où la nature y est présentée comme bienveillante et protectrice : elle est gage d’une grande liberté.

« Mangazou est un enfant heureux. Il fait ce qui lui plaît. Tout le jour il court la forêt avec ses amis. » (p. 3-4)

Couverture d’un manuel de CE1, S. BLIN, M.KUHN et R. OZOUF, Mon premier livre de géographie, Delagrave, 1955.
Couverture d’un manuel de CE1, S. BLIN, M.KUHN et R. OZOUF, Mon premier livre de géographie, Delagrave, 1955.

            En revanche, dans Jan ce n’est pas le milieu naturel qui est convoqué mais le milieu géographique tel qu’il a pu être défini par Albert Demangeon ou Max Sorre dans les années 1930, c’est-à-dire une combinaison entre le milieu physique, le milieu biologique et le milieu anthropogéographique (humain). Le milieu de Jan est celui d’une région conquise sur la mer. En aménageant le milieu par la construction des polders, la population néerlandaise s’est adaptée aux conditions imposées par l’environnement.

            En 1949, le géographe et pédagogue Maurice Debesse s’exprime sur l’importance du milieu dans les nouveaux programmes de géographie du secondaire, notamment pour les classes de lycée. Il propose d’envisager une interaction entre l’homme et son milieu à l’instar du sociologue Georges Conguilhem en 1947 :

« Le milieu ne peut opposer aucun mouvement à un organisme que si cet organisme se propose d’abord au milieu selon certaines orientations propres […] le propre du vivant c’est de composer son milieu. » (p.28)

            Pour conclure, ces premiers albums de la collection « Les Enfants de la Terre » traitent des contacts étroits entre l’homme et son milieu de vie. Ils semblent très éloignés de la géographie enseignée au jeune public auquel ces albums sont destinés.

Couverture d’un manuel de CE1 : L. FRANCOIS et M. VILLIN, Premier livre de géographie, Hachette, 1955
Couverture d’un manuel de CE1 : L. FRANCOIS et M. VILLIN, Premier livre de géographie, Hachette, 1955

2. Une approche sociale de la géographie (1971-1978) :

Dans les albums qui constituent cette deuxième période, une place particulière est accordée au milieu en début d’album. L’accent est mis sur les rapports entre les hommes. La géographie qui est pratiquée dans ces albums est encore et toujours profondément humaine. Elle tourne autour des lieux de vie et la ville est devenue davantage présente. Finalement peu de changement avec la période précédente hormis le fait que la série s’adresse peut-être à une partie plus âgée (10-12 ans) de la tranche d’âge désignée au début de la collection (7-12 ans)

Aquino et Habib sont deux albums qui semblent très proches de la géographie enseignée à cette époque. Une carte physique débute l’histoire et plante le décor naturel. On y présente le relief et le climat du pays dans lequel va se dérouler l’histoire d’une manière très didactique. La subtilité qui pouvait être de mise dans la première période disparaît au profit d’une leçon d’éveil en bonne et due forme. Dans Aquino, les conditions physiques et climatiques conditionnent la vie du jeune héros et de ses parents. La ville semble un espace particulier dans laquelle le milieu naturel n’a pas de prise. En revanche, elle apparaît comme une synthèse qui réunit les richesses de la chora alentour ou la coalescence de deux modes de vie européenne et arabe pour Habib.

Couverture d’un manuel de CE1 et 2 : Je découvre la géographie, édition MDI, 1973.
Couverture d’un manuel de CE1 et 2 : Je découvre la géographie, édition MDI, 1973.

        Entre 1971 et 1978, à l’école élémentaire, la géographie a été intégrée depuis 1969 dans un pack dénommé « discipline d’éveil ». Cette intégration s’inscrit dans un vaste programme de démocratisation de l’école post-68. Il s’agit de combiner l’égalité formelle des chances, donc accès du plus grand nombre des élèves à des études secondaires jusqu’à l’âge de 16 ans. La série semble s’intéresser davantage à un public de collégien (classe de 6ème) qui devient plus nombreux avec la réforme Haby et le collège unique en 1975.

        Dans les programmes de Sixième de 1969, la géographie générale disparaît : « les notions de géographie générale, très difficiles à comprendre et à apprendre, prenaient dans le cours de géographie une place exorbitante au détriment de l’Afrique dont la géographie relativement simple attirait et intéressait les enfants de sixième ». Pour conclure sur cette période, l’esprit des programmes des années 1970 rejoint la ligne éditoriale de la collection des « Enfants de la Terre ». Alors que la géographie enseignée dans le primaire reste encore très générale et tournée sur les grands repères de la France, la géographie enseignée au collège prend une dimension plus humaine et s’intéresse davantage aux « genres de vie » vidaliens.

        Pourtant les décennies 1960-1970 correspondent à de profondes mutations dans la géographie scientifique qui passe du paradigme dominant « vidalien » à un paradigme inspiré par l’économie spatiale et le courant structuraliste qui traverse toute la communauté des sciences humaines. L’impact de ces mutations va commencer à se faire sentir dans les programmes scolaires du secondaire dès la fin des années 1970.

3. Une approche socio-spatiale de la géographie (1979-1985) :

            Les programmes du collège de 1977 et de 1985 proposent aux élèves de 6ème de découvrir l’homme dans les différents milieux géographiques (tempérés, chauds et désertiques, intertropicaux, polaires et montagnards. Ces programmes sont marqués par l’introduction d’une géographie renouvelée, plus problématisée. Il ne s’agit plus d’une description raisonnée des « milieux de vie » mais de mettre en évidence et d’expliquer les structures, les équilibres et les systèmes qui régissent l’organisation spatiale.

            Il s’agit souvent, sur un plan didactique, de partir d’exemples divers permettant de comprendre la variété et les caractères permanents dans un même milieu bioclimatique donné. Par ailleurs, l’élève doit comprendre qu’il n’existe pas de déterminisme bioclimatique et que l’homme s’adapte à son milieu en l’aménageant. L’approche est centrée sur l’homme et non plus sur son milieu.

Manuel d’éveil de CE1 : Porte ouverte sur… l’éveil, Hachette, 1983.
Manuel d’éveil de CE1 : Porte ouverte sur… l’éveil, Hachette, 1983.

            C’est à cette période que la collection « Les Enfants de la Terre » se lance dans la production d’albums très différents de ce qui fut produit précédemment. L’approche est toujours la même : il s’agit de partir d’un cas particulier pour faire découvrir la vie d’un enfant dans un espace particulier : la Guyane équatoriale, l’Allemagne, la vie des mariniers ou encore le Québec. Même si cette approche part de la société, et des enfants en particulier, même si quelques cartes d’ensemble restent présentes, elle reste très factuelle. Les enfants n’y sont pas représentés comme des acteurs mais comme des agents.

        Le style bande dessinée, qui est la véritable nouveauté dans ces derniers numéros, propose des mini-reportages sur la vie d’un enfant dans un milieu donné en versant de plus en plus dans le documentaire. Pour le coup, la série se trouve de plus en plus concurrencée par l’arrivée des documentaires filmés produits par le CDDP et qui se développent avec l’usage de la télévision et du magnétoscope en classe.

        Finalement, la série qui fut si novatrice dans les années 1950-1960 se retrouve dépassée par une pédagogie scolaire renouvelée et dynamique. Concernant la géographie plus précisément, je crois que l’on peut parler de faux pas. En décidant, au début des années 1970, de s’adresser à un public plus âgé, la collection quitte l’école primaire où la géographie vidalienne reste encore très dominante jusque dans les années 1980 et dans laquelle son approche restait de fait toujours novatrice.

Tableau synoptique croisant programmes de primaire et de Sixième de collège avec les titres de la collection
Tableau synoptique croisant programmes de primaire et de Sixième de collège avec les titres de la collection

Bibliographie

M. DEFOURNY, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir, Paris : Archimède, 2013, p. 42-43

I. LEFORT, La Lettre et l’esprit. Géographie scolaire et géographie savante en France, Paris, CNRS, 1992.

M. PIQUARD, La carte géographique dans les albums du Père Castor, Meuzac : La Petite Collection des Amis du Père Castor, 2011.

D. JACOBI, « Apoutsiak, le petit flocon de neige. Anatomie d’un chef-d’œuvre », La Revue des livres pour enfants, n°210, avril 2003, p. 57-69.

M. PIQUARD, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 | mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782

M. FENOLI, « Père Castor les livres de l’autre », Médianes, n°16, mars 2000.

J.P. CHEVALIER, « Enseigner la France en géographie aux jeunes écoliers (1788-2008) », L’Information géographique, 2008/3, vol. 72, p. 20-33.

I. LEFORT, « Deux siècles de géographie scolaire », Espaces Temps, 1998, 66-67, p.146-154.

J.P. CHEVALIER, « Enseigner de la géographie aux jeunes écoliers du primaire en France : quelques repères chronologiques », Historiens et géographes, 2009, p. 35-39.

P. FAUCHER, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, n°5, 1958.

M. SORIANO, « Sur la piste du Père Castor », xxxx, p. 233-240.

M. GIRAUD, « La Guadeloupe et la Martinique dans l’histoire française des migrations en régions de 1848 à nos jours », Histoire des migrations : panorama régional, vol. II, n°1278, mars-avril 2009, p. 174-197.

C. de COPPET, A. FLEURY, « La littérature de jeunesse : Dans les albums du Père Castor  (2/4) », La Fabrique de l’histoire, France Culture, émission du 17 mars 2015.

J.M. HURAULT, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale, Paris : ORSTOM, 1968.

P.E. VICTOR, Boréal, 1938

P. VIDAL DE LA BLACHE, « Les genres de vie dans la géographie humaine. I », dans Annales de géographie, 1911, vol. 20, n°111, p. 193-212.

P. VIDAL DE LA BLACHE, « Les genres de vie dans la géographie humaine. II », dans Annales de géographie, 1911, vol. 20, n°112, p. 289-304.

R. EMSALEM, « L’Idée de genre de vie », dans L’Information géographique, 1953, vol. 17, n°1, p. 4-12.

P. MICHOTTE, « L’orientation nouvelle en géographie », dans Bulletin de la société royale de géographie, 1921, vol. 45, p. 4-12.

P. et G. PINCHEMEL, La Face de la terre, Paris : Armand Colin, 1988.

M. REHEZZA, S. BEUCHER, A. CIATTONI, La Géographie : pourquoi, comment ? Paris, Hatier, 2005.

M. DEBESSE, « La notion de milieu et la géographie » dans Cahiers pédagogiques pour l’enseignement du second degré, octobre 1949, 5ème année, n°1, p. 5-..

G. CONGUILHEM, « Milieu et normes de l’homme au travail » dans Cahiers internationaux de sociologie, vol.III, 1947, p.28.

A.D. ROBERT, « Autour de mai 1968, la pédagogie en question. Le colloque d’Amiens » dans Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, 2008/ », vol.41, p.27-45.

M. SAINT-YVES, « L’étude du milieu dans l’enseignement de la géographie » dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 7, n°14, 1963, p.255-263.

F. LEMARCHANT, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenae [En ligne], 8, 2015, mis en ligne le 1er mars 2015. URL : http://strenae.revues.org/1836.